Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Afghanistan : les forces spéciales américaines fuient Daech et lui laissent du matériel militaire

Des militaires des forces spéciales américaines se sont vus contraints d’abandonner une partie de leur matériel suite à une offensive de l’État islamique. Les djihadistes ont notamment récupéré des grenades et des munitions.

 

Les forces spéciales américaines ont dû abandonner en Afghanistan une partie de leur matériel lorsqu’elles se sont fait attaquer par l’EI, selon le Pentagone mardi. Le groupe djihadiste a publié ces derniers jours des clichés montrant des balles, grenades, chargeurs et un drapeau américain.

Une photographie d’identité de l’un des soldats américains a même été diffusée par l’État islamique (EI). Selon le Pentagone, les troupes américaines, présentes dans un hôpital de campagne de la province du Nangarhâr, ont été prises pour cible par une offensive des djihadistes.

« Cet hôpital de campagne a été déplacé vers un endroit plus sûr et lors du mouvement de troupes des équipements ont été laissés sur place », a expliqué un porte-parole du Pentagone.

Lire la suite de l’article sur arcinfo.ch

 


 

Ce n’est pas la première fois que les Américains oublient ou « abandonnent » des armes à leurs ennemis. La technique a été utilisée en Irak et en Syrie au profit de groupes rebelles, qui les ont cédées aux combattant d’al-Nusra.

Cela a été le cas avec les fameux lanceurs de missiles (TOW et similaires), qui ont été utilisés contre les chars de l’armée régulière syrienne. Ce fut le cas très récemment lors de la tentative des groupes anti-Assad de briser l’encerclement d’Alep.

La Syrie est aujourd’hui l’objet de toutes les pénétrations, plus ou moins officielles. Dernier exemple en date : le Royaume-Uni, qui ne participe pourtant pas à la coalition.

- La rédaction d’E&R -

 


 

Incursion illégale ? Des troupes britanniques repérées
pour la première fois en territoire syrien

Les photos publiées par la BBC montrent des militaires britanniques dans une base rebelle en Syrie. Ces images sont la première preuve photographique de la présence de soldats du Royaume-Uni en Syrie, violant ainsi la souveraineté du pays.

 

 

Des forces spéciales britanniques ont été photographiées pour la première fois sur le sol syrien. Sur les images, on peut voir des véhicules et des militaires britanniques patrouillant dans le périmètre de la base rebelle d’Al Tanaf, près de la frontière irako-syrienne. Les images datent de juin dernier, mais ont été publiées par la BBC le 8 août.

La BBC affirme que les militaires britanniques jouent un rôle défensif dans cette base de la Nouvelle armée syrienne, qui s’oppose au gouvernement de Bachar al-Assad. Mais ces clichés montrent que les soldats disposent de missiles antichars, des fusils de sniper et d’éléments d’artillerie lourde.

Un porte-parole des rebelles a reconnu qu’ils recevaient de l’aide britannique. « Nous recevons l’entraînement des forces spéciales de nos partenaires britanniques et américains. Nous recevons aussi des armes et de l’équipement du Pentagone ainsi qu’un soutien aérien », a-t-il confié à la BBC. Le Foreign Office, le ministère britannique de la Défense, a pour sa part refusé de commenter ces images.

Lire la suite de l’article sur francais.rt.com

Le bellicisme de l’État le plus « démocrate » du monde, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants