Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

10% des professeurs ont l’intention de voter Front national en 2017

Après les ouvriers, le PS perd les profs

Traditionnellement à gauche, le corps professoral change ces dernières années et voteraient de plus en plus Front national. C’est en tout cas ce qu’il ressort d’un sondage CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po) que nous vous dévoilons ce vendredi. Ainsi, au premier tour de l’élection présidentielle en 2017, les intentions de vote des enseignants pour le Front national se situent entre 10,5 et 11,5% en fonction du candidat Les Républicains. C’est près de quatre fois plus qu’il y a 10 ans.

 

« Ça ne se dit pas sur tous les toits »

Plus précisément, si Nicolas Sarkozy sort vainqueur de la primaire de la droite et du centre, 10,7% des enseignants auraient l’intention de voter pour le FN. Si c’est Alain Juppé, ces intentions grimpent à 11,4%. Marine Le Pen a débuté jeudi sa série de « conventions présidentielles » en abordant les questions d’éducation et d’enseignement supérieur, l’occasion pour la présidente du Front national de poursuivre son opération séduction auprès des enseignants.

[...]

Julien Langard, lui, est prof d’histoire-géo dans un lycée à Carpentras (Vaucluse) et membre du collectif Racine (« Les enseignants patriotes »). Il a adhéré au Front national en 2011, puis a été élu dans sa commune sans que cela ne perturbe sa vie au lycée. Au contraire, selon lui, « les temps ont changé » : « Aujourd’hui, on ne rase plus les murs. La preuve, la semaine dernière, une collègue de mon lycée m’a demandé comment on faisait pour adhérer au parti. Il est possible que les élèves le sachent mais ce n’est pas un tabou dans les discussions ».

[...]

L’arrivée du vote Front national chez les enseignants est un phénomène encore récent mais qui prend de l’ampleur estime Luc Rouband, chercheur au CEVIPOF : « C’est un des symptômes d’un malaise plus général qui traverse l’enseignement. Les professeurs sont en première ligne des problèmes sociaux, ils sont au contact direct avec les plus âgés, les familles, les parents d’élèves… Il y a beaucoup de tensions, de problèmes en ce qui concerne la mise en œuvre de la laïcité. »

Lire l’article intégral sur rmc.bfmtv.com

Vincent Edin, journaliste et enseignant à Sciences Po, auteur d’un livre « sur les idées fausses propagées par l’extrême droite », résume l’influence du FN dans la corporation des profs : « C’est complètement inadapté aux besoins de l’époque, mais ça cartonne ».

 

Un petit reportage sur la demande d’autorité :

 

Une prof de physique-chimie en ZEP à Marseille dénonce la pénibilité de son travail, qu’elle assimile à « une garderie de futurs chômeurs » :

 

Un regard lucide sur l’école française chez Kontre Kulture

L’école de la République franc-maçonne, sur E&R :

 






Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1563460
    Le 23 septembre à 14:50 par La porte en bois
    10% des professeurs ont l’intention de voter Front national en (...)

    Tout sauf le Parti Sioniste...

     

    Répondre à ce message

  • #1563471

    Si Paris et les profs n’existaient pas, il n’y aurait pas de socialogauchistes.

     

    Répondre à ce message

  • #1563547
    Le 23 septembre à 16:38 par Le Pen, vite !
    10% des professeurs ont l’intention de voter Front national en (...)

    Si même les profs se mettent à voter FN, alors l’espoir est permis. Il suffit d’une abstention massive des électeurs UMPS pour faire pencher la balance dans le camp des patriotes. Dans certaines salles des profs, c’est déjà 50 % des profs qui votent FN et 50 % qui votent Mélenchon. Il ne reste donc plus d’électeurs UMPS (à part les mélenchonistes qui votent PS au second tour).

     

    Répondre à ce message

  • #1563570

    L’analyse (compilation d’une multitude d’éléments plus ou moins liés) ne développe guère l’être humain. La capacité de synthèse l’élève considérablement au dessus.
    Mais ce qui est supérieur, c’est d’emmagasiner les concepts, c’est à dire ce qui est très spécifique à un domaine et que l’on n’acquière guère que par soi-même (rarement) ou par la volonté d’apprendre, notamment en faisant de bonnes lectures.

    Tout cela pour dire qu’un des concepts fondamentaux de l’éducation, je l’ai trouvé dans "Les trente glorieuses" de Jean Fourastié.
    Il s’agit du secondaire de masse par opposition au primaire de masse.
    Pratiquement tout enfant sur terre a le désir forcené de lire, écrire, et compter. C’est le but de l’enseignement primaire de masse.

    Par contre, peu d’adolescents ont envie de poursuivre dans le secondaire de masse. Ceci est une observation continue et valable en tous pays.
    Elle a évidemment différentes causes, mais elle s’impose à nous.
    Nos ados ne sont donc pas plus motivés que leurs parents, et il ne servira à rien de les pousser jusqu’à 18 ans au Lycée. Au contraire, cela se révélera contre-productif.
    Mais c’est indubitablement ce qui est recherché.

     

    Répondre à ce message

  • Ce sera plus que 10 pour cent.
    On sous estime les effets du net
    Les profs ont 4 mois par an de vacances
    ca laisse du temps pour le net

     

    Répondre à ce message

  • #1563639

    Bravo pour ce reportage , très bien fait , très réaliste , qui reflète bien
    la démission de tous , l’état , l’éducation nationale , les parents , etc...

    Sauf cette jeune prof en l’occurrence méritante , courageuse et lucide
    mais combien sont-ils encore à s’accrocher à l’impossible ou presque ?

     

    Répondre à ce message

  • #1563752

    10% seulement... c’est vrai qu’on a du mal a mordre la main qui nous nourrit !
    Plus sérieusement, cela traduit bien la prise de pouvoir des trotskystes à partir du début des années 1970 dans l’éducation nationale (et, plus généralement, dans le fonctionnariat ?). Tout ce que l’on voit depuis est lié à ce phénomène. La seule différence est que les troskystes se sont mués en gaucho-libéraux-libertaires-etc (les bienpensants, quoi)...
    Politiquement parlant les "clients" RPR-UMP-LR-PS sont, peu ou prou, les légions fonctionnarisées et affiliées (Fonction d’Etat et Fonction territoriale).

     

    Répondre à ce message

  • #1563790

    "ça se passe bien pour moi, j’y arrive...." Insupportables et désastreux sont les profs qui parlent ainsi : se trouver bon sur un bateau ivre ! A la croire, il suffirait de ne recruter que des gens comme elle pour sauver l’école. En la matière cet aphorisme de Cioran prend toute sa valeur :"toute réussite est funeste, dans quelque domaine que ce soit".

     

    Répondre à ce message

  • #1563795

    allez je me lance, prof depuis 13 ans avec mon épouse nous ne comprenons plus ce métier : la plupart des épreuves du bac sont en contrôle continu (donc donnée) et nous avons des consignes très précises pour sur évaluer les élèves. Dernières perles en date : une élève prise avec une fiche de pompe lors de son épreuve d’anglais n’a pas été sanctionnée !!! On lui a donné le bac et une place en bts (académie d’Amiens bac stmg 2016)

    Aujourd’hui le prof de maths a demandé aux élèves combien faisait -2+5 à des élèves de bts informatique, aucune n’a pu répondre... Je vous laisse imaginer notre quotidien...et le niveau des élèves dans l’académie

     

    Répondre à ce message

    • #1563945

      Je valide !
      Discussion ce matin en salle des profs : une prof d’arts appliqués avoue avoir eu honte des 100 % de réussite de sa classe au bac 2016 ... un prof de math nous raconte comment des notes d’oral de rattrapage ont été modifiées à la hausse par un 2eme correcteur sans même qu’il ait été prévenu ... La discussion a ensuite vrillé (je ne me souviens pas quand) sur le fils Fabius et ses "tribulations" et la majorité ne savait pas de quelles affaires il s’agissait ! Mais alors voter FN par contre bouuuuuuh caca ! Et Dieudonné est un monstre antisémiiiiite (unanimité vécue en salle des profs en 2013) ! Le niveau s’effondre mais c’est un "hasard", c’est "l’époque qui veut ça", "nous au moins à notre époque on était meilleur" etc ... Il leur est impossible d’envisager une seule seconde que tout ceci ait été voulu ! ha ha ha ! Au moins les élèves, enfin toujours quelques-uns dans une classe, ont un regard beaucoup plus critique sur la société et sentent que quelque chose ne tourne pas rond. Beaucoup de collègues essaient encore de les menacer par le "si tu ne travailles pas tu n’auras pas ton bac" ! Malgré les faits accablants d’année en année ils n’ont toujours pas compris ! Mais les élèves, eux, le savent ... Bon courage à vous !

       
  • #1564483

    Dans le milieu enseignant, les opinions ou les votes "non conformes" comme le vote Fn, sont certainement encore plus cachés que dans la majorité des autres milieux !!!

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents