Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Alexandre Latsa analyse les élections législatives russes

Alexandre Latsa revient sur les élections législatives en Russie, les allégations de fraude et les résultats :

 

 

La Russie face à l’empire, à lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1563560

    Les analyses concernant la Russie ou la Chine sont le plus souvent centrées sur la classe politique russe et les événements géopolitiques. cette insistance à focaliser l’attention sur les leaders et non sur la réalité vécue par le peuple est à elle-seule révélatrice d’une grave déficience dans la vision des choses des observateurs occidentaux présents en Russie. Car il es très rare de trouver une analyse objective de la situation vécue par les Russes dans les villes et les campagnes hors des grandes métropoles. On ne vous dira rien sur l’évolution du niveau de vie, alors que les autorités elles-mêmes, notamment la banque centrale russe, ont rendu des rapports alarmants à ce sujet. Pourtant le retrait de la licence de plusieurs banques russes par leur autorité de tutelle est un nouveau signe de la dégradation du climat économique dans un contexte de crise financière qui affecte également la Russie, de climat économique déprimé dans l’économie privée, de forte inflation et de faiblesse du rouble. Le retrait du capital occidental a porté des coups sensibles à l’économie des services, qui se sont traduits par un fort recul du secteur bancaire et de services financiers en général, notamment ceux ayant trait à l’investissement et au private equity. Dans ces conditions, il est difficile pour une PME de se développer hors de la tutelle des agences gouvernementales. L’agriculture privée ne semble pas avoir décollé autant que l’aurait souhaité le Kremlin, à l’affût des produits de substitution aux importations occidentales, à cause du manque de main d’oeuvre et de soutien gouvernemental aux prix de production. Heureusement le complexe militaro-industriel vit encore sur sa lancée des années de rattrapage du retard technologique russe, que l’on voit à travers les multiples nouveaux matériels intégrant les nouvelles technologies que l’Occident a laissé imprudemment filtrer en Russie et en Chine. De ce côté-là les résultats dépassent les attentes les plus folles, comme le missile de croisière Kalibr qui dépasse en performance le Tomahawk américain. Reste à savoir ce qui se passe dans l’espace où la Russie affiche de fortes ambitions, comme le bombardier spatial embarquant des armes nucléaires supersoniques ou les missions d’exploration spatiales faisant appel à de nouveaux moyens de propulsion. Décidément l’avenir de l’humanité se dessine de plus en plus hors de la planète Terre, pourvu que nous ayons le temps de nous en échapper avant l’extinction nucléaire.

     

    • Vous etes tres pessimistes concernant le niveau de vie en Russie, preuve que vous n y vivez pas reellement. Vs devriez arreter de lire le Monde ou Libe et redescendre sur terre.
      Votre commentaire est celui qu on retrouve dans la presse mainstream, dommage...


    • #1565346

      L’inflation est maintenue à 6,5% par la banque centrale (les taux sont passés de 10,5 à 10% il y a une semaine, soit une constante de 3,5 au-dessus du taux d’inflation), en-dessous des 11 voir 12% que l’on a connu auparavant.

      Ces taux élevés empêchent la croissance, mais permettent aux Russes du quotidien, ceux dont on ne parle effectivement jamais, de respirer un temps. Le chômage n’a pas beaucoup augmenté.
      La fermeture de banques est un réel problème, néanmoins cela fait également parti du nettoyage de ce secteur. Jusqu’à présent le gouvernement n’a pas touché les banques qui comptent beaucoup de retraités. Fermer Sberbank serait un drame, par exemple. La fermeture de la "Moskverechnie Creditnoye je sais pas quoi bank", pardon mais le peuple s’en tape un peu, sauf quand il perd son argent.
      Enfin, j’ai récemment ouvert une PME en Russie, et elle fonctionne plutôt mieux que prévu. Certes, pas de croissance folle comme en 2007, mais les clients sont là.

      Quand à l’investissement privé sans le domaine agricole, il me semble qu’il augmente sensiblement.

      Enfin, la faiblesse du rouble est dure à avaler, et comme les russes j’y ai perdu une partie de mes économies (j’habite en Russie). Pourtant c’est peut-être une condition nécessaire pour que la Russie retrouve une compétitivité au niveau international. Je me souvient des lamentations d’analystes économiques et financiers devant un rouble surévalué qui freinerait la croissance, il y a tout juste deux ans.