Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Au siège de Sanofi, les salariés géolocalisés par une puce RFID

L’esclavage se modernise

Les salariés de Sanofi du site de Gentilly sont désormais équipés d’une puce RFID. Objectif de la direction ? Analyser l’occupation des locaux. Le personnel, lui, craint un « flicage généralisé ».

Faut-il parler de « progrès » ? Depuis le 6 avril, les 3000 salariés de Sanofi travaillant sur le site de Gentilly (Val-de-Marne) sont équipés d’une puce RFID (Radio Frequency IDentification). Insérées sur les porte-badges, celles-ci tracent le moindre mouvement : arrêt en salle de pause, déambulation dans les couloirs, passage au quatrième étage, pause pipi…

Tous les faits et gestes du personnel sont enregistrés et analysés. Pour évaluer l’utilisation des lieux, selon la direction. « Il ne s’agit pas de suivre les flux mais de gérer de façon simplifiée l’occupation de l’espace, comme la disponibilité des salles de réunion, des bulles, les heures d’affluence aux restaurants d’entreprise », égraine une porte-parole.

 

Open space nomade

Depuis l’été dernier, ce campus arboré et 100% développement durable regroupe les personnels des sièges de Sanofi France et de Sanofi Groupe, ainsi que les unités des affaires industrielles et plusieurs départements de R&D. L’emménagement s’est accompagné de la mise en place de lieux totalement partagés pour encourager le travail collaboratif et la créativité, selon Olivier Brandicourt, le P-DG, qui a inauguré les locaux en juin 2015. Un concept d’open space nomade qui a signé la fin des bureaux attitrés et individuels. Et a déstabilisé plus d’un collaborateur.

Lire la suite de l’article sur wk-rh.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Comme d’habitude,c’est pour le bien du salarié....sinon : NO COMMENT !!


  • Que fait-on avec un te l bétail ? on le fout à l’abattoir ? sans passer par la case prison et la case départ ?
    Quand je pense que google a mis au point des voitures capables de se diriger seule et donc de conduire pour nous ...
    Il n’est pas née celui qui me fera monter dans une voiture piloté par un robot, une puce, ou un satellite... Imaginez vous, l’utilisation et son détournement... On peut éliminer d’un simple click... Et dire qu’il y en aurait encore pour me traiter de parano... Pauvre monde... Les rapports de domination sont loin d’être terminés, tant qu l’humain sera aussi simiesque... Dans ce cas plutôt l’impression que l’humain se "bovinise", ou se rapproche du bovidé, voir "s’ovinise" ...
    Les gens sont simplement dingues


  • Faut bosser et surtout la fermer !!!!


  • Pose ton badge !


  • La fonction Taser est-elle déjà disponible ?


  • "Certains sont aujourd’hui licenciés pour insuffisance professionnelle ou manque de performance"...
    Ceci dit ça n’est pas en additionant ces deux lacunes à l’infini qu’on peut obtenir l’inverse et qu’on apporte à l’entreprise une collaboration à la hauteur de ce qu’elle consent en terme de rémunération. Sous peine de s’inscrire en permanence dans la faillitte il faudra toujours faire preuve de compétence et avoir un niveau de performance raisonnable...non ? Il est toujours assez surprenant d’entendre des gens se plaindre d’avoir été licenciés pour insuffisance professionnelle.

     

    • là n’est pas le problème, le type n’est qu’un bouc émissaire,et la conséquence est que les camarades prolétaires vont flipper un bon coup et travailler plus.
      et si ça ce n’est pas de l’esclavage fondé sur la peur, c’est quoi ? ah oui , une optimisation des rendements, c’est neutre, c’est scientifique, c’est propre.


  • Sanofi est avec Total la première capitalisation boursière de Paris : il est possible que ce brillant résultat aie été obtenu en exploitant au maximum ses employés . Y a pas de miracle .

     

  • On savait que Sanofi était la grande Marie Besnard de l’UE, on ne la connaissait pas dans le rôle de "Big Sister is watching you" .


  • Pour l’instant, la puce est « seulement » dans le badge. Bientôt elle sera sous la peau, comme ça on pourra être pisté 24h/24. Ouais ! Génial !

     

    • Et il n y a pas besoin de forcer les abrutis ,comme ces supporters de foot qui se font greffer une puce ,pour passer les accès au stade de foot. Leur premier argument ?
      C est plus pratique, et comme ca je ne perd pas mon billet. La connerie est éternelle.


  • Coller la puce sur un chat et le faire vadrouiller dans les locaux de Sanofi, une bonne utilisation de la technologie et du fric au service des matoux. C’est bien plus intéressant pour connaitre l’occupation de l’espace et du temps par un félin.


  • Ca existe deja depuis longtemps, toute porte qui s’ouvre avec un badge, ce qui est assez commun dans certaines industries, genre carte de credit, utilise un systeme rfid, à moins que ca soit magnetique, ce qui revient au même en terme de surveillance.


  • Ca s’appelle du pointage et ça existe depuis des décennies… RFID comprise. D’ailleurs, dans vos cartes de bus, ça fait 20 ans que vous avez de la RFID les amis… Ou est le scoop ? La plupart des grosses boites ont des locaux quadrillés par des portes qui ne s’ouvrent qu’au badge. En même temps, en tant que patron, je préfère savoir que mes employés travaillent, plutôt que de devoir les laisser couler la boite et se rendre tous au chômage sous peine de se faire accuser de flicage. Une entreprise n’est pas une démocratie jusqu’à preuve du contraire, et c’est d’ailleurs bien heureux… On voit ou finissent les rares entreprises mutualisées.

     

    • ... Et en quoi finissent les régimes démocratiques, par ailleurs.


    • @AndmeA qu’est ce un régime démocratique ? cite moi un exemple ? et en quoi ces régimes finiraient ? un autre exemple ? la démocratie ure ne peut exister... ce serait l’individualisme et le libértarisme à son summum. Le pouvoir au peuple ? définit moi donc le peuple et voyons s’il serait souhaitable que cet ensemble ait le pouvoir... tout cela n’est que masturbation intellectuelle. Le pouvoir est a qui le prend, pas au "peule" concept abstrait et inexistant, hors de l’équation dans sa forme la moins canonique


  • Et les pass Navigo de la RATP, ils ont quoi à votre avis ?

     

    • Exact camarade. Et les cartes de cantine de nos enfants ou de nos bureaux... Rien de nouveau ça fait 20 ans que les RFID sont partout, de l’école au bureau en passant par le bus... c’est juste une technologie d’identification numérique comme tant d’autres, et ca fait des années qu’elle est ultrarépandue sur le marché.... Ridicule lubie.


  • Pour fliquer à ce point, j’imagine qu’ils doivent utiliser des systèmes RFID actifs et alimentés par une pile.

    Mais c’est quand même étrange, il me semblait qu’il y a une législation qui empêche cela et qui fait qu’on ne peut pas faire n’importe quoi non plus au sein d’une entreprise.
    En gros ou cela sert pour pointer les heures de boulot, ou cela sert à des accès spécifiques pour un certain personnel (comme il s’agit du siège, cela n’est pas impossible qu’il joue sur la confidentialité), mais je ne crois pas que cela puisse servir à fliquer les gens à ce point en permanence et de manière aussi intrusive, surtout qu’en plus ils filment la vie en entreprise, là aussi, c’est assez troublant et cela ne se fait pas comme ça.

    Avec la biométrie, la situation est encore plus drastique qu’avec le RFID, bref on peut pas faire ce qu’on veut non plus au sein d’une entreprise et je serais curieux de savoir comment ils ont fait pour en arriver jusque là.


  • Pour être passé en prestataire dans cette boîte c’est la maladie des badges ...


  • Classe laborieuse, classe dangereuse....
    Avant le bracelet électronique s’appliquait aux seuls délinquants ....


  • Sanofi et puce RFID ... Ça sent pas bon du tout !
    De toute façon, l’empire nous le vendra avec les méthodes habituelles à savoir la simplification de pleins de tâches quotidiennes, et la "masse" s’y ruera sans broncher, puisque complétement sous contrôle. Rajouter à ça le côté cool et moderne et ils n’ont les implanteront sans besoin de forcer ...
    Rien de nouveau sous le soleil. Et puis même sans ça, avec facebook ils en savent déjà bien trop ... Le RFID accentuera le contrôle, et nous n’y échapperons pas. Sauf après notre dernier souffle de vie rendu ... :)

    PS : En parlant de Facebook, figurez-vous que je me suis connecté à l’instant, dans la suggestion de groupe j’avais des propositions en rapport avec le soutien de la cause palestinienne, antisioniste, etc ...
    Sauf que je n’y vais pour ainsi dire jamais tout comme je ne m’exprime pas sur ce sujet, en dehors d’E/R.
    Donc ... Ce que je dis plus haut se vérifie ... On est en train de nous ficher. Faites vraiment attention. Ça ratisse large !!!

     

    • A chaque fois que vous allez sur une page, et que se trouve sur celle-ci un petit "f" ou encore un like, même sans cliquer dessus, Facebook est au courant que vous avez consulté cette page, et comme il y a des petits f un peu partout ...

      Mieux encore, quelqu’un qui n’a pas de compte Facebook et qui décide d’en créer un, on pourrait penser que Facebook n’a aucune info sur lui, qu’ils partiront donc de 0, et bien non il y a un effet rétroactif, ils raccrochent les wagons : tout ce qui a été récupéré par le passé grâce aux petits f sur les pages consulté par le monsieur (qui était jusque là associé à une IP uniquement et non pas à un compte) est désormais affecté au compte Facebook.


  • Le plus inquiètant serait que la puce soit implantée sous la peau. Historiquement il y aurait dans ce cas un parallèlle à tirer. Le tatouage du numéro matricule des déportés dans les camps de concentration nazis qui devait permettre à tout moment une identification. Celà se passait naturellement dans les années 1930 à 1940. L’électronique miniaturisée n’existait pas, les nazis étaient obligés de travailler avec les moyens techniques de leur époque. Ce serait aujourd’hui le progrès proposé à l’humanité. Transformer le monde en un vaste camp de concentration !


Commentaires suivants