Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Brésil : Dilma Rousseff destituée de la présidence

Démocratie ?

La présidente brésilienne a été destituée ce mercredi par un vote du Sénat, au terme d’une longue procédure juridico-politique très controversée. Elle était au pouvoir depuis janvier 2011. Son ancien vice-président, Michel Temer, va lui succéder dans la journée.

L’issue était attendue, elle a été confirmée. La présidente du Brésil Dilma Rousseff a été destituée ce mercredi par les sénateurs brésiliens, qui ont voté l’impeachment contre la dirigeante de 68 ans, au terme d’une procédure juridico-politique hautement controversée. Accusée de maquillage des comptes publics, elle avait été élue en octobre 2010 et était arrivée au pouvoir le 1er janvier 2011. Malgré sa destitution, Dilma Rousseff garde ses droits civiques, et donc le droit d’exercer des fonctions publiques.

 

61 sénateurs sur 81 en faveur de la destitution

Les 81 parlementaires devaient répondre à la question : « Dilma Rousseff a-t-elle commis un crime de responsabilité ? ». Les deux tiers des sénateurs (soit 54) devaient voter « oui » pour valider la destitution. Le résultat a été sans appel : 61 d’entre eux ont voté « oui », 20 ont voté « non ».

Lire la suite de l’article sur bfmtv.com

 

D’autres dirigeants non-alignés menacés ou éliminés par l’Empire,
à découvrir chez Kontre Kulture

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1546412

    Pourrait-on m’expliquer en quelques mots ce qu’il s’est réellement passé dans ce pays pour qu’ils en arrivent à virer légalement un président ? Est-ce une "de gauche" (socialiste traître, synonymes) qui a tout foiré ?

     

    • Pas vraiment une histoire de gauche ou de droite. Le Brésil de Dilma était le B de BRICS. Trop ami de la Russie et de l’Iran, trop d’indépendance. Devinez à qui ça ne plaisait pas du tout.
      Moi j’appelle ça un coup d’état, car maintenant des fripouilles dont la corruption n’a rien à voir avec ce que l’on reproche à Dilma ont pris les manettes. Grand copains des oligarques américains, l’orientation est en train de changer et vite.


    • Je vais faire juste une petite tentative :
      - A la charnière des années 90 et 2000 , les impérialistes américains se sont beaucoup intéressés au proche et au moyen Orient en y faisant guerre de prédations sur guerre de prédation . Ils se sont beaucoup investis à démanteler l’ex Yougoslavie . De ce fait ils ont probablement relâché la surveillance sur l’Amérique du sud , ce continent sur lequel durant 50 années ils avaient mis une pression terrible .
      Un certain nombre de pays et de peuples en ont profité pour se doter de leaders plus ou moins révolutionnaires . L’exemple le plus caractéristique ayant été Chavez et le Vénézuela . Le Brésil avec Lulla et Dilma Rusself étaient sur une ligne plus réformiste au plan intérieur , mais a commis à l’égard des USA et du pouvoir invisible dont il est le meilleur bras armé un certain nombre de "crimes de lèse majesté" : Ses accords commerciaux avec nombre de mal aimés de l’ Oncle Sam (Vénézuela , Equateur , Bolivie , ....) son adhésion aux BRICS et à la banque eurasiatique ont fortement déplu .
      Pour le pouvoir invisible ,cette direction ( qui pourtant n’avait rien de féroce ) devait impérativement être changée . Les forces réactionnaires brésiliennes ( bourgeoisie compradore) ont saisi une affaire où la corruption de Dilma Rusself est possible mais de toute manière très inférieure à celle de celui qui assura sa succession par intérim .
      En fait , c’est un coup d’état soft (pas d’armée , ni de révolution orange ) dont les USA et leurs valets locaux sont en train de devenir des spécialistes ( Paraguay et autres ) : Soft , mais anti démocratique au plus haut point .


  • #1546481
    le 31/08/2016 par jojo l’affreux
    Brésil : Dilma Rousseff destituée de la présidence

    Elle a juste trop fait chier les Américains Dilma. Maintenant les Brésiliens sont murs pour une bonne cure de néolibéralisme comme les Argentins, en prime eux ils ont un paquet de sociétés d’état à privatiser, à commencer par la pétrobras pour éviter que les députés tape dans la caisse.
    Qui sera le prochain à être normalisé ? Morales, Maduro, ou Correa ?


  • #1546579

    Quand la banque a décidé de vous neutraliser difficile d’y échapper ! Elle peut s’estimer heureuse qu’il ait été choisi une voie "légaliste" plutôt que celle plus expéditive comme celle appliquée dans le cas Kennedy...

     

  • #1546934

    Ca montre que les femmes en politique sont ni meilleures, ni moins bonnes que les hommes. Elles sont pareilles.

     

    • #1547496

      @Nicolas Cuchet
      Relit tes classiques camarade comme par exemple "Comprendre l’Empire" et épargne nous cordialement tes balivernes sur ce post !!!....


    • #1547596

      Mon message répond à certaines personnes qui prétendent que les femmes seraient meilleurs que les hommes. Les femmes seraient plus compétentes et plus honnêtes pour les magouilles.

      Je n’ai jamais cru à tout ça.

      Ca n’a pas plut à redsniper06. Dommage.


    • Nicolas Cuchet , ce qui se passe au Brésil autour de la destitution de Dilma Rusself n’est pas un problème d’homme ou de femme au pouvoir : Il est un problème de "personnel politique" qui tente d’émanciper son pays -le Brésil en l’occurence- du leadership US dans un continent qui a subi de plein fouet l’arrogance et la violence étatsunienne ( certains estiment à de 8 à 20 millions les victimes directes ou indirectes des USA et des Gvts mis en place au Brésil par les USA entre 1950 et 1990 ) .
      Donc Dima Rusself qui a succédé à Lulla déplaît aux USA qui l’ont fait déposer par leurs sbires en place dans les institutions brésiliennes . On lui a trouvé une petite histoire de corruption alors que tous ceux qui ont contribué à sa destitution étaient 10 fois plus "mouillés" qu’elle .
      Si Rusself avait été un homme , elle (ou plutôt il) aurait eu droit pareillement à cette destitution .
      La situation brésilienne ne répond pas à une querelle féministe mais à une question d’indépendance -résistance , à une question de souveraineté .
      Vous vous êtes trompé de logique et de problèmatique


    • #1547895

      @Nicolas Cuchet
      Excuse moi Nicolas...c’était juste pour te taquiner un peu ....
      Cordialement et sans rancune j’espère.


    • #1547934

      Merci de ta réponse vanda, je l’ai lu avec beaucoup d’intérêt. Je comprend mieux à présent.

      Merci, et bon week-end à tous !!!