Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Brexit, immigration, médias, Russie : entretien avec le journaliste Alimuddin Usmani

Le média en ligne ParlamentníListy.cz, très populaire en République tchèque, s’est entretenu avec le journaliste indépendant Alimuddin Usmani à propos du Brexit, de la crise migratoire, de Soros, des médias de ré-information ainsi que de la Russie. Voici la traduction de cet entretien à partir du tchèque.

 

Certains commentateurs politiques affirment que les gens ont désormais perdu confiance dans les élites politiques. Les preuves en sont, par exemple, le succès de Donald Trump, de Norbert Hofer en Autriche lors des élections présidentielles, ainsi que la critique croissante à l’égard de l’Union européenne. Est-ce bien le cas ? Quelle en est la raison ? Est-ce que les gens considèrent la plupart des politiciens comme des figures incompétentes et profanes qui ne savent pas comment traiter des problèmes mondiaux aussi essentiels que la migration ?

L’exemple le plus symbolique de cette perte de confiance envers l’élite est incarné par Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne. Juste après la votation sur le Brexit, il s’est couvert de ridicule en disant devant l’assemblée que « les dirigeants des autres planètes » étaient inquiets. Il a peut-être juste fait une faute de français, mais ce n’est pas la première fois qu’il dit des bêtises. Tout le monde se souvient de la fois où il avait distribué des claques aux autres représentants, visiblement sous l’influence de l’alcool. C’est un leader qui n’a même pas été élu par les peuples européens et qui dicte sa politique migratoire au continent. Ces dirigeants ne représentent pas les intérêts des gens. Je pense que l’Europe n’a pas besoin d’une immigration de masse, composée essentiellement de jeunes hommes sans formation. De plus en plus de personnes s’en rendent compte.

 

Vous avez récemment mené un entretien très intéressant avec Václav Klaus. Partagez-vous notamment son avis concernant la politique migratoire ? Sur le fait que la crise des réfugiés a déjà causé passablement de dégâts en Europe et qu’il faudrait la juguler de manière radicale en fournissant une aide intensive en direction des endroits d’où viennent les problèmes, à savoir au Proche et au Moyen-Orient, ainsi qu’en Afrique…

Je partage ses craintes et je suis d’accord avec son évaluation de la crise migratoire. L’analyse de l’ancien président tchèque mérite l’attention. Rien que l’année dernière, 10 000 Erythréens sont venus demander l’asile politique en Suisse. Il existe de forts soupçons qu’une forte partie d’entre eux ne sont pas des réfugiés politiques mais des migrants qui viennent abuser de notre système social. Quelques années après leur arrivée, 90% des Érythréens sont toujours dépendants des aides sociales. Cet argent pourrait être utilisé dans des programmes d’aide sur place, ce serait bien plus efficace.

 

De quelle manière évaluez-vous la position de Klaus à propos d’un des hommes les plus riches de la planète, le philanthrope George Soros ? Il voit de manière négative ses interventions dans la politique mondiale, il rejette l’avis de Soros qui affirme que si l’UE s’effondre alors cela va profiter à la Russie.

Monsieur Soros est sans aucun doute un personnage négatif. J’ai découvert récemment que son organisation, Open Society Foundations, finançait une ONG à Genève qui lutte contre la détention des migrants illégaux et qui tente d’influencer les décideurs politiques. La Russie n’est pas l’Union soviétique, elle a ses propres intérêts mais ne cherche pas à envahir les autres pays européens. Je crois que ce qui dérange le plus George Soros est que Vladimir Poutine ait critiqué la position de l’UE sur la crise migratoire et qu’il l’ait accusée d’obéir aveuglément aux ordres américains.

 

Le député européen Zdechovský (KDÚ-ČSL) s’est livré à une attaque acerbe dans les médias contre les partisans du Brexit. Il a notamment dit que l’Angleterre allait payer très cher son départ de l’Union, avant tout sur le plan économique et politique. Il a également dit qu’elle est menacée de désintégration (L’Ecosse et l’Irlande du Nord envisagent l’indépendance) et qu’elle aurait des problèmes pour maintenir l’accès au marché européen. Les critiques de Zdechovský pensent au contraire qu’il s’agit d’une grande affabulation. Ils font valoir que l’Association européenne de libre-échange, qui a établi divers accords avec 38 pays, a proposé à la Grande-Bretagne de devenir membre. Ils disent également que le gouvernement du Royaume-Uni va conclure un accord de libre échange avec l’UE. Les aspirations séparatistes de l’Ecosse et de l’Irlande du Nord sont également qualifiées d’irréelles et de « discours musclé ». Lequel des deux bords peut avoir raison selon vous ?

Monsieur Zdechovský participe à une campagne d’intimidation qui a été mise en route suite au Brexit. Le but est de dissuader d’autres pays qui voudraient suivre l’exemple britannique. Concernant les aspirations séparatistes de l’Ecosse et de l’Irlande du Nord, j’avoue que j’ignore s’il existe un risque à long terme mais je pense plutôt qu’elles font partie de la guerre psychologique.

 

Certains changements dans le soutien politique sont également intéressants en Europe. Dans nombre de pays, les gens ordinaires votent pour des partis populistes plutôt que pour la gauche. En France, les ouvriers commencent également à apporter leur soutien à Marine Le Pen. Pour quelle raison les socialistes ne satisfont plus aux besoins de leurs électeurs ?

Permettez-moi de citer l’essayiste français Alain Soral : « Le socialisme du Parti socialiste est une escroquerie. Si vous regardez l’origine des ministres clefs du gouvernement socialiste actuel, aucun ne provient de la classe ouvrière. » D’après lui, la différence entre bourgeois de gauche et bourgeois de droite ne se fait plus que sur des questions sociétales comme le droit des homosexuels.

Il est vrai que le Parti communiste français, qui était très populaire dans les années 80, était soutenu par la classe ouvrière. Son dirigeant, Georges Marchais, critiquait l’immigration incontrôlée parce qu’il y avait déjà en France des millions de chômeurs français et immigrés. Les électeurs de gauche ont commencé, de manière naturelle, à voter pour des partis dits populistes parce qu’ils ont eu le sentiment qu’ils protégeaient mieux les droits des travailleurs. Le Parti socialiste s’adresse avant tout aux femmes, aux migrants et aux homosexuels. Par conséquent, il n’est pas étonnant que les gens ordinaires aient tendance à voter pour des partis populistes.

 

À l’ère des nouveaux médias, en particulier sur Internet, les gens peuvent facilement suivre des informations et des opinions différentes, qui ne correspondent pas nécessairement à ce que leurs disent les politiciens et les médias publics. Le célèbre journaliste, Jefim Fištejn, affirme littéralement qu’Internet a « éduqué » les citoyens à se méfier de leurs propres élites. Pensez-vous que c’est le cas ? Ces médias électroniques exercent-ils une influence positive sur la société civile ou bien est-ce au contraire une source d’information négative ?

Je pense qu’Internet est une chose positive, parce qu’il a brisé le monopole des médias institutionnels. Ces nouveaux médias permettent d’offrir une nouvelle perspective et sont affranchis des cercles de pouvoir. La méfiance envers ses propres élites n’est pas une chose nouvelle, la nouveauté est que des médias sérieux remplissent ce besoin de ré-information. En France, la fréquentation du site Internet Égalité & Réconciliation est plus élevée que nombre de médias conventionnels.

 

Dans le cadre du Brexit, mais également lors des élections présidentielles autrichiennes, nous avons assisté à des clivages intéressants : les jeunes contre les vieux, les habitants des campagnes contre ceux des villes, les riches contre les pauvres. Les riches et jeunes habitants des villes sont plus cosmopolites, votent pour des partis traditionnels, soutiennent plus l’UE et sont également plus tolérants envers la crise migratoire. Chez les personnes plus âgées, qui vivent à la campagne, c’est plutôt le contraire. Comment l’expliquez-vous ?

Les jeunes universitaires ont tendance à considérer l’UE comme une opportunité, tandis que les gens moins formés redoutent une plus forte concurrence des migrants sur le marché du travail. Les gens riches sont moins affectés par les conséquences négatives de la mondialisation. En ce qui concerne l’écart générationnel, je pense que les jeunes ont plus facilement tendance à se laisser manipuler et se rallient volontiers aux idées mondialistes. L’expérience des personnes plus âgées leur permet de se méfier de tels projets.

 

Dans quelques jours, un sommet de l’UE se tiendra à Varsovie. Certains États (baltes et Pologne) en appellent à une présence plus grande de troupes américaines en Europe, en raison de prétendues menaces qui viennent de Russie. Pensez-vous qu’il faille en arriver là ou bien devrions-nous plutôt prendre le chemin d’une coopération avec la Russie pour faire face aux dangers mondiaux, tels que notamment le terrorisme ou l’islamisme ?

Il est important de se rappeler que l’intervention militaire américaine en Iraq en 2003 a provoqué le chaos au Moyen-Orient. L’État islamique n’aurait jamais pu voir le jour sans l’intervention catastrophique de Bush. Le jeu ambigu des Américains et leur combat contre le gouvernement syrien ont également aggravé la situation. Pendant ce temps, la Russie combat de façon efficace l’État islamique et mène une politique plus cohérente. La coopération avec la Russie est une condition nécessaire à la stabilité mondiale.

Sur l’émergence de nouveaux médias, voir aussi :

Retrouvez Alimuddin Usmani chez Kontre Kulture :

Sur la propagande mondialiste, immigrationniste et antirusse,
chez Kontre Kulture :

Pour soutenir l’information indépendante sur Internet :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.