Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Alain Badiou analyse la désorientation de la jeunesse d’aujourd’hui

Un vieux lucide sur les jeunes

Une fois n’est pas coutume, nous relayons cette vidéo de Télérama qui invite le 26 septembre 2016 Alain Badiou, le philosophe « clivant ». Il y est question du capitalisme mondialisé, qui a gagné, et de la jeunesse déchirée entre deux tentations : d’un côté la guerre contre l’autre que prône le capitalisme, avec peu de vainqueurs et beaucoup de vaincus, de l’autre la vie d’avant, ou fantasmée comme telle, avec sa hiérarchie et ses valeurs bien en place.

« Le capitalisme est une machine à désorienter les sujets »

« L’hégémonie absolue de la représentation capitalistique et financière de la totalité des relations productives et sociales engendre un univers de la concurrence, de la rivalité, et ce défaut de symbolique de la solidarité, symbolique de la communauté, a des effets mortifères »

« Moins de 200 personnes aujourd’hui possèdent à peu près autant que trois milliards d’autres, c’est une aristocratie plus réduite que l’aristocratie de l’Ancien Régime, les nobles c’était à peu près 10% de la population, là on est plus proche des 2 ou 3% que de 10% »

 

Sorties de crise avec Kontre Kulture

Celui sur qui le Système crache ne peut pas être foncièrement mauvais, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Comme disait un milliardaire étasunien narquois : La lutte des classes existe bien et c’est nous qui l’avons gagnée ..... Sans autre commentaire !!!

     


  • les nobles c’était à peu près 10% de la population,



    Et c’est sans compter que tous les nobles n’étaient pas forcément richissimes. Aisés certes (quoique certains étant de très mauvais gestionnaires étaient à la limite de l’indigence...) mais sans commune mesure avec les fortunes ahurissantes des banksters et autres industriels voyous...d’aujourd’hui !

     

  • Ça n’interesse personne. Même les rmistes, les chômeurs, les bénéficiaires de l’ass, ceux qui se lèvent pour rien (- de 2000E net/mois) ne veulent pas ou n’ont pas la capacité de comprendre ce qui est important dans leur vie, et comment s’en sortir.
    Non eux les pauvres, les loosers, et esclaves qui bossent comme des cocus pour des miettes ils préfèrent qu’on leur parle de leur sujet favori pour s’évader de leur tristesse, leur vie de m..., leur aigreur. Ça commence par un "i". Bien fait pour eux !


  • Alain Badiou ? ’connaissais pas. Alors comme ça les vieilles idées sont mortes, du passé faisons table rase, donnons à la jeunesse une symbolique nouvelle qui lui permette de se trouver au dehors des anciennes valeurs, soyons créatifs et inventifs de nouvelles formes d’amour ... bof, du barratin new-age il me semble. La jeunesse, comme il dit, est plurielle, on le sait bien, il y a "jeune" et "jeune", mais ça il n’en parle pas, on pousse la poussière sous le tapis et l’on fait de grands discours, c’est l’impression que ça donne.

     

    • Bien vu,

      Il suffit de voir la bobo coopérative de nuit debout
      ou de jour couché,lui parler de sa phase de transition,
      qu’il n’a même pas récusée pour se rendre compte
      du cul de sac dans lequel un brillant intellectuel marxiste
      est acculé !
      En appeler à la bohème de Rimbaud,pour mettre
      un peu d’âme dans le débat était pathétique !
      En ce qui concerne les prolos qui bossent,manifestement
      il s’en fout !
      L’oligarchie se marre en écoutant A Badiou,
      elle rigole moins en écoutant A Soral !


    • J’ai tout juste 22 ans et j’ai suffisamment compris le monde pour me rendre compte qu’on aurait du mal à trouver mieux que les valeurs d’ancien régime. Le problème des marxistes c’est qu’ils croient que tous les hommes sont égaux et que s’il était donné à tous les mêmes chances, ils auraient les mêmes résultats, c’est faux. Suit la discrimination positive dont on connaît tous la contre-productivité. Je ne vois pas d’autre monde possible qu’un monde basé sur une Religion commune, car sans cela, le monde sera toujours livré à la loi du plus fort, ou du plus riche, ce qui revient au même. Cependant cette idée est dure à comprendre pour des gens formatés dans la haine de la Foi.


  • je m’arrête à la minute 14 : "les attentats se finissent toujours par le suicide des protagonistes".

    Quel affreux mensonge : confondre assassinat et suicide...

    Quiconque s’est penché sur la question des attentats récents sait très bien que leurs auteurs sont tout simplement assassinés pour qu’ils ne parlent surtout pas.


  • Le monde capitaliste est affreux c ’est l ’ argent , une vie dépourvue de sens et patati et patata , oui on sait merci ! mais " Le retour au vieux monde est désastreux , artificiel " c ’est la rétraction vers des valeurs affaiblies , voire détruites " : bref toujours l ’ antienne que le passé c ’est mort , que les valeurs sont destructibles de la part de ce vieux schnock progressiste qui veut faire jeune lui même et s ’ habille jeune mais pense vieux , fossile . Et Télérama de souligner que c ’est le philosophe le plus traduit ,vendu ! Badiou c ’est de la pensée Télérama , rien à offrir à la jeunesse ; en fait un intellectuel au service du système .

     

  • Le “clivage” avec E&R est établi à 1h05 : il reprend l’internationale des prolétaires contre les courants identitaires qu’il voit monter.

    Ce marxiste-(ex- ?)maoïste ne pense pas la notion-fonction de “clôture organisationnelle”, démontrée comme essentielle en théorie de l’organisation, en outre disposée en “poupées gigogne” : famille, ethnie, association, langue, Etat... sans parler, bien sûr, des clôtures sous-jacentes, physico-biologiques : atome, molécule, macro-molécule, cellule, tissu, organe, organisme individuel et en société...

    Et il termine : “Pour être à la hauteur de l’oligarchie capitaliste, il faut a minima que l’organisation soit mondiale”... a minima !

     

    • oui en effet, opposer identitaire et coopératif est une erreur maoïste vulgaire, puis le fait d’un mouvement international pour lutter contre le capitalisme ...
      Combattre le mondialisme par du mondialisme ...
      Enfin déjà il ne vote plus, il a fait une partie du chemin.


    • Bien dit, très simpliste pour un philosophe de son âge, particulièrement dans sa connaissance de l’ancien régime, qui avait plutôt tendance à diminuer la pauvreté sur le long terme.

      Je ne comprendrai jamais cette manie marxiste de croire que tous les hommes puissent être égaux, alors qu’à la naissance, déjà, les cartes biologiques sont souvent bien mal réparties, ensuite, il faut constater que tous les hommes ne partagent pas la même morale et que certaines morales sont plus élevées que d’autres et préfigurent la civilisation. L’erreur marxiste est de considérer exclusivement le monde de manière matérialiste. Un paysan vivant un bon mariage sera toujours plus riche qu’un DSK.

      Enfin, je lui reprocherai d’affirmer qu’on ne puisse pas, au moins, s’inspirer de l’ancien régime pour bâtir l’avenir, comme si ce qui était du passé devait être considéré comme ayant échoué dans sa globalité.
      Quand on étudie sérieusement l’Histoire, on se rend plutôt compte que l’échec de l’ancien régime résulte de la naissance du libre marché et de son infiltration en haut lieu.


    • @Konquistador, il faut être bien con pour faire une si petite partie du chemin quand on se prétend philosophe et à l’article de la mort. Quand je l’entend, je le trouve plus intelligent que la moyenne, or je suis certain de pouvoir tenir débat contre lui à 22 ans et cela m’agace profondément, je devrais, dans une société saine, me sentir abruti face aux anciens...


  • Socrate, Platon, Badiou..des philosophes avérés pas comme comme certains imposteurs entartés du faciès et entartrés du bocal reconnaissables à la rhétorique malhonnête intellectuellement et moralement au service d’une cause politique abjecte.


  • Le système pour s’épanouir, doit obligatoirement abrutir la jeunesse. Abrutir signifie ici abolir le sens critique de l’individu, éliminer autant que faire ce peut les émotions négatives qui nuisent au commerce ( quand on est déprimé, on dépense moins )...alors oui, il est impossible d’être tout à fait épanoui au sein de cette société et encore plus si l‘on est jeune..

     

    • Désolé de dire le contraire mais une société déprimée/dépressive aura tendance à consommer plus. Pour combler les "manques" par des biens matériels et tenter d’améliorer ce "moral" en berne. L’acheteur compulsif parfait.
      Une société saine sera plus réfléchie et pensera plus à demain, voir à la génération future. L’épargnant parfait ennemi des banques et des marchés, des entreprises et des actionnaires.

      Sans parallèle aucun, il est aussi prouvé que la communauté Gay dépense en moyenne plus que la communauté hetero’, à nombre d’individu égal bien entendu.

      si je remet la main sur cette étude je link dans la foulée.

      Cordialement


    • J’avais vu ca dans mes bouquins de cours, j’ai fait une recherche surle net et j’ai assez vite trouvé dans des livres de mercatique.


    • - >Siirose
      Mon humble et tres modeste opinion : la depression / euphorie (c’est la meme chose de toute facon) ne nuit pas au commerce mais l’un se nourrit dans l’autre. La consommation a pour consequence la depression / euphorie et on redemande plus de consommation comme antidote alors que c’est le poison. Il faut couper la soif comme nous l’a explique un petit gros bedonnant ne il y a environ 2600 ans et qui a glandouille pas mal de temps sous un figuier dans le nord de l’inde


  • Badiou c ’est le constat "le monde néo libéral c ’est dur " mais pour mieux asséner que le passé c est dépassé et à oublier ! O jeunesse garde toi de la nostalgie ! Que voilà une pensée profonde de marchand ( puisque normalien fils de normalien ! ) d ’ idées (soi disant) et qui se vendent même parait il ?! Mais O Badiou faut il donc que les" jeunes" oublient Bach ,Mozart et la symphonie du nouveau monde enfin tout cet hétage nostalgique sans valeur à tes yeux ?en vérité tu es un trompeur Badiou ,tu es des malfaisants gauchistes dont l ’ obsession fut toujours de tout détruire de ce qui est vrai , beau et bon sans avoir rien laissé de trace au monde que des bouquins aussi creux que leurs cervelles .

     

  • Quand une intelligence aiguë s’exprime, avec en toile de fond la pensée humaine depuis l’origine, on tire sa révérence. Il convient d’attendre et de réfléchir longtemps avant de répondre.
    Je contreviens à mon conseil. Badiou est d’un pessimisme désespérant. Il constate l’écrasante supériorité du système dominant dans sa forme actuelle (c’est vrai), système possédé et dirigé par une infime minorité (c’est tout aussi vrai). En face, au plan mondial, il n’y a rien ou peu de chose en mille morceaux.
    Reste la divine surprise, l’inattendu auquel Badiou fait allusion. Il n’y a plus qu’à l’attendre.

     

  • Hahaha, il est dommage que certains regardent Badiou avec des lunettes idéologiques, se braquant à la première remarque n’allant pas dans leur sens. Son parcours politique le pousse forcément à certaines réticences et vers une forme d’internationalisation, mais ça ne justifie pas de disqualifier tout le reste de son discours...

     

    • Non mais mettre l’ancien régime dans une poche morte comme s’il s’agissait d’une évidence est très malhonnête, voire scandaleux pour un homme de son grade.


    • #1572670

      hahaha, inutile de considérer tout son parcours pour le juger sur cette vidéo.

      mais s’il est question de son parcours, il risque de le finir dans les décors, en ratant la dernière épingle à cheveux : toutes ces prises de position récentes (printemps arabes, féminisme, maintenant "jeunisme" et capitalisme, mutations du monde) sont faussement subversives, bourrées de clichés, dans l’air du temps, sans force.

      il me fait l’impression de ne plus comprendre le monde, et de cavaler derrière, avec des concepts un brin datés.

      dans la durée, Badiou, un remarquable philosophe ... quand ils parlent des autres. une sorte de Jules Ferry ou d’Onfray, mais beaucoup, beaucoup plus technique et beaucoup, beaucoup moins dans l’action.


  • Quelle tristesse !
    Un vieux mao qui fait le coquet et une précieuse ridicule !
    On est entre soi !
    Badiou est un intellectuel qui a fait toute sa carrière payé par l’Etat - en faisant tout pour le miner de l’intérieur - et qui maintenant critique le système !!
    C’est de la schyzophrènie (ou plutôt de l’agit-prop).
    Du blabla et des bons mots, pendant que notre monde s’écroule.
    Il est déjà obsolète : une tribune organisée par Télérama c’est un signe qui ne trompe pas.
    Sinon en première partie de Dieudo, il peut quand même faire marrer !


  • Lol.
    Un vieux philosophe de l’imbécilité universitaire, tellement imbu de son propre savoir illusoire qu’il se fait prendre dans des canulars de non-sens absolu ( http://www.liberation.fr/debats/201... )...

    Il était temps qu’il relève la tête, mais il ne pourra jamais le faire complètement, auquel cas il ne passerait plus dans les médias aux ordres. Badiou fait le malin car il a lu les 2 premières pages d’un livre de Francis Cousin mais fait bien attention à ne jamais s’égarer dans une réalité probablement trop complexe pour lui, préférant rester dans l’abstraction absolue, dans la généralité creuse et le politiquement correct, hors du réel et lui assurant toujours une place confortable dans les évènements mondains. C’est d’ailleurs pour ça que la journaliste lui repose 15 fois la même question...
    Mieux vaut tard que jamais, mais mieux vaut concret maintenant qu’abstrait à l’éternité.

    Tant qu’il reste dans le constat de la déchéance actuelle, sans s’en prendre aux causes profondes, tant historiques qu’ontologiques, alors il restera un penseur de surface, encore prisonnier malgré lui des écrans du factice régnant. Et c’est doublement pervers, car ça donne l’illusion d’une véritable critique, en apparence pertinente mais en réalité stérile et ne traçant aucun chemin ; du coup, les gens s’en détournent et commenceront à se détourner de la philosophie véritable et d’autres discours reprenant les mêmes thèmes.
    En somme, c’est de la contrefaçon philosophique, de l’attaque sous faux drapeau. Ça ressemble à du caviar... mais c’est de la merde.

     

    • Merci pour la référence ! Badiou , Roudinesco , Maffesoli ( " Mesfessesau lit " comme dit Soral dans une de ses vidéos ) : Les pompeux cornichons se serrent les coudes quand un âne Boronali les démasque . Lacanisme , Freudisme , Maoïsme , Sous-Marxisme mal réchauffé pour les nuls et charlatanisme des précieuses ridicules pilpoulesques radotant jusqu’à l’asphyxie dans la stratosphère de l’abstraction désincarnée sans jamais reposer les pieds dans la glaise de la réalité , qu’ils laissent aux bouseux et aux sans-dents de la France périphérique ; un seul mot pour désigner cette "nouvelle" pensée française : le Botulisme , dont la toxine la plus stupide et la plus méchante est celle de la variété Bernard-Henri . La France moisie c’est eux . Les Sophistes sont éternels et votre commentaire est très pertinent .


    • Tout à fait d’accord avec Bananonyme et SuperDupont.

      Ce type est un imposteur, de la variété botuliste.


  • L’ennuyeux vieux schnok maoïste est fâché avec les chiffres ( pour ne pas dire avec la réalité ) : sous l’ancien régime les nobles c’est environ 1 % de la population , pas 10 % ; Actuellement les 85 personnes les plus riches( et non pas 200 ) possèdent autant que les 3,5 milliards les plus pauvres ( source : un article sur le cite L’OBS du 21 janvier 2014 citant l’ong Oxfam ) ; 200 font non pas 2 ou 3 % mais 0.0000066 % de 3 milliards . Au lieu d’ironiser sur les vieux qui font du jogging pour soi disant "rester compétitifs dans la société concurrentielle " ( moi qui pensais qu’ils le faisaient tout simplement pour rester en bonne santé , suis-je bête ! ) , il ferait mieux de les imiter , çà lui permettrait d’aérer ses neurones . Quant à sa façon de cracher lâchement sur la religion en générale sans jamais citer l’Islam pour mieux attaquer le christianisme sournoisement , je trouve çà à gerber : ils sont où Badiou les terroristes catholiques ? J’ai arrêté la vidéo vers la 22ème minute mais je la garde sous le coude , c’est un excellent somnifère .


  • Au début ça va dans le bon sens : il dénonce la compétition à tout crin qui ronge la société et voit comme solution l’égalité comme principe d’organisation sociale. Mais déjà il ne parle pas de la cause de la compétition, qui est l’argent, et il ne définit pas le principe d’égalité (pour une excellente définition, voir Philippe Landeux, Qu’est-ce que l’égalité ?). Et là où ça tourne vraiment mal c’est quand il dit que cette alternative politique au capitalisme serait mondialiste, because le capitalisme nous entraine dans un monde globalisé... cherchez l’erreur.


  • « Moins de 200 personnes aujourd’hui possèdent à peu près autant que trois milliards d’autres, c’est une aristocratie plus réduite que l’aristocratie de l’Ancien Régime, les nobles c’était à peu près 10% de la population, là on est plus proche des 2 ou 3% que de 10% »

    Plus ces 2 ou 3% augmenteront, plus les violences des anciens régimes augmenteront également... Si l’on veut empêcher voire réduire cette augmentation sans changer le fonctionnement du monde, alors il ne reste plus que "la décroissance"...


  • Il met quelques flèches dedans, mais au Moyen-Âge, j’aurais prié tous les saint qu’il ne soit pas charger de me couvrir...ah le gauchisme. C’est à la politique ce que le cancer est à la vie...ça revient toujours, d’une manière ou d’une autre ! :D


  • Enfonçage de portes ouvertes (concurrence exacerbée pas bien), colporte les a priori classique (ancien régime atroce, autorité et hierarchie pas bien ect., nation et identité pas bien), ne parle des vrais sujets qui fâchent, critique sans arrêt le "communisme" soviétique... qui n’en a jamais été un, parle beaucoup (s’écoute parler, comme la journaliste d’ailleurs qui répète tous ces mots 2 fois) pour ne pas dire grand chose. Et pour ne rien proposer ou presque ; hormis une autre mondialisation "marxiste" pour contrer l’actuelle.

    En somme, il n’a clairement pas identifié le problème, en plus de faire le jeu de ses adversaire, et de cruellement manquer de culture dont il croit faire un étalage.

    Paragon de la connerie avec les questions du public : pauvre bobo perdu antifa vers 55minutes, et avec la vieille à 1h05 coco féministe.

    Merci quand même à ER de nous proposer une vidéo qui change un peu de d’habitude. (ça nous permet finalement de mieux apprécier les interventions avec une réelle valeur ajoutée, ou de bonne qualité)


  • C’est "adroit" d’établir le constat que tout le monde connaît maintenant que le « ça va mieux » ne prend plus chez les "sans-dents" par contre la suite est plutôt incertaine, limite confuse.
    A ce titre, j’ai bien aimé l’ancien régime "hiérarchique", alors que dans le nouveau 2% possèdent quasiment tout.
    - Mais alors l’ancien régime, il était … moins hiérarchique alors ?
    Non, l’ancien régime, il était hiérarchique !

    - Ah bon… Parce que moi, heu…, hiérarchique, je sais ce que c’est comme système c’est hiérarchique ! Moins hiérarchique que hiérarchique, je m’doute. Ça doit être anarchique ! Mais plus hiérarchique que hiérarchique j’vois pas… Qu’est-ce que c’est comme régime ?
    C’est nouveau, ça vient de sortir, c’est l’progrès, parles-en à Nuit Debout ou plutôt ferme-la !
    La passion de ce monsieur était l’art dramatique, manifestement c’est toujours d’actualité.


Commentaires suivants