Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Brexit : et maintenant ?

Rappel : il existe plusieurs mondialismes

La victoire des partisans du départ du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit), avec le soutien en particulier du multimillionaire Paul Sykes, constitue une étape majeure dans le cadre de la répartition et du réglage des pouvoirs politiques et financiers au sein d’un marché transatlantique en formation. Le Royaume-Uni, qui bénéficiait déjà d’une forme de Brexit déguisé avec des droits particuliers au sein de l’Union européenne, officialise sa rupture.

Théoriquement, l’architecture finale de l’ensemble doit aboutir au « mécano » suivant : un partenariat transpacifique de libre-échange, signé le 4 février 2016, intègre les pays de la région Asie-Pacifique (à l’exception de la Chine) au bloc nord-américain, tandis qu’un marché transatlantique en cours de marchandage doit être établi avec une Angleterre faisant le pont entre l’Ancien et le Nouveau Monde, comme le demandait déjà Richard Coudenhove-Kalergi (la Paneurope) en 1950. Dans cette affaire, l’Amérique du Nord jouerait le rôle de prise multiple entre l’Asie-Pacifique et l’Europe. Voulant imposer des normes anglo-saxonnes, ce bloc constituerait le primus inter pares[[« premier parmi les pairs », NDLR.] aux dépens des BRICS, en particulier la Russie et la Chine.

Cette politique ne peut aboutir que par la contrainte pour donner libre cours au matérialisme le plus effréné et la primauté aux tribunaux sur les États. Les habitants de cette immense zone de libre-échange ne seront que des outils au service d’une caste prédatrice constituant la gouvernance mondiale en formation. Malheur aux personnes mal ou peu formées au bon fonctionnement du moloch mondialiste, ce ne seront que des bouches inutiles.

Lire la suite de l’article sur bvoltaire.fr

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1495034
    le 24/06/2016 par Andreas
    Brexit : et maintenant ?

    "Malheur aux personnes mal ou peu formées au bon fonctionnement du moloch mondialiste, ce ne seront que des bouches inutiles"

    Je ne comprends pas bien cette dernière phrase. C’est quoi être bien ou peu formé au bon fonctionnement du moloch mondialiste ? Quelqu’un peut-il m’expliquer ?
    Merci d’avance.

    Cordialement.

     

    • #1495110
      le 24/06/2016 par Mich
      Brexit : et maintenant ?

      En gros, il dit que ceux qui ne participent à l’économie de marché mondialisé, de gré ou de force, ou qui refuse de rester dans les clous plantés par les mondialistes seront pour ainsi dire éliminés. D’après Pierre Hillard.


    • #1495137
      le 24/06/2016 par neta-nayu
      Brexit : et maintenant ?

      A mon humble avis, cela signifie qu’il faudra être conforme (santé, idéologie, activité, âge...) soit vous n’aurez qu’à manger dans les poubelles, ou vous laisser euthanasier.


    • #1495143
      le 24/06/2016 par SpiritusRector
      Brexit : et maintenant ?

      Être bien formé c’est ressentir leurs objectifs et adapter ta vie conséquence.

      Donner la primauté à un comportement de survivalisme permanent en t’adaptant sans cesse à leurs besoins et visions.

      Exemples :

      - Tu ne travailleras plus dans ce que tu aimes, Tu aimeras bosser là où il y a "du travail" et donc de l’argent à prendre.
      - Tu ne feras pas d’enfant, trop risqué, trop couteux, trop de dépendances en découlent...etc...
      - Tu déploiera des trésors d’imagination pour personnaliser le carcan mental et idéologique dans lequel on t’enferme pour minimiser les effets de bord inévitables.
      - Tu ne regarderas pas les conséquences du système, tu t’emploiera à être en position de profiter un maximum des avantages qu’il offre.
      - Tu ne remettra plus rien en cause ... Tu ne fera que chercher le moyen de jouir de toute situation.

      Tu ne vivra même plus pour toi et encore moins pour les autres. Tu vivras pour ton corps et pour l’idée que ton esprit malade se fera de ses besoins... Tu te convaincra chaque jour que cette maladie qu’on te fait ingurgiter est une délivrance.

      Être mal formé, c’est l’inverse.

      Et pour finir sur l’Angleterre, ce ne sera une victoire que si le reste éclate, et je pense que c’est en bonne voie.
      La survie de l’Europe contrairement à ce que pense les technocrates est liée à une reprise économique. Celle-ci est liée à la confiance qui est liée au bien être individuel de tous.

      Une reprise économique réelle est tout simplement impossible. Le vieux système ne peut plus en produire. La seule chance, dans cette voie et cette philosophie était de sortir de la terre, et d’en trouver d’autres à exploiter, comme le feraient des sauterelles...

      Mais nous sommes entourés de déserts galactiques infranchissables et notre technologie quoi que vous en pensiez, pour la problématique d’expansion spatiale, c’est un gag...

      Un singe aurait plus de chances de construire un avion dans les temps qu’ils nous restent pour trouver les moyens de sauver le vieux système par cette voie...

      Quant à la voie de la guerre, elle serait suicidaire pour tous. Et nous devons tout faire pour qu’elle le reste. La voie est clause, il ne reste plus qu’à évoluer dans notre rapport avec la vie...


    • #1495175
      le 24/06/2016 par Christophe
      Brexit : et maintenant ?

      @Mich

      Ceux qui refusent de participer seront éliminés ? Ah la c’est du lourd. Vous voulez dire qu’on va m’éliminer, car je ne veux composer ?

      Salut !


    • #1495243
      le 24/06/2016 par Mich
      Brexit : et maintenant ?

      Christophe : excuse-moi de ne pas voir de grandes différences entre être considéré comme moins qu’une larve et être zigouillé. J’essaie simplement de résumer la pensée d’Hillard.
      Maintenant, ce n’est pas parce qu’on se sent brillant et qu’on croit avoir déniché les manigances du mondialisme qu’on est en dehors du mondialisme, la plupart dans ce monde jouant le jeu du mondialisme sans en avoir aucune conscience.


  • #1495040
    le 24/06/2016 par cftc
    Brexit : et maintenant ?

    Le résultat du référendum anglais démontre la déliquescence avancée du ’’programme’’ mondialiste. Que tous sur ce site et ailleurs comprennent bien que cela est le résultat des efforts incommensurables des Résistants dont les plus illustres parce qu’ils le paient de leur sang, sont le PEUPLE SYRIEN et son président BACHER El-ASSAD et le PEUPLE IRAKIEN.

    Les peuples européens commencent à comprendre que tout ce qui s’est fait au Moyen-Orient au détriment des Peuples Syriens et Irakiens se réalisera sur le sol européen parce les peuples européens ont compris que la cause de ce chaos provient de NOS PROPRES POLITICIENS qui soutiennent les coupeurs de têtes.

    Maintenant il ne faut pas être trop euphorique car le ’’programme’’ mondialiste cherche toujours quel que soit la situation à tirer profit. En l’occurrence pour l’angleterre, il s’agira de concasser le pays avec l’écosse et d’autres qui chercheront l’indépendance.

     

    • #1495130
      le 24/06/2016 par OTM
      Brexit : et maintenant ?

      Waw...voici donc une réflexion d’un "dissident" "reinformé"...


    • #1495162
      le 24/06/2016 par bob8365
      Brexit : et maintenant ?

      OTM, exprimes-toi, développes ta pensée au lieu de juger.

      Ce site est un lieu de libre expression, encore faut-il être capable d’argumenter...


    • #1495574
      le 24/06/2016 par Lycurgue
      Brexit : et maintenant ?

      C’est vrai ça, OTM. On t’attend. Montre-nous un peu ta science.


    • #1495611
      le 24/06/2016 par cftc
      Brexit : et maintenant ?

      @OTM

      D’abord, je ne t’ai pas attendu pour réfléchir, parce qu’à la lecture de la ’’réflexion’’ que tu produis...nous devrions attendre encore longtemps avant d’y voir clair

      Ensuite et pour aller dans le même sens, je te conseille vivement d’écouter l’intervention de Nigel Farage qui a été remontée sur ce site suite à la victoire du brexit...et plus particulièrement à partir de 1min21 lorsqu’il est question d’une dame.... Ensuite re-lis ce que j’ai écris ci-dessus :)


  • #1495048
    le 24/06/2016 par La pythie
    Brexit : et maintenant ?

    M’étonnerait fort que les élites mondialistes n’aient pas un plan B" ni même de plan C...rester dans l’UE est moins pire qu’être seul...face au bloc américain et au bloc chinois, aucune nation ne peut résister seule...

     

  • #1495068
    le 24/06/2016 par BRAVO AUX ANGLAIS
    Brexit : et maintenant ?

    Ah, ah !

    J’entends déjà des Euro-pour-riens dire que le peuple Britannique doit "re-voter" sur cette question.


  • #1495074
    le 24/06/2016 par alex1737
    Brexit : et maintenant ?

    J’aime bien Pierre Hillard, mais son côté fataliste, où tout est déjà perdu, m’agace, même si je peux le comprendre de part sa foi .
    J’imagine que si le Bremain l’avait emporté, on aurait eu droit à un article sur le lavage de cerveaux des masses, entre propagande médiatique, trucage du vote par correspondance et assassinat politique (qui a encore raté son objectif d’ailleurs après la suède en 2003)...

    Même si le traité atlantique est effectivement de plus en plus une réalité chaque jour, le Brexit peut aussi être vu comme une chance, notamment pour notre pays ultra-soumis, mais aussi pour le reste des pays européens démolis par l’union européenne et nos chers amis américains.

     

    • #1495163
      le 24/06/2016 par Bruno
      Brexit : et maintenant ?

      Tout à fait d’accord.

      L’analyse de Pierre Hillard me paraît d’autant plus fausse que :

      L’UK va avoir à faire face
      - à une tentative de sécession de l’Ecosse
      - probablement à de nouveaux troubles en Irlande du Nord, car les Catholiques ont voté pour rester dans l’UE majoritairement .
      - un déménagement de nombreuses sociétés qui étaient en UK pour des raisons fiscales, tout en bénéficiant de l’UE, vers d’autres pays Européens : Irlande, France, Allemagne etc
      - Une mobilisation de tous les moyens de l’Etat Britannique pour négocier en 2 ans tous les traités de libre échange et transcrire en droit local les législations qui étaient jusqu’alors Européennes.
      - Une perte de valeur aux yeux des US du fait de leur perte d’influence dans l’UE.

      C’est une très mauvaise nouvelle à court terme pour le Royaume Uni, et probablement à moyen et long terme, sauf si l’Europe s’écroule dans quelques années.

      Les Anglais vont découvrir qu’il fait froid à l’extérieur de l’Europe :)

      C’est effectivement une grand chance pour l’Europe qui peut enfin se débarrasser d’un saboteur permanent, et marque une perte d’influence de facto des Anglo Saxons en Europe.

      Merci les Anglais :)


    • #1495265
      le 24/06/2016 par hahaha
      Brexit : et maintenant ?

      Hahaha, @Bruno. J’y vois plutôt un futur renforcement du Royaume-Uni (ou de l’Angleterre seule s’il éclate, enfin peu importe) à moyen terme. Et pour les US il n’y a pas que l’importance au sein de l’UE qui compte, mais la place financière de Londres, leurs infrastructures militaires, d’espionnage, etc... Ils resteront toujours des alliés de valeur. Quand à la grande chance, par contre, ce serait plutôt de se débarrasser du saboteur des peuples européens : l’UE !


    • #1495317
      le 24/06/2016 par Marie de Lourdes
      Brexit : et maintenant ?

      J’ignore si l’analyse de Pierre Hillard s’avérera juste...
      pour ma part une question me taraude depuis longtemps :
      POURQUOI CAMERON (L’EMPIRE) A-T-IL PERMIS CE REFERENDUM ?
      Alors même qu’un Brexit était (soi disant) tant redouté ?
      Chacun sait que la "démocratie" ne peut s’exprimer que si elle sied à nos chères élites.
      Exemple : le dernier référendum grec a été piétiné.
      Il y a quelque chose qui cloche. Et là, je rejoins Mr Hillard.


    • #1495385
      le 24/06/2016 par Bruno
      Brexit : et maintenant ?

      @hahaha C’est trop tôt pour le dire. La tendance est objectivement une perte d’influence et un vrai affaiblissement (44% des exportations de l’UK vont vers l’UE ...) de l’UK.

      Après si l’UE s’écroule à moyen terme, ça peut bénéficier à l’UK. Ensuite l’UE n’est pas un problème dans le principe, C’est ce qu’elle est devenue qui en est un : notamment la zone Euro. On peut imaginer une autre UE, plus utile, moins politique et moins intrusive. Mais bon, aujourd’hui oui l’UE est un vrai problème et on va plutôt dans le mur.

      Paradoxalement, la sortie de l’UK rend possible une autre UE, sous influence moindre des US et de l’Allemagne. Après, quelle direction prendra l’UE sans le sabotage des Anglais... Personne ne peut le dire, même si la tendance est pour l’instant vers un délitement.


  • #1495114
    le 24/06/2016 par Jaoram
    Brexit : et maintenant ?

    en tout cas les Attali,BHL et autres Soros n’ont toujours pas digéré le choix des britanniques.on dirait que ça dérange les sionistes qu’un peuple souverain prend son destin en main.
    ils savent que si les autres pays font pareil leur plan de gouvernance mondiale tombera à l’eau.

     

    • #1495188
      le 24/06/2016 par gto
      Brexit : et maintenant ?

      Effectivement, se diriger à l’inverse de ce que la boussole BHL indique est, il me semble, une sage et gentille décision.


  • #1495149
    le 24/06/2016 par LB
    Brexit : et maintenant ?

    A certains anti-Hillard, faites l’effort de consulter sérieusement les interventions de Pierre Hillard.

    Ce qu’il dit depuis longtemps, c’est qu’il y a plusieurs rivalités au sein des mondialistes, et qu’un courant veut que la Grande-Bretagne fasse le pont "atlantique" entre l’Europe et l’Amérique.

    L’euro aussi doit disparaître à terme, remplacé par une nouvelle monnaie. Il est important de se préparer à ce genre de plans et de rester pragmatique face à certaines "réussites".

    Si l’OTAN bombarde Londres, je veux bien admettre que le Brexit était bien. Autrement, ce n’est rien de plus qu’un plan B, voire carrément le stade supérieur du plan. (tel qu’il était déjà présenté durant les années 50...)

     

    • #1495322
      le 24/06/2016 par bloblo
      Brexit : et maintenant ?

      Sans vouloir être cynique, ça lui permet surtout de dire que quelque soit le cas de figure, tout est voulu, orienté, contrôlé... et donc de ne jamais se tromper. Le danger avec ce mode de pensée c’est qu’il en vient rapidement à susciter l’impuissance qu’il semble dénoncer.

      Pareil avec l’euro, c’est quand même un peu facile de dire que l’euro devrait disparaître mais rien n’est moins sûr car il y a des partisans de toutes les options...

      Tout ce que l’on peut dire c’est que des types comme Boris Johnson ou Farrage ne sont pas des antimondialistes fiévreux mais des conservateurs partisans d’un libéralisme économique brut de décoffrage couplé à un darwinisme social nuancé pour le premier (qui est favorable à l’eugénisme, etc.) qui vont probablement renouer avec une politique tatchérienne en Grande-Bretagne.

      Moi ce qui m’amuse c’est qu’il y a quelques mois encore la presse française gloussait quand on pointait du doigt la francophobie préoccupante des médias britanniques : c’était "culturel" nous disait-on d’un air bonhomme, et puis, quelque part, c’était justifié... maintenant qu’il apparaît que la francophobie n’était que la composante d’un sentiment anti-européen plus diffus, le ton a changé, les médias fustigent la presse démagogique, xénophobe et menteuse (car on trouve énormément de mensonges dans les tabloïds anglais, c’est un fait) parce que leur petite utopie fédéraliste vient d’en prendre un sacré coup.

      Au-delà de çà il faut dénoncer la bêtise des européens qui ont accepté tous les ultimatums des anglais sans broncher (langue de travail, élargissement, marché commun, etc.) pour les garder dans l’Europe. De Gaulle, fort de sa culture historique, avait annoncé que ce marchandage démolirait la construction européenne. Boris Johnson a d’ailleurs déclaré sans ambages la fin de la construction européenne, comme quoi l’objectif était conscient et désigné.

      Enfin, l’Allemagne perd son principal partenaire en Europe, le couple franco-allemande n’étant qu’une fiction sentimentale que les Allemands acceptent de jouer le temps d’une commémoration pour donner le change (ou courir sur les tombes de nos soldats) et donner l’illusion que la France compte politiquement, alors que la politique européenne était pilotée en réalité par les Allemands et les Anglais en accord sur toutes les grandes lignes économiques (austérité, dérégulation, proximité avec les USA même s’il existe en Allemagne un puissant lobby énergétique proche de la Russie).


    • #1495415
      le 24/06/2016 par Andreas
      Brexit : et maintenant ?

      @Biobio

      "alors que la politique européenne était pilotée en réalité par les Allemands et les Anglais en accord sur toutes les grandes lignes économiques (austérité, dérégulation, proximité avec les USA même s’il existe en Allemagne un puissant lobby énergétique proche de la Russie)."

      L’Allemagne ne decide de rien, elle est une colonie Usraelienne tout comme le Japon. Merkel recoit des ordres de washingston qu’elle les exécute.

      Cordialement


  • #1495159
    le 24/06/2016 par obs
    Brexit : et maintenant ?

    L’indépendance va booster les Anglais, désormais ils travailleront pour eux, pas pour les claque-dents Roumains ou Bulgares ou pire, pour les "migrants", 5 millions de Syriens qu’Israël nous demande gentiment de prendre chez nous...


  • #1495166
    le 24/06/2016 par CSS
    Brexit : et maintenant ?

    Et maintenant ?

    Bah on attend 2 ans et on fait passer le texte par la voie parlementaire ?!
    Ou on ne touche à rien, ça passera tranquille aux yeux de la majorité ?!


  • #1495169
    le 24/06/2016 par ras
    Brexit : et maintenant ?

    Après les anglais ils nous faut emboiter le pas ! malheureusement ils vont mettre la dose sur les français tout les points stratégiques convergent sur la France et les français sont assez cons pour mordre à l’hameçon, perdons pas espoir.....


  • #1495209
    le 24/06/2016 par Pouet
    Brexit : et maintenant ?

    Il n’a pas pris ses gouttes ?


  • #1495225
    le 24/06/2016 par vivelhumanité
    Brexit : et maintenant ?

    Pourquoi , quand on a voté en France contre la constitution européenne en 2005. Finalement ; ils n’avaient rien à foutre, la constitution a été quand même ratifiée pus tard à Lisbonne en catimini entre eux.

    Je pense que tout ça concoure à une manipulation des esprits, ils vont finir par se dévoiler dans quelques mois. Ce sont des variantes calculées et maîtrisées.


  • #1495227
    le 24/06/2016 par insoumis de la dissidense
    Brexit : et maintenant ?

    Se réjouir sans retenue de la victoire du Brexit et rejeter les thèses de Pierre Hillard : OK, mais...

    Tout bon dissident un minimum informé et possédant quelques bases historiques devrait au moins avoir en tête les quelques points suivants : la Perfide Albion, la guerre de cent ans, la City, la Couronne britannique et ce qui l’entoure, De Gaulle enrôlé par le Général Spears sous les ordres de Churchill, la destruction de la flotte française désarmée à Mers el-Kébir (opération Catapult), l’appartenance aux "alliés" dont les débarquements en Europe procédèrent d’une forme de proto-colonisation (déjà !), leur partie prenante dans les procès de Nuremberg, que UK et USA soient des anglo-saxons, et j’en passe des pires et des meilleures...

    Cette liste, très loin d’être exhaustive, dessine néanmoins déjà une nébuleuse, non ?
    Cette nébuleuse m’empêche a priori de considérer le Brexit comme un élément totalement contraire à la stratégie des mondialistes. C’est juste à mes yeux une non-cohérence.
    Ces anglo-saxons très liés à l’atlantisme étaient déjà bénéficiaires de conditions bien particulière au sein de l’UE (non-appartenance à l’espace Schengen, conservation de la monnaie nationale...), l’UE ce machin qui vise à asservir les peuples et détruire les nations européennes.
    Comment peut-on être à la fois esclave et esclavagiste ? Dans ce sens la sortie de l’UK de l’UE prend toute sa dimension et argons que ce cheval de Troie gardera une place prépondérante dans les rouages euro-atlantistes, en particulier le TAFTA.

    Doit-on également espérer ce fameux phénomène des dominos ?
    Rien n’est moins sûr. En effet je trouve que cette histoire de référendum britannique est cousue de fils blancs. Cela a été beaucoup trop facile dans un monde et une époque où le système s’assoit sur la volonté des peuples et où le principe du référendum est décrié ad libitum et où parfois les résultats de ces mêmes référendums ne sont pas respectés.

    Méfiance donc et attendons donc de voir. Le combat continue sans forcément considérer le Brexit comme une petite victoire à notre actif.
    Pessimisme ? Non, pragmatisme et prudence car dans une guerre toute erreur de stratégie se paye très cher.

     

    • #1495416
      le 24/06/2016 par Dino1906
      Brexit : et maintenant ?

      Je vous rejoins a un détail prêt, et non des moindres, comme dirait Jean Marie Bigard, on a dit au peuple dit de voter, mais le peuple s’est trompé, ils ont mal voté, on leur a dit de prendre le Stay.et beaucoup se sont égarés. Malgré les unes du Daily Mirror et du Sun parlant d’apocalypse en cas de sortie de "Leave" Cette donnée peut paraître anodine, car en 2007 nous avons été roulé dans la farine par notre NabotLéon national, mais là nous sommes a l’heure pleine d’internet, or le but du système est toujours de se faire passer pour des gentils, si le peuple n’obéit plus a la machine sensationnaliste Merdias, Journalope et Moult propagandistes, ça veut dire que le système devra officialiser sa dictature en sommeil (sommeil évidemment pas pour nous les esprits éveillés) plus vite que prévu, à mon sens, et devra usé de la méthode dure, et faire tomber une grosse partie du masque envers les moins éveillés. Je l’ai toujours dit tant qu’une dictature ne dit pas son nom, il est impossible de renverser les tables.


  • #1495245
    le 24/06/2016 par Gégé Cahuzac
    Brexit : et maintenant ?

    Hilard nous fait du Hilard, c’est à dire le mondialisme est toujours gagnant avec un enième plan B prévu dès le départ !!!
    Soyons positif, voyons le bon coté des choses pour une fois. Un peuple souverain nous a donné l’exemple a suivre. Vive le peuple Anglais et vive l’Europe des nations indépendantes et souveraines.

     

    • #1495334
      le 24/06/2016 par La pythie
      Brexit : et maintenant ?

      Le système a toujours un plan B sous la main, au cas où les choses tourneraient mal...


    • #1495495
      le 24/06/2016 par Loup blanc
      Brexit : et maintenant ?

      Tu crois vraiment que le système laisserait les gens acquérir leur liberté par la voie démocratique (qui est une arnaque en plus) ?
      Votre adversaire est le démon, un ennemi spirituel, que vous prétendez affronter avec des armes matérielles.
      La France est la fille aînée de l’Église, et elle ne sera sauvée que par son roi Jésus, qui a décidé de régner sur le monde par elle (c’est pas rien ! Vous avez une grosse responsabilité !).
      Voilà, c’est comme ça.


  • #1495246
    le 24/06/2016 par listener
    Brexit : et maintenant ?

    Contrairement à ce que débitent à longueur d’antenne les jacassins de la presse officielle, l’Angleterre n’est pas le premier pays à avoir dit "non" à l’Europe. Ils ont oublié le ... Groënland ! Rocard, l’ambassadeur plénipotentiaire de la République Française chez les inuits et les ours blancs ne se serait-il pas déterminé là dessus pour prendre parti pour le Brexit ? Mystère. Mais pour comprendre Rocard, il faut se lever tôt.

    Un référendum "consultatif" sur le retrait du Groenland de la Communauté économique européenne s’y est tenu le 23 février 1982 afin de définir si le territoire (en fait une colonie danoise qui lutte pour son indépendance dans l’indifférence générale) devait rester dans l’espace communautaire de la CEE. Le retrait de la CEE a été approuvé à 53,02 % avec un taux de participation de 74,9 %. Soit à peu près les chiffres du référendum anglais !

    Donc il faut proposer de renforcer les liens entre la France et les Groenlandais. L’un et l’autre pays ont à se méfier d’une nombre immense de pingouins et de phoques menaçants sapant les bases de "la démocratie et de la république".

     

    • #1495319
      le 24/06/2016 par insoumis de la dissidense
      Brexit : et maintenant ?

      Quatre raisons (au moins) qui rendent très discutables toutes velléités de rapprochement de la France avec le Groenland :

      - L’importance stratégique évidente du Groenland pour les USA (notamment pour la défense anti-missiles comme le montre le défunt projet Iceworm).

      - Implantation d’une base américaine intégrée à l’OTAN au début des années 50, modernisée et renforcée en 2004, soit 22 ans après leur « relative indépendance ».

      - Des réserves de pétroles équivalentes à la moitié des gisements connus en Mer du Nord ou en Arabie Saoudite (estimations réalisées par l’US Geological Survey, comme de bien entendu) ainsi que des réserves de gaz dont l’importance exacte n’est pas encore connue.

      - Projet d’implantation d’une usine d’aluminium par le groupe américain Alcoa (troisième producteur d’aluminium au Monde).

      Remarque : Cette « indépendance » apparente d’un territoire possédant des ressources pétrolières et gazières (sans compter d’autres ressources minières) me fait terriblement penser à la volonté d’indépendance de l’Écosse, ce que tout dissident dûment informé sait comment interpréter...


    • #1495435
      le 24/06/2016 par listener
      Brexit : et maintenant ?

      A insoumis de la dissidence. Très intéressant. Et le fait qu’il existe en effet de colonisation complexe et assez hypocrite qui persiste malgré les discours imposés par l’anticolonialisme de façade des américains. Une petite balade à Porto-Rico et on a vite compris ou veulent en venir les amerloques.

      Pour être un colon moderne, il suffit de considérer que les colonisés ne comptent pas. On ne les voit pas. Ils n’existent pas. Les groenlandais ? Où ça ? où ça ? Des palestiniens en somme avec une différence de température..


  • #1495248
    le 24/06/2016 par Adran Jorgen
    Brexit : et maintenant ?

    M. Hillard ferait bien de choisir une direction. Le Brexit est évidemment une bonne nouvelle. Mais il est effectivement évident que celà sera récupéré par l’empire capitaliste d’une manière ou d’une autre.

    Mais c’est aux Anglais de rester vigilants et de se tourner au plus vite vers les BRICS afin d’éviter le TAFTA que personnes ne souhaite à part des technocrates, des milliardaires, des multinationales et des lobbyistes de tous bords.

    Ce qui est sûr, c’est que les Anglais vont en chier... et que dans un premier temps ils vont même regretté amèrement leur choix, j’espère juste qu’ils ont conscience que cette direction est la plus difficile mais la seule viable à long terme.

    M. Hillard ferait bien de suivre une conférence de Francis Cousin. Je ne l’ai jamais vu mettre en cause le capitalisme comme cause de nos problèmes. Le capitalisme corrompt tout, y compris nos âmes... Pour en sortir ; soit nous subissons une crise sanglante et malthusienne en laissant faire nos élites mondialistes, soit on s’y efforce par petits pas comme le Brexit. Je préfère la deuxième solution, car je n’ai pas envie de subir un effondrement économique global brutal et mortel auquel personne n’y est vraiment préparé (effondrement des états, guerres civiles, famines, vols, pillage, viols, hyper-violence non réprimée, cannibalisme, ...)

    Bonne chance pour trouver de gentils humains après un effondrement global. Ceux qui survivront le mieux seront les groupes mafieux armés jusqu’aux dents, sans Foix ni lois parcourant, pillant et dominant les restes de l’empire telles que les hordes de Huns lors de effondrement de l’empire Romain...

     

    • #1495431
      le 24/06/2016 par Smuth_Smuth
      Brexit : et maintenant ?

      Hillard n’a jamais effectivement mis en cause le capitalisme comme cause de nos problème pour la simple et bonne raison que ce n’est pas le cas, le capitalisme n’est qu’une conséquence logique d’une idéologie bien plus profonde. Voir le capitalisme comme vous le voyez c’est voir les choses par le petit bout de la lorgnette.


    • #1495502
      le 24/06/2016 par Noaches
      Brexit : et maintenant ?

      Francis Cousin explique tout (dans le sens de radicalité) par Karl Marx et le monde cosmique conduisant au panthéisme.

      Pierre Hillard par Jesus Christ, son adversaire et ses princes.

      Chacun son logiciel mais le premier s’intègre au second. Pas l’inverse.


    • #1495709
      le 25/06/2016 par RD
      Brexit : et maintenant ?

      Un certain nombre de tradis ne condamnent pas le capitalisme car :

      1) De nombreux principes de l’économie politique dite bourgeoise sont parfaitement compatibles avec la position officielle de l’église catholique depuis des siècles. Par ailleurs l’amour de la verticalité hiérarchique s’acoquine bien avec les principes, il est le garant de l’ordre.
      2) Cela remettrait en question l’âge d’or à savoir le catholicisme d’état royal ("Saint Louis style"), la capitalisme n’étant pas né sui generis.


    • #1496895
      le 26/06/2016 par Adran Jorgen
      Brexit : et maintenant ?

      Je ne mets aucunement en cause l’intelligence de Pierre Hillard. Ces déductions sont souvent irréfutables. Mais, je pense qu’aujourd’hui ce n’est plus la question de savoir qui est responsable de quoi, ou qui manipule qui. Mais qu’est ce qu’on fait concrètement pour sauver pour ce qui peut encore être sauvé.

      Laisser les mondialistes s’accaparer la planète entière occasionnera des dégâts ineffaçable à la nature et à l’humanité (qu’ils manipuleront mentalement, physiquement, génétiquement, moralement, spirituellement). Si on les laisse faire, l’humanité sera irrécupérable pour l’éternité. L’humanité restera à jamais une espèce de parasite nuisible à l’équilibre de la terre.

      Il est évident que le Brexit est un bon coup frein vers la marche du N.O.M., il suffit de voir le déchaînement de la presse mainstream pour en être convaincu. Certains envisagent même de faire revoter la chose.

      Le Brext est-ce suffisant ? certainement pas. Mais si une succession d’événements de ce type s’enchaîne, l’espoir n’est pas totalement perdu. Voici quelque exemple : élection de Trump (même si ça n’est pas un ange il est tout de façon mieux qu’Hillary), élection de Marine Le Pen, refus du TAFTA, fin des tensions internationales avec la Russie, victoire définitive contre Daesh et Al Nosra...

      Je n’assisterais pas à l’effondrement de l’humanité sans réagir. Je ne m’extasirai pas de voir apocalypse de St-Jean se dérouler sous mes yeux en clamant haut et fort tel un illuminé "Vous voyez pauvres mortels, ce qui arrive aujourd’hui était prédit il y a presque 2000 ans !"

      Je suis persuadé que Jésus serait très déçu de voire ses fidèles rester inactifs devant l’anéantissement de l’humanité par l’aliénation matérialiste qu’il a tant décrié. Le nouveau testament nous explique que si on ne change pas (en commençant par soi-même) on s’autodétruira. C’est à nous de faire les bons choix et d’empreinter les bonnes directions.


  • #1495270
    le 24/06/2016 par Bl4st
    Brexit : et maintenant ?

    Le "Brexit" juste avant l’arrivée du traité transatlantique.
    Le timing est parfait.


  • #1495449
    le 24/06/2016 par boule&bill
    Brexit : et maintenant ?

    Le propos me parait sibyllin, mais j’acquiesce à la remarque finale ... ce cirque n’est qu’un pas de plus dans cette marche irrésistible ... un avancement de la nynphose.


  • #1495455
    le 24/06/2016 par Pierre Loup
    Brexit : et maintenant ?

    C’est plutôt simple, de 1 le Royaume-Unis n’a jamais fais partis intégralement de l’UE le meilleur exemple c’est l’euro, de 2 il a fallu attendre 1973 pour que la G-B rentre dans l’UE, alors déjà là on voit bien que l’UE c’est le truc de l’Allemagne(USA derrière) et non de l’Angleterre !
    Et finalement selon les grand pontes comme Joseph Retinger(vraie papa de l’UE et du Bilderberg) le Royaume-Unis était censé faire le pont entre le bloc Nord-Américain d’un coté et le bloc Europe(Allemagne/France/Italie) de l’autre.


  • #1495486
    le 24/06/2016 par Eric
    Brexit : et maintenant ?

    Adran Jorgen a écrit : "M. Hillard ferait bien de suivre une conférence de Francis Cousin. Je ne l’ai jamais vu mettre en cause le capitalisme comme cause de nos problèmes. Le capitalisme corrompt tout, y compris nos âmes..."

    Il n’est pas nécessaire d’abolir le système monétaire, comme le préconise puérilement Francis Cousin, pour détruire le capitalisme. Il suffit de socialiser la totalité du PIB comme le prône Réseau Salariat.

    Réseau Salariat propose d’étendre le principe de la cotisation sociale (déjà mis en oeuvre pour 18% du PIB, avec le financement de la sécurité sociale) afin de répartir l’ensemble de la valeur économique marchande produite chaque année. Dans cette hypothèse la répartition primaire de la valeur économique marchande serait la suivante : les entreprises marchandes conserveraient 15 % de leur valeur ajoutée pour leur autofinancement. Le reste serait versé à des caisses de cotisation : 60 % à une caisse de salaire qui paierait les salariés à vie sur la base de leur qualification personnelle, 25 % de leur valeur ajoutée à une caisse de cotisation économique, dont 10 % seraient consacrés au financement des services publics et à l’extension de la gratuité, et 15 % seraient consacrés au financement des investissements par subvention, rendant inutiles la propriété lucrative et le recours au crédit à intérêts.

     

    • #1495714
      le 25/06/2016 par RD
      Brexit : et maintenant ?

      Je crois que vous n’avez rien voulu comprendre à ce que dit Cousin : c’est parce que le capitalisme s’effondre qu’il y a une possibilité de détruire l’argent par ce qui le génère.

      Merci, Réseau Salariat a enfin trouvé le remède miracle à toute l’économie politique !
      Mais cela n’est pas du tout "puéril"...


    • #1495745
      le 25/06/2016 par Caro L
      Brexit : et maintenant ?

      ’Je ne l’ai jamais vu mettre en cause le capitalisme comme cause de nos problèmes."

      Alors c’est que tu as très très mal lu ses livres.

      Quelle est belle cette pub déguisée pour "Réseau salariat", comme tout ce qu’à fait Attac et le reste, pas difficile de voir que c’est du flan. Tant qu’on sera sous la coupe de l’Europe, les poings liés, tout ce genre d’initiative, c’est du flan et de l’utopie. S’attaquer aux vrais problèmes, dans l’ordre. Le flan genre "salaire à vie", "revenu inconditionnel" etc, reçoivent le soutien de .. devinez qui...G. Soros.


  • #1495640
    le 24/06/2016 par Pierre Loup
    Brexit : et maintenant ?

    A mes yeux le but de ce référendum fais partis d’une grotesque manipulation qui consiste a faire croire aux masses de moutons que la ’’démocratie’’ existe toujours !
    Au final l’Empire a seulement décidé de balancé un peu de pain a la plèbe !
    Ça va changer quoi concrètement ce Brexit sur la domination de cette élite sachant que les élites britanniques sont le coeur même du pouvoir mondialiste avec leur frères ricains !


  • #1496202
    le 25/06/2016 par listener
    Brexit : et maintenant ?

    "Brexit ? Et maintenant ?" Mais les anglais "pragmatiques" , on les aime d’autant plus qu’on les déteste. On aime les détester. On les déteste parce qu’on les aime. Cela ne regarde pas l’Europe mais la France. On en veut ! Et les anglaises ! L’amour "pragmatique" à l’anglaise ! Des secousses, de grosses secousses. Il faut bien y arriver, à l’extase .. politique... que croyez-vous ?


  • #1496393
    le 26/06/2016 par amicis
    Brexit : et maintenant ?

    Paul Sykes ? Paul Sykes ? N’importe quoi.
    Pierre Hillard a toujours beaucoup de peine à étayer ses thèses avec des exemples justes. En l’occurrence, ce n’est pas Paul Sykes, fils de mineur et autodidacte qui a eu la chance de rencontrer la bulle internet, qui prouve quoi que ce soit.
    Non, si veut enquêter sur le côté sombre du Brexit, il faut s’intéresser au Daily Express, grand tabloïd de l’UKIP et de la sortie de l’UE, dont le propriétaire est Richard Desmond, milliardaire juif et pornographe. Celui-ci a fait un don de 1,3 milliards de £ à UKIP ce qui est proche des montants de Paul Sykes.
    Même si Farage, un ancien broker de la City, semble être sincèrement russophile, les partisans du Brexit qui sont au gouvernement sont d’authentiques sionistes : Boris Johnson, le sarko local, Michael Gove, etc.

    Néanmoins, la lecture de l’article entier de Pierre Hillard vaut le coup !


Commentaires suivants