Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

217 302 nouveaux ménages surendettés en 2015

La demande intérieure se maintient au prix de l’endettement

Selon le rapport annuel de la Banque de France publié cette semaine, le nombre de nouveaux dossiers de surendettement diminue. Mais les dettes des ménages, elles, augmentent.

 

Il y a du mieux… mais pour plus de 840 000 ménages, la situation reste critique. La Banque de France a publié cette semaine son rapport annuel sur le surendettement des ménages. Premier « mieux » : le nombre de nouveaux dossiers déposés auprès des commissions de surendettement baisse en 2015, à 217 302. Une chute de 5,9 % en un an, après celle de 2,2 % en 2014. Le nombre de dossiers jugés recevables diminue aussi, et s’établit à 197 731 (– 4%). En revanche, le montant global moyen de l’endettement augmente. Il atteint 41 254 euros, avec en moyenne neuf dettes cumulées par ménage, combinant surtout crédits à la consommation et arriérés de charges courantes.

 

Célibataires, séparés et veufs sont les plus vulnérables

Qui sont ces nouveaux surendettés ? Célibataires, séparés et veufs restent les plus vulnérables (65% des cas). La moitié sont âgés de 35 à 54 ans, sans personne à charge, au chômage, sans profession ou sans activité (invalidité, maladie, congé parental) et vivent avec moins que le Smic. Ils sont à 76% locataires.

Second « mieux » : la baisse de la part des crédits à la consommation dans l’endettement global se confirme. « Ils représentent 42% des sommes dues, soit 11% de moins qu’en 2012. »

Lire la suite de l’article sur lejdd.fr

Une paupérisation lente mais sûre de la société française, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1391855

    Et allez ! Arrachez encore quelques dents aux "sans-dents" !


  • #1391858

    J’ai un ami banquier qui m’a confié qu’il n’avait jamais vu autant de comptes débiteurs qu’en cette période.

    J’en fait partie d’ailleurs... :-(

    Mais ça ne m’empêchera pas de soutenir E&R et Dieudo jusqu’au bout !!!

     

  • #1391925

    La banque de France, n’a rien de France, ses dettes sont à rembourser par les Français et ses bénéfices partent dans les paradis fiscaux.

    Tout le monde le sait maintenant grâce à E R, mais il est toujours utile de ne pas se fatiguer à le répéter.

     

  • #1391927

    Rappelez vous de l’anaphore, prononcée il y aura bientôt 4 ans : "Moi président !...."


  • #1391966

    une conséquence : de l’athéisme


  • #1392003
    le 08/02/2016 par Arrière garde
    217 302 nouveaux ménages surendettés en 2015

    Et là c’est grave ou pas, parce que pour les richissimes politiciens c’est pas grave puisque c’est l’État qui paye leurs trains de vie ?


  • #1392353

    Les gens se font dupés par l illusion du matérialisme, n ont aucune barrière morale a souscrire des crédits. Moi , j en suis incapable, aucun crédit a la consommation.
    Les gens adhèrent de plein grès au consumérisme, qu ils en payent le prix, aucune compassion pour ce types de personne, généralement assez idiot et creux. Excusez moi de la généralité.
    Je pense qu il faut un retours des principes, a la sauce paysanne, comme avant guerre et remembrement et crédit agricole.

     

    • #1392604

      Entièrement d’ accord.
      Les endettés sont au moins aussi responsables que les incitateurs à l ’ endettement.
      Le vol n’ étant plus considéré comme une faute morale, le " tout m ’ est dû " étant considére comme une " valeur de la République ", les gens consomment du crédit sans limites tout en estimant qu’ ils n’ont aucune obligation de remboursement.
      Cette situation est voulue par les décideurs pour organiser le chaos économique et moral, mais beaucoup de " citoyens " y trouvent leur compte.