Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

13 Novembre : des membres du GIGN étaient prêts à intervenir

Ils s’en prennent à leur chef dans une lettre "fuitée" par Le Canard enchaîné

Des gendarmes d’élite français du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) s’en prennent vivement à leur chef dans une lettre anonyme, lui reprochant d’être « peu courageux » et de ne pas avoir engagé ses hommes lors des attentats du 13 novembre 2015.

Cette lettre de trois pages adressée au patron de la gendarmerie nationale Denis Favier, révélée par l’hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné et que l’AFP s’est procurée mardi, est seulement signée « l’esprit de l’inter », au nom de membres de la Force intervention, qui groupe une centaine de militaires.

Il est impossible de savoir combien d’entre eux adhèrent aux propos virulents de ce courrier contre le colonel Hubert Bonneau, mais selon les différents gendarmes du GIGN interrogés par l’AFP sous couvert de l’anonymat, elle émane d’une poignée de mécontents tandis que de nombreux membres de la force d’élite n’y ont pas été associés.

« Voilà maintenant deux ans que nous subissons le commandement injuste et peu légitime du colonel Bonneau », « un mauvais chef », « qui fait de son mieux pour minimiser la Force intervention », écrivent les initiateurs de la lettre.

Ils estiment qu’il « ne comprend rien aux missions d’intervention », « est peu courageux et perd ses moyens dans l’action ».

En cause, notamment, selon ces militaires anonymes – les syndicats ne sont pas autorisés dans la gendarmerie –, la soirée des attentats jihadistes du 13 Novembre, qui ont fait un total de 130 morts et de nombreux blessés.

Au début des attentats, un groupe du GIGN s’est prépositionné, à la demande des autorités, dans une caserne du centre de Paris, pour intervenir en cas de nouvelles attaques.

Selon le courrier anonyme, ce groupe de gendarmes était prêt à intervenir dans la salle de concerts du Bataclan, où des jihadistes ont abattu 90 personnes.

« Alors que nous étions 40 opérationnels (...) prêts à mener un assaut, prêts à faire cesser la tuerie », le colonel Bonneau « attendait sagement d’être appelé » et « se cachait derrière une histoire de compétence territoriale », accusent-ils, se disant « scandalisés et traumatisés par cet événement ».

L’assaut au Bataclan contre les jihadistes a été mené par les unités d’élite de la police. La commission d’enquête parlementaire sur les attentats qui vient de rendre ses conclusions a conclu qu’il n’était « pas nécessaire » de solliciter le GIGN, estimant que les unités d’élite de la police, la BRI et le Raid, étaient mobilisées en nombre suffisant à la salle de spectacles.

Interrogée par l’AFP, la direction générale de la gendarmerie nationale n’a pas donné suite dans l’immédiat.

 

À lire également : « Attentats : pourquoi le patron du GIGN n’est pas intervenu au Bataclan »

L’étrange 13 Novembre, sur E&R :

Sur le terrorisme, chez Kontre Kulture :

Découvrir l’armée française avec Kontre Kulture et Prenons le Maquis :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • il commence à avoir une scission au sein des corps constitués, ça sent le bonapartisme ! Mais le fruit n’est pas encore mûr.

     

  • C’est pour avoir laissé massacrer - sur ordre - les jeunes Français du Bataclan que le colonel Bonneau vient d’être promu général de brigade le 7 juillet 2016 : la trahison ça paye !

     

  • #1509169

    La bande à Bonneau (une simple bande de déguisés) manifeste... anonymement...
    Tout est dit !

     


    • Tout est dit !



      Ils font partie de la grande muette, ils n’ont pas le droit de manifester leur mécontentement et s’ils sont repérés s’en est fini de leur carrière.
      Non seulement ils prennent des risques sur le terrain mais aussi pour leur carrière.
      Tu fais quoi pour ton pays toi ?

      Là tout est vraiment dit mon pote.


    • Venant de quelqu’un confortablement abrité derrière son clavier, c’est à mourir de rire....
      En revanche, les membres du GIGN sortent souvent de chez eux pour sauver des vies, si c’est aussi ton cas, toutes mes excuses et respect mon gars !!


  • Comment les proches des victimes peuvent- elles accepter çà sans réagir ? ,au moins demander une commission d’enquête approfondie, et pourquoi pas avec partie civile ,émanant d’une lettre du (GIGN) même anonyme soit -elle ? Si il y a eu faute grave ,de la part de l’état ,ou du commandement , du ministre, pour non assistance ,une sanction doit être prise .C’est à la justice de faire son boulot ,pour des faits si graves ,puisque les langues se délient.


  • #1509172

    le GIGN avec nous !


  • #1509173

    Ce n’ est pas un mauvais chef malgre ce que ces gens disent. Il a recu un ordre de ne rien faire et c’ est tout. La vrai question est d’ ou vient cet ordre et pourquoi. La reponse est limpide. Quand meme.

     

  • Bonjour,

    Le problème avec ces "attentats" c’est que depuis le début rien n’est cohérent.

    Les gens ont tellement leurs cerveaux lavés avec de la téléréalité et des fausses informations dans les JT qu’ils n’arrivent plus à distinguer le vrai du faux.

    Ainsi moi quand j’entends ce "témoin" victime donner une interview au téléphone à une journaliste alors qu’il serait blessé au sol à côté d’un autre blessé avec une voix calme tous mes signaux d’alerte sont au rouge.

    Mais cela passe comme une lettre à la poste (ou un mail sur Googlemail...) dans ce reportage.

    https://www.youtube.com/watch?v=Iaa...

    Réecoutez et demandez vous si vous aussi si vous étiez blessé au bas du dos par balles à côté d’autres blessés et de morts ,vous feriez également une interview en direct par téléphone avec cette voix calme ?

    Comment est - il entré en contact avec la journaliste alors qu’à ce moment là aucune vidéo ne circule ; à peine quelques photos floues de la terrase du petit cambobdge existent.

    Peut-être a t-il tweeté
    _ :
    " je viens de recevoir balle au bas du dos , mon voisin 2 balles dans la jambe , 12 morts ,pas de chance pas encore fini mon repas "


    Et qu’une journaliste abonné à ses tweets a demandé à le contacter pendant qu’il faisait des selfies au sol ? Qui sait ?

     

    • Merci pour le lien de la vidéo qui illustre votre propos : les incohérences et les failles publiques du roman du Bataclan. Ce reportage ou la conversation de salon entre la journaliste impliquée et la victime supposée n’est ni logiquement ni réellement possible dans les circonstances du 13 novembre. Ni plus ni moins qu’un écran de fumée.

      En plus, il n’y avait pas que des balles dans le sacrifice rituel et la boucherie du Bataclan .


  • Parait-il qu’à partir du grade de colonel, un militaire qui veut encore s’élever dans sa hiérarchie, doit jouer la carte du politique est des réseaux...(pardon, et du réseau)...

     

    • C’est bien pour cette raison que le colonel Chamagne (ancien n°2 de l’UPR) ancien pilote de chasse et colonel de l’armée de l’air, consultant en stratégie, n’ a jamais depassé le stade de... colonel, alors qu’il aurait du terminer sa carriere comme général (diplômé de Salon de Provence et Ingenieur de l’armement (Ecole Polytechinque)), il a ouvert "sa gueule" ...


    • Rappelons que Chavez était simple commandant de bataillon avant son coup d’état, et que de Gaulle n’était que colonel et Leclerc capitaine d’état-major au moment de la débacle de 1940. Sans parler de Napoléon et de ses meilleures hommes qui avaient des grades très modestes au moment de leurs premiers contacts avec l’ennemi aux alentours de 1793 (Napoléon était simple chef de bataillon au moment de la prise de Toulon aux anglais, pendant qu’au même moment Davout était lieutenant-colonel en Belgique, que Lannes était sous-lieutenant face aux espagnols, que Soult était capitaine dans l’armée de Moselle et que Murat était chef d’escadron de cavalerie dans l’armée du nord).

      Tout ça pour dire que le salut (politique, ou militaire si invasion) ne vient jamais des généraux chauves et gras du bide de temps de paix comme ceux qui servent de conseillers à Flamby, mais plutôt des sergents, adjudants, lieutenants, capitaines, ou, au grand maximum, colonels. Tout ce qui se trouve au dessus devra dégager quand viendra notre heure.


    • Et Tonton n’était que Caporal...


  • Salut les mecs, n’oubliez jamais que vous êtes des frères d’armes, raid, gign, gipn, le combat est le même..... c’est là-haut que ça vous divise, vos chefs sont devenus + des politiques que des mecs d’action. Votre peuple vous fait confiance particulièrement au niveau du recul et du discernement. Soyez-en toujours dignes les mecs... Vous savez très bien de quoi je parle.....les longs discours c’est fatiguant....


  • On se demande à qui profite le crime. Et tous cas, si j’ai bien compris, il est "cui", Bonneau......

     

  • 40 soldats du GIGN d’un côté, 6 militaires en armes de l’autre... à qui on donne l’ordre de ne pas intervenir. Des policiers en civils (désarmés donc) tirés comme des lapins dans la foule du Bataclan. Et le RAID qui ne donne l’assaut qu’après 3 heures de présence.
    Heureusement que le flic de la BAC qui passait par là et a dézingué un terroriste avec son petit 9mm (et fait cesser le massacre en quelque sorte) n’a pas attendu les ordres lui aussi...

     

  • #1509231

    Dans toutes les dernières grosses affaires d’attentats, vous remarquerez que c’est systématiquement le Raid qui avait été mobilisé pour intervention et mis sur le sujet (Merah, Kouachi-Coulibaly, Abaaoud, ...). Ce qui conforte l’idée que certains services dans les Forces de l’Ordre sont plus sous contrôle direct de l’Elysée (et de Matignon) que d’autres...
    Plus facile pour faciliter, simplifier le travail d’enquête (avoir le contrôle sur les conclusions pour qu’elles soient cohérentes).

    Tous ces groupes d’intervention montrés en héros dans les médias et aucun capable de prendre un de ces gus vivant...

     

    • Ils ont en fait bien plus de mal à tout verrouiller qu’ils ne le laissent croire.


    • Au GIGN c’est le mot d’ordre, ne tuer qu’en cas d’extrême nécessité. Ils sont entraînés à tirer dans l’épaule et non dans la tête, avec du calibre à fort pouvoir d’arrêt, pour sonner mais pas tuer, tout en évitant les dégâts collatéraux.
      Dans le bouquin de Roland Môntins sur le GIGN, il explique bien ça... il explique aussi comment ils étaient dépendants des technocrates pour intervenir, au début du GIGN dans années 70, donnant parfois lieu à des situations ubuesques. Prouteau les aimait pas d’ailleurs les technocrates... Le GIGN, après leurs succès en missions, est devenu plus indépendant vis à vis des politiques et avait les mains libres pour intervenir. Cela aurait-il changé ?


    • #1509663
      le 13/07/2016 par Aiguiseur de guillotines
      13 Novembre : des membres du GIGN étaient prêts à intervenir

      Petites precisions pour eclairer ta lanterne

      GIPN = police. (L’etat, Matignon, la franc-maçonerie, la politique, mentalité des villes ect....)

      GIGN = Gendarmmerie. ( Donc, L’Armée). Valeures patriotiques, travaillant en grande logistique, grands axes routiers, mers et montagnes, mentalité "vieille France", plus conservative et campagnarde. Composé en grande partie de goys. Les seuls Inuits dans l’armée sont planqués dans les bureaux.
      Tres courant aussi dans l’armée, les officiers avec des noms à particule (La France NOBLE) donc issues de vielles familles Francaises CATHOLIQUES.

      De la à dire qu’engager les gendarmmes serait trop dangereux pour le pouvoir car ils pourraient avoir plus de concience et parler de la situation sans mentir, n’y aurait’il qu’un pas...
      Mon avis reste discutable bien entendu dans les regle du respect mais c’est une reponse qui m’est apparue assez naturellement


    • @Fidélio

      En 2007, dissolution du GIGN historique et création dans la foulée du GIGN 2.0


  • Cela me rappelle le 11 septembre à NY un gros cafouillage pour pas intervenir comme les 3 militaires en faction devant le bataclan enfin vous connaissez le concept


  • Le patron de la DGSE Bernard Bajolet vient de déclarer à propos du 13 novembre : " Nous connaissons le commanditaire mais nous resterons discrets sur la question " . Voilà qui va faire plaisir aux rescapés et aux parents des victimes . Inconscience ou cynisme sioniste ?


  • Prouteau, ancien du GIGN trouvait aussi bizarre la tactique du RAID dans l’affaire Merah. Et puis, Prouteau ou pas, 300 cartouches tirées par les forces de l’ordre dans un appartement grand comme un mouchoir de poche, ça n’étonne personne ?

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2...


  • Bonjour,
    il me revient "l’affaire Merah" où le GIGN (Gendarmerie) a été mis sur la touche au profit du GIPN (Police, moins expérimenté que le GIGN) par Sarko (je crois me souvenir que le chef était un de ses potes ou, du moins, une de ses relations). Là encore, on écarte l’armée, prête à intervenir, pour laisser opérer la police (visiblement pas prête puisqu’il a fallu 3 heures pour agir). La Police (dans les "hautes sphères") est sans doute plus au garde-à-vous. On fait faire des opérations de type militaire aux policiers et des opérations de protection intérieures (ex : protection de personnes, de lieux de culte...) à l’armée. Très logique........


  • Hubert BONNEAU n’à jamais servi comme opérationel au GIGN, force d’intervention, avant de le commander. Sa nomination à ce poste était donc parfaitement incongrue. Quant à FAVIER, l’actuel directeur de la gendarmerie proche de VALLS (ancien chef du GIGN à Marignane en 1993, puis de nouveau au moment de la fusion du GIGN avec l’Escadron Parachutiste de la Gendarmerie Nationale spécialisé dans la protection, différente de l’intervention plus pointue) il quitte la Gendarmerie cet été pour aller pantoufler chez TOTAL comme directeur de la sécurité grassement payé, en plus de sa retraite. Une récompense pour docilité au système ?


  • #1509399

    c’est en haut du système politique qu’il faut chercher les coupables - ils peuvent de moins en moins nous traiter de complotistes , suite à l’avocate qui a réussi à faire admettre les failles existantes !!!


  • Des manipulations politiques financières sont derrière ces barbaries. Ils ont des soldats qui nous gouvernent, et des petits chefs qui s’exécutent, comme ce fameux Bonneau. Heureusement qu’il existe une police républicaine qui de temps à autre tape sur la table. Pas que dans la police, dans d’autres professions aussi, ils sont exaspérés de tout ce remue-ménage des plus inquiétant.
    Le peuple de France doit reprendre les clefs de cette Belle Nation au plus vite.


  • l’unique question à se poser est de savoir, "quand saurons nous la vérité sur cet immense scandale d’état" peut être le plus important et le plus meurtrier sur le sol de la métropole française, depuis la guerre d’Algérie .


  • Une guerre de service ou un étrange comportement des responsables qui pose question.


Commentaires suivants