Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

65 millions de réfugiés et déplacés en 2015, nouveau record mondial

Stratégie de la tension : les réfugiés sont des bombes à fragmenter les nations

Un nouveau record a été battu dans le monde en 2015, avec 65,3 millions de personnes déracinées, qui ont dû quitter leur foyer ou leur pays en raison des guerres et des persécutions, annonce le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés.

 

 

Année après année, depuis 2011, date du début du conflit syrien, ce chiffre ne cesse d’augmenter, selon le dernier rapport statistique annuel publié lundi par le HCR, alors qu’il a été relativement stable entre 1996 et 2011. Par rapport à 2014, la hausse est de 9,7%.

[...]

« Nous vivons dans un monde inégal », il y a des guerres, des conflits et « il est inévitable que les gens veuillent aller vers un monde plus sûr », a commenté Filippo Grandi, haut-commissaire aux Réfugiés, lors de la présentation à Genève de ce rapport, publié à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés.

[...]

Les Afghans, a indiqué M. Grandi, forment aujourd’hui le deuxième groupe de réfugiés dans le monde, derrière les Syriens, qui sont près de 5 millions. « Même des Afghans, qui sont réfugiés depuis plusieurs années en Iran, se rendent à présent en Europe » pour demander l’asile, a ajouté M. Grandi.

Parmi les 65,3 millions de déracinés dans le monde, 21,3 millions sont des réfugiés ayant quitté leur pays et 40,8 millions, un chiffre record, sont des « déplacés internes » qui ont quitté leur foyer sans quitter le pays. Les 3,2 millions restant sont des demandeurs d’asile dans les pays industrialisés.

[...]

 

Fin 2015, 55% des 16,1 millions de réfugiés sous mandat du HCR étaient établis en Europe ou en Afrique sub-saharienne.

L’Afrique accueille à elle seule 4,41 millions de réfugiés (20%), qui proviennent essentiellement de 5 pays (Somalie, Soudan du Sud, RDC, Soudan et Centrafrique).

L’Europe arrive en deuxième place dans le monde, avec 4,39 millions de réfugiés (43%).

Outre la Turquie, les réfugiés se rendent surtout en Allemagne, en Russie, en France, en Suède, au Royaume-Uni et en Italie.

[...]

La Turquie est le pays qui accueille le plus de réfugiés au monde, avec 2,5 millions de personnes, suivie par le Pakistan (1,6 million) et le Liban (1,1 million).

La situation s’est particulièrement aggravée au Yémen, où 10% des habitants ont fui leur foyer.

La crise migratoire a-t-elle été provoquée à dessin ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je voulais partager ça avec vous en le lisant ce matin. Projet sioniste de des-enracinement global. Supprimer tous les liens et les attachements des gens pour leurs ressembler justement. Faire des guerres chez les autres au nom de la démocratie qu’ils bafouent chez eux !


  • Et c’est qui qui est le grand conseiller de l’ONU pour l’immigration ?
    Peter Sutherland qui a fait partie du comité directeur du Bilderberg.
    On constate que les acteurs du mondialisme font du bon boulot. Le programme avance.


  • Bonjour,

    Une augmentation constante des flux de réfugiés depuis 2011 ?!? Les faits sont criants.

    Et comme par hasard, on est loin dans ces régions d’une politique de coopération intelligente en faveur de l’émergence de nouvelles classes moyennes et donc de nouveaux marchés économiques pour nos entreprises, comme on aurait pu l’attendre ou l’espérer... au vu des chiffres du chômage en France.

    Maintenant on est effectivement en droit de se poser la question : A qui profite le crime ? Et puis, est ce une nouvelle façon de conduire la guerre contre les nations d’Europe, en mode "indirect libre", comme aurait pu le dire Pasolini ? Enfin, qui sont les gouvernements à l’origine de ces évènements ?

    1 - A qui profite le crime ? Pas à nous en tout cas, si on considère que le pays a déjà plus de 5 millions de chômeurs, que les comptes de la nation sont dans le rouge et que le discours de nos média n’est pas assez en prise avec la réalité, dans l’analyse des causes et des responsabilités de ce désastre.

    2 - Y a-t-il volonté délibéré de nous nuire ? Ici, on n’est pas forcément tenu d’adhérer à la thèse de la volonté politique délibérée. On peut aussi développer la thèse alternative de l’indifférence délibérée et intéressée, voir le sens de l’opportunité ou le déni de réalité pour cause d’incompétence (le principe de Peter qui postule qu’une personne peut atteindre son niveau d’incompétence) et/ou d’impuissance. En effet, quelle est la marge de manoeuvre d’un état ruiné, coincé dans l’OTAN et soumis à une volonté supranationale ?
    De fait, les acteurs sont multiples, les situations complexes et tout ne saurait être contrôlé. Mais si on admet déjà le postulat d’une volonté délibérée, partout où la France s’est abstenue de faire entendre sa voix en faveur des populations en souffrance, en particulier là ou il était dans notre intérêt et devoir de le faire, on doit effectivement parler de collaboration délibérée à ce désastre.

    3 - Qui sont les responsables ? Au vu de ce désastre aux proportions bibliques (65 millions de personnes déplacées, en plus de la faillite à venir de notre pays et de la souffrance de notre population), pour nos dirigeants, je suis surpris que ne soit pas déjà posée collectivement la question non seulement de leur compétence, mais aussi et surtout celle de leur responsabilité juridique et pénale.

    Pour les autres pays, je ne me prononcerais pas. Occupons nous déjà de nos dirigeants et de nous même.

    Bien @ vous

     

  • Je vois qu’on se focalise et généralise quelques paramètres tout en occultant d’autres.
    La surpopulation est l’une des causes principales de ces grandes migrations. A partir d’elle découle des crises sous-jacentes, ce qui est du pain béni pour les fauteurs de guerre (surtout opportunistes).
    Lorsqu’on refuse de reconnaitre les causes alors on les encourage. Il y a indéniablement un effet boule de neige, les déplacés apportent avec eux une partie de leurs problèmes, contaminant ainsi d’autres territoires.


  • 65 millions ? C’est bien plus qu’un autre nombre qui était déjà largement exagéré ! ^^


  • Tout ces pauvres hères à chaperonner vont ravir nos bobos. Bien sûr ce n’est pas ce qu’ils veulent hurleront-ils. Ces éternels passeurs de la serpillère à haine et à misère, il l’ont tellement passé et repassé qu’ils en sont pleins.