Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Au procès du meurtre d’Aurélie Fouquet, les policiers racontent la "scène de guerre"

« Le jeudi 20 mai, c’était une journée comme aujourd’hui, il faisait beau. Le jeudi 20 mai, je me suis vu mourir sur la route. »
Benoît parle d’une voix douce et posée. Le témoignage de ce policier devant la cour d’assises de Paris, mardi 15 mars, était attendu. Ce quadragénaire aux cheveux bruns est le seul membre des forces de l’ordre à avoir identifié « formellement » l’un des neuf accusés jugés depuis deux semaines pour le braquage avorté de Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne), qui s’est soldé par la mort de la policière municipale Aurélie Fouquet.

 

L’accusé en question s’appelle Rabia Hideur. Il a été reconnu de profil par Benoît comme étant le passager avant du fourgon blanc qui a refusé ce jour-là d’obtempérer à un contrôle de police avant d’entamer une course folle sur l’autoroute A4. Benoît et son coéquipier Gaëtan, les premiers à avoir pris en chasse l’utilitaire, ont essuyé des jets d’extincteurs et des tirs d’armes de guerre sur 13 km, lancés à 100km/h.

 

« C’est pas des guignols, c’est du gros caïd »

« La course-poursuite a dû durer dix minutes mais ça m’a paru deux heures », se souvient Benoît devant les jurés, petit collier de barbe et veste de complet noir. Gaëtan, qui conduisait la Peugeot 308 sérigraphiée, compare la scène à une séquence du film Matrix. « Tout est ralenti, tous les mouvements sont extrêmement lents. » Les deux policiers racontent avoir senti le souffle des balles passer de chaque côté de leur tête, alors qu’ils étaient sortis du véhicule pour s’abriter derrière le muret de l’autoroute.

Tous les collègues qui ont poursuivi la camionnette blanche ce jour-là témoignent de leur sentiment d’impuissance face à un commando aux moyens militaires. Le tireur visant les policiers depuis la porte arrière droite du fourgon est décrit comme un « combattant déterminé vêtu de noir, ganté, cagoulé, équipé d’un gilet d’assaut et d’un gilet pare-balles en dessous ». « Si les gars sont équipés comme ça, c’est qu’ils sont capables de nous massacrer avant qu’on ait eu le temps d’en blesser un », analyse après coup Arnaud, le conducteur de la deuxième voiture de police dépêchée sur les lieux.

Les premiers tirs, « espacés », semblent provenir « d’un fusil d’assaut ou d’une arme de chasse ». Puis ils passent « en mode rafale ». « Je me suis dit “mince, c’est pas des guignols, c’est du gros caïd” », se remémore encore Arnaud, petit homme trapu et bien campé à la barre. Ce policier, un ex-militaire, s’entend encore crier dans le poste de radio.

« Ils tirent pour tuer ! Ils tirent pour tuer ! »

« Ça va faire six ans et j’entends toujours ces tirs »

« On ne maîtrisait rien, on n’est pas préparé pour une équipée comme ça », poursuit Arnaud. « Notre formation est faite pour des malfaiteurs armés de petits calibres, pas d’armes de guerre. » « Moi j’étais policier, pas militaire, abonde Benoît. Ces claquements de “kalach”, ça marque. Ça va faire six ans et je les entends toujours. »

Le policier, dont le récit fait fondre en larmes sa compagne assise dans le public, évoque ainsi une « scène de guerre ». Pour s’en relever, il lui a fallu consulter un spécialiste de l’hôpital militaire Begin à Saint-Mandé, habitué à traiter des soldats de retour du front.

Dans un article de Lyon Capitale daté de septembre 2010, le journaliste Jérôme Pierrat, spécialiste du grand bandistime et co-auteur d’un livre avec l’un des accusés, Rédoine Faïd, compare lui aussi le mode opératoire des caïds de cité à une stratégie militaire.

« Ils ne montent plus sur des braquages, ils vont à la guerre ! (...) Les mecs n’en ont rien à foutre ! Ils partent du principe qu’ils seront plus forts que les gens qui vont intervenir. Un braqueur me disait comme ça : “Pourquoi tu veux qu’on lève les bras parce qu’il y a un mec en bleu qui crie police ! alors qu’il a un pauvre 9 mm dans la main ! Nous, on a des kalach. On leur tire dessus, c’est tout...” Alors qu’avant, il y a avait une sorte de respect entre policiers et grands bandits. »

Lire la suite de l’article sur mobile.francetvinfo.fr

France, la montée de toutes les violences, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pauvres policiers...
    C’est sûr, ça les change de verbaliser un prolo (ou un chômeur qui va au pôle emploi) parce qu’il roule à 51 km/h au lieu de 50.
    Ils ont la vie dure nos héros de la Ripoublique, heureusement qu’ils sont là pour nous protéger (style mafieux qui offrent leur ’’protection’’ aux commerçants).
    Rendons leur un bel hommage et applaudissons les comme de bons charlies !!

     

    • Votre commentaire lamentable est digne d’un antifa primaire... résumer le métier de policier à verbaliser les prolos sur la route c’est vraiment rien connaître...


    • Toi t’as pété les plombs...
      Le mec s’engage très probablement dans une optique de protéger les gens, l’état le nique tout autant que les autres, on l’envoie au casse pipe, il se fait tirer dessus à l’arme de guerre et perd une collègue, et toi tout ce que tu trouves à dire c’est ça ?

      Elle est bien partie la réconciliation mon gars.


    • ça on le sait ,les 51 km/h au lieu de 50 c’est certainement pas pour la sécurité ,mais pour remplir les caisses de l’état .Les flics ,c’est vrai ,son mieux sur le bord des routes à verbaliser qu’à prendre du plomb ,c’est plus facile et moins risquer ,et puis ça peut rapporter gros .


    • Ton commentaire est irresponsable et immature, digne d’un antifa. Ces hommes ont prouvé qu’ils étaient prêts à risquer leur vie pour protéger leurs concitoyens et méritent tous les honneurs. Force, honneur et courage sont des mots dont tu ne dois pas connaître le sens.


    • Moi je suis plutôt du même avis que l’auteur originel du message, n’en déplaise à certains.

      Alors oui il y a les "bons" policiers qui font leur boulot avec honneur et blablabla, et puis il y a les autres, les "cow-boys" des temps modernes qui n’en ont que l’uniforme.

      Il y a ceux qui s’engagent et tentent d’améliorer le quotidien de leurs concitoyens, et ceux qui "obéissent aux ordres", aussi iniques soient-ils, sans se poser de questions.

      Enfin, la victime est une jeune policière. Pas de chance pour elle, les interventions armées / courses poursuites armées ne sont peut-être pas la meilleure façon d’employer les agents féminins (oui car en plus je suis sexiste) ?

      Donc d’un côté, condoléances aux proches voir aux collègues (...) et de l’autre ... Comment dire ? Tu joues, des fois tu gagnes, d’autres fois tu perds. C’est comme ça. N’oublions pas que cette délinquance-là perdure tant que celle au-dessus l’autorise. Et ce n’est pas demain la veille que les braves et moins braves policiers vont poursuivre ces gens-là.

      Alors ...


    • Moi je préfères les flics de la manif pour tous,ou ce de Calais (piquemal),les flics deguisé en casseur,et même ceux qui protèges encore la mafia de mon pays sans exercer leur droit de retrait.
      Arreter avec vos corps constitué je vous rappel que les gendarmes en 39 il restait en france comme des planqués et fusillaient a tour de bras des resistant.
      Comprennes qui pourra.
      Cordialement.


    • Nimporte quoi..

      Les gars montent sur un braco équipé, pourquoi tu vas faire le fou avec ton petit sig seuer et ton insigne de la municipale ?
      Laisse les faire leurs affaires, ils dérangent qui ? Au pire du pire les assurances, personne va les pleurer les assurances..

      Je comprends pas moi.. Cette mentalité de cowboy juste parcequ’on est collabo avec l’Etat on perd tout sens de raisonnement..


    • J’abonde dans le sens du poste initial. Il est plus aisé pour un policier de verbaliser un type au RSA pour un excès de vitesse que de stopper les vrais criminels, vu que ce sont ces derniers qui les dirige.


    • A tout les détracteurs de la police, vous faites quoi, vous, pour améliorer le quotidien des citoyens et les protéger, mis à part taper sur votre clavier ? Quand ils passent leur temps à verbaliser, vous critiquez. Lorsqu’ils interviennent sur un braquage, vous critiquez. Moi aussi je prends des prunes pour des excès de vitesse et ça me fout en rogne, mais est ce que je dois pester contre le flic, ou contre la politique mis en place par sarkozy et prolongé par hollande afin de se faire du fric sans se fatiguer ? Quand je vois les équipages de la BAC patrouiller la nuit dans ma ville, le visage livide, les traits tirés, afin de faire respecter ce qui reste de civilité et de sécurité, je me dis que ça ne doit pas être une sinécure. Sachez qu’ils engagent, passez le concours et faites nous voir ce que valez.


    • @Neo, c’est triste de mettre un point Godwin ici, vraiment...


    • En total accord avec "AndmeA".
      Bon nombre de flics sont flics car il n’y avait plus de place chez les bandits !
      Et à ce titre, je pourrais vous raconter ce qui c’est passé dans mon bled il n’y a qu’une vingtaine d’année ...
      Pour ce qui est des radars ... on oubli un peu trop vite qu’il y a environ vingt ans, on roulait à 60 en ville, sans ceinture de sécurité et le toutim.
      Aujourd’hui, air-bag, ceintures et ... 50 ! On nous prendrait pour des CONS que ça ne m’étonnerai pas ...
      Le racket radar n’est qu’n impôt déguisé ... tout comme le contrôle technique ... qu’il faudra sans doute passer tous les samedi après-midi ...
      Quant à la réconciliation ... il faudra faire le ménage chez les valets du système ... pour moi, un flic sera toujours du coté des ordres !


    • Comme si c’était le flic de base qui décidait du dépassement de vitesse à partir duquel on verbalise un automobiliste. On est toujours dans l’horizontalisation des luttes pendant que le gros poisson se la coule douce avec son hélicoptère et son yacht aux Caïman d’où il passe ses ordres de bourse en délit d’initié du prochain false flag. Commentaire d’idiot utile du système.


  • A quand la "repeine" de mort pour ces sous-merdes qui n’exceptent pas les règles de vie en société ???
    Remarquez que cela devient courant et que tout le monde s’y met.
    La Loi ? C’est pas pour moi ! Le Bordel ? c’est maintenant !

     

  • Ex-France .....


  • Heat, le long-métrage de Michael Mann, date de 1995.

    Et ça n’a jamais été considéré comme un film d’anticipation.


  • Pourquoi ces mêmes policiers se sont sauvés quand les frères Kouachi leurs ont tiré dessus depuis le trottoir et qu’ aucun renfort n’est venu les soutenir qui habituellement arrive très vite !??Et dans cette affaire ou les risques étaient plus sérieux les policiers se sont acharnés à poursuivre une bande de malfrats mieux armée que les frères Kouachi !??

     

  • Ils ne seront démotivés que lorsqu’on les pendra à nouveau.


  • on envoie de simples humains poursuivre des charognards déterminés à tout et n’importe quoi, alors que ce sont des forces armées hyper spécialisées et hyper entrainées qui devraient intervenir...mais les pouvoirs " publics " le veulent-ils seulement, la réponse est déjà dans l’interrogation !...de sous-moyens matériels et humains pour du gros bâtard et du surarmé bien méchant pour des citoyens qui sont taxés par avance à risque ( par procès d’intention pour terrorisme, incharlisme, désobéissance civique..etc..rappelons-nous des perquisitions à l’aube pour Dieudonné, la grand-mère ceinturée et plaquée au sol sans ménagement pour avoir voulu protéger les platanes de sa rue !! )....conclusion, le but comme d’hab de cet état putride est de laisser pourrir toutes les situations dans tous les domaines pour glisser le plus rapidement possible vers la fin de notre monde, et accomplir ce saut qualitatif pour eux qui nous mènera vers le N.O.M...


  • moi ce truc avant il y avait un respect entre policiers et grands bandits je n’y croit pas une seconde, dès qu’il y a eu la moindre possibilité de flinguer l’un l’autre ne s’est pas gêné, il y a toujours eu des truands impassible et des flic nerveux, la police n’a qu’a être mieux armée et formée et ça rétablira l’équilibre, tout ça c’est une histoire où les politiques gagnent quelques points, où en perdent.


  • Si nos idées étaient au pouvoir, ce genre de fait divers serait de la pure fiction.


  • Benoît contre Rabia.

    Tout est dit dans la France de 2016 et ses décennies d’immigration folle.