Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’ancien directeur de la DGSE : "Les États-Unis ont bel et bien espionné l’Élysée en 2012"

L’ancien directeur technique de la DGSE (service secret extérieur français), Bernard Barbier, a fait cette révélation qui mérite d’être soulignée : les États-Unis ont bel et bien piraté l’Élysée en 2012.

 

Dans une conférence donnée en juin et passée inaperçue jusqu’ici aux élèves de l’école d’ingénieurs Centrale-Supélec, dont Le Monde a diffusé un enregistrement le 3 septembre, l’ancien responsable a reconnu la responsabilité des États-Unis derrière un piratage contre l’Élysée en 2012. En mai 2012, les ordinateurs de collaborateurs du chef de l’État en exercice Nicolas Sarkozy ont été piratés. Suspectée, la responsabilité américaine dans cette affaire n’avait jamais été confirmée.

 

 

« On a vu qu’il y avait un "malware" (logiciel malveillant) qui avait une signature identique à celle que nous avions identifiée lors d’une attaque contre la Communauté européenne en 2010, a-t-il indiqué. En 2012, nous avions davantage de moyens et de puissance technique pour travailler sur les métadonnées. J’en suis venu à la conclusion que cela ne pouvait être que les États-Unis ».

D’autre part, M.Barbier a reconnu que les services français ont commencé à faire du piratage informatique dès 1992 et qu’ils sont responsables d’une opération lancée en 2009, comme le soupçonnait le Canada dans une note dévoilée en 2013 par le lanceur d’alerte américain Edward Snowden.

« Les Canadiens ont fait du "reverse" (remonter la trace informatique) sur un malware qu’ils avaient détecté. Ils ont retrouvé le programmeur qui avait surnommé son malware "Babar" et avait signé "Titi". Ils en ont conclu qu’il était français. Et effectivement, c’était un Français », raconte-t-il.

 

Sur la réalité du monde politique, lire chez Kontre Kulture

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.