Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Affaire Flavie Flament : d’autres femmes accusent David Hamilton de viol

Exclusif. Après les accusations de Flavie Flament dans son livre – que le photographe britannique David Hamilton a récusées dans un communiqué –, L’Obs a recueilli les témoignages de nouvelles femmes.

Flavie Flament, dans un livre publié ces jours-ci (La Consolation, J.-C. Lattès), explique avoir été violée par un photographe « mondialement connu », quand elle avait 13 ans. Elle n’a pas prononcé son nom, mais celui-ci a vite circulé sur les réseaux sociaux : David Hamilton. Deux autres femmes ont raconté à L’Obs avoir été victimes du même photographe. Au même endroit. Le Cap d’Agde. Au milieu des années 80. Et dans des circonstances similaires.

Elles étaient en famille, en vacances dans le village naturiste. Alice*, 14 ans, était sur la terrasse de son appartement du rez-de-chaussée, quand le cinquantenaire souriant vient lui proposer de faire un essai. Lucie*, 13 ans, était sur la plage avec ses parents.

À cette époque, tout le monde connaît David Hamilton au Cap d’Agde. Il y a acheté un appartement. On le voit chaque jour, accompagné d’une fille, immanquablement très jeune, blonde, fine et jolie, arpenter la plage à la recherche de modèles. Ses posters se vendent dans le monde entier, et ses cartes postales sont exposées dans tous les présentoirs de la station balnéaire.

« Être remarquée par lui, c’était être élue ! », se souviennent-elles.

« Quand il nous a proposé de faire un essai, mon père était tellement fier, ses yeux brillaient ! », soupire Alice.

 

Toujours le même mode opératoire

Les séances photo ont lieu dans son petit appartement de bord de plage. La première fois, le père d’Alice reste sur la terrasse. « David me soufflait dans l’oreille : “Tu sais garder un secret ?” J’étais très mal à l’aise et très intimidée », se souvient Alice. Le père repart, rassuré. Surtout que le photographe vit avec sa jeune et très jolie femme Gertrude, chaleureuse et enjouée. Un de ses modèles. La séance suivante se fait donc, naturellement, sans les parents. Sans Gertrude, qui s’éclipse. Et sans assistant, David Hamilton travaillant toujours seul.

Lire la suite de l’article sur tempsreel.nouvelobs.com

 

* Les prénoms ont été modifiés.

Sur la pédocriminalité d’en bas et d’en haut, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.


  • Elles étaient en famille, en vacances dans le village naturiste




    « Quand il nous a proposé de faire un essai, mon père était tellement fier, ses yeux brillaient ! »



    Mes pauvres enfants ! Avec des parents pareils ce genre de mésaventure sont guère étonnantes...
    Si je devais avoir une fille de 12 ou 13, 14, 15, 16, 17 ans et qu’un lascar venait me demander s’il pourrait la prendre en photo je lui enverrais en guise de réponse une paire de gifles de maçon dans la tronche qu’il se retrouverait le cul par terre ! Quelle époque de dingues où des pères et mères de famille vont se pavaner la queue et la chatte à l’air dans des clubs naturistes avec des enfants mineurs et qu’ils ont les yeux qui pétillent quand un pervers veut prendre leurs gosses en photo...mais bon je suis un vieux con de réac’...

     

  • Leurs parent n’avaient vraisemblablement pas lu "Bagatelle pour un massacre" de Céline, ils auraient été plus au fait des mœurs dans le culture-mondain et de ce qui arrive aux jeunes filles fascinées par la célébrité et ce monde.
    Sinon, c’est un autre sujet, mais il faudrait vraiment apprendre aux jeunes filles à dire non et montrer clairement leur opposition. Je n’ai aucune envie de défendre ce type, c’est très politiquement incorrect ce que je vais dire, mais il est clair que 80% des attouchements et viols pourraient être évités comme ça. Un simple non ferme ou simplement crier remet les idées en place de ce genre de types.
    Et ce qu’il faudrait aussi, c’est en parler tout de suite à ses proches et porter plainte immédiatement, tant qu’il y a des preuves. Parce que dans le cas contraire, c’est triste pour tout le monde. C’est triste pour la victime qui n’obtient pas justice et qui a entretenu une névrose pendant 15 ans et dans d’autres cas, c’est triste pour le type accusé à tort 5 ou 10 ans plus tard qui n’a donc aucun moyen de prouver son innocence et qui a de très fortes chances d’être condamné.
    Bref, c’est un problème difficile sur le plan de la justice. C’est tout à fait aberrant de revenir voir son violeur, mais certaines le font. Du coup, comment établir un jugement sur des récits. D’un côté, on peut dire, c’est complètement aberrant donc probablement faux et dans l’excès inverse, on peut dire c’est normal que ce soit aberrant parce que les femmes réagissent ne manière aberrante et tant pis pour la défense de l’accusé.
    Dans l’absolu, en absence de preuves matérielles et de paroles contre paroles, plusieurs années après, le doute doit bénéficier à l’accuser. Du coup, il est important d’élever ses filles dans la confiance et de leur donner confiance en elle-même pour qu’elle sache qu’il n’y a pas de honte à avoir pour elle, que ce n’est pas de leur faute si elles ont été agressées et qu’il faut qu’elles en parlent tout de suite.
    ça éviterait bien des drames, des névroses et des souffrances inutiles à un problème malheureusement endémique.


  • J’étais fan de son regard, de ses images, j’avais des cartes postales, deux livres (hyper chers à l’époque pour une ado de 15 ans) de campagne, de maisons, car il photographiait aussi beaucoup la nature, les paysages. Et puis j’ai commencé à moins aimé quand il a photographié les sexes après sa période Mona. Mais de là à penser que ce mec faisait du mal à ses modèles ! Quelle horreur ! Evidemment, je souhaite qu’il fasse de la taule cet enfoiré, mais je me dis qu’une fois de plus on sort ces dossiers maintenant pour éviter de parler par exemple du Brexit ou du triomphe de Trump. Mais qu’Hamilton à 83 ans prenne ça dans la gueule et paie ne serait-ce qu’au niveau regard des gens dans la rue, c’est bien.

     

    • Je n’ai jamais aimé ce que faisait ce type , je trouvais ces flous "artistiques "faciles , les poses lascives et suggestives ...Je ne savais pas à quoi ressemblait" l’artiste" , mais il me paraissait évident, à voir l’oeuvre que ce gazier avait un problème avec les petites filles.Il faut aussi se souvenir que c’était très tendance, dirait on aujourd’hui , c’était la génération de 68, les cohen -bendit et compagnie s’épanchaient dans les bouquins sur leurs émois avec des gosses ...etc.Et l’époque a adoré ça, et continue .


  • Qui est responsable ? Les parents de ces jeunes femmes, très coupables d’avoir emmené leurs jeunes filles dans un endroit de m.rde - le cap d’agde - et ce photographe issu de la décadence immorale de 68.

    Tant les parents que ce sale type mériteraient la tôle.

     

  • Je vous laisse déguster cet article du Monde de 2007 qui prend aujourd’hui tout son sens : "Pour lui, la planète se divise entre "bien et mal baisés". Il ajoute : "Il y a de plus en plus de mal baisés qui circulent." Hamilton est amer de voir ses photos innocentes jugées comme relevant de la pédophilie. "C’est la chasse aux sorcières depuis l’affaire Dutroux. Ce mec a tout foutu en l’air." Sous-entendu, on pouvait s’éclater tranquillement avant que ce con aille un chouillat trop loin et casse le métier...


  • Suite aux nombreux articles publiés, j’ai regardé les fameuses photos prises par Hamilton à l’époque.

    Comment personne n’a pu être choqué par ce regard de voyeur obscène posé sur l’enfance, un désir de voler et de bafouer transpire de toutes ces images, le vice y est apprêté de dentelles et d’un éclairage angélique en faire-part de splendeur ignoble à s’envoyer les uns aux autres.

    Il existe des hommes qui aspirent à passer sur des femmes enfants pour se flatter de l’avoir emporté définitivement sur tous les autres hommes, ceux pour lesquels ces mêmes femmes devenues adultes leur auraient fait l’affront de les rejeter malgré leur nom et leurs billets de banque.

    Mais il y a aussi des hommes qui publient, qui monétisent, qui diffusent en conscience la concrétisation matérielle de ces déviances narcissiques.

    Ils sont pour moi encore pire que les premiers qu’on pourraient arrêter si d’autres hommes ne leur conféraient pas délibérément l’immunité de la célébrité et du pouvoir.

    Ce sont eux qui travaillent avec le plus d’application à parvenir à une infiltration de la société loyale et morale envers ses hôtes en engendrant insidieusement des émules de plus en plus putrides et cependant bénéficiant d’une carte blanche radicale pour imprégner négativement les esprits, les tirer vers le bas des bas fonds intellectuels.

    Je lisais dernièrement sur un site : "On est jamais trop pd dans la vie", déclaration d’un "artiste" chargé d’édifier la jeunesse actuelle.

    Les photos ne sont pas mal non plus, allons-y gaiement, prenons modèle :

    http://www.public.fr/News/Photos/Ph...

    Mais au final qui est le pire pour nous tous, celui qui pose, celui qui photographie, celui qui diffuse, celui qui vend, celui qui regarde, celui qui s’identifie et qui va reproduire le geste ?

    S’il n’y avait pas de receleur, il n’y aurait pas de voleur.

     

    • Tu aurais pu aussi faire porter le blâme aux parents et tout particulièrement aux mères. Mais bon, une femme se reprocher quoi ce soit quand on sait qu’avec vous c’est tjs la faute des autres.


    • "Le 18 novembre à 23:48 par anonyme
      Affaire Flavie Flament : d’autres femmes accusent David Hamilton de (...)

      Tu aurais pu aussi faire porter le blâme aux parents et tout particulièrement aux mères. Mais bon, une femme se reprocher quoi ce soit quand on sait qu’avec vous c’est tjs la faute des autres."

      @ anonyme :
      Arf, mais c’est justement pour ce concentré de défauts parfaitement rédhibitoires en chacune de nous, notre si légère mauvaise foi naturelle, que la préférence des hommes continuera toujours d’aller aux femmes, plutôt qu’aux hommes et malgré le forcing médiatique ambiant.


  • Je voudrais pas dire, mais il a une tête à ça, quand même...avec son air de Marc Dorcel...


  • Ah cette merveilleuse époque post soixantehuitarde ou les pédophiles de tout les milieux , de la politique en passant par le cinéma et maintenant la mode , avançaient sans se cacher . "Pédophiles de tout pays unissez-vous aurait pu être le slogan de cette periode ! "
    Ces gens nous traitent de réac mais sur ce coup la, ce sont tous ces pervers qui doivent se dire : "c’était mieux avant ".

     

  • C’est quoi ces parents qui confiaient leur fille à un mec qui photographiait des adolescentes à poil ?!!!

    Et puis attendre que l’abuseur atteigne 83 ans et crève bientôt pour s’occuper de son cas...comme un petit arrière-goût de foutage de gueule...nan ?

    Il était pote avec qui, à l’époque où il s’envoyait des gamines, le David ? Histoire de mieux comprendre...


  • Cette affaire est intéressante : les médias parlent aisément de Flavie Flament, et semblent soutenir les victimes âgées de 12/13 ans.

    La victime de Polanski, du même âge, pourra-t-elle aussi un jour être soutenue par les médias français et obtenir Justice ?

    En tout cas, on ne peut plus dire que la victime de Polanski était une délurée qui allait seule chez Polanski (sous entendu, elle était donc consentante.
    Les parents des victimes d’Hamilton ont fait pareil.


  • rien de nouveau dans ce bas monde.....
    Evidemment les parents manquent de discernement et toujours à l’affût du "paraître"
    Ils ont une grande responsabilité dans ces détournements ..... Qu’ils montrent l’exemple en appliquant une éducation basée sur le respect, l’honnêteté, la dignité et l’humilité
    Vivement qu’un homme ou une femme soit élu et fasse un grand nettoyage...en s’attaquant à la source
    Mais pour l’instant nous ne pouvons que penser à toutes ces petites victimes innocentes sans oublier celles des réseaux pédocriminels, véritables pourritures de notre société


  • Et s’il était innocent !!!

    La parole d’une femme à elle seule suffirait-elle à condamner un homme ?

    Pour avoir vécu la dénonciation calomnieuse de violences conjugales, je pourrais en attester. Il a suffit qu’une femme avec le soutien de l’association féministe "femmes solidaires" m’accuse pour que le juge prenne ses allégations comme déterminants et me mette à la rue, j’ai perdu mon travail et mon enfant.

    Ce n’est que trois ans après et après plusieurs procédures qu’il a été avéré que les accusations de cette femme étaient mensongères.

    Avant, j’avais tendance à croire la parole d’une femme, mais maintenant je suis prudent.

    C’est pourquoi, il faut rester neutre et ne pas se précipiter dans les préjugés. Peut être que ce monsieur est tout simplement innocent.

    Les féministes cherchent par tout les moyens à imposer la parole d’une femme comme vérité pour détruire le tissu sociale et imposer leur dictature sexiste.


  • J’aimerais qu’il aille en prison.
    Le problème est qu’il y a peut être prescription !!!

     

  • tout un monde de vie décadent basé sur l’ivresse sexuelle et l’échangisme parental, évidemment rien de bon ne peut sortir de là comme toujours les enfants sont dans ce cas là manipulés et culpabiliser par des pervers dont parfois leurs propres parents triste monde !


  • Je suis sorti avec une fille dont j’étais très amoureux qui a été violé à plusieurs reprises sur le bateau de son riche tonton à l’age de 8 ans. Je l’ai découvert à force de parler avec elle car elle a gardé ce secret caché depuis plus de 25 ans, n’étant pas sur que cela se soit réellement passé.
    Même mélancolie dans ses yeux sur ses photos d’enfance. Peur des hommes avec comportement ambigue avec eux. En gros, impossible de construire avec cette personne.

    Que ces fils de **** payent.


Commentaires suivants