Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

29 octobre 1969 : le premier "bonjour" d’Internet

Un étudiant de 21 ans change le monde

Son nom n’est pas entré dans l’histoire ni même dans l’encyclopédie Wikipédia. « Ce soir-là, je ne me ­doutais pas que ce que je faisais allait avoir une signification particulière  », reconnaissait encore Charley Kline il y a quelques mois, devant un journaliste américain du site Web Ozy. À vingt et un ans, cet étudiant en informatique de l’université de Californie à Los Angeles (Ucla) n’avait rien d’extraordinaire, si ce n’est qu’il travaillait pour l’Arpa, l’Agence des projets de recherche avancés, financée par l’armée américaine. À ce titre, il est pourtant l’un des deux premiers internautes ou, devrait-on dire, arpanautes, puisque c’est bien de l’Arpanet, l’ancêtre du réseau mondial, dont il est question ici.

 

Ce 29 octobre 1969, Charley Kline assiste le professeur Léonard Kleinrock dans l’envoi inédit d’un message entre deux ordinateurs distants. Plus de 500 kilomètres séparent le centre de recherche de l’Ucla de celui de Stanford. À terme, l’Arpanet doit devenir un réseau de centres de recherche. L’objectif est de mieux organiser la recherche et d’éviter que deux scientifiques travaillent sur les mêmes hypothèses sans le savoir. Plus économe, il doit aussi permettre aux spécialistes d’exploiter le même ordinateur central, très coûteux, sans se déplacer pour leurs calculs.

 

 

« Un message prophétique  »

En liaison téléphonique avec un autre étudiant de l’université de la région de San Francisco, ­Charley Kline paramètre les routeurs, sorte de mini-ordinateurs inventés pour l’occasion, qui reconstituent en message intelligible les données envoyées par le réseau. À 22 h 30, il tape un « L » sur la console. Stanford le reçoit. Il poursuit avec un « O ». Stanford reçoit aussi. Il tente de taper un « G » mais le système plante à ce moment-là. Le mainframe Sigma 7 aux 128 kilo-octets de mémoire et 24 mégaoctets d’espace disque – beaucoup moins puissant qu’une clef USB d’aujourd’hui – n’a pas tenu. Qu’importe, deux ordinateurs sont bien entrés en contact et l’un a dit à l’autre « lo ». Une heure et quelques réglages plus tard, l’intégralité du message, « login », arrive finalement.

Lire la suite de l’article sur lesechos.fr

Près d’un demi-siècle plus tard, Internet est devenu un enjeu de pouvoir mondial, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1526893

    Ah ,que de chemin parcouru depuis l’Arpanet ! Quoique Internet a vraiment commencé à la fin de la Guerre froide dans les années 1990. Un peu plus tard chez nous en France à cause du Minitel.

    Ca fera sourire certains ici, mais en 1980, le Minitel était ultramoderne. Ca prouve (surtout aux jeunes générations) que la France est capable d’innover, d’innover réellement, sans attendre les Ricains.

     

    • #1527221

      @ Paul82,

      Le minitel est sorti parce que le projet Transpac en 1977 a été choisi par le Président de la République de l’époque (VGE) qui a préféré choisir Thomson plutôt que le projet Cyclade de Louis Pousin dont ils ont supprimé les aides en 1977

      le minitel était un réseau centralisé
      l’internet est un réseau décentralisé, on peut supprimer google, Internet fonctionnera toujours sans google

      Louis Pousin était un précurseur des protocoles TCP/IP et UDP/IP qui existent encore de nos jours, en 1974 il avait réalisé un véritable réseau internet dont les américains se sont inspirés par la suite avec son projet Micral, des ordinateurs connectés en réseau avec ces protocoles
      A cette époque, nous avions un pc, un système d’exploitation et l’internet (tout cela en France avant 1988)

      Donc, on a pas attendu les ricains, on a juste perdu la bataille de l’internet pour des raisons de pognons, il faut dire que VGE était pros Européen et pro-américain, d’ou le minitel qui se trouve aujourd’hui dans les caves de la république et du 3615 ULLA qui a rapporté beaucoup à Xavier Niel (monsieur Free)


    • #1527255

      En tant qu informaticien je trouve que ca n’a pas tant évolué que ça. Certes une explosion des quantités manipulées (facteur 1 milliard du ko au To) mais l’utilisation des ordinateurs est probablement moins créative que dans les années 80, années où l’accès au réseau était impossible pour la plupart et lent et ardu pour d’autres.

      En revanche le happage de l’utilisateur est devenu presque complet maintenant que les téléphones sont aussi de la partie, tout ça pour des technologies souvent aussi pauvres en réalité que leurs usages (pages 2d html texte et images sur un fond généralement blanc aveuglant, vidéos surtout pour le pire, rapports humains qui se raréfient au profit de concepts, de chiffres et d’émotions narcissiques).


    • #1528654

      @bidule

      vous avez raison de le rappeler.