Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

La souffrance, raison suffisante ?

C’est la première fois qu’un mineur atteint d’une maladie incurable a été euthanasié en Belgique depuis l’adoption en 2014 d’une loi autorisant ce recours.

Pour la première fois depuis la loi adoptée en 2014 un mineur a été euthanasié à sa demande en Belgique, rapporte samedi le journal néerlandophone Het Nieuwsblad.

Le royaume est le seul pays au monde à autoriser, sans limite d’âge, des mineurs « en capacité de discernement » et atteint d’une maladie incurable à choisir d’abréger leurs souffrances, et ce depuis une modification de la loi sur l’euthanasie en février 2014.

Le président de la Commission fédérale de contrôle et d’évaluation de l’euthanasie, le professeur Wim Distelmans, a confirmé le cas à Het Nieuwsblad, soulignant que ce cas de figure demeurait exceptionnel et réservé aux cas désespérés.

« Il n’y a heureusement que très peu d’enfants qui entrent en considération, mais cela ne signifie pas que nous devrions leur refuser le droit à une mort digne », a-t-il déclaré au journal. L’âge du mineur n’est pas précisé, simplement qu’il souffrait d’une maladie en phase terminale. La loi belge n’impose pas de limite d’âge, contrairement aux Pays-Bas, qui a fixé le seuil de 12 ans.

L’enfant ou adolescent (on ignore encore son âge) doit prendre l’initiative de la demande, étudiée par une équipe médicale et un psychiatre ou psychologue indépendant. Les parents doivent également donner leur consentement.

Le vote en 2014 avait causé une vive controverse en Belgique, pays de tradition catholique. Il était passé malgré l’opposition de certains pédiatres et de la hiérarchie catholique.

À l’époque, l’auteur de la loi, le sénateur socialiste Philippe Mahoux, avait expliqué qu’il fallait aussi répondre au souhait des pédiatres et infirmiers confrontés à la « souffrance insupportable » d’enfants, à laquelle ils ne pouvaient répondre que dans l’illégalité.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1560682
    Le 19 septembre à 12:29 par Lorong
    Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

    Forcer une personne, malade incurable en phase terminale dont les souffrances sont insupportables et inapaisables, à vivre le plus longtemps possible revient tout simplement à souhaiter que cette personne souffre le plus longtemps possible…

    L’euthanasie a toujours été pratiquée, qu’il s’agisse du soldat blessé mortellement au combat que ses frères d’armes achèvent pour lui éviter des souffrances inutiles, ou du médecin de famille qui pour éviter tant la souffrance du patient en fin de vie qui n’en peut plus que celle des proches qui n’en peuvent plus de le voir agoniser.

    Le débat sur l’euthanasie, c’est l’éternelle dialectique entre d’une part l’idéologie et les principes, et la prise en considération des personnes et du monde réel de l’autre.

    C’est au nom des personnes, par exemple, que l’on a cessé cette vision religieuse du bâtard né dans le pêché et qui devait donc être puni pour la faute commise par ses parents. On a en effet cessé de discriminer entre enfants nés dans le mariage et enfants adultérins depuis les années 90.

    L’Equité aristotélicienne reprise par Saint-Thomas d’Aquin permet d’éviter l’injustice par la création d’exceptions. Si une règle est bonne en général, on l’applique en générale, si elle est mauvaise dans un cas, on ne l’applique pas dans ce cas. "Ne tue pas" est un commandement divin qui connait de nombreuses exceptions…et pour éviter des souffrances inutiles, car l’enfant est condamné à court-terme, l’exception doit exister.

     

    Répondre à ce message

    • #1561426
      Le 20 septembre à 15:20 par ole
      Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

      S’il vous plait, ne citez pas Saint Thomas pour justifier vos iniquités.

      Que les païens soient favorables au suicide, à l’avortement ou à l’euthanasie n’est pas surprenant, puisqu’ils ne croient qu’à la réalité de cette vie ici-bas.
      Mais un Catholique ne donne, ni ne se donne la mort pour éviter la souffrance.

      Tous ces commentaires trahissent une ignorance foncière de la valeur de la souffrance dans l’œuvre du salut. Il n’y a là que des considérations naturelles, humanistes. Aucun esprit surnaturel.

       
  • #1560694
    Le 19 septembre à 12:58 par Lovyves
    Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

    A la question : La souffrance, raison suffisante ?
    Souffrances plus maladie incurable donnent réponse :
    Oui.

     

    Répondre à ce message

  • #1560712
    Le 19 septembre à 13:30 par goy pride
    Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

    Il semblerait qu’il y ait une volonté délibérée de cacher la maladie "incurable" dont était affligé ce pauvre enfant...quelqu’un aurait-il des informations ? Aurait-on euthanasié un enfant afin de satisfaire son caprice morbide comme cela fut le cas il y a un an de cela où une femme demanda l’euthanasie et se la fit accorder pour le simple prétexte qu’elle était dépressive et qu’elle ne voulait plus vivre ! A titre personnel si j’étais médecin et qu’un zigoto venait me voir pour demander d’être euthanasié pour un prétexte aussi trivial je lui enverrai une putain de paire de gifles de maçon dans sa gueule et je le virerai à coup de pompe dans le cul de mon cabinet ! Et je parie que cela lui remettrait les idées en place et lui passerait comme par enchantement l’idée d’être euthanasié !



    le droit à une mort digne



    Alors celle là elle a le don d’à la fois m’agacer et de me faire marrer ! Étrange époque où les gens mènent une vie indigne, où le système s’ingénie à faire vivre les gens dans l’indignité tout en se souciant à ce qu’ils aient une mort digne ! La bonne blague !

     

    Répondre à ce message

    • #1560728
      Le 19 septembre à 13:58 par Lucide
      Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

      La fin de ton commentaire est tellement juste !

       
    • #1560734
      Le 19 septembre à 14:14 par Dakodak
      Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

      Pour le coup je suis d’accord avec vous Goy pride.

      Surtout qu’il faudra m’expliquer la différence entre une mort digne et indigne ?!?

       
    • #1560862
      Le 19 septembre à 18:34 par ici la monnaie
      Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

      bien dit, goy pride.

       
    • #1561115
      Le 20 septembre à 00:08 par Pierre
      Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

      Le problème, à mon sens, est beaucoup plus profond : qu’est-ce que la dignité ? Beaucoup pourront en avoir une idée différente, personnellement j’ai fait mienne la définition donnée par l’Eglise : la capacité d’un être humain à aimer et à être aimé !
      Lorsqu’un être humain est aimé, je ne pense pas qu’il ait la volonté de mourir, même si ses souffrances sont lourdes !

      Pour étoffer mon propos, je vous donne un passage des Misérables, de Victor Hugo :

      "Chapitre IV – M. Madeleine en deuil

      Au commencement de 1821, les journaux annoncèrent la mort de M. Myriel, évêque de Digne, « surnommé monseigneur Bienvenu », et trépassé en odeur de sainteté à l’âge de quatre-vingt-deux ans.

      L’évêque de Digne, pour ajouter ici un détail que les journaux omirent, était, quand il mourut, depuis plusieurs années aveugle, et content d’être aveugle, sa sœur étant près de lui.

      Disons-le en passant, être aveugle et être aimé, c’est en effet, sur cette terre où rien n’est complet, une des formes les plus étrangement exquises du bonheur. Avoir continuellement à ses côtés une femme, une fille, une sœur, un être charmant, qui est là parce que vous avez besoin d’elle et parce qu’elle ne peut se passer de vous, se savoir indispensable à qui nous est nécessaire, pouvoir incessamment mesurer son affection à la quantité de présence qu’elle nous donne, et se dire : puisqu’elle me consacre tout son temps, c’est que j’ai tout son cœur ; voir la pensée à défaut de la figure, constater la fidélité d’un être dans l’éclipse du monde, percevoir le frôlement d’une robe comme un bruit d’ailes, l’entendre aller et venir, sortir, rentrer, parler, chanter, et songer qu’on est le centre de ces pas, de cette parole, de ce chant, manifester à chaque minute sa propre attraction, se sentir d’autant plus puissant qu’on est plus infirme, devenir dans l’obscurité, et par l’obscurité, l’astre autour duquel gravite cet ange, peu de félicités égalent celle-là. Le suprême bonheur de la vie, c’est la conviction qu’on est aimé ; aimé pour soi-même, disons mieux, aimé malgré soi-même ; cette conviction, l’aveugle l’a. Dans cette détresse, être servi, c’est être caressé. Lui manque-t-il quelque chose ? Non.

      [...] On est caressé avec de l’âme. On ne voit rien, mais on se sent adoré. C’est un paradis de ténèbres.

      C’est de ce paradis que monseigneur Bienvenu était passé à l’autre."

       
  • #1560742
    Le 19 septembre à 14:31 par Syxharta
    Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

    Papa est en train de nous quitter... ! Cette saloperie de cancer. Il a décidé de rester à la maison et de partir entouré des siens... Oh ! Il a son âge, rien à voir avec ce gamin mais il faut savoir qu’il y pense à ce grand départ "accéléré"... Souffre-t-il ? Heureusement que non ! Juste l’esprit qui ne suit plus et 22h sur 24 alité et gémissant à cause des vertiges et autres chutes de tension, 1 m 78, 45 kg et ça continue de chuter... A chacun de ses malaises, il croit partir (mais qui sait ce qui nous prévient du grand départ... ?) et à chaque fois on accourt : une caresse, une phrase réconfortante, un peu de drogue légale pour atténuer ses angoisses et de temps en temps un café, une... clope ! Qui suis-je pour lui refuser la cigarette du condamnée ? Quel sursis s’il arrête ? Sa seule nourriture, de la poudre protéinée pour culturiste diluée dans de l’eau (le lait bloque sa digestion) et chaque soir, un potage maison fait par Maman (délicieux le potage, c’est Maman quoi... !). Et ça ne fait que deux mois. Le plus dur, c’est que parfois on regrette qu’il ne soit pas victime d’une crise cardiaque fulgurante ou autre arrêt instantanée de la vie et lui aussi le regrette... De temps en temps avec une blague à la con, on arrive à lui arracher un sourire. Ca, ça n’a pas de prix ! Et mon empathie va aussi à ces familles qui endurent la souffrance d’un proche depuis bien plus longtemps dans le temps. Je pense à ceux atteints d’Alzheimer ou Parkinson et autres maladies dégénératives... Séminariste dans son jeune temps, il endure le maximum pour respecter ce qui lui reste du don de la vie mais tous les discours n’y changeront rien, le choix final lui appartient et, ça peut choquer, j’estime que la législation qui le permet n’est pas si dérangeante que ça ! La seule chose qui me turlupine dans cette histoire d’euthanasie, c’est que le "Système" s’arroge de plus en plus le droit de vie ou de mort sur tout un chacun, je pense aussi à l’avortement... J’en arrive à penser que le suicide reste une liberté individuelle (encore faudrait-il être capable de se donner la mort !) et qu’en fin de compte, il est triste de devoir demander la permission au patron pour partir (C4 jusqu’au bout, objet du "Système" jusqu’à la dernière seconde de souffle)... Connaissez-vous le nombre de suicide des personnes âgées ? Cherchez, c’est édifiant ! Qui veut ma place... ? Qui veut SA place... ?

    https://www.youtube.com/watch?v=VOA...

     

    Répondre à ce message

    • #1561317
      Le 20 septembre à 12:16 par berlingot
      Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

      ... merci d’avoir pris le temps de ce témoignage, c’est très vrai

       
    • #1561367
      Le 20 septembre à 13:31 par Nora
      Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

      Courageux mais n’est ce pas égoïste de vouloir garder à tout prix et le plus longtemps possible un proche parce qu’on est pas prêt de le laisser partir ?

      un chien ou un chat en fin de vie on l’euthanasie bien qu’il ne puisse nous donner son avis

      je ne vois pas pourquoi sous prétexte que l’être humain soit doté de raison et du langage n’y aurait pas droit.
      Après tout Dieu n’existe pas alors les raisons religieuses c est de l’hypocrisie ..
      si j étais dans ta situation et non issue d’une famille musulmane je ne laisserai pas mon parent dépérir ..

      bon courage à toi et ta famille

       
  • #1560755
    Le 19 septembre à 14:48 par The Shoavengers
    Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

    Euthanasie ou suicide assisté. Ils ne peuvent pas se supprimer sans faire porter le poids sur toute la société ? Méthode dégueulasse, comme celle qui force toute la société à reconnaitre et approuver avec un flingue sur la tempe le mariage homo.

     

    Répondre à ce message

  • #1560759
    Le 19 septembre à 14:58 par skds
    Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

    Quand quelqu’un met fin a vôtre vie que ça soit votre choix ou pas c’est un meurtre mais un meurtre consenti ,il souffrait trop de sa condition alors il a demandé qu’on l’achève comme on achève les animaux blessés gravement rien de choquant .

     

    Répondre à ce message

  • #1560827
    Le 19 septembre à 17:27 par Cash
    Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

    La souffrance, c’est quelque chose que tout le monde a connu ou bien va connaitre, je ne me prononce pas la dessus.

    Mais imaginez la porte que cette loi ouvre...
    Un enfant est capable de choisir si il veut mourir, donc pourquoi pas avoir une relation sexuelle ? Ou boire de l’alcool ? Vu la dernière vidéo de Marion Sigault que j’ai visionner, tout cela sera possible d’ici peu de temps.

     

    Répondre à ce message

  • #1560830
    Le 19 septembre à 17:39 par Mémédanslesorties
    Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

    Le problème n’est pas la "souffrance insupportable". Aujourd’hui, on peut soulager n’importe quelle souffrance quitte à être à la limite de la légalité avec une sédation profonde pour les cas extrêmes, le patient est alors totalement inconscient.

    Non, ici on a voulu médiatiser ce cas "pour l’exemple". Il faut habituer les gens à l’euthanasie des enfants, faut bien commencer à appliquer leur nouvelle loi. Cela a été ainsi pour tout, comme avec l’IVG ; on commence par décriminaliser l’avortement, ensuite on instaure des quotas d’avortements à respecter pour chaque établissement et on finit par une "entrave numérique à l’avortement" (si, si, Laurence Rossignol l’a annoncé pour le 28 septembre) punissable de 2 ans d’emprisonnement... !

     

    Répondre à ce message

  • #1560858
    Le 19 septembre à 18:31 par ici la monnaie
    Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

    Flou artistique absolu sur ce qui s’est passé : l’âge du mineur n’est pas précisé, et la maladie non plus !
    C’est gravissime. Laisser la médecine à de tels savants fous, si j’ose dire, c’est ça l’éthique et la déontologie du nouveau millénaire ?
    Ma position est inchangée : je suis pour l’euthanasie strictement passive : il faut que le patient ait au moins 21 ans, en cas de fin imminente, soit conscient de son choix, avec l’accord conjoint des proches et médecins, et les médecins ne devraient si possible pas administrer l’acte eux-mêmes ; (le cas du suicide assisté est différent ; ce n’est tout bonnement plus du tout le rôle du médecin)

     

    Répondre à ce message

  • #1560914
    Le 19 septembre à 19:40 par Nicolas Cuchet
    Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

    Les gens, souvent catholiques, qui sont contre l’euthanasie, sont souvent des biens portants. C’est facile raisonner comme ils le font quand on n’est pas malade.

    Ils faudrait qu’ils fassent un peu preuve d’empathie.

     

    Répondre à ce message

    • #1560916
      Le 19 septembre à 19:45 par Le Pen, vite !
      Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

      Ceux qui sont contre l’euthanasie connaissent aussi des proches en fin de vie ou en souffrance, qu’est-ce que tu crois !
      On ne fait pas de bonne politique avec des bons sentiments.

       
    • #1561431
      Le 20 septembre à 15:28 par ole
      Belgique : un mineur euthanasié à sa demande

      Il suffit de lire quelques vies de saints, et pas forcément celles de martyrs, pour voir combien cette affirmation est fausse.

       
Afficher les commentaires précédents