Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R

La gauche, la droite... et Plaintecontrix

Tous les mêmes !

 

Candidat lui aussi à la primaire de droite, François Fillon a déclaré, en réponse aux propositions d’Alain Juppé, je cite, que mettre un peu de gauche dans la droite, ça ne marche pas, et que ça s’appelle la « drauche ».
C’est pas faux.
En tout cas, une chose est sûre, Emmanuel Macron, lui, a démontré à 100 % que mettre beaucoup de droite dans la gauche, ça ne marche absolument pas.

Et s’il fallait donner un nom à ce second alliage, cette façon qu’affectionne « l’homme qui a épousé sa mère » (surnom que lui a trouvé Patrice Alègre, notre spécialiste attitré de Sigmund Freud et son complexe d’Œdipe) d’appliquer bien profond dans le cul des ouvriers, les préceptes économiques de la Banque Rothschild, j’appellerais cela la « goiche ». C’est ça, rapport à la gouache : la peinture à l’eau mélangée à de la gomme.

En effet, outre cette sonorité éponyme, la gauche et la droite françaises ont, comme la gouache, pour caractéristique essentielle, d’être d’une consistance opaque. Et c’est à ce point marquée chez l’un et l’autre de ces deux ensembles, que la gauche et la droite françaises sont selon moi la définition même de l’équipotence.

Ah si ! S’il est bien deux ensembles entre lesquels on peut construire une bijection parfaite, c’est bien la droite et la gauche françaises. En tout cas, ce n’est pas le Petit Robert qui me contredira :

« Bijection, application bijective : application à la fois injective et surjective, qui établit entre les éléments de deux ensembles, une correspondance telle, que tout élément de l’un a un correspondant dans l’autre. »

Voici, à cet égard, quelques exemples qui illustrent mon propos :

Manuel Valls et Nicolas Sarkozy – Michel Sapin et Alain Juppé – Myriam El Khomri et Rachida Dati – Lionel Jospin et Dominique de Villepin – Harlem Désir et Éric Ciotti – Christiane Taubira et Rama Yade – Bertrand Delanoé et Jean-Claude Gaudin – Jérôme Cahuzac et Pierre Botton – et Anne Hidalgo et NKM.

 

Nos ancêtres les Gaulois

 

L’auteur de cette récente tirade politico-politicienne, vous le savez, c’est Nicolas Sarkozy.
Or, étant donné son véritable état civil, « Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa », cet Astérix revendiqué est en vérité un Hongrois, exactement comme Manuel Valls est, a toujours été et restera toujours franquiste, et éternellement lié à Israël (c’est lui qui l’a dit), « de par sa femme » ; qui elle au moins n’est pas sa mère.

Et ce qui est certain, c’est qu’au regard des sévices atroces et irréversibles qu’ils ont causés tous deux à la France, au nom de leur plein et entier, total adoubement au Nouvel Ordre mondial des Bildenberg, Rockfeller et Cie, Nicolas Sarkozy et Manuel Valls sont aussi français que le capitaine Alfred Dreyfus, lui, était antisémite.

Voilà. C’est la raison pour laquelle j’avais initialement préféré m’abstenir de la commenter, cette tirade.
Si j’ai changé d’avis [1], c’est à la demande expresse et insistante de mon ennemi intime au tennis : Sabri X.
Je tais ici son nom, c’est pour lui éviter des ennuis, en plus de ceux que sa bougnoulie congénitale lui a valus, dernièrement, de la part de l’administration pénitentiaire, pour bougnoulie aggravée ; ceci alors qu’il est, lui, autant radicalisé, qu’il a été prouvé par A + B, qu’en fait, Amédie Coulibaly était un agent du Mossad ; et ensuite parce qu’il en a sorti une bonne, en Commission, pour se défaire de cette fausse accusation :

« Mais enfin, diantre : ce sont là d’immondes et viles calomnies ! Il n’y a pas plus Gaulois que moi, que diable !
Dites, ça fait tellement longtemps, et c’est tellement systématique, que la police et la justice pensent à moi, chaque fois qu’elles en reçoivent une, que mon nom officiel, c’est Plaintecontrix. »

Germain Gaiffe-Cohen,
directeur adjoint de la publication d’E&R

 

Une époque tragique décryptée avec humour, chez Kontre Kulture :

Voir aussi :

10 novembre
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Hollande au dîner de cons, Belkacem chez les Gaulois, Faurisson au Bataclan !
4
28 octobre
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Juppé président !
15
14 octobre
Handicap Zéro : extraordinaire Théo Berlemont
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
3
16 septembre
Un Rocard sinon rien !
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
15
2 septembre
François Hollande, Nicolas Sarkozy et l’esprit olympique
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
15
20 août
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Jean Moulin, le terrorisme et les fabricants de bougies
10
1er août
Aimez-vous les uns les autres... OK, mais quand les autres ne veulent pas ?
L’édito de Germain Gaiffe, directeur de la publication d’E&R
32
22 juillet
Belote, rebelote et dix d’Eder
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
11
7 juillet
Le Sénat, Michael Jackson, Belmondo et les seins de Raquel Welch
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
33
24 juin
À quand la fin de l’inaptocratie ?
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
21
9 juin
Le malade imaginaire – Un vent de folie souffle sur la justice grenobloise
L’édito du directeur adjoint de la publication d’E&R
28
26 mai
Dieudonné expulsé du Canada : l’édito des directeurs de la publication d’E&R
En chanson !
15
23 avril
Panama Papers : à qui profite le crime ?
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
17
10 mars
L’éditorial des directeurs de la publication d’E&R
Alfredo Stranieri et Germain Gaiffe-Cohen répondent aux persécutions dont est victime Alain Soral
29

Notes

[1] « Il n’y a que les imbéciles qui ne changent jamais d’avis : c’est ce que je dis depuis toujours. » (Georges Marchais)

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.