Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"Chômage des jeunes, familles monoparentales, migrants et sans-abri" piliers de la pauvreté

Le Secours catholique-Caritas France a publié son rapport annuel sur l’état de la pauvreté en France, élaboré sur la base des statistiques d’accueil de l’association (plus de 85 000 situations traitées en 2015 ont été étudiées). En France, 9 millions, sur les quelque 66 millions d’habitants, sont considérés comme pauvres. Radiographie, en cinq points, de leur situation.

 

1. Qui sont les ménages pauvres ?

Parmi les personnes aidées par le Secours catholique l’an dernier, 23% sont des couples avec enfants, 29% des familles monoparentales avec plus souvent des femmes à leur tête que des hommes, 6% des couples sans enfant, 39% des personnes seules (célibataires, divorcées sans enfant à charge ou veuves), et 3% des ménages complexes (on appelle « ménage complexe » un foyer qui serait par exemple composé d’un couple avec enfants et d’une personne âgée, ou de personnes entretenant des liens amicaux mais pas familiaux).

Les familles monoparentales, qui sont, selon l’Insee, 1,7 million des 8 millions de familles avec enfants en France (soit un peu plus d’une sur cinq), sont donc surreprésentées. Si ces statistiques ne prennent en compte que les cas rencontrés par l’association, l’Insee pointe aussi régulièrement les difficultés des familles monoparentales, notamment à travailler et à se loger.

Par ailleurs, les personnes aidées sont moins jeunes qu’auparavant (signe que d’autres associations les prennent en charge plus que celui d’une amélioration de leur situation), ce qui traduit, pour le Secours catholique, à la fois le vieillissement de la population et la précarisation des seniors, notamment sur le front de l’emploi.

 

2. De quelles ressources disposent ces ménages ?

Près de 70% des personnes accueillies par le Secours catholique sont au chômage, contre 10,2% de la population française. Pis, la part des personnes au chômage non indemnisées est passée de 20% en 2000 à 26%. En 2015, le revenu médian des ménages avec ressources a augmenté : il était en 2015 de 932 euros contre 924 euros l’année d’avant. Entre 2010 et 2015, ce revenu médian a crû de 3,9%.

« Les progrès sont patents dans l’extension de l’allocation logement (24% en 1990, 56% aujourd’hui) ou du RMI-RSA (9% en 1989, 36% aujourd’hui), [et dans] la diminution des retards/anomalies dans le traitement des dossiers d’allocataires (25% en 1993, 9% aujourd’hui) », explique Axelle Brodiez-Dolino (CNRS-LARHRA) dans le rapport.

En revanche, le rapport note une augmentation de la part des ménages sans ressource :

« Elle atteint 19,5% en 2015, soit 0,7 point de plus qu’en 2014, et 4 points de plus qu’en 2010. Alors que la part de ces ménages baissait depuis 2004, elle est repartie à la hausse après la crise. Cette évolution est le reflet de plusieurs tendances : d’une part les effets retardés de la crise, et l’arrivée en fin de droits d’une partie importante des ménages frappés par cette situation, et d’autre part la proportion croissante d’étrangers sans statut dans les accueils du Secours catholique, où ils représentent presque la moitié des ménages sans ressources (48%) en 2015. »

Lire la suite de l’article sur liberation.fr

 

Sur la paupérisation française chez Kontre Kulture

 

Pauvre France, sur E&R :

 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • "Les migrants"

    Je trouve qu’il est injuste de prendre en compte des migrants dans les stats. Croyez-moi que ces migrants qui n’ont connu que la misère jusque-là et à qui l’on vient servir la soupe tous les matins et des activités en tout genre (cours de ski, de cheval,...) qui sont même chères pour le français moyens et n’ont pas à se soucier d’un toit au-dessus de la tête se considèrent tout sauf pauvre. Je n’exagère point si je vous dis que bcp de ces gens croient avoir gagné au lotto surtout les femmes. En Belgique, une femme qui accouche sur le sol belge à droit à un logement, à tout l’encadrement au service de ces êtres dites vulnérables.

     

    Répondre à ce message

    • ça sert à quoi d’envier d’autres pauvres ??
      Typiquement français cette maladie ! Image exécrable du frustré de la vie !

      MArre des jaloux, des Envieux !! Et , alors, si on s’occupe d’un pauvre ? C’est quoi ton problème à toi ?!
      Pourquoi sans cesse envier , ruminer , convoiter les biens des autres miséreux ?
      c’est pas de leur fautes si les associations leur donne à eux ! Ils vont pas quand meme refuser d’être aidé pour te faire plaisir !!
      Tu aurais fait quoi toi à leur place ? surement pas mieux !
      c’est la guerre horizontale que vous cherchez ?
      ces jalousies, ruminations incessantes vont vous donner le cancer mon ami alors ARRÊTEZ !! Merde

      Pourquoi pas envier les grands voleurs nantis ? Les vrais profiteurs d’en haut qui ne foutent rien et ont des salaires astronomiques ? La lâcheté ?

       
    • A Elissa.

      Merci, Merci, et encore Merci !

       
    • #1604959

      @ELissa
      Je partage ton agacement. Moi je suis bénéficiaire du RSA, et j’achète des livres KK, ça pose problème ? est-ce que quelqu’un refuse mon argent sous prétexte que je ne suis pas un salarié, que je n’ai pas mérité cet argent, et que donc on n’en veut pas ? Grâce à mon temps libre, j’ai découvert Alain Soral il y a maintenant 5 ans, et je l’ai fait découvrir à pas mal de personne, c’est plutôt positif non ? Maintenant j’aimerais qu’on arrête de me faire croire que l’on travaille pour moi. Jamais, lorsque j’avais un emploi, je n’ai eu le sentiment de travailler pour les autres. On ne travaille avant tout que pour soi ! Lorsque des gens viendront chaque mois frapper à ma porte pour me remettre un petit chèque, alors elles pourront dire qu’elles travaillent pour moi. En attendant je vis seul avec 470 euros par mois, et mon seul luxe c’est le temps libre, que je ne passe pas à fumer ou devant la télé. Je sais que j’ai du talent, des compétences, du savoir faire, et jamais aucun salarié frustré et aigri, détestant sa vie et sa situation, ne me fera culpabiliser de survivre avec le RSA, voire de préférer cela, vivre au RSA, avec toutes les privations qui en découlent, plutôt que d’être un autre esclave aigri, frustré et plein de rancœur vis-à-vis de mes semblables smicards ou plus pauvres encore. Je n’ai ni femme, ni enfant, ni dette, j’ai des passions (littérature et musique) et des activités. De plus je ne chôme pas puisque je suis homme au foyer accomplissant toutes les tâches requises : ménage, lessive, cuisine, vaisselle, etc. Alors qu’on arrête de prendre les "sans emploi" pour des branleurs et parasites. Je ne me sens pas du tout appartenir à ce genre d’individus. Le fait que certains aient un travail ne prouve pas qu’ils sont plus courageux que ceux qui n’en ont pas ; ça prouve juste qu’ils ont un taf et les autres non. Point barre. Arrêter de nous prendre pour des cons !

       
    • ELIssa

      On oublie un principe, aider son lointain, d’accord mais si c’est pour laisser sur le carreau son prochain je ne vois pas par quelle pirouette intellectuelle on peut justifier cela... C’est du bon sens que la bien-pensance veut détruire et nier au profit du mondialisme, du déracinement, pour détruire le peu de sentiment patriotique qu’il nous reste...

       
    • @Elissa

      Ce n’est pas que nous soyons jaloux, loin de là cette pensée ! Nous disons juste que la France n’a plus les moyens de prendre en charge une population qui nous vient des pays arabes !

      1) Nous avons trop de pauvres chez nous ! Nous dépassons les 9 millions de français vivant sous le seuil de pauvreté !

      2) Ces migrants devraient, dans la logique, s’expatrier dans les pays riches d’extrême Orient, tels : L’Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats-Arabes Unis, l’Algérie ou encore l’Iran...
      Ce sont des pays qui croulent sur le dollars et en plus, ils ont la même culture, langue et religion !

      Par contre, si vous... vous avez les moyens de les prendre en charge, c’est a dire : Les nourrir, les loger, les soigner, les blanchir et plus si affinité... eh ben , ça serait généreux de votre part !

      Dernière chose : Nous français, ne sommes pas jaloux mais plutôt révoltés, ce n’est pas la même chose !

       
    • #1604978

      @ ELissa

      Où lisez-vous de la jalousie ?

      La pauvreté est aussi affaire de perception, que vous le vouliez ou non. Ainsi, un mort de faim qui risque sa vie de l’autre côté du globe se sentira comme un privilégié chez nous, c’est tout. D’où l’idée que les migrants ne devraient pas figurer dans ces stats. Dans le même ordre d’idée, on pourrait aussi ajouter qu’un smicard dans les années 50, qui n’était pas aux 35 h et qui avait souvent des bêtes ou un petit potager à entretenir, était moins "riche" qu’un pauvre d’aujourd’hui, mais pas moins malheureux...

      La question serait surtout de savoir pourquoi vous vous enflammez autant devant votre poste à la lecture de ce commentaire : haine ? rancoeur ? frustration ???

       
    • Parce que ces pauvres parasites, heu "migrants" sont nourris, logés et occupés avec MES impôts toujours plus lourds pendant que je roule avec un vieux véhicule au contrôle technique dépassé depuis belle lurette.

      Aider des familles autochtones pauvres comme NOS jeunes travailleurs, NOS retraités, NOS mères célibataires (et nos mères en général d’ailleurs) me semble naturel dans un pays civilisé.

      Mais aider cette immigration parasitaire certainement pas !

      Vous en voulez aux patrons et aux nantis, OK, mais n’oubliez pas que ce sont les grands patrons et les banquiers qui les font venir pour nous tuer ces "migrants"...

       
    • On s’en fiche de l’avis d’élissa. Si elle ne voit pas d’inconvénient à ce que des parasites (et non pas migrants comme on dit) soient mieux traités que les pauvres des pays d’accueil des dits parasites, c’est son problème. 50 mineurs afghans (pas de charbon mais d’âge) accueillis en baie de somme avec téléphones portables et tout le toutim depuis une quinzaine de jours. Pendant ce temps là, les picards (pas les surgelés mais les habitants de la région) sont sinistrés au niveau emploi et là, je ne parle que d’emploi. Je m’en fous de toutes les élissa du monde et mon coeur va à mes concitoyens et non pas à des parasites qui envahissent mon pays en 2016 alors que les premiers bombardement en Afghanistan datent de 2001. Y’a arnaque sous roche, non ?

       
    • On ne travaille avant tout que pour soi !

      Je ne comprends pas votre raisonnement, pourquoi faudrait-il être manichéen ?
      La rémunération est une chose, primordiale évidemment. Mais enfin, c’est à travers la confrontation aux autres, aux prescriptions, au zèle dont il est capable, que le travailleur trouve un moyen de s’épanouir et parfois de transcender sa condition de simple mortel.
      Le plus répandu des moyens d’entretenir une culture de l’effort que les meilleurs sans doute transforment en mise au service du plus grand nombre. Et qu’ils en soient remerciés.

       

    • Maintenant j’aimerais qu’on arrête de me faire croire que l’on travaille pour moi. Jamais, lorsque j’avais un emploi, je n’ai eu le sentiment de travailler pour les autres.




      ah oui ? et qui te paie ta rente si ce n’est le contribuable ? maintenant si quand tu travaillais et qu’on te pompait ta sueur par l’impôt et que tu ne t’es jamais demandé à quoi justement servait cet impôt, cela veut bien dire que tu n’es toujours pas sorti du monde magique de l’état providence, l’état providence c’est la solidarité nationale revisitée par la propagande étatique.
      donc en tant que contribuable (et oui il y en a encore, heureusement pour toi), je suis d’accord pour payer pour toi par solidarité nationale, mais pas d’accord pour engraisser des politiciens, financer des guerres ou des migrants qui se foutent éperdument de moi. cela te pose un problème ? et arrête de croire qu’il n’y a que des chômeurs et des salariés, il y a aussi des indépendants(dont je suis) qui eux paient sans même avoir le droit d’en profiter en cas de malheur.

       
    • #1605787

      @pèle mèle
      Quand je dis qu’on ne travaille que pour soi, ça ne veut pas dire qu’on ne travaille pas aussi pour les autres et pour le bon fonctionnement d’une société et d’un pays. Bien entendu que c’est aussi pour cela que l’on travaille. Je dis que lorsque vous vous levez le matin pour aller travailler, vous ne vous dites pas : "Encore une journée à aller bosser pour ces salauds de chômeurs, de profiteurs de migrants..." ou alors votre vie devient un enfer de ruminations et vous vous empoisonnez la santé. Vous vous levez pour vous et votre famille, pour payer votre nourriture, vos factures, et si vous avez les moyens, quelques économies etc, pour vous offrir les choses qui vous font envie, pour profiter de la vie. Concrètement c’est pour ça qu’on travaille, avant tout. C’était le sens de ma phrase.

      @paramesh
      Bon écoute, quand j’ai la chance d’avoir un job, ce qui est très rare et les contrats sont très courts, je suis tellement content d’avoir un peu d’argent à mettre sur mon compte, que je ne pense absolument pas à ceux qui profitent et ceux qui ne profitent pas, à ceux qui ont un job et ceux qui n’en ont pas. Tu comprends maintenant ce que je veux dire ? on est bien d’accord sur les guerres et ceux qui les financent, tout ça c’est dégueulasse, sur les migrants qui vont débarquer et profiter de toutes les aides, les impôts qu’on va te prélever et qui vont partir pour de la merde, ok... mais concrètement, demain matin, malgré tout ce que tu sais, tu vas te lever et aller bosser pour TOI, parce que c’est TA vie. C’est tout ce que je dis. Je comprends le sentiment d’injustice, mais il y a quand même des bons côtés dans la vie, quand on a un job et un salaire régulier, qu’on est à l’abri de la précarité, qui font qu’on devrait se calmer et arrêter de fulminer après tout le monde. Ceci dit, je remercie les gens qui comme toi travaillent et permettent aux gens comme moi d’avoir un minimum pour manger et payer les factures. Sincèrement. Si je pouvais, même en étant au RSA, je t’offrirais volontiers un verre ou un repas pour te remercier. J’essaye à ma façon, modeste et qui peut paraître insignifiante, d’apporter moi même quelque chose à mon niveau. C’est peut-être con, mais lorsque je passe une commande sur KK, ben je me dis que cet argent du RSA est plutôt bien utilisé. Et lorsque j’écris une chronique sur un livre et que quelqu’un me dit "super chronique, c’est intéressant, je vais m’acheter ce livre", je me dis que je ne suis pas totalement inutile.

       
    • @dormeur du val et paramesh

      vous avez tous les 2 raisons.
      L’impôt de redistribution est une saleté.
      Le ponctionné a l’impression d’avoir déjà donné quand il croise un pauvre, et le pauvre a l’impression qu’on ne lui donne rien.
      Tout ce qui est impersonnel est futile et vain car cela dissout le lien entre citoyens. L’impôt de redistribution est une sorte de crachat au visage de la Charité. "s’il me manque l’amour" disait Saint Paul. Donner sans coeur et sans joie compte pour RIEN, aussi cet impôt forcé ne fait qu’agacer le contribuable sans le rapprocher de son Salut, et le pauvre est de plus en plus coupé du reste de la société, pendu aux mamelles d’institutions abstraites.
      La République est une oeuvre si abjecte qu’il est impossible de la regarder sous quelque angle sans tomber inévitablement sur une traînée de merde.

       
    • #1605965

      @Untel
      Merci beaucoup pour ce commentaire.

       
    • Tout à fait d’accord avec anonyme ! Certains migrants sont plus riches que certains français. Donc, pas question de jalousie la -dedans, mais juste de la logique : pas d’argent pour les français, mais des millions pour les autres ? De quoi se poser des questions. Donc, oui, les migrants sont peut-être pauvres dans leur poche, mais aucune importance, on leur paie tout et bien sûr en piochant dans la poche des pauvres, qu’ils soient salariés ou au chômage, ou au RSa.

       
  • Les chiffres de la population française ont l’air truqués (d’ailleurs c’est l’insee qui s’en occupe, ça doit mettre la puce à l’oreille). On voit (à lire l’article Wikipédia), que pour compter les gens, c’est un mélimélo administratif et de vocabulaire, expliquant "comment" sont comptés les gens. C’est n’importe quoi, et j’ai l’impression que ça fait 30 ans que le chiffre est de 65 millions de français ; en fait il n’en savent sûrement rien à l’insee, mais font "comme si", avec leurs bases de données foireuses.

     

    Répondre à ce message

    • Je suis d’accord avec vous, je pense la même chose. Selon moi il y a BIEN plus de "pauvres" en France. Et d’ailleurs sur quels critères on se base pour savoir qu’on est plus riche qu’un pauvre ? A partir de quand on est "riche" ?
      Parce qu’au vu des salaires et des gens qui galèrent ou alors s’en sortent tout juste, je dirai qu’il y a 95% de "pauvres". On peut interpréter les chiffres comme on veut et ce gouvernement de mord la paille le sait très bien. C’est surement d’ailleurs l’une de ses rares qualités, se foutre de la gueule du monde. Eux comme la droite au passage.

       
    • #1605466

      Il y a 30 ans, il n’y avait que 55,4 millions de Français en métropole. Aujourd’hui on est 64,5 millions (plus 2,1 millions dans les DOM = 66,6 M et 600 000 dans les TOM = 67,2 M).
      L’INSEE et les autres officines de statistique peuvent donc donner 3 total différents en fonction des gens qu’ils incluent dans la population française.
      Pour suivre les évolutions démographiques, il suffit de compter le nombre de naissances et de morts annuelles et le nombre d’arrivées et de départs du territoire. Périodiquement il faut organiser un recensement pour vérifier la validité des chiffres.
      Cependant personne n’a jamais prétendu qu’il y avait 65 millions de Français il y a 30 ans.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Histo...

      La preuve par l’exemple du magazine "60 millions de consommateurs" : crée en 1970, il portait à l’origine le nom 50 millions de consommateurs, et par anticipation il deviendra 60 millions de consommateurs en 1995, alors que la France métropolitaine ne comptait alors que 57,7 millions d’habitants mais devait atteindre les 60M avec les DOM/TOM. 

       
  • Salauds de pauvres ! Vive les riches et les exploiteurs de tout poil !
    Moi je ne comprends pas que l’on puisse se vautrer comme ça dans le dénuement et la pauvreté. Faut quand-même être vicieux, quelque part, pour profiter des largesses de ceux qui se donnent tant de mal à gagner des milliards sur la misère humaine, sans trop se fatiguer. Macron viiiite !

     

    Répondre à ce message

    • Complètement d’accord avec ta fine analyse !
      Ces salauds d’pauvres, sales, ignares et incultes, nous pourrissent la vie jusqu’à l’heure des repas.
      Ils sont hélas de plus en plus nombreux et leur seul objectif est de nous empoisonner la vie.
      Ceci dit ça a l’avantage d’affiner le bon goût : rien de plus jouissif que de mater des SDF au journal TV quand ma cuillerée de caviar vient chatouiller mes papilles : plaisir raffiné !
      Heureusement nous avons encore nos petites -“sauteries” -pizzas entre nous.
      Ah le monde perd ses valeurs les plus dignes et tout ça une nouvelle fois à cause des anti-nantis.
      Votez pour Moi, ou pour Lui en second choix, mais surtout votez !!!
      Vous serez pas déçus :(.
      Beurkkk.

       
  • C’est pas les migrants, ni les pauvres qui sont responsables de la décadence de notre pays, mais comme toujours, c’est à eux qu’on s’attaque pour ne pas avoir à nommer les véritables responsables, on s’autocensure.
    Tant qu’on aura du pain et des jeux, tout ira bien, et puis, si on travaille et qu’en plus on est propriètaire d’une maison à crédit ou pas on se sent tout puissant en se disant que ceux qui n’ont pas tout çà, c’est de leur faute, seulement çà suffira peut être pas pour se prémunir de tout...

     

    Répondre à ce message

  • Pauvres et pauvres ne mettons pas tout le monde dans le même sac. Par contre ce que je ne supporte pas, genre le mec entre 40 et 50 balais au RSA, à 20 piges il craché sur tout, aucun devoirs par contre que des droits, ayant oublié qu’il faut servir un minimum dans une existence. 20 ou 25 balais plus tard astreint au RSA alors que 20 piges avant, il (Cass.... les C......... ) gratuitement à la société, pour mois des mec comme ça n’ont aucun droits. De la part d’un ancien merdeux des citées qui s’est taper 25 piges de Légion pour se refaire. Des devoirs avant des droits, petit ou gros socialement pas de droits sans devoirs. On sert avant de se servir.

     

    Répondre à ce message

  • #1605868

    les plus pauvres de français sont en réalité les étudiants... mais ça tout le monde s’en fiche

     

    Répondre à ce message

    • Oui @Redresseur de torts tu n’as pas tort,il y a beaucoup d’étudiants en galère dans ce pays mais c’est un peu normal (quoi que certains reçoivent aides,bourses,logements et mutuelles quasi-gratos et soient aidés aussi) que la société les prennent moins en compte que d’autres car ils sont jeunes et la jeunesse en soi-même est une RICHESSE !!!
      Le vrai scandale à mes yeux c’est plutôt nos retraité(e)s qui survivent avec des pensions de misère et finissent souvent dans des mouroirs car ils n’ont pas l’argent pour se soigner ou avoir des aides à domicile ou encore les SDF français de 50 ou 60 balais qui ont travaillé et cotisé pendant 20 ou 30 piges mais finissent par crever dans l’indifférence générale de froid ou de maladie dues au manque d’hygiène ou à l’alcoolisme après 10 ans ou plus passés dans la rue (les bobos et les gauchistes aimant bien s’encanailler à moindre frais lui préférant le "migrant" souvent jeune,en bonne santé et plein d’arrogances/revendications)

      Jeune,même laid,tu es beau,même inculte et arrogant le système te prête son oreille (même si c’est surtout pour te décérébrer et te formater),jeune,même abruti et naïf comme ça ne l’est pas permis,tu représentes pour cette société pourrie et manipulatrice la modernité et l’espérance et surtout quelqu’un qui va faire prospérer ce système ultralibéral en (sur)consommant et en marnant comme un khon pour pas grand chose pendant encore des années et des années (c’est pour ça que les patrons voyous du BTP,de la sécurité ou de la restauration et les banquiers aiment tant les "migrants" car au contraire du contribuable qui les subventionnent,à eux ça leur rapporte)...
      On peut survivre avec peu à 20/25 ans,à 40 c’est une autre paire de manches,tu commences à comprendre consciemment ou non que tes illusions sont derrière toi,que la faucheuse est en train de te rattraper avec la maladie tapie dans l’ombre te guettant au passage car ta jeunesse fout le camp !!!!
      Regardes un peu tous ces morts vivants célèbres et richissimes comme Rockfeller,Berger,Soros,le père Giscard,etc... qui malgré leurs richesses faramineuses et leur immense pouvoir de nuisance ne passeront probablement pas cette décennie (ou le début de la prochaine) ces gens là seraient capable de donner l’entièreté de leurs fortunes voir se baigner tous les matins dont le sang de dix vierges tuées la veille si cela avait ne serait-ce qu’une chance minime de les ramener ne serait-ce que trente ans en arrière...

       
  • #1607081

    Quelqu’un peut me rappeler le devoir premier d’un Préfet sous la monarchie ?

    Je crois que c’était de ne laisser personne mais personne sans avoir manger.

    Il faut parler de cette France Grande et Vertueuse. La France n’est pas que la république...

    Y’a une France monarchique aussi.. et Cette France là avait aussi un fonctionnement étatique.. il serait intéressant d’étudier comment le système social français fonctionner, sous le régime monarchique.

    À méditer.

     

    Répondre à ce message