Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Antoine Deltour, le soldat inconnu des lanceurs d’alerte

La finance internationale n’aime pas l’information

À l’origine des révélations du Luxleaks, il y a Antoine Deltour, ancien employé d’un cabinet d’audit luxembourgeois qui a permis de mettre au jour la pratique des tax ruling.
Mais le statut de lanceur d’alerte, surtout lorsqu’ils ne sont pas médiatisés, n’est pas franchement confortable. Mis en examen par la justice luxembourgeoise, il risque 5 ans de prison et 1 250 000 euros d’amende. Son procès commence le 26 avril.

 

Antoine Deltour, ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant. Il n’a rien à envier à un Julien Assange, Edward Snowden ou un Hervé Falciani. C’est notamment grâce à lui que le scandale du Luxleaks a été révélé. Et il risque gros. Cinq ans de prison et 1 250 000 euros d’amende. Son procès doit s’ouvrir ce 26 avril au Luxembourg.

C’est en mai 2012 que débute l’affaire, lorsque Cash Investigation, nouveau magazine d’investigation de France Télévisions, s’attaque aux « paradis fiscaux » et lève le voile sur les pratiques des grands groupes au Luxembourg. Le journaliste Édouard Perrin, qui a mené l’enquête, s’appuie sur des documents explosifs du cabinet de conseil PricewatershouseCoopers (PCW) qui mettent au jour des montages fiscaux complexes afin de permettre à des grandes entreprises de réduire leur avis d’imposition, le tout grâce à des filiales domiciliées au Luxembourg.

Surtout, on apprend que cette optimisation fiscale ne se fait pas du tout au nez et à la barbe du Grand Duché mais bien avec sa complicité, par des accords fiscaux secrets – les fameux « tax ruling » – entre les services fiscaux luxembourgeois et les entreprises. L’enquête permet à l’émission d’Élise Lucet de s’installer dans le paysage audiovisuel français comme la référence de l’investigation et d’ouvrir le débat sur l’optimisation fiscale. PCW porte plainte pour « violation du secret des affaires ». L’affaire en reste là.

Mais deux ans plus tard, l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) révèle l’affaire Luxleaks. Ce que l’on découvre dépasse l’entendement. Des médias dont Le Monde publient 548 accords fiscaux négociés pour le compte de 340 entreprises par le cabinet PWC avec l’administration luxembourgeoise entre 2002 et 2010. Et ils ne représentent qu’une partie des accords validés…

Doublement gênant puisqu’un mois plus tôt, l’ex-Premier ministre du Luxembourg, Jean-Claude Juncker, vient d’être élu à la tête de la Commission européenne. Le 12 décembre 2014, la justice du Luxembourg met en examen la source à l’origine de Luxleaks. Deux jours plus tard, Libération publie un entretien avec Antoine Deltour, l’homme qui a permis de révéler une bonne partie des petits secrets fiscaux luxembourgeois.

Entré à PCW en stage, ce « travailleur frontalier » français obtient un CDI en 2010 comme auditeur et y découvre « la réalité du système dans sa radicalité : une pratique massive d’optimisation fiscale », explique-t-il à Libé. Ce qui le pousse à démissionner deux ans plus tard pour passer les concours de la fonction publique « pour contribuer à l’intérêt général ». Et dans ses bagages, il ramène des documents de formation et… les fameux accords de tax rullings qu’il découvre en explorant la base informatique de PWC. Il effectue des copies « sans intention particulière, ni projet précis », dit-il, mais parce qu’il est « consterné ». Après avoir tenté de proposer son expertise à des ONG, il est approché par Édouard Perrin. Les deux hommes sympathisent et Deltour confie au journaliste cette mine d’informations. Respectant leur accord, Perrin n’utilise qu’une partie des documents pour le magazine Cash Investigation. Sauf qu’en 2014, l’intégralité se retrouve sur le site de l’ICIJ.

[...]

Le début des ennuis pour Deltour. Il se retrouve au cœur de la tempête judiciaire.

Lire la suite de l’article sur marianne.net

 

Le 8 avril 2016, chez Frédéric Taddeï, dans Ce Soir ou jamais, le journaliste d’investigation Denis Robert revient sur le lanceur d’alerte Deltour :

 

L’intervention complète de Denis Robert :

Bien distinguer lanceurs d’alerte et fuites organisées, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les révélations de Deltour mettent en danger rien moins que Juncker : c’est lui, quand il présidait aux destinées du Luxembourg, qui a organisé "l’optimisation fiscale" des multinationales américaines ! Il leur a ainsi éviter de payer 100 milliards d’euros d’impôts par an - que les contribuables européens payent à leur place ! Et c’est pour le remercier que les Américains l’ont bombardé Président de la Commission Européenne ! Ce brave Deltour a donc contre lui toute "l’intelligentsia" pourrie de Bruxelles et toute la racaille US ! Il ne serait pas étonnant qu’il succombe à "une crise cardiaque foudroyante" à quelques jours de son procès...


  • Je suppose que nous devons tous éprouver de l’admiration pour ce Deltour ? Eh ben il se fait que je n’en ai pas. C’est un peu trop facile. D’abord on fait tout pour entrer dans ce monde interlope qu’est le système bancaire dans le seul but de bien se remplir les poches, puis on joue aux consciences de dernière minute en balançant le tout. Je ne crois pas en sa démarche prétendument noble ; je vois plutôt un type égocentrique impatient de se retrouver aussi sous les feux de la rampe de l’actualité comme l’ont été tant d’autres bien avant lui et dont il a dû sans doute jalouser leur notoriété. Pour quand tes mémoires mr Deltour ? Ou une petite visite auprès du pape ?

     

    • #1450360

      Ce que ça doit être confortable de donner les bons et les mauvais points. D’autant plus lorsqu’on ne risque pas cinq ans de prison ferme.


    • "On prétend qu’il n’y a pas de héros en face de son valet de chambre. C’est qu’un héros ne peut être compris que par des héros, et que les valets de chambre ne savent apprécier que leurs pareils." Goethe les affinités électives.


    • @gelindo je lis régulièrement tes post souvent ça me remet en question , mais là non , ce n est pas que de se rabaisser de dire que j ai cru très tard que la normalité et que il n y avait pas a reflechir sur comment fonctionne le monde comme beaucoup je pense , etudes prestigieuses ou pas c est peut être même pire quand on suit un cursus jusqu’au bout la remise en cause de tout en est d autant plus difficile .
      Ps : j ecoute money de pink floyd en ecrivant salut amicalement.


    • #1451593

      Égocentrique impatient de se retrouver sous les feux de la rampe ? Un peu comme @gelindo, à contre-courant par principe, parce que ça le rend "plus individu" ? :)


  • Ne compte pas sur Hollande pour défendre cet honnête citoyen français. Flamby, Manu et consort ne se donnent à fond que les français de l’avant-garde, comme ce bonhomme emprisonné en Indonésie pour trafic de drogue.


  • Le monde dans lequel nous vivons est une fiction basée sur une criminalité en bande organisée par la complicité des banques et des politiciens vendus au capital. La dite "élite" pense à se remplir les poches au dépend du contribuable et à voler les deniers publics sinon rien d’autre.

    Cordialement.


  • @Josselin Bigaut

    " ...risque pas cinq ans de prison ferme."

    Déjà, intelligent comme il est il sait qu’il n’ira jamais en taule ou du moins pas pour longtemps (on est pas aux States) ; puis, en parlant de risques, il y a des gens qui sont prêts à bien plus que cela pour atteindre leur 15 minutes of fame : comme vendre son cul par exemple et même si il le faut devant les caméras, ou en participant à des télé-réalités etc ; bref, tous les moyens sont bons.

     

    • #1450525

      il y a des gens qui sont prêts à bien plus que cela pour atteindre leur 15 minutes of fame : comme vendre son cul par exemple et même si il le faut devant les caméras, ou en participant à des télé-réalités etc ; bref, tous les moyens sont bons.



      Tous les moyens sont bons en effet. Écrire des commentaires sur tout et sur rien quand on ne se donne même pas la peine de se renseigner sur le fond de l’affaire constitue en soit un moyen de faire reluire son petit ego pour avoir votre petite minute d’attention.

      Nous verrons à l’issue du jugement du 26 Avril si cet homme, "intelligent comme il est" ( vous semblez bien le connaître, une connaissance à vous j’imagine ), sera blanchi par la Justice Luxembourgoise.
      Si l’intelligence suffisait pour éviter les lourdes peines, Alain Soral n’aurait jamais eu à payer la moindre amende à ce jour.


  • Et si on jouait à un jeu qui s’appelait menteur-menteur ?
    Et si le but de cette émisission était de nous mettre en scène un bon vieux good cop (le gauchiste anti-capitaliste) bad cop (les financiers, les politiques, les élites du système) pour mieux épargner les Etats-Unis, et mieux égratigner le front national, de plus en plus lié à la Russie ?
    A mon avis ? Une vraie masquerade pour calmer les foules et les empêcher de voter FN.
    Ca ne passera pas


  • ((Cinq ans de prison ! et 1 250 000 euros d’amende. !)) une question pour les juristes qui sont nombreux ici ou des citoyens bien au informés sur le déroulement de la " justice" comment font il pour avoir leur 1 250 000 euros , ??? car dans mon cas mon compte et mes poches aussi sont vides , comme disait Coluche chez moi la fin du mois elle commence le 2 et elle fini le 31 alors que se passe t - il dans des cas comme cela merci de vos réponses


  • #1450458
    le 23/04/2016 par Francois Desvignes
    Antoine Deltour, le soldat inconnu des lanceurs d’alerte

    Juncker on s’en fout et lui aussi se fout éperdument d’être "éclaboussé" par ce pseudo-scandale :

    l’administration fiscale française passe exactement les MÊMES ACCORDS...comme toutes les administrations fiscales.

    Les questions qui seront posées au procès seront les suivantes :

    - 1/ Pouvait-il prendre des documents à l’insu de son employeur sans commettre un vol ?

    - 2/ Le salarié est-il tenu au secret professionnel pendant son contrat ? Au delà de son contrat ?

    - 3/ Le salarié est-il juge du comportement moral de son employeur ? Délictueux ? Criminel ?

    - 4/ La sanction du devoir de conscience du salarié est-elle la démission, la rupture du contrat de travail imputable à l’employeur ou la dénonciation ?

    - 5/ Le salarié qui cherche à monnayer ou tirer un avantage indu du crime de son employeur n’est-il pas plus criminel (et dangereux) que lui ?

    - 6/ Le vol de documents confidentiels constitue-t-il un vol aggravé ?

    - 9/ L’employeur est-il civilement responsable des délits commis par son salarié à son préjudice vis à vis de ses clients ?

    - 10/ Lemployeur subit-il un préjudice moral ou commercial indemnisable du fait du comportement délictueux de son salarié et si oui que peut-être cette indemnisation ?

    Je vous mets sur la piste : au plus on évolue dans l’univers des crapules, au plus la déontologie est stricte.

    Nous n’avons que deux questions à poser à cet imbécile :

    - dans le meilleur des cas, ses oranges préférées ?
    - dans le pire des cas, ses fleurs préférées ?

    Car il n’y aura pas de pardon.

     

  • Et quand la France, que ce soit sous Chirac, Sarko ou Hollande passe l’éponge sur la dette fiscale de Karl Lagerfeld, vous dites quoi ? Car vous pensez bien qu’il est loin d’être le seul à bénéficier des largesses de Bercy !


  • Je trouve les articles sur Antoine Deltour et PwC trop biaisés. L’un n’a rien d’un lanceur d’alerte agissant au péril de sa vie, et l’autre élabore des rulings qui n’ont rien de secrets sauf peut être pour le grand public (à noter que d’autres Etats-membres passent des accords avec leur administration).

    En tout cas rien de très nouveau pour la commission qui avait formé un groupe de conduite pour étudier ces pratiques fiscales dès...1999 ! Il est vrai qu’au Luxembourg, les rulings n’ont rien de la rigueur des rulings d’autres Etats-membres, le luxembourg n’étant qu’une juridiction de transit de fonds, il suffit de sécuriser quelques problématiques en discutant avec une administration peu qualifiée (de moins en moins il est vrai). Donc rien de secret, en tout cas pas pour la commission ni les Etats-membres.

    Quant au pauvre A. Deltour, il est moins un lanceur d’alerte qu’un type qui s’est peut être pris la violence psychologique des méthodes de management en pleine gueule. Il a alors probablement pété les plombs et a cru qu’il se vengerait à bon compte en communicant des documents "confidentiels" à des journalistes...
    Ironie du sort, son geste a peut être plus servi les Etats-membres, qui, très hypocritement, ont eu leur prétexte pour demander un peu du fric que le Luxembourg engrange en proposant des "passes" à l’industrie des fonds d’investissements.

    Pour paraphraser Alain Soral, ce jeune homme s’est retrouvé dans un jeu de billard à trois bandes, a voulu frapper un grand coup, et s’est retrouvé coincé d’une part entre une entreprise au modèle managérial d’une violence et d’un sadisme inouïs, qui contente les esprits serviles et pervers, asservit les faibles et harcèle jusqu’à l’agonie les insoumis, et d’autre part entre les gouvernements et la commission qui ont vu là une aubaine pour faire...de la péréquation financière ? Vive l’Europe fédérale !

    Pour ces raisons, oui il faut défendre ce jeune homme, contre la vengeance sans pitié des puissants, contre les sadiques qui jouissent (et se voient gratifiés) de voir des têtes tomber, contre une criminalisation de son geste, contre l’impunité du management-harcèlement et contre l’évasion fiscale - vous avez dit un aller Luxembourg - Londres - Panama et le retour via la Suisse ?

    Ce jeune homme a voulu se faire justice car l’autre justice n’existe pas. Seul l’argent compte là-bas. On achevait bien les chevaux en 1929. N’est pas lanceur d’alerte qui veut.


  • #1450584

    Pauvre monsieur Deltour , j’espère qu’il sera soutenu.... ?

    Pourquoi son affaire reste sous silence..... ?


  • #1450699

    Et Boris Le Lay vient de se prendre 2 ans ferme pour dénoncer le grand remplacement.


Commentaires suivants