Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

17 mai 1944 : fin de la bataille de Monte Cassino

Kesselring abandonne le fort après la percée des goumiers marocains du général Juin

Le monastère du Monte Cassino, tenu par les Allemands, ouvre sur la route de Rome. De son sort dépend celui de l’Italie. Le fort sera abandonné par le général Kesserling et ses troupes aguerries (dont sa 1re division parachutiste) après cinq mois de combats. Les Alliés, malgré des bombardements titanesques (3 000 bombardiers entrent dans la danse) et des préparations d’artillerie intensives, y perdront 54 000 hommes.

 

Robert Frettlohr, du 4ème régiment de la 1ère division parachutiste allemande :

« Les Alliés ont cru à tort qu’ils pouvaient attaquer le monastère de front. Ils pensaient pouvoir gravir la montagne et investir l’édifice assez facilement. On les a tirés comme des lapins. »

C’est une idée géniale du général Juin (sur la photo), rendue possible grâce à l’audace de ses troupes franco-africaines (Marocains et Tunisiens), qui permettra à partir du 11 mai la percée décisive, après plusieurs nuits de combats acharnés. Quatre tentatives alliées en quatre mois se seront fracassées sur les puissantes lignes de défense allemandes.

Avec le corps expéditionnaire français, qui comprend les goumiers (marocains) du général Guillaume, rompus aux combats de montagne, les défenses allemandes craquent. Les Polonais et les Américains ouvrent la brèche, mais les 10e et 14e armées allemandes parviennent à se replier. L’infranchissable ligne Gustave reculera pour devenir, à Florence, la ligne Gothique.

 

Le contexte de la Seconde Guerre mondiale, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1468100

    Merci pour ce rappel historique, ce sont les goumiers marocains qui ont délogé les allemands de montecassino, habitués aux conditions difficiles, avec leurs mulets ils ont transporté les munitions et réussi là où la coalition alliée échouait depuis des mois.

     

    • #1468154

      Merci pour les viols aussi....


    • #1468178

      Par contre il faut dire qu’apres la victoire les goumiers se sont rendus coupables de crimes affreux contre la population civile italienne, en violant des miliers de femmes, hommes, enfants. Nous les Italiens ne pouvons pas oublier ça.


    • #1468179

      mon père était la bas c est un pied noir il n était pas marocain ou algérien après il a fait le débarquement de Provence aussi alors arrêtez de bader à chaque fois que les étrangers parlez aussi des pieds noir .


    • #1468189

      @enrico

      Certains aiment occulter ces choses, malheureusement pour eux le folklore local campanien regorge de chansons qui racontent ces méfaits et ses conséquences sociales.


    • #1468280

      Non ! les "français " de JUIN sont passés de part et d"autre du monastère , de la base de départ , à quelques kil de Cassino, ils ont vu les bombardiers US écraser le monastère. Il leur revient le mérite d’avoir franchi le GARIGLIANO de nuit et d’avoir investi les crètes au nord de la ligne allemande .Ce sont les paras polonais qui sont montés à l’assaut des ruines et ont réduit les résistances de paras allemands .Le cimetière polonais de CASSINO le prouve ...ainsi qu’une chanson " les roses de Cassino".


    • #1468286

      La ciociara avec Sophia Loren. Difficile de faire l’impasse sur le comportement sordide de ces armées de violeurs maghrébins sur les Italiens.


    • #1468293

      Ah la France et ses armées négrifîées... Ce n’est pas glorieux comme histoire d’un point de vue Européen et blanc.


  • #1468132

    Vous avez oubliés les tirailleurs Algériens .Revoyez l’histoire mon cher ami.Marocains , Tunisiens et Algériens.

     

  • #1468133

    Merci pour ce partage.J’ai déjà vu cette vidéo mais je vais la regarder encore.Je suis vraiment passionné par le second conflit mondial.(armements,batailles,chefs,uniformologie...)
    Merci de nous faire partager on peut le dire un exploit français.Ceux ci ont basculé de l’un a l’autre coté du front(plus de 100 000 hommes au nez et a la barbe des allemands)

    Je vous met un lien qui pour moi est ma bible.La série les grandes batailles de Henri de Turenne et Daniel Costelle.Voici la Bataille d’Italie ou notamment on parle de la celèbre bataille de Cassino et du corps expéditionnaire français.Et de son monastère injustement bombardé et qui sera lourde de conséquence. https://www.youtube.com/watch?v=du_... Noter l’anecdote qui m’avait marqué ?Celle de Alain Mimoun.A 44.05 de la vidéo.


  • #1468152

    Il faut rappeler que cette armée qui se bat est l’armée refaite par le général Weygand qui avait été envoyé par Pétain. C’est l’armée de Weygand, Darlan, Giraud, Juin, De Lattre de Tassigny. Il faut le rappeler car l’histoire de cette période est systématiquement falsifiée et déformée.

    Extrait du livre de Georges Hirtz (Chef du Cabinet Civil du général Weygand à Alger en 1941) "Weygand Années 1940-1965" :

    "Si le drapeau français a pu flotter sur Berlin le 8 mai 1945, aux côtés des couleurs des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’Union Soviétique, c’est essentiellement au général Weygand, rénovateur de l’Armée d’Afrique, que notre pays le doit.

    Une indissociable continuité soude les noms de Weygand, de Giraud, de Juin, de De Lattre de Tassigny, à qui sont dues les victoires de Tunisie - au premier chef, celle de Medjez-el-Bab, le 20 novembre 1942 - de Corse, d’Italie, de Provence, d’Alsace, comme l’entrée victorieuse en Allemagne.

    Mais, trompée par la désinformation officielle, l’opinion est abusée : "on" s’est acharné à lui cacher que la résolution, le charisme et le courage de Weygand ont fait de l’Armée d’Afrique - et de l’O.R.A. - le fer de lance, l’outil majeur de la revanche et de la libération.

    En dépit de quoi, Weygand se vit iniquement pris à partie, inculpé, emprisonné le 8 mai 1945, le jour même de la victoire.
    Mais la Haute Cour de Justice désavouera le pouvoir ; elle innocentera le Général par un non-lieu irrécusable.

    Au jour de sa mort, en réponse à une ultime agression du chef de l’Etat, Weygand recevra l’hommage ardent de la France entière, unie dans un remarquable élan de ferveur et de respect."


  • #1468187
    le 18/05/2016 par Czerwony Mak
    17 mai 1944 : fin de la bataille de Monte Cassino

    Si le rôle des troupes françaises fut capital dans la manœuvre d’encerclement, c’est tout de même le 2° Corps polonais du général Wladyslaw Anders qui a pris la montagne.

    L’épopée du 2° Corps Polonais, des goulags soviétiques à Monte Cassino, en passant par Tobrouk et le Levant, mérite elle aussi d’être rappelée.


  • #1468276
    le 18/05/2016 par Un berbere marocain
    17 mai 1944 : fin de la bataille de Monte Cassino

    Tout les historiens le disent, le rôle des troupes berbères (les goumiers) du Maroc, spécialiste du combat en montagne a été décisive dans cette bataille mythique de la seconde guerre mondiale. Or il est aussi admis que ces mêmes troupes se sont rendus coupables après la victoire de viols massifs. La faute a qui ? Il faut savoir que la plupart de ces guerriers surtout les marocains , étaient souvent d’anciens résistants a la conquête française et espagnole du Maroc toute récente (1909-1933). Les survivants de la résistance n’avaient parfois d’autre choix que de s’engager dans l’armée française, leur terres ayant été spoliées ou ravagées par le colonialisme. Donc ces troupes étaient tous sauf des "combattants de la liberté" venus combattre le fascisme. C’étaient des mercenaires venant d’un pays asservi qui utilisé leurs talents de guerriers au profit de leurs employeurs et qui avaient une haine féroce de tout ce qui était européen. Ajoutez a cela les contraintes de la guerre et ca donne l’épisode tragique des viols de masses. Mais bon en temps de guerre, il n’était pas les pires. Inutile de rappeler que la plupart de ces anciens combattants de la France ne touche aucune aide. C’est autre chose
    Bizarrement en Corse, que les guerriers berbères ont aussi libéré , le souvenir est meilleur :
    Un monument situé au col de Teghime rend hommage aux goumiers marocains :

    « Remplis du souvenir d’une lumière unique leurs yeux sont fermés aux Brumes d’occident, Seigneur, permettez que les durs guerriers de Berberie qui ont libéré nos foyers et apporté à nos enfants le réconfort de leur sourire se tiennent contre nos épaules et qu’ils sachent, ô qu’ils sachent Seigneur combien nous les avons aimés. »

    Et pour finir voila une déclaration plus que éclairante :

    « C’est pour moi un plaisir tout particulier de vous féliciter des succès remarquables remportés sous votre commandement car, en saluant les Goums, je salue la renaissance de la France. »

    — Extrait de la lettre du général Clark, commandant la Ve Armée anglo-américaine en Italie, au général Guillaume, commandant les goumiers, juin 194427.


  • #1468278
    le 18/05/2016 par Un berbere marocain
    17 mai 1944 : fin de la bataille de Monte Cassino

    Les Alliés ont perdu environ 115 000 hommes (tués et blessés). Les Français, ou plus précisément les goumiers marocains et les tirailleurs tunisiens subirent des pertes effroyables. Les Allemands perdirent 60 000 hommes. Le 19 mai, Kesselring écrit « Les Français et surtout les Marocains ont combattu avec furie et exploité chaque succès en concentrant immédiatement toutes les forces disponibles sur les points qui faiblissaient »


  • #1468285

    Les Allemands n’occupèrent pas le monastère du mont Cassin, un joyau de l’architecture monastique, mieux ils en déménagèrent la très riche bibliothèque afin qu’elle ne soit pas détruite en cas de bombardement . Les Alliés croyant que les Allemands occupaient le monastère le bombardèrent et le détruisirent entièrement : les Allemands décidèrent d’en occuper les ruines . Après la guerre c’est une quête lancée par l’Eglise Catholique de Bavière qui apporta les fonds qui permirent la reconstruction du monastère . Pendant la bataille les pertes polonaises furent si fortes qu’elles ne furent jamais communiquées .

     

    • #1468467

      Effectivement.Les offensives anglaises et américaines "plein fer" sur la ligne Gustav ont causé d’énormes pertes.Les unités parachutistes allemandes par exemple,bien aguerri et retranché ont menés la vie dure au corps expéditionnaire alliés.


  • #1468300
    le 18/05/2016 par Francois Desvignes
    17 mai 1944 : fin de la bataille de Monte Cassino

    Je n’ai pas vu de tombes juives : un oubli antisémite ?

     

  • #1468428
    le 18/05/2016 par mik ezdanitoff
    17 mai 1944 : fin de la bataille de Monte Cassino

    Et ensuite, les goumiers se déchaînent sur les Italiennes locales. Allez demander aux gens de cette région comment ils voient cette "magnifique" victoire "alliée".

     

  • #1468451

    Oui bel effort des "français" en effet et avec un bon résultat, mais tout bon passionné d’histoire retiendra que c’était plutot un bon exemple de l’intelligence, de la résistance et de l’efficacité du soldat Allemand. Du David contre Goliath (ouais je sais)... Ce n’est pas de la germanophilie primaire du tout.

    Il me semble qu’il y eut une occasion ou une trêve fut demandée pour ramasser les blessés et les cadavres.

    En tout cas si vous passez entre Rome et Naple, je vous conseille d’aller y faire un tour et d’observer le point de vue.

    J’en retiens surtout le bombardement massif de l’Abbaye... Merci Clark, "episcopalien" ... J’ai bon ?


  • #1468666

    Maroc
    Les goumiers marocains entre victoire, controverse et oubli
    Crédit : Wikimedia Commons Les goumiers marocains entre victoire, controverse et oubli
    Le 8 mai 1945, l’Allemagne nazie capitulait face aux Alliés. 70 ans après, le sacrifice des goumiers marocains lors de la Seconde guerre mondiale reste peu reconnu.

    Au début de la Seconde guerre mondiale, ce sont 90 000 Marocains qui ont rejoint l’armée française, pour échapper à la misère ou parce qu’ils avaient été désignés par le caïd. Faute de document attestant avec précision de leur date de naissance, certaines recrues avaient à peine 15 ans. La plupart intègrent les goums, des unités d’infanterie légère. Elles sont composées à 60 % de Berbères du Haut et Moyen-Atlas alors chargées de la sécurité intérieure. Il n’est pas alors question d’être en première ligne. En novembre 1942, cependant, le débarquement anglo-américain à Alger précipite les choses. L’Armée d’Afrique est levée, les goumiers sont envoyés au front.

    Le Périple des goumiers
    Monte Cassino, une victoire entâchée de controverse

    La campagne italienne de la Seconde guerre mondiale est peut-être la plus célèbre et la plus controversée dans l’histoire des goumiers. En janvier 1944, les Alliés planifient une attaque directe de Monte Cassino, l’un des points stratégiques de la ligne défensive allemande. Deux régiments de goumiers participent à l’offensive.

    Emmené par le maréchal Juin, le corps expéditionnaire reprend quatre places fortes culminant à près de 1 500 mètres d’altitude. Ces victoires constituent un succès autant militaire que sportif dans la rigueur de l’hiver des montagnes italiennes. Des milliers de Marocains meurent dans les affrontements. Sous l’égide officielle du combat pour la liberté, ces soldats ont parfois été utilisés comme chair à canon.

    Le courage des guerriers marocains lors de ces combats meurtriers force le respect jusque dans les rangs ennemis. Dans ses mémoires, le général allemand Senger décrit les « magnifiques divisions marocaines [...] menées par des officiers français superbement entraînés, équipées à l’américaine ».

    A suivre


  • #1468670

    Suite :
    7 000 soldats marocains ont été tués pendant la Seconde guerre mondiale, 30 000 blessés et plus de 18 000 faits prisonniers. Les soldats marocains tombés pour la France sur les divers champs de bataille d’Europe, d’Orient et d’Afrique du Nord reposent encore sur les lieux où ils se sont illustrés, comme c’est souvent la tradition pour de nombreux pays.

    Un peu moins de 14 000 anciens soldats marocains sont encore vivants. Ils sont aujourd’hui les porte-drapeaux lors des commémorations qui ont lieu dans les grandes villes du royaume. L’antenne marocaine de l’Onac, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre, à Casablanca, dirigée par Bernard Paquelier, dispose d’un budget annuel d’intervention de 1,8 million d’euros pour fournir notamment aux vétérans des soins médicaux, des médicaments et des prothèses.

    Régulièrement, les présidents de la République français se fendent d’une cérémonie commémorative mettant à l’honneur les goumiers. En octobre 2013, François Hollande s’était ainsi rendu en Corse pour les 70 ans de la libération de l’île, autre théâtre de l’action héroïque des goumiers. Le président français avait décoré des vétérans marocains désormais âgés de 89 à 104 ans. Bardés de médailles, ces derniers touchent une solde annuelle de moins de 700 euros (7 600 dirhams), en reconnaissance des services rendus à la patrie reconnaissante, selon la formule consacrée.


  • #1468831

    @ Ras ;Enrico ; Tech et Nomi...bonjour ou bonsoir.
    Je vous remercie d’aimer les africains en particulier les maghrébins et surtout les marocains.
    Je vous demande humblement d’aller sur Wikipédia et de taper "La bataille de Monte Cassino". Lisez le chapitre 4 : "Crimes de guerre et polémique après la bataille" et en particulier l’historien "J.C NOTIN. C’est toujours la même histoire "C’est pas moi...c’est lui !.
    @Enrico...vous écrivez : on ne va pas oublier"...c’est votre droit. Mais n’oubliez pas ce que l’Empire Italien a fait en Afrique hier...et fait maintenant avec l’OTAN en Lybie. Je parle même pas des Balkans et de l’Asie. Tous ces gens aussi ne vont pas oublier. Et ce qui est bizarre c’est que la grande majorité des Italiens ne pense pas comme vous et côtoie amicalement les ouvriers africains.
    Merci à E et R de publier mon commentaire et pour son immense travail. Bonne continuation.

     

    • #1469144

      @Fdouli

      Quelqu’un ici a nié la victoire grâce aux goumiers ? cependant il est important de rappeler aussi les méfaits trop nombreux pour être des faits isolés et excusable !
      Mon père est napolitain....donc a d’autres.


  • #1470401

    Sophia Loren reçut, pour son interprétation de La Ciociara (La Paysanne aux pieds nus), film de Vittorio De Sica basé sur ces tragiques événements, l’Oscar de la meilleure actrice et le Prix d’interprétation féminine du Festival de Cannes.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Ci...

    Parmi les personnalités ayant participé à la bataille du Garigliano (operation Diadem) :
    - Mohamed Oufkir, général et homme politique marocain.
    - Saïd Boualam, futur vice-président de l’Assemblée Nationale
    - Alain Mimoun, futur champion olympique de marathon
    - Mohamed Boudiaf, futur président de la République algérienne
    - Ahmed Ben Bella, futur président de la République algérienne
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Batai...)


Commentaires suivants