Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
            Contact | Forum | Boutique | Atelier
A A A
imprimer

BHL bombarde Florange et enterre Montebourg

Il était étonnant que Bernard-Henri Lévy, homme de tous les combats douteux, n’ait pas encore fait entendre sa voix dans la charge anti nationalisation qui rassemble les soldats perdus du néolibéralisme flamboyant, en compagnie de Jacques Attali et Christophe Barbier, les duettistes de L’Express, de l’inévitable Elie Cohen, invité permanent des plateaux télé, et de quelques autres.

Grâce à sa chronique du Point, on a enfin retrouvé le BHL pur et dur, prêt à soutenir l’assaut contre Arnaud Montebourg avec le même enthousiasme que lors du bombardement de la Libye par les avions de l’Otan.

Que nous dit donc le philosophe préféré d’Arielle Dombasle ? Que dans le dossier Florange, Arnaud Montebourg - pour lequel « il a de la sympathie » (ça ne mange pas de pain) – a trahi les dogmes de l’économie, et que l’évocation de la nationalisation d’Arcelor-Mittal était un crime contre l’esprit.

Lire la suite de l’article sur marianne.net

 



Article ancien.
Les commentaires sont maintenant désactivés



15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #288326
    le 21/12/2012 par ordekestion
    BHL bombarde Florange et enterre Montebourg

    Lui il est un crime contre l’espèce humaine.


  • #288382

    j’aime bien le “crime contre l’esprit”.

     

  • #288393

    Moi je pense que BHL a le potentiel d’être un excellent dirigeant pour la France. Le problème ce n’est pas lui, c’est nous !
    C’est bien simple, il commande, et nous on fait le contraire, ça ne pourra qu’aller mieux.
    Quand BHL dit à droite, on doit aller à gauche. Quand il dit à gauche, il faut aller à droite. Ce n’est qu’un question de synchronisation, mais en y travaillant, on peu y arriver.

     

  • #288421

    "aucun rendre à compte".

    Les médias essaient de nous faire croire que Montebourg est un authentique socialiste pour nous en faire le futur champion de la présidentielle.


  • #288445
    le 21/12/2012 par Quenellier
    BHL bombarde Florange et enterre Montebourg

    "Un crime contre l’esprit" celle la elle est énorme. Les personnes de son espèce on un gros problème pathologique avec le mot crime on y a le droit à toutes les sauces.
    Ecoutez cette personne c’est un crime contre l’intelligence.


  • #288455

    je suis entrain de lire "celine", qui envoyait du lourd sur tous les bhl de son époque...
    haha.


  • #288474
    le 21/12/2012 par gainsbar75
    BHL bombarde Florange et enterre Montebourg

    on peut pas le délocaliser lui ?


  • #288478
    le 21/12/2012 par Ivan Durak
    BHL bombarde Florange et enterre Montebourg

    Allez Botul, dis-nous, tu as combiens d’actions chez Mittal ?


  • #288523

    La sidérurgie n’a rien d’archaïque. Elle n’est pas l’équivalent moderne de la marine à voile, de la brouette ou de la diligence. C’est une industrie d’avenir et de haute technologie.



    La sidérurgie est surtout un secteur-clé. Ici, en Belgique, dans les années ’60. L’état belgo-flamand a fait construire au nord de Gand le site de Sidmar. Site payé par l’Etat belge et donc en partie avec de l’argent wallon. Le pays se retrouva donc très vite en surproduction et ce qui devait arriver, arriva : la sidérurgie wallonne entra en crise avec des pertes d’emplois par milliers.

    Malgré tout, une petite partie de la sidérurgie wallonne a survécu. Et aujourd’hui avec la crise on voit se fermer en Flandre des chaînes de montages automobiles (Opel à Anvers, Ford à Genk). Eh bien, vous savez quoi ? On a vu un ancien premier ministre Flamand, Jean-Luc Dehaene, proposer aux wallons d’en finir avec leur veille sidérurgie… (chose non dite : pour compenser les fermetures d’usines en Flandre ! )


  • #288551

    J’ai lu cet édito de BHL dans le point.
    On sent le papier d’occasion, où l’idiot ne maîtrise pas son sujet, comme d’hab.
    Maintenant, BHL se refait une cerise en participant à la conversion de la gauche sur le registre de l’austérité… pendant que sa fortune personnelle tourne, où ne sait où (quel journaliste sérieux à fait une enquête pour savoir sous quels cieux sont placés les 150/200 ME de fortune personnelle ??) à 10% l’an, il raconte n’importe quoi à la plèbe. Et disqualifie le seul ministre socialiste qui avait quelques ardeurs anti mondialistes. Affligeant.
    Traitre un jour, traitre toujours. Il faudra s’en occuper… quand bien même sera-t-il devenu un vieillard sénile - une affaire de 2/3 ans.


  • #288564

    Je voudrai, si vous me le permettez, donner la vérité sur l’affaire Florange, Arcelor Mittal, etc, qui n’est pas celle d’un BHL, d’une Parizot et des médias dominants qui gobent le discours de l’entreprise. Les faits sont autrement plus tragiques :

    • On dit que le marché mondial de l’acier a chuté de 25%, qu’il est en stagflation durable et annoncé en régression pour les années qui viennent : c’est malheureusement exact.

    • On dit que cette industrie manque de valeur ajoutée : c’est tout à fait inexact.

    • On dit que ArcelorMittal a un problème de marché : c’est tout à fait inexact. L’entreprise a un problème de dette. Pourquoi ? Parce qu’il est constitué par acquisitions, en particulier lors de l’acquisition d’Arcelor - et par une dette, au passage, largement financée chez Golman Sachs…

    • Le problème de Mittal est le suivant : 1/3 du groupe est constitué par des aciéries à valeur ajoutée, issues pour l’essentiel de l’ex Arcelor. Les 2/3 restant sont des aciéries centrées sur des productions à faible valeur ajoutée (où le facteur de compétitivité sont les prix et uniquement les prix), qui font la base historique de constitution de Mittal.

    • Pour rembourser sa dette (20 MdE), ArcelorMittal n’a que 3 solutions :
    a) augmentation de capital,
    b) cession d’actifs industriels
    c) délocaliser la production des aciers à haute valeur ajoutée (Florance, Dunkerque…) vers ses sites de productions à faible valeur ajoutée pour maximiser les marges, et par l’accroissement des profits générés, payer sa dette.

    C’est cette solution qui a été retenue pour le groupe et ses créanciers. Car les solutions (a) et (b) ont l’inconvénient de toucher à la valeur du capital, accessoirement à la fortune de Mittal (dilution de la valeur, par augmentation de capital ou cession d’actifs). Et elle se heurte à une impasse, pour la solution (B) - cessions d’actifs : j’en parle dans le post (2).
    En attendant, les données sont vérifiable ici :

    http://www.boursorama.com/bourse/pr...

    Voilà quelle est la vérité : on veut sacrifier ici des usines à valeur ajoutée pour maximiser les profits dans des zones de bas coûts, et encore payer de la dette bancaire, des créanciers, sans toucher à la fortune du taulier.
    Avez vous lu un journaliste qui vous raconte cette histoire là ?!


  • #288566

    La vérité sur Mittal - post (2).

    On pourrait donc penser qu’avec 46 MdE de fonds propres et 20 MdE de dettes, Mittal pourrait après tout faire face à sa dette en vendant des actifs, bien les négocier, et sur le papier ; tout est réglé : si on vend TOUT, 46 MdE- 20 MdE = il reste un appréciable 26 MdE !

    SAUF QUE :

    • Les 46 MdE sont FAUX : ils correspondent à des actifs à faibles valeur ajoutée, pour l’essentiel,

    • des actifs qui ont été Surévalués pour mener à bien l’OPA sur Arcelor et valoriser au max Mittal dans sa fusion acquisition d’Arcelor… qui était alors une société très bien géré, à haute avleur ajoutée, et qui avait 18 MdE en caisse ! pour mémoire, Mittal, qui est aujourd’hui 3 fois plus gros en CA (80 mdE) n’a que 3 MdE en caisse…

    • Si bien que si vous devez cédez des actifs AUJOUR’HUI a) ils n’ont pas cette valeur b) si vous les vendez au prix réel, vous devrez encaissez une provision négative au bilan c) par ailleurs, personne n’en voudra trop : la valeur de Mittal c’est l’Europe, et les aciéries Européennes.

    Voulà pourquoi cédez des actifs est doublement impossible : cela met a jour l’habillage du bilan (cf. Goldman, la Grèce, etc) et il n’y a pas d’acheteur, et certainement pas au prix du bilan.

    Voilà, c’est la vraie histoire de ce scandale. Mais aucun journal et journaliste n’ira vous la raconter. Elle est trop vraie.


Afficher les commentaires suivants