Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"Allez demander aux Grecs si ça les fait marrer d’être en Europe"

Olivier Delamarche sur BFM Business

Émission Intégrale placements du 21 mars 2016 sur BFM Business, avec Olivier Delamarche et Pierre Sabatier :

 

La BCE a-t-elle raison de muscler son QE ?

 

 

Comment augmenter le potentiel de croissance en Europe ?

 


 

Vous êtes entrepreneur ou particulier et souhaitez faire partie d’un réseau d’entraide pour faire face à la crise ? Rejoignez Solid’E&R, le premier espace d’annonces du Réseau d’Économie solidaire créé par E&R. Pour cela, il vous suffit d’être adhérent de l’association (merci de rentrer votre identifiant et votre mot de passe d’adhérent pour accéder à Solid’E&R) :

Pour en savoir plus sur le Réseau d’Économie solidaire :

Retrouvez Olivier Delamarche sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On a compris depuis longtemps que la recette éculée du QE ne marche pas puisqu’elle maintient les marchés financiers au centre des systèmes de financement bancaire profitant de la garantie des banques centrales sur les titre de dette bancaires. Par contre, la solution pour en sortir est beaucoup moins claire, dans la mesure où l’intégration économique mondiale est difficilement réversible, sauf à courir le risque d’un effondrement des superstructures économiques et politiques combinées entre elles. Néanmoins les magouilles comptables qui maintiennent la solvabilité des banques et la survie financière des Etats, ne suffisent pas à redonner du tonus à des économies asphyxiées tant par l’absence de liquidités bancaires que par la centralisation excessive des structures de pouvoir étatique. Partout le citoyen éveillé réclame sa part d’espace vital qui lui a été enlevé au nom de la nécessité de légiférer partout où les lois doivent encadrer et normaliser l’activité économique. Les normes sont devenues une arme économique de conquête des marchés. Qu’elles soient américaines ou chinoises ne change rien à l’affaire, qui veut que le socialisme de marché demande de l’encadrement, au nom de la sacro sainte "Egalité" devant la loi. Il faudra bien un jour inventer un autre paradigme pour guider l’organisation économique et sociale, qui permette à chacun de retrouver son droit à exister sans être étouffé par les normes étatiques qui nivellent les énergies individuelles. La civilisation occidentale qui a conquis le monde avant de l’asservir à une autorité unique toute puissante doit se renouveler pour survivre, avant que la violence n’emporte tout sur son passage. Ce nécessaire changement va nécessairement passer par des mouvements tectoniques qui emporteront les structures étatiques désuètes héritées de l’âge où les ingénieurs sociaux pensaient pouvoir tout contrôler et régenter grâce à l’organisation scientifique de la société basée sur les règles de cybernétique et de l’ingénierie sociale. Les "corps intermédiaires" ont besoin de retrouver leurs "privilèges" perdus face à l’Etat dans un ordre social fondée sur une morale de vie et de vérité que l’on espère succéder à une morale laïque mortifère.

     

    • "Par contre, la solution pour en sortir est beaucoup moins claire, dans la mesure où l’intégration économique mondiale est difficilement réversible".

      Il n’y a pas d’issue. Cette vision du monde globalisé s’effondrera (brutalement ou lentement), par la prise de conscience de plus en plus de gens. Et personne, je dit bien personne, ne pourra s’y opposer.

      Cela dépasse le cadre économique.

      Nous observerons un exode urbain, c’est une certitude.


  • Ah ça leur plait pas à ces deux de donner de l’argent directement aux gens plutôt qu’aux banques, ça, ça leur plaît pas. Ils feraient mieux de s’occuper à ne pas ruiner leurs clients plutôt que pavaner sur les plateaux.

    http://zetrader.info/olivier-delama...

     

    • Le jour ou votre banquier vous donne de l’argent gratuitement courez vite le dépenser tant qu’il vaut quelque chose parce que vous n’aurez pas beaucoup de temps


    • Ils sont quand même un peu fermés... Nous ne sommes pas en fin de cycle ou de période, nous sommes en fin de civilisation.
      Intelligents et critiques comme ils le sont, Delamarche et Sabatien devraient lire sur le Crédit Social et autre principe de dividende national. En oubliant bien certainement quelques présupposés monétaires fallacieux, hérités de l’enseignement économique des grandes écoles qui sont d’abord là pour former la relève bien davantage que la contestation.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3...
      et
      http://www.economiedistributive.fr/...


    • C’est pour ça qu’il continue à aller sur les plateaux télé. Il faut bien qu’il gagne sa vie d’une manière ou d’une autre, parce que niveau gestion, ce type est vraiment nul.

      Des types comme lui ou Jovanovic ont induit des centaines de milliers de Français en erreur depuis des années.

      Et ce qui ne les ont pas écouté se sont fait des co..lles en or...


  • J’ai regarde quelques meeting de TRUMP aux USA, comment se fait-il que systematiquement TRUMP est accueilli par des on veut du travail ?

    Si vraiment les USA sont avec 4,5% en quasi plein-emploi ?

    Reponse la situation est en fait critique aux USA, tous les chiffres sont bidouilles aux USA comme ailleurs.


  • Je suis d’accord avec Sabatier, il faut du libéralisme en France. Mais un libéralisme local, c’est à dire à l’intérieur du territoire national, pour les petits. Les gros doivent être soumis à des mesures anti monopolistiques, voir nationalisés. La circulation des biens, des personnes et des capitaux avec l’étranger doivent être contrôlés. Bref il faut récupérer nos frontières et notre monnaie, ensuite on pourra desserrer l’étau sur les petites entreprises.


  • Quand la psychose explose : Nous sommes ce junky-dealer, accro et à sec, qui se paye avec sa fausse monnaie et succombe affamé.

    Je ne suis pas économiste mais je ne suis pas bête. La situation que nous subissons est due à des incompétents et des escrocs. Nous avons aujourd’hui des banquiers qui impriment de la fausse monnaie basée sur aucune économie réelle. Ils mettent ensuite cet argent en circulation et rackettent ceux à qui ils l’ont prêté. En empochant au passage le paiement de l’endettement adossé à des biens réels. C’est donc à la fois une ruine financière, économique et politique. Il n’y a plus de projet de civilisation, de progrès ni de futur. Sans confiance, le système arrive en bout de course rapidement. L’écroulement est inscrit ab initio dans toute démarche injuste.

    Pour cacher que l’escroc est nu, les médias complices et actionnaires, servent de relais pour divertir et présenter une information frivole, tronquée ou purement mensongère. Les gouvernements aux ordres sont chargés d’organiser le chaos et la ruine par le terrorisme et le pillage des ressources. Quelques marionnettes comme les Saoud ou Erdogan sont poussés à déclencher une guerre nucléaire qui va accélérer la chute et permettra aux financiers de s’esquiver en silence par la porte de derrière.


  • Sans QE pas de Lettres de Crédits Bancaires, sans crédit bancaire pas d’assurances (les Lloyds donneront le ton), sans assurances plus de fret (les gros bateaux qui font des ronds dans l’eau) donc les 5% de physiques (matières premières) qui nous nourrissent et toutes ces conneries qu’on achète (bagnoles, ordi, portables...) tout ça bloqué/coincé.

    Le QE est une drogue dur, on ne peut plus s’en passer. Comment dit-on Cold Turkey ou méthadonne en termes économiques ?