Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Chômage et terrorisme en France : la politique du mensonge

L’information sur Internet plus nécessaire que jamais

Les chiffres du nombre de demandeurs d’emplois pour le deuxième trimestre 2016 ont enfin donné à voir l’inversion de la courbe du chômage annoncée par l’exécutif français depuis la fin de l’année 2012, sans pour autant que la situation économique se soit en aucune manière améliorée dans l’hexagone. La croissance reste en effet exsangue avec 0,5 points de croissance au premier trimestre et 0 au deuxième quand la plupart des économistes s’accordent à dire que l’économie française ne crée des emplois qu’au-delà de 1,5 points…

Pour expliquer ce décalage à première vue incompréhensible entre sa « vision » de décembre 2012 et les statistiques du deuxième trimestre 2016, le président François Hollande aura cette explication surréaliste, extraite du livre Conversations privées avec le président, sorti ce jeudi : « Je n’ai pas eu de bol ! »

Cette réduction de la problématique de l’emploi à une question de « bol » renvoie, deux décennies après la métaphore de l’ouragan utilisée par le président François Mitterrand, à l’impuissance politique organisée en matière de politique industrielle et économique dans un environnement mondialisé caractérisé par la perte d’autonomie nationale.

Cette perte d’autonomie et de pouvoir d’action national sur les questions centrales de la politique industrielle ou des politiques monétaires et budgétaires se traduit dans les faits par une politique du maquillage qui fonctionne comme substitut à l’action publique. Ainsi, le détail des chiffres publiés par l’INSEE pour le deuxième trimestre, montre, à côté d’une réduction de 0,3 point du nombre de chômeurs de catégorie A, soit une baisse de 74 000 demandeurs d’emplois, une augmentation significative des demandeurs d’emplois non comptabilisés.

Selon l’INSEE :

« En France métropolitaine, parmi les personnes inactives au sens du BIT, 1,5 million souhaitent un emploi sans être comptées comme chômeurs au sens du BIT : elles constituent le halo autour du chômage. Au deuxième trimestre 2016, leur nombre augmente de 29 000 par rapport au trimestre précédent, et de 43 000 sur un an. »

Ce « halo », au sens du BIT, désigne les personnes classées comme inactives, soit parce qu’elles ne sont pas disponibles rapidement pour travailler (deux semaines), soit parce qu’elles ne recherchent pas activement un emploi.

On voit que soustrait de l’augmentation des demandeurs d’emplois classés comme « inactifs », la baisse officielle du nombre des « chômeurs » se réduit à 45 000.

Autre information publiée par l’INSEE mais non reprise par la presse nationale, le « sous-emploi », c’est à dire les personnes travaillant à temps partiel, mais souhaitant travailler plus sans y parvenir, a lui aussi augmenté de 0,3 points, ce qui n’est, là encore, pas le signe d’une économie qui crée des emplois. Enfin, dernier indice qui indique manifestement un trucage des statistiques gouvernementales, le taux d’activité global a diminué de 0,1% sur la période…

Dans ces conditions, la décrue inexplicable, et inexpliquée, du chômage officiel au deuxième trimestre ne pouvait venir que d’un maquillage statistique et c’est le journal Le Canard Enchaîné qui fournissait la preuve de la manipulation au début du mois d’août en révélant une publication interne à Pôle Emploi appelant à placer 500 000 chômeurs de plus en formation, c’est-à-dire à les faire basculer de la catégorie A, qui sert au calcul statistique officiel, à la catégorie D. Cette offensive statistique spectaculaire, qui consiste à faire changer les chômeurs officiels de nomenclature afin de les faire « disparaître », a nécessité le déblocage d’un budget exceptionnel de 1 milliards d’euros. Un maquillage très onéreux pour les contribuables.

L’annonce de la baisse du chômage officiel par l’INSEE a pourtant été reprise par l’ensemble de la presse nationale, sans aucun recul critique. La lecture des titres des grands quotidiens révèle même une tonalité presque euphorique. Ainsi, le journal Le Monde claironne : « Le taux de chômage sous les 10 % pour la première fois depuis quatre ans ». Le Figaro titre quant à lui sur un « Fort recul du taux de chômage au deuxième trimestre ».

Il faut ensuite fouiller dans le corps de l’article pour trouver une explication à cette baisse, quand il en est fait mention. Le Monde parle ainsi de « Surprise » sans avancer aucune explication. Le Figaro évoque bien quant à lui le plan de « formation » de 500 000 chômeurs, mais en toute fin d’article… Plus nuancé, Libération met un « bémol » à la publication des chiffres de l’INSEE, évoquant l’augmentation du « halo du chômage ». Aucune dénonciation là non plus, de la politique de maquillage statistique de l’exécutif qui avait pourtant été annoncée en grande pompe et détaillée par le gouvernement français en janvier 2016.

Il paraît ainsi incompréhensible que la grande presse nationale ne puisse pas faire le lien entre le changement de catégorie statistique des bénéficiaires du plan de formation gouvernemental et la baisse du chômage officiel, à moins bien sûr qu’elle ne le veuille pas. Nous nous heurtons ainsi une fois encore aux limites du système de subventionnement public des organes de presse écrite, qui produit dans les faits une nomenklatura médiatique servile et complaisante, se comportant dans sa chasse aux subventions publiques comme une auxiliaire du pouvoir politique.

C’est ainsi en toute impunité que l’exécutif peut se livrer sur le plan intérieur comme géopolitique, à une politique du maquillage et du mensonge destinée à masquer son impuissance au niveau économique ainsi que ses errements géostratégiques. Le soutien aux djihadistes d’Al-Nosra en Syrie fut maquillé en aide aux « rebelles modérés », dont la véritable nature avait été révélée à l’occasion des raids aériens des forces armées russes. Cette politique de soutien aux groupes djihadistes contre le régime syrien a contribué à la montée en puissance de l’État islamique et du terrorisme international. Après les premières vagues d’attentats de 2015 sur le sol français, l’exécutif dissimulera sa responsabilité derrière le mensonge de « loups solitaires » « auto-radicalisés » via Internet, qui sert également de paravent à l’incompétence meurtrière des services de renseignement. Il n’est dès lors pas étonnant que le gouvernement, assuré de la docilité des médias subventionnés, ait attaqué de manière si virulente les médias indépendants opérant sur Internet, et les « théories du complot » accusés de véhiculer des « discours de haine » ou encore de propager « l’antisémitisme », du fait qu’ils ont été les seuls vecteurs de la démystification de cette politique du mensonge.

Un peu plus d’un mois après l’attentat de Nice, l’impuissance du gouvernement à assurer la sécurité de ses citoyens et la contradiction entre le but affiché publiquement de lutter contre le terrorisme et son soutien au groupe Al-Nosra en Syrie, se matérialise une nouvelle fois sous la forme du maquillage et du mensonge à travers la polémique stérile sur le burkini, comme si lutter contre les signes visibles d’une certaine forme de radicalisation allait permettre de faire oublier les échecs répétés des services de renseignement ou encore la responsabilité de la politique étrangère française. Parce qu’il est condamné à l’impuissance sur le plan intérieur et victime de ses propres incohérences criminelles sur le plan géopolitique, ce gouvernement est ainsi passé maître dans l’art de maquiller les faits, de manipuler l’opinion publique et d’allumer des contre feux.

Guillaume Borel, 19 août 2016

 

Comprendre la mécanique du mensonge avec Kontre Kulture

Voir aussi, sur E&R :

Pour soutenir l’information indépendante sur Internet :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1537653
    le 19/08/2016 par yéti déporté au Benêtland
    Chômage et terrorisme en France : la politique du mensonge

    FOUILLEUR DE SACS ....

    emploi d’avenir, avec cireur de chaussures Morelle et coiffeur de castiste (de loin le mieux), idéal pour résorber le déficit commercial.


  • On pourra également noter que la politique sur la réserve opérationnelle sert aussi de masque à l’augmentation du chômage.
    Il en va de même pour la justification de la baisse de fréquentation liée au tourisme. Les soit-disants attentats ont bons dos.


  • Constat accablant et très inquiétant, parce que vrai. Je sais pas où on va, mais on y va, et à pleine vitesse !


  • Dans le pays où je vis, ils ont titré le 18/08 aux infos sur l’évacuation d’une gare à proximité d’Eurodisney pour un colis suspect.
    On a beaucoup parlé aussi de la fausse alerte sur la Côte d’Azur qui a fait 40 blessés légers.


  • Cet arricle intéresse peu. Faut croire que les lecteurs sont tellement riches que leur préoccupation est ailleurs... Alors je vous souhaite à tous une crise financière d’une ampleur sans précédent !


  • Au clown cynique élyséen du "je n’ai pas eu de bol", je lui en collerai une (cf. démonstration de la vidéo ste Rita) puis je le clouerais au pilori.
    Le cynisme, comme la graisse, ça tache et ça se fixe. Cela doit venir du côté paternel qui nourrit une affection particulière pour le maréchal Pétain alors notre clown élyséen se croit obliger de réparer cette infamie en accusant le FN par la charge du vocabulaire : raciste, xénophobe, antisémite, pétainiste... alors qu’il pense aux actes répréhensibles de son pôpa durant la guerre 39-45. C’est pourquoi, qu’il utilise les formules d’inversion accusatoire si prisées des socialos (après kermitterand, l’auguste de l’auguste) en référence au passé très trouble de son paternel.


  • Le terrorisme, lié au chômage se cache aussi, là ou on ne l’attend pas !

    Rappelons que même en temps « de fausse crise ou crise artificielle », comme c’est le cas à notre époque, les crédits contractés sont recouvrables durant une période minimum de 30 ans.
    Évitez donc de contracter des crédits bancaires !
    En raison des taux négatifs des banques centrales qui taxent les banques privées sur leurs dépôts, le seul moyen pour les banques privées, pour rester à flot, est de filer un maximum de crédits avec intérêts à leurs clients.
    http://www.egaliteetreconciliation....

    De plus, si en bas de votre relevé de compte apparait la phrase suivante :

    « Fonds de garantie des dépôts.
    Votre compte est éligible à la garantie du fonds de garantie des dépôts et de résolution selon les textes en vigueur. »

    Cela indique que votre banquier a reçu l’accord de l’État pour vous piquer du fric sur votre compte en banque pour renflouer ses dettes.


  • #1537891

    C’est le signe des pays totalitaires de fabriquer des vérités, puisque le totalitarisme c’est lorsque l’idéologie prime le fait.

    Le régime n’est pas seulement soviétoïde : il est encore plus corrompu que l’ex Union soviétique

    Le totalitaire organise le mensonge pour donner raison à son idéologie

    Le totalitaire corrompu utilise le mensonge pour faire oublier qu’en fait d’idéologie, il n’a plus que des intérêts à défendre : les siens.

    Personne n’est dupe du totalitaire
    Qui le serait du totalitaire corrompu ?


  • "ce gouvernement est passé maître dans l’art de maquiller les faits, de manipuler l’opinion publique et d’allumer des contre feux"...
    Tout le monde sait ce que vaut cette soi-disant maîtrise. Personne n’est dupe. La réalité cest que cet appareil démentiel de contraintes en tous genres nommé ’organisation sociale’ dans cet endroit du monde est, sur le fond, imposé par l’ulraviolence. La preuve palpable de cela, c’est tout ce qui circule d’individus armés dans les rues dès qu’il est remis en question. En fait, ce système a mis en oeuvre tous les moyens possibles d’assoir son pouvoir et d’en assurer la pérénité, qui vont de l’entretien d’un appareil administratif pléthorique (électeurs, larbins, complices) à un appareil réglementaire, juridique et de coercition physique ; au service de ses exigences de soumission totale de la partie de la population qui en est exclut et qui doit le nourrir de force.

     

    • Cela peut même atteindre l’hyperviolence pour l’hypercontrainte dans la mesure où un pouvoir qui se serait assuré le concours d’une part minime d’une population mais très exclusivement dotée des moyens actuels de surveillance, intervention, agression pourrait faire régner l’hypercontrainte par l’hyperterreur et rien d’autre. Tyranoterrorisme dont on ne pourrait venir à bout qu’avec le concours d’un autre peuple.


  • #1538250
    le 20/08/2016 par pilejegagnefacetuperds
    Chômage et terrorisme en France : la politique du mensonge

    Jeune entrepreneur (crise oblige) et étant bénéficiaire du RSA partiel depuis quelques mois, j’ai récemment reçu une convocation pour un "entretien de suivi" obligatoire avec une assistante "sociale" de mon département.
    (Un petit paragraphe en bas de la convocation me rappelant mes diverses obligations de sans-dents dont celle à me rendre à cet entretien sous peine d’une suppression de ma perfusion d’aide.)

    Jour J, une assistante "sociale" très aimable me reçoit et me récite son bousin habituel :

    Monsieur , vous êtes actuellement bénéficiaire du rsa blablabla…. dans ce cadre vous faite l’objet d’un entretien de suivi afin de situé ou en est votre recherche d’emploi blablabla ... je vais vous poser quelques questions pour compléter un dossier qui sera examiné par la commission blablabla…

    Etant déjà "suivis" par Pôle Emploi (ou fliqué devrais-je dire), je lui ai alors demander quelle était l’intérêt de ce rendez vous hormis celui de rendre des compte à la comission afin de pouvoir m’évincer de la liste des demandeurs d’emploi et ainsi couper mon RSA ( pratique pas très social pour une assistante social soit dite en passant )

    L’assistante "social" , très génée par ma question, m’a répondu que ce n’était par pour supprimer mon rsa mais simplement pour connaître l’efficacité des mes recherches d’emploi.

    Afin de compléter le fameux dossier qui passera en commission, l’assistante "sociale" m’a posé diverses questions dont certaines assez personnelles auxquelles je n’ai pas été obliger de répondre.

    Exemple de question très pertinente : Combien de personnes bénéficient d’aide dans votre famille.

    Dans cet entretien, le plus marquant a été l’attitude de cette assistante social, qui avait l’air consciente qu’on lui faisait faire le sale boulot.

    Elle m’a finalement avoué que notre chère président avait mis le paquet sur les formations afin de faire baisser les demandeurs d’emplois en vue des futurs élections.

    A la fin de l’entretien , l’assistante "social" m’a fait signer une feuille me rappelant mes devoirs de sans dent pour pouvoir continuer à toucher ma perfusion d’aide. En guise de piqure de rappel , j’ai également eu le droit à un magnifique petit livret rassemblant l’intégralité de ces fameux "devoirs" , que je peux emporter partout , histoire de bien faire culpabilisé le sans dent que je suis.

    C’est surement ca le socialisme ... pauvre France ...

     

    • C’est vrai que c’est pas évident mais faites juste votre entretien aussi inutile soit-il et continuer de toucher une aide, qui selon moi va disparaitre. On va arriver à adopter les mêmes règles à l’anglo-saxon c’est à dire travailles ou crèves. C’est une question de temps, on le sent tous arriver, ce sont des sommes "énormes" pour les traitres et autres sans-couilles qui prennent les décisions. Taper sur les faibles, laisser les gros poissons bien tranquilles avec leur "évasion" fiscale aberrante. Les projecteurs sont de plus en plus braqués sur les bénéficiaires d’aides de toutes sortes, selon moi ce n’est pas un hasard (je vous apprend rien) et donc notre système social tel qu’on le connait aujourd’hui va être profondément transformé plus vite qu’on ne l’imagine.
      J’irai même à dire que c’est déjà dans "les cartons" ... Profitez-en, certains "décideurs" européens vont s’y attaquer, c’est certain, puisque notre souveraineté nous a été volée.


  • "la politique du mensonge"
    Ça résume parfaitement les pitres qui "gouvernent" le pays. Mensonges, bassesses et manipulations à tous les étages. Et ça continuera ainsi de plus bel puisque les Français étant des veaux vont courir aux bureaux de vote l’an prochain en espérant naïvement un quelconque changement ...
    En l’état actuel de délabrement de toutes les strates de notre société, et la corruption au niveau national et européen, les élections prochaines ne changeront rien.


Commentaires suivants