Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

1er octobre 1946, le verdict du procès de Nuremberg

Des crimes contre l’humanité à géométrie variable

Dernier acte du procès de Nuremberg, le 1er octobre 1946, le Tribunal militaire international chargé de juger les crimes nazis commis durant la Seconde Guerre mondiale condamne à mort par pendaison douze hauts dirigeants allemands.

 

Le 30 septembre 1946, un an après la première réunion du Tribunal militaire international chargé de juger vingt-quatre hauts dirigeants allemands accusés de crime contre la paix, crime de guerre et crime contre l’humanité, ainsi que huit organisations de l’Allemagne nazie, s’ouvre le dernier acte du procès de Nuremberg.

Tout au long de cette journée, les quatre juges représentant les quatre pays vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale – États-Unis, URSS, Grande-Bretagne et France – décrivent le nazisme, ses crimes et énoncent les preuves contre les accusés.

Le 1er octobre, à 13 h 50, la Cour se réunit pour la dernière fois. Les accusés sont introduits un par un. Chacun d’entre eux écoute, debout, la lecture de la peine qui le frappe, puis est ramené dans sa cellule, tandis que l’accusé suivant vient prendre sa place dans le box.

Douze d’entre eux sont condamnés à mort par pendaison  : Goering, Ribbentrop, Keitel, Kaltenbrunner, Streicher, Frank, Frick, Rosenberg, Sauckel, Jodl et Seyss-Inquart (ainsi que Bormann par contumace). Hess, Funk et Raeder sont quant à eux condamnés à la prison à vie  ; Neurath, Dönitz, von Schirach et Speer à plusieurs années de détention. Enfin, Schacht, von Papen et Fritzche seront acquittés. Un acquittement contre lequel s’élèveront le juge américain Robert Jackson ainsi que les Soviétiques.

Les condamnés à mort seront pendus le 16 octobre 1946, excepté Goering qui s’était empoisonné la veille dans sa cellule.

 

La Croix du mercredi 2 octobre 1946

Le rideau s’est levé lundi matin à 10 heures, sur le dernier acte du procès de Nuremberg. Depuis les premières heures du jour, la vieille cité connaît une animation inaccoutumée. Aux portes de la ville, la Military Police examine les papiers de tous ceux qui viennent de l’extérieur et visite minutieusement leurs bagages.

 

Des auto-mitrailleuses et des chars légers ont été disposés aux abords du Palais de Justice, dont toutes les entrées sont gardées par d’imposants détachements de M. P. Un contrôle sévère s’exerce à l’intérieur du vaste bâtiment. Ceux qui sortent du prétoire doivent montrer leurs papiers tout comme les arrivants.

 

L’audience est ouverte

C’est en présence d’une foule considérable qu’à 10 heures le président Lawrence déclare l’audience ouverte.

À leur banc les accusés affectent l’indifférence.

Le juge président Lawrence prend le premier la parole. Il donne lecture de la partie du jugement qui concerne l’exposé des faits. D’une voix ferme, il passe en revue toutes les activités du parti nazi depuis sa fondation en 1920 et décrit successivement les attaques menées contre la structure démocratique de la République de Weimar, les négociations qui amenèrent le maréchal Hindenbourg à nommer Hitler au poste de chancelier du Reich, le 30 janvier 1933, le réarmement militaire de l’Allemagne en contravention des clauses du traité de Versailles, le pacte Briand-Kellog contresigné par l’Allemagne, l’occupation de la Rhénanie.

Puis le président Lawrence examine la question de la responsabilité individuelle des 21 accusés – À l’égard des crimes, l’excuse tirée de l’ordre supérieur n’entraîne pas l’exemption de la peine  ; elle ne peut déterminer qu’une réduction de celle-ci.

[...]

La responsabilité des accusés est entière

La Cour met ensuite en pièce l’un des principaux arguments de la défense. Celle-ci prétendait que, Hitler étant un dictateur tout-puissant, la responsabilité des accusés était considérablement atténuée.

– Hitler ne pouvait faire une guerre d’agression tout seul  : il lui fallait bénéficier de la collaboration d’hommes d’État, de chefs militaires, de diplomates et d’hommes d’affaires. Quand en pleine connaissance de ses buts, ils lui ont apporté leur concours, ils sont devenus les participants d’un plan qui était conçu. Le fait que leur tâche leur était fixée par un dictateur ne les affranchit pas de la responsabilité de leurs côtés.

Lire la suite des articles d’époque sur la-croix.com

 

Le verdict en 1946 :

 

Le procès en 1945 :

 

Une autre vision de l’Allemagne sur Kontre Kulture

Le crime contre l’humanité décrypté par Me Viguier, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1569659

    Si les accusés étaient coupables pourquoi le tribunal a-t-il décidé qu’il ne demanderait pas l’administration de la PREUVE ?


  • #1569662

    " La justice A NOUS est passée ".

     

    • #1569690

      Dixit un petit journaleux haineux.


    • #1569739

      justice juive ?
      le 16 octobre 1946 était jour de pourim, et visiblement ce n’était pas une coïncidence, l’exécution a été avancée pour tomber pile ce jour là.


    • #1570885

      Correction : la pendaison des accusés de Nuremberg ne tomba point le jour de la fête de Pourim. Streicher fit seulement une référence à la fête de Pourim en tant qu’il la voyait s’actualiser dans la mise à mort des responsables nazis incluant lui-même.

      Pour citer le commentaire de "réveillez-vous" : "Or c’est précisément le septième jour de Soukkot 5707, le 16 Octobre 1946, dans la nuit d’Hoshaana Raba, que furent pendus les dix "dignitaires" nazis à l’issue du procès de Nuremberg ".


  • #1569671

    "Vae Victis", ce sont les vainqueurs qui écrivent l’Histoire et qui jugent les vaincus .

     

  • #1569683
    le 01/10/2016 par Nicolas Cuchet
    1er octobre 1946, le verdict du procès de Nuremberg

    Si on avait eut la choix entre une France dominée par la communauté qu’on n’a pas le droit de nommer (c’est-à-dire comme aujourd’hui) et une France dominée par les allemands (comme dans les années 30) , moi j’aurais sans la moindre hésitation choisi l’Allemagne.

    Pourquoi l’Allemagne ?
    Parce que je ne pense pas que les allemands auraient fait venir des millions d’arabes et de noirs chez nous, comme on l’a fait.
    La défaite de l’Allemagne, c’est aussi la défaite de la France.

    En plus, on reproche aux allemands d’avoir tuer des gens. Mais, les juifs ont inventés le communisme. Le communisme, d’après les historiens, a fait 100 MILLIONS de morts dans le monde. Ils ont plus de sang sur les mains que les allemands.

     

    • #1569814

      Et c’est le même Communisme que celui précisé par Francis Cousin ???


    • #1569831
      le 01/10/2016 par Magnus MARTEL, auteur de Plaidoyer pour l’armée française
      1er octobre 1946, le verdict du procès de Nuremberg

      Exact ! Si la France était restée sous domination allemande et contrairement à ce que répètent à l’envi les ânes qui prétendent que nous parlerions allemand, elle ne serait pas aussi dénaturée et déculturée qu’elle l’est à présent.
      Curieusement, nous avons l’impression que beaucoup de monde collabore encore aujourd’hui, chez les Français de souche, à l’invasion et à l’occupation.


    • #1569924

      Sans parler de la réussite économique et sociale que nous aurions connue...


    • #1570066

      Un vrai discours de dépressif. A choisir entre la peste et le choléra, je préfère la lèpre... Il n’y a pas à préférer de France dominée, il faut vouloir une France française !


    • #1570098

      @Stan59 Ben non écoute F.Cousin et tu verras ce qu’il dit du communisme tel qu’il a été appliqué en Russie au XXieme siècle.


    • #1570451

      Patriote Et bien, allez faire entendre cela au peuple de France, même de Gaulle que vous aimez tant a dit " les Français sont des veaux ". Personnellement je ne considère aucunement les Allemands comme la peste ou le choléra.


  • #1569711

    C’est un peu simpliste comme article. Il conviendrait de porter à la connaissance du public les "limitations" et autres mentions exorbitantes du Droit positif, en particulier la "charge de preuves"...

     

  • #1569714

    Je me demande qu’on bien pu être les pensées à lui traverser l’esprit à Seyss-Inquart lui qui fut le dernier à être pendu et sachant que certaines pendaisons furent délibérément sadique pour avoir saboté la corde du condamné. Certains durent passer à la trappe plusieurs fois avant de passer à trépas. C’est Streicher qui connu la mort la plus horrible pour avoir cracher dans la gueule de l’un des ses geôliers avant d’être pendu. Son agonie aurait pris plus de 20 minutes avant d’être officiellement considéré comme mort.


  • "Une justice qui n’est pas l’expression de la vengeance mais d’une morale plus haute..."
    C’est exactement l’inverse...
    Comme quoi, déjà à l’époque, il suffisait de comprendre le contraire de ce que disait la presse mainstream pour avoir une bonne idée de ce qu’était le monde... BHL n’a rien inventé décidément...

     

  • #1569735

    ’’Nuremberg sera maintenant le nom d’une justice, qui n’est pas l’expression de la vengeance mais d’une morale plus haute...’’ Le commentateur de l’époque, ne manquait déjà pas de culot, pour proférer une telle énormité...


  • #1569761
    le 01/10/2016 par Le Pen, vite !
    1er octobre 1946, le verdict du procès de Nuremberg

    En ce temps-là Robert Badinter n’était pas contre la peine de mort.


  • #1569766
    le 01/10/2016 par réveillez-vous
    1er octobre 1946, le verdict du procès de Nuremberg

    Le début de la fin pour les peuples européens...


  • #1569786
    le 01/10/2016 par réveillez-vous
    1er octobre 1946, le verdict du procès de Nuremberg

    ’Purim Fest 1946.’



    Et voici qu’un événement identique arriva à cette époque, le procès de Nuremberg, où sur les 24 accusés, 12 sont condamnés à mort, mais seulement 10 seront exécutés… et par pendaison !

    Là encore, une digression toute apparente vers un texte du Zohar : (Vayikra, 31b) :
    "Le septième jour de Soukkot, à Hoshaana Raba, le jugement des nations est prononcé. Les sentences sont délivrées par le trône céleste, et les Jugements sont exécutés le jour même".

    Or c’est précisément le septième jour de Soukkot 5707, le 16 Octobre 1946, dans la nuit d’Hoshaana Raba, que furent pendus les dix "dignitaires" nazis à l’issue du procès de Nuremberg !!!

    Ils étaient douze, mais l’un parvint à s’échapper (Martin Bormann), un autre (Hermann Göring) se suicida la veille de son exécution avec une capsule de cyanure.

    Dix "fils d’Haman" passèrent donc à la potence cette nuit d’Hoshaana Raba. Le bourreau qui procéda à l’exécution s’appelait le sergent Woods !

    Voyons ce qu’en dit le Newsweek Magazine (October 28, 1946, Foreign Affairs Section, page 46) :

    Newsweek - édition du 28 octobre 1946

    Parmi tous les condamnés à mort du procès, Streicher fut le seul qui posa des problèmes lors de son exécution. Lorsque les gardes vînrent le chercher pour monter à l’échafaud dans la nuit du 15 au 16 octobre 1946, il refusa de s’habiller, puis refusa de marcher. Ce n’est qu’en tricot de corps et en caleçon long qu’il fut trainé sur l’échafaud. Streicher, maintenant sur la potence, s’écria : « A présent, je m’en remets à Dieu ! » Après qu’on lui eut attaché les mains et les pieds, il s’exclama : « Purimfest 1946 ! ».



  • #1569798
    le 01/10/2016 par Frankenstein Cousteau
    1er octobre 1946, le verdict du procès de Nuremberg

    Je me demande pourquoi les psychiatres en Allemagne n’ont pas été jugé également ? Est-ce parce que la blanche colombe aurait justement été remise en question ? C’est passé ces histoires mais pas la psychiatrie occidentale qui a part l’invention du neuroleptique n’a pas évolué du tout. Les travaux d’Emil Kraeplin, d’Eugen Bleuler et de Kurt Schneider sont toujours d’actualité.


  • Nuremberg ou la terre promise
    Maurice Bardeche
    A lire

    Tout, absolument tout, était dit sur ce procès et pour les 5o années suivantes.
    A lire absolument, c’est sidérant

    disponible chez kontre kulture

     

  • #1570075

    Sur la photo on voit un Goering revenu à une corpulence normale : as de la guerre 14-18, crédité de 22 victoires aériennes, Herman n’en fut pas moins grièvement blessé . Souffrant de ses blessures il devient un opiomane et monstrueusement gros . Une fois aux mains des Alliés il ne put évidemment continuer à se droguer et retrouva une forme physique normale .

     

  • #1570160

    La Seconde Guerre mondiale a eu pour objectif de redistribuer entre quelques nations, par le redécoupage et le partage des frontières, les richesses de la planète.

    Le procès de Nuremberg n’a fait que juger les exécutants de la guerre, mais pas les commanditaires. Commanditaires banquiers qui, depuis le 16e siècle, façonnent aussi bien les guerres et les révolutions que les conférences de paix.

    Il faut comprendre que ces banquiers « arbitrent » aussi les lois et la justice, tout en entretenant la confusion dans les interprétations à donner ultérieurement par voie médiatique.

    La victimisation médiatisée du procès de Nuremberg par le fameux « crime contre l’humanité » a été l’un des éléments clefs à la mise en place des accords de la déclaration de Balfour (1917-1947), ainsi qu’un prétexte pour rançonner des populations européennes qui n’avaient aucun rapport avec les souffrances endurées par les juifs dans les camps.

    Ce sont les mêmes commanditaires d’ailleurs qui, après avoir financé, et armé l’ultranationalisme, Slobodan Milošević dans les années 90 organiseront son procès à La Haye en 2007 après son génocide dans les Balkans.

     

    • #1570287

      Il n y a pas eu de génocide, à moins que vous n’ayez comme source la version de Cristiane Amanpour... Srebrenica fait partie du procéssus de fabrication du consentement qui, grâce à une propagation massive de médias mensonges, devait justifier la politique de l Empire. Aujourd’hui, l Empire se sert de ce mensonge pour enlever aux serbes la légitimité d avoir leur entité, la Republika Srpska, et ainsi piètiner les accords de Dayton... Les premières victimes à Srebrenica et ses alentours étaient serbes... 3000 morts selon certains. Le coupable, Naser Oric, un musulman bosniaque, a été acquité par le TPY. Quelle coïncidence... Vous tombez dans le panneau, Monsieur... Renseignez-vous d avantage sur le sujet avant de répandre ici votre ignorance. Milosevic a été assassiné, et rien n a pu être prouvé contre lui. Saviez-vous que La première intervention de l histoire de l OTAN a visé Les serbes de Bosnie (1994) ? Bien à vous.


    • #1570503

      @Mihailo

      L’éclatement de la Yougoslavie, voulue par la CIA a eu pour but d’exacerber les vieilles tentions communautaire par le redécoupage des frontières…

      Ce n’était pas le sujet de mon commentaire, mais il faut bien répondre quand il y a tentative de mystification afin de détourner le sens d’un propos.

      Slobodan Milošević (en alphabet cyrillique serbe Слободан Милошевић

      « Il est accusé auprès du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide. »

      Wiki.


  • On les rejugera dans le même tribunal à Nuremberg...

     

  • #1570236

    Le tribunal de Nuremberg restera dans l’Histoire comme celui qui a condamné à mort 12 Allemands après avoir déclaré vouloir se passer de PREUVES de leur culpabilité !


  • #1570237

    Le ventre est encore fécond d’où à sorti la bête immonde !!!....le sioniste criminel et démoniaque !!!...


  • #1570238

    intelligent et distingué lors de chacune de ses interventions, impassible au moment du verdict, suicide pour échapper à l’infamie de la pendaison par l’ennemi : parcours sans faute, Goering, la grande classe à Nuremberg.

     

  • #1570374

    Voilà ce qu’il en coute d’être national, socialiste, et d’avoir fait prospérer son peuple hors des tentacules de la Banque Mondiale...


  • #1570528

    Ce "tribunal" de Nuremberg est et restera la caricature absolue d’une "justice" des vainqueurs, qui ont condamné à mort leurs adversaires politiques en déclarant eux mêmes n’avoir pas besoin de preuves de culpabilité pour cela .....
    Et grâce à ce subterfuge, les nombreux crimes contre l’humanité et les nombreux crimes de guerre commis par les "alliés" n’ont jamais pu être mis en cause .....
    De même, George Bush junior ne sera jamais inquiété pour tout ce qu’il a déclenché !!!

     

    • #1571001
      le 03/10/2016 par L’étrangère
      1er octobre 1946, le verdict du procès de Nuremberg

      Un procès inique, qui cache les errances et la barbarie alliée. Nuremberg, terre promise, n’est rien d’autre que la victoire du mondialisme anti-social contre le nationalisme-social. Le livre de Bardèche, beau-frère de Brasillach, était diaboliquement prémonitoire. La machine judiciaire de Nuremberg à tué le vieil esprit Européen, désormais soumis à la logique internationaliste, libérale américaine et néo communiste .


  • 1er octobre.. décidément.. une date importante pour la "morale plus haute " : l’armée la plus morale du monde bombardait la Tunisie.
    Operation vainement condamnée par l’ONU.
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Op%...


  • #1570830

    Dommage pour eux que R.Badinter soit ne un peu plus tard. Il leurs aurait evite la peine de mort...


  • #1570866
    le 03/10/2016 par Godefroi de Javron
    1er octobre 1946, le verdict du procès de Nuremberg

    "Purim Fest 1946 ! "Julius Streicher

    La bible avait prophétisée ce procès depuis environ 3500 ans !


Commentaires suivants