Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

74 % des Russes favorables à une réélection de Vladimir Poutine en 2018

Le président russe Vladimir Poutine est toujours au pic de sa popularité à en croire le sondage de l’institut VTsIOM, publié ce jeudi. Son ambition de refaire de la Russie une grande puissance sur la scène internationale, plaît à de nombreux Russes : 74% d’entre eux voteront pour lui s’il se présentait aux prochaines élections présidentielles de 2018.

De nombreux Russes pensent que Vladimir Poutine tient parfaitement son rôle de président. C’est ce qui ressort du sondage de l’institut VTsIOM. En effet, trois-quarts des sondés, soit 74%, souhaitent sa réélection à la présidence s’il briguait un quatrième mandat présidentiel en 2018. Des résultats très satisfaisants après quatre ans où sa cote de popularité a baissé.

 

Le taux d’approbation augmente chez les jeunes

Selon les auteurs du sondage, cette hausse de popularité s’explique par son action menée face aux conflits en Ukraine et en Syrie pour accroître sa popularité. Son objectif : refaire de la Russie une grande puissance sur la scène internationale. VTsIOM note en outre que le taux d’approbation a augmenté dans de nombreuses catégories, y compris parmi les jeunes. L’institut rappelle qu’en 2012, seulement 40% des Russes se prononçaient en faveur d’un nouveau mandat de Vladimir Poutine. « Même parmi ceux qui pensent que le président n’a pas encore tenu nombre de ses promesses électorales, 70% se disent prêts à voter pour lui », ajoute VTsIOM dans un commentaire posté sur Internet.

 

Vladimir Poutine au pouvoir jusqu’en 2024

Bien que les chiffres soient satisfaisants, l’opposition libérale juge qu’ils sont à « prendre avec des pincettes » car Vladimir Poutine bénéficie d’une très large couverture à la télévision publique, qui reste l’un des principaux moyens d’information pour la majorité des Russes. S’il gagnait l’élection présidentielle de 2018, Vladimir Poutine resterait président jusqu’en 2024 mais ne pourrait plus se présenter. La Constitution prévoit la limitation à deux mandats consécutifs. En 2008, après ses deux premiers mandats, Dmitri Medvedev, son protégé, lui avait succédé, avant que Vladimir Poutine ne soit réélu en 2012 à la présidence.

 

À lire également : « Manuel Valls et François Hollande touchent le fond dans les sondages » (lefigaro.fr)

Voir aussi, sur E&R :

À propos de Vladimir Poutine, chez Kontre Kulture :

Sur la démocratie et autres systèmes politiques,
chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce qui est loin d’être le cas de notre crème pâtissière.

     

    • ... alors qu’il suffit juste de tenir son rôle de président.
      Il n’y a rien d’extraordinaire, c’est ce que chaque président devrait normalement faire.
      On n’arrive pas à comprendre que ce soit si difficile.
      Si on se sent pas capable, on se présente pas. On s’improvise pas "à la p’tite semaine".
      C’est clair et net et sans fioriture.
      "Pas sérieux s’abstenir... sous peine de radiation définitive de la politique".
      Il va falloir, après ce coup, faire un sacré ménage de printemps dans ce milieu.
      On se demande d’ores et déjà pour certains où ils pourraient se retrouver.
      Même maires... qui en voudrait ?


  • 74%... si seulement c’était le pourcentage de Marine Le Pen... il va falloir que l’OTAN y mette les bouchées doubles !


  • Je prends ces sondages avec des pincettes.
    Beaucoup de Russes disent ressentir le besoin d’un gouvernement fort pour plusieurs raisons :
    - Apaiser le chaos quotidien.
    - Soutenir la Russie face aux agressions extérieures. Dans la couche moyenne ça date surtout du "Krim nash" et du "Obama Tchmo" de 2014, voir depuis les couillons "ipad-tchikis" de Bolotnaya. Chez les ouvriers, qui ressentent le plus la honte d’une Russie qui a perdu du prestige, ça date depuis l’arrivée de Poutine. Un gars qui matte leurs patrons, forcement c’est un vrai boss.
    - Un côté asiatique de la culture Russe, préférant un pouvoir centralisé fort et prestigieux, voire glorieux, mais cependant assez lointain pour laisser arrondir les coins dans la vie de tous les jours : petits arrangements nécessaires pour vivre mieux et se débrouiller face à une administration assez lourde.
    Il y a aussi un esprit de revanche, justifié selon moi, face à l’horreur des années 90, ainsi que la fierté légitime d’en être revenu.
    - Une soif de justice qui est un peu soulagée par la politique extérieure, mais qui reste énorme face au manque de réformes à l’intérieur.

    Je connais très peu de monde en Russie qui aime Poutine parce qu’il est Poutine. En général, les grands fans sont surtout des étrangers ou des bénéficiaires du système.
    Poutine, le gouvernement fédéral, la douma et un grand nombre de gouvernements fédéraux, ont perdu la confiance des petits et moyens entrepreneurs depuis un certain temps. S’ils ne critiquent plus à voix haute depuis les sanctions, c’est parce quand on attaque la Russie tout le monde se rallie au chef. C’est surtout ça qui a causé ce regain de solidarité envers lui qui, j’ai l’impression, s’était émoussé entre 2005 et 2011.

    Mais le pouvoir à la Russe reste brutal, manque de justice et d’équité, et a tendance à écraser tout le monde.

    Je pense que ces sondages reflètent plus le "respect" liée aux dynamiques de pouvoir et la nécessité de soutenir un pays attaqué, que de l’enthousiasme ou de l’amour pour un chef.

    Néanmoins, 74%, ça fout bien la honte à Patte Molle et Patte Folle.


  • ...c’est-à-dire trois Russes sur quatre en âge de voter soutiennent Vladimir Le Grand, voilà la preuve d’une grande Démocratie.

    Vladimir Le Grand a déjà fait basculer le monde vers le mieux grâce à son intelligence tactique hors du commun ...et sans aucun doute à son inspiration Chrétienne.


  • Poutine c’est l’avant garde de l’union euro asiatique a venir. Son taux de popularité va progressivement s’élargir jusqu’à chez nous, c’est inévitable. Le plus on regarde la Russie de Poutine, le plus on appercoit la déliquescence morale et technique de nos gouvernants.


  • 74% des francais souhaiteraient que hollande subisse une attaque de bretzel a la bush mais que ce dernier s’etouffe réellement !


  • Et 120% des français sont contre une réélection de benjamin netanyahou en France...


  • VTsIOM n’est pas un organe pro-Américain ? Son fondateur serait un proche de Gorbatchev. Tout ça pour dire qu’ils ont peur d’une réélection de Vladimir. Rappelez vous comment fait un gouvernement ou une opposition pour imposer une idée... quelques articles, de faux débats, de faux sondages... ce sont les premières phases du travail de fond.


  • Notre président n’obtient même pas la soustraction de 100 -74 c est dire la différence entre un figurant et un homme d état


  • Allez les Russes faîtes une bonne action en votant Poutine ,
    vous êtes , et en particulier , il est utile pour l’équilibre du monde ,
    pour le bien de tous , ne laissez pas l’hégémonie du monde
    aux Américains et quelques coalisés super puissants et dangereux !


  • Moi aussi, même sans droit de vote en Russie !
    Poutine, Soral, Depardieu, Dieudo, etc. ... même dans la galère, la vie sera toujours belle avec ces vrais ésistants-là !


  • Juste pour dire que le SEUL parti en France à préconiser un rapprochement avec la Russie, c’est le FN...

    Juppé, lui, est sur la ligne dure de l’Otan...il faudra pas aller à la pêche pour le premier tour en 2017, pour ne pas laisser sa chance à l’Otan...


  • Mmh... beaucoup trop populaire, de monsieur. Ca doit encore être un dangereux dictateur populiste pour que les gens l’apprécient à ce point !


Commentaires suivants