Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Années de plomb et semelles de vent

Gabriele Adinolfi est un « malgré lui ». Ses semelles de vent ne sont pas celles que Verlaine attribuait à Rimbaud. Il n’a pas fui par dépit, dégoût ou ennui. Il s’est échappé par nécessité, forcé comme un gibier par la justice italienne, repoussant la traque policière pendant vingt ans.

Avec Nos belles années de plomb, il a fait mentir Cocteau qui affirmait, avec trop de légèreté, que « les Italiens sont des Français de bonne humeur ». L’inverse non plus, n’est pas vrai. Gabriele Adinolfi n’est ni irascible, ni renfrogné. En fait, il est Italien tout court. Avec cette étonnante capacité à capter le comique qui se niche parfois dans les profondeurs du tragique...