Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Claude et Lydia Bourguignon expliquent les dernières inondations

"Tout le monde se fiche des sols"

Claude et Lydia Bourguignon reviennent sur la pollution des sols et sur le désastre de la politique d’aménagement des territoires des dernières décennies.

Une vidéo réalisée par La Mutinerie.

 

 

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Tous les politiciens de la planète font semblant de prendre l’écologie au sérieux (c’est vendeur !) et pendant ce temps ils laissent couler 6 MILLIARDS de m3 de béton par an !


  • #1488688

    Sympa de voir ces deux-là sur E&R :))

    Leurs conférences et interviews sur Youtube sont très intéressantes et instructives. Tout n’est pas évident à saisir au début pour quelqu’un qui n’est pas du métier, mais ça vaut le coup d’insister....Tout devient plus clair ensuite.


  • le problème avec les bourguignons c’est que des qu’on parle des chemtrails il n’ y a plus personne alors que dans leurs analyses ils doivent le voir l’aluminium et le baryum dans les sols

     

  • J’aime beaucoup le travail de Claude Bourguignon, mais il fait souvent des déclarations à l’emporte-pièce (hors agronomie) qui desservent son propos auprès des gens sérieux qui connaissent les sujets abordés (mais qui plaisent aux écolos). Comme lorsqu’il explique l’avancée des déserts dans les millénaires passés par l’action de l’Homme, en ignorant totalement la péjoration climatique ayant conduit à une aridification progressive, qui continue tranquillement, avec des hauts et des bas.
    Ici, les changements d’occupation du sol et des pratiques agricoles agressives sont en effet des facteurs aggravants. Mais il y a toujours eu des inondations, c’est le fonctionnement normal des cours d’eau. Et il y en a d’ailleurs, depuis un siècle, beaucoup moins que par le passé, notamment durant le Petit âge glaciaire.
    Il ne s’agit pas de se dédouaner en accusant la seule pluie, mais elle est quand même le facteur premier.

     

    • Il a jamais dit que "toutes" les inondations étaient liées à la pluie non plus...

      Simplement, certaines inondations auraient probablement pu être évitées dans des secteurs pas forcément propices ou qui n’en connaissent que dans des conditions exceptionnelles alors que là, 3 jours de pluie suffise à faire déborder la moindre rivière...

       

      • Je connais bien les déclarations de Claude Bourguignon. Il a notamment dit, une autre fois et plus généralement, que nous n’avions jamais eu autant d’inondations alors qu’il n’avait jamais si peu plu (« Depuis vingt ans nous traversons les années les plus sèches depuis 3000 ans dans l’histoire de l’Europe et jamais il n’y a eu autant d’inondations »), ce qui est totalement faux.
        Comme quand il dit qu’il n’y a pas d’érosion en conditions naturelles. Franchement...
        Il est, à mon sens, excellent dans le domaine de l’agronomie, mais part un peu en vrille quand il s’en écarte (et il s’en écarte volontiers).


    • #1488833

      De quels “gens sérieux” et de quels “sujets” (réservés au gens sérieux) parlez-vous exactement ?
      Son sujet c’est la microbiologie des sols et je le trouve très qualifié pour parler de la capacité de la vie du sol à gérer l’absorption des inondations.

      Si je vous comprends bien, vous dites que c’est à cause du climat. C’est exactement l’idée contre laquelle il se bat dans cette vidéo, explications à l’appui. Il n’ignore pas l’existence de cette thèse mais au contraire la dénonce comme étant abusive. Après vous avez le droit de pas être d’accord, arguments à l’appui. On les attend...

       

      • Début de la vidéo, écrit à l’écran : « il y a de plus en plus d’inondations en France ».
        Qu’on raisonne bien ou de travers, quand on part d’un postulat erroné, on raconte des choses erronées. Il n’y a pas de plus en plus d’inondations en France. Mais si vous avez des éléments allant contre cela, je suis tout à fait preneur. Sinon, lisez, si vous ne le connaissez pas encore, le livre d’Emmanuel Garnier Les dérangements du temps. 500 de chaud et de froid en Europe, où il n’est pas question que de température mais aussi beaucoup de phénomènes météorologiques violents. Vous pouvez aussi voir les articles publiés dans les revues scientifiques qu’il a co-signés, mais c’est quand même moins agréable.

        Les "sujets", pour tout le monde donc réservés à personne, sont principalement (précaution au cas où j’en oublierais) cette histoire d’inondations, mais aussi d’érosion, que j’évoque en réponse à un autre commentaire. Il existe des contextes morphoclimatiques agressifs et vous pourrez faire ce que vous voulez dans ces régions pour limiter l’érosion, vous n’y parviendrez pas. Celle dont Claude Bourguignon parle avant tout (mais en faisant des généralités hasardeuses), c’est celle des champs labourés qui partent dans les rivières. Là, oui, cela peut être supprimé ou au moins très diminué. Mais prétendre que l’érosion n’est (même en se limitant à la France) qu’une action anthropique sur le milieu, non. Idem quand il affirme, pour résumer outrancièrement, que le Sahara est le produit de l’Homme.
        Quant aux "gens sérieux", il ne s’agit que des spécialistes de ces questions, mais aussi tous ceux qui s’y intéressent activement et sont donc documentés.

        Enfin, attention à ne pas caricaturer mes propos. Je suis d’accord pour dire que la perte d’activité biologique des sols est facteur d’aggravation des inondations. Et d’accord aussi (évidemment) pour dire qu’il est très qualifié dans ce domaine (pour autant qu’on puisse en juger en étant en dehors de ce champ de compétences). Je l’ai clairement dit.


    • #1489113

      Je pense qu’il y a une confusion. Quand Bourguignon parle de davantages d’inondations, je comprends qu’il entend "dans leurs effets dévastateurs sur le biotope humain". Et c’est ce que je vérifie de mémoire d’homme depuis une trentaine d’années en France. Si on comprend bien son message, je ne crois pas qu’il implique qu’il y’ait davantages d’épisodes pluvieux comme vous le prétendez. Vous pinaillez sur une interprétation trop litérale de son discours (limite mauvaise foi), si vous voulez mon avis.

       

      • Message pour la modération : merci de publier ma réponse à ce commentaire, envoyée il y a peu (moins de deux heures). Rien ne justifie qu’elle ne soit pas publiée.


      • Puisque la modération ne publiera visiblement pas mon commentaire, je recommence.

        « MrJeSaisTout », « limite mauvaise foi » : je ne vous réponds pas, puisque visiblement vous n’êtes pas là pour converser. Claude Bourguignon est visiblement une icône à laquelle il ne faut pas toucher... Ceci est ma dernière intervention dans les commentaires.


    • #1489181
      le 16/06/2016 par insoumis de la dissidense
      Claude et Lydia Bourguignon expliquent les dernières inondations

      Quelques mises au point pour entretenir et peut-être clarifier cette intéressante discussion :

      1- Il est vrai que Claude Bourguignon pêche parfois un peu par manque de connaissances géologiques, stratigraphiques, sédimentologiques ou géomorphologiques. Je mets ses « déclarations à l’emporte pièce » à la fois sur le compte de ces carences mais également sur le fait qu’il soit excédé par la bêtise du système (et parfois des simples citoyens comme ceux sur le net qui n’ont absolument rien compris aux buttes auto-fertiles et qui diffusent de fausses informations). On en est tous là et cela nous fait parfois traiter des sujets complexes « sans y aller avec le dos de la cuillère ». C’est humain.

      2- Il est vrai que érosion ou sédimentation et désertification sont des phénomènes naturels ayant toujours existé par eux-mêmes. Par contre, là où agit l’homme sans bon sens et uniquement mû par le profit, il y a des facteurs aggravants : la mort des sols augmente les phénomènes d’érosion comme par exemple à Madagascar, le fait de ne pas protéger un sol par un couvert végétal accentue également l’érosion mais aussi la désertification. Que érosion et désertification soient naturels ou anthropiques, on peut limiter les dégâts mais jamais régler le problème dans sa totalité. C’est toujours la nature qui a le dernier mot.

      3- Il y a deux principaux types d’érosion : celui dû à l’eau et celui dû au vent. Le premier dépend de l’énergie de l’eau. Forte (volume d’eau important, courants, effets de pente), l’énergie érode. Exemple : la côte calcaire de Saintonge lors de la dernière glaciation qui est devenue une véritable dentelle contournée. Faible, l’érosion stoppe et fait place à la sédimentation. Exemple : la côte calcaire de Saintonge qui depuis le Moyen Age s’est progressivement envasée (l’Abbaye de Maillezais ou le Fort de Brouage battus par les flots dans le passé sont maintenant à plusieurs kilomètres de la côte actuelle).
      L’érosion éolienne dépend évidemment de la force du vent mais aussi et surtout de la nature non consolidée/fixée d’un sol nu. Là encore la couverture végétale joue son rôle en partie régulateur ou limitant.
      En résumé : labourer et/ou défricher va aggraver un phénomène purement naturel alors qu’au contraire nous devrions nous efforcer quand c’est possible de le limiter par fixation des dunes et développement du couvert végétal (BRF, engrais vert).

      à suivre


    • #1489182
      le 16/06/2016 par insoumis de la dissidense
      Claude et Lydia Bourguignon expliquent les dernières inondations

      suite

      4- Par l’observation directe au quotidien je peux affirmer qu’il pleut beaucoup plus ces quelques dernières années par chez moi.
      Mon coin, la Saintonge, bénéficiait d’un climat de type péri-méditerranéen (palmiers, yuccas, chênes verts, mimosa...). Ceci est montré dans les cartes climatiques de naguère (http://meteo-express.com/ensoleille...). Depuis quelques années les prairies sont plus vertes et plus longtemps, les pelouses ne sèchent plus en été, des arbres meurent par anoxie (asphyxie des racines lorsqu’il y a trop d’eau dans le sol), les associations floristiques des adventices ont changées (y compris dans mon jardin potager où je me retrouve avec une invasion de jacinthes sauvages), les champs et les cultures sont noyés vers la fin de l’hiver (février surtout). Cette pluviosité excessive provoque la remontée de la nappe phréatique.
      Les statistiques météorologiques (que je n’ai pas pu vérifier à la source) indiquent que cette année il y a eu un record de précipitations et qu’il faille remonter à 1870 pour retrouver de telles conditions. Je désespère de revoir un jour des tempêtes de ciel bleu !

      5- Et pour finir, la question qui tue : si nous aggravons les effets de l’érosion et des précipitations par de mauvaises méthodes de culture et de gestion des sols, est-ce que les causes sont entièrement naturelles ou en partie d’origine anthropique ? Je pense évidemment aux chemtrails, sujet de discordes s’il en est.
      Mon grain de sel là dessus : si l’on fait abstraction de la nature de ces chemtrails et de leur rôle, de ces histoires d’altitude, d’hygrométrie de l’air et de température, ainsi que des quelques analyses existantes, il reste les trajectoires des avions.
      Que quelqu’un (Claude Bourguignon par exemple) m’explique le pourquoi du comment de ces ballets aériens qui souvent quadrillent entièrement le ciel.
      Sont-ce des avions de ligne ? Si oui on pourrait atteindre notre destination plus rapidement à pied ou en bateau.
      Sont-ce des exercices militaires ? Alors comment expliquer que de tels exercice ne soient observables que depuis peu ? Sachez que les vols supersoniques dans mon coin sont fortement limités voire interdits au dessus des terres et qu’il s’effectuent désormais en mer.

       

    • #1489330

      @insoumis de la dissidense
      Pour compléter vos points 3) et 4), Bourguignon explique bien dans certaines de ses conférences filmées, le rôle fondamental du pouvoir "érosif" des argiles (boues) libérées par la mise à nu des sols lors de fortes pluies.. Ajoutant qu’une au claire (densité = 1) n’érode pas les berges, ni ne fait rouler les rochers du lit.des rivières.

      Au sujet de mon attitude peut-être un peu trop défensive dans la discussion :
      Bourguignon a pour moi et probablement beaucoup d’autres béotiens, eu un véritable rôle révélateur fin des années 90 – début 2000. Et il était le seul à dire et expliquer ces choses sur Internet (c’est pas faute d’avoir chercher à l’époque). Aujourd’hui (depuis 5 ans, 10 ans grand maximum), tout un tas de conférenciers agronomes et autres spécialistes reprennent plus ou moins ce même discours (en citant parfois mots pour mots Bourguignon) tout en nous expliquant que cela fait 30 ou 40 ans qu’ils travaillent sur le sujet et qu’ils avaient tout compris avant l’heure (les gars de l’INRA sont très forts pour ça). Mais où étaient-ils à l’époque pour enseigner leur savoir au peuple ? Planqués dans leurs labos à publier des papiers dans des revues auxquelles nous n’avions pas accès.
      Facile de faire le malin aujourd’hui sur le mode : On savait tout depuis longtemps.

      Cette attitude de non reconnaissance (voire de pillage) envers les pionniers sur Internet que sont les Bourguignons m’agace profondément.
      C’est aussi pour ça que je réagis un peu mal quand des Internautes lambda (comme moi) critiquent les Bourguignons un peu facilement en cherchant la petite bête dans telle ou telle citation qui pourrait se révéler fausse (ce n’est pas exclus, personne n’est parfait et les connaissances évoluent).
      Et la reconnaissance du ventre bon sang  !? Respectons un peu les pionniers. Voilà !


  • Nous nous doutions intuitivement des causes"géologiques" des inondations... L’association mafieuse CA-FNSEA-...des POUVOIRS PUBLIC et TERRITORIAUX....sans oublier surtout le mirage de la PAC et de la technostructure bruxelloise est totalement occultée par nos médias.Un racket sous silence.
    Privatisation des profits,socialisation des dégâts.


  • A chaque catastrophe naturelle (là en l’occurrence des inondations) je repense souvent à Claude et Lydia Bourguignon....

    Il a parfaitement raison : à un moment donné, que les gens arrêtent de se plaindre et qu’ils se bougent les fesses !

     

  • Pas la peine d’avoir bac plus 12 , dans mon coin en plein zone marécageuse ont été construits , un complex sportif (avec piscine) et un lotissement (à vomir) avec des ronds points ! Les vieux du coin qui ont connu des inondations dans ce coin sont morts de rire ! Mais qui les écoutes !

     

    • Salut Loubiat !
      Je sais pas où vous vivez mais dans ma région d’origine, le midi c’est exactement pareil. Constructions n’importe où y compris dans les zones qui sont régulièrement inondées. Ben nous aussi, nos p’tits " vieux de la vieille " ils se marrent bien !
      Mais ils sont tristes aussi de voir que le pays qu’ils avaient connu beau, rural, disparaisse ainsi.
      Le mépris des anciens, le rejet du passé et des traditions, c’est un tout.


  • #1488787
    le 15/06/2016 par insoumis de la dissidense
    Claude et Lydia Bourguignon expliquent les dernières inondations

    Certes le bétonnage à outrance et la compactification des sols (mort des sols due à l’agriculture conventionnelle imposée par les lobbies de l’industrie chimique) sont deux facteurs très importants des inondations que nous subissons.

    Mais il en est une troisième aussi, sinon plus importante : la destruction les zones humides en faveur de l’agriculture conventionnelle.
    Ce sont des zones inondables naturellement pouvant, le temps d’une crue, se transformer en marais. Leur pouvoir de régulation est très efficace sans compter leur importance pour la vie.
    Un exemple flagrant : la destruction des zones humides du bassin Danube/Elbe à l’origine des terribles inondations d’Europe Centrale en juin 2013 (entre autres car le phénomène commence dès les années 60 ... tiens comme c’est bizarre, juste au moment du plein développement de l’agriculture façon révolution verte !).


  • Démocratie, Morale et Douches à gogo... Enfin d’un côté de la barrière. De l’autre : Terrorisme, Haine et Sécheresse préventive...


  • Arrêtons de construire dans le lit des cours d’eau (quels qu’ils soient).


  • Je ne suis pas spécialiste de l’agriculture comme Monsieur et Madame Bourguignon mais je me suis déjà fait le même genre de réflexion sur les années 1960 en ce qui concerne l’architecture. À partir de ces années-là, tout devient moche. Les bâtiments administratifs représentant l’État sont même encore plus horribles que les immeubles d’habitation. Comme quoi le poisson pourrit par la tête.

     

    • Si ça trouve ils ont tout bétonné, façon sous l’aéroport de Denver !.


    • On construit en parpaing et en béton, c’est hideux mais c’est moins cher et ça permet donc des super profits . Dans les années 60 Fernand Pouillon était le dernier architecte à privilégier la pierre : les bétonneurs gaullistes lui ont rendu la vie impossible (racketté par les voyous du S.A.C. qui alimentaient les caisses de l’UNR) et il dû s’exiler .


    • Si ça trouve ils ont tout bétonné, façon sous l’aéroport de Denver

      Tout ce béton, froid comme la mort...je préfère quant à moi la luminosité d’une verte prairie parsemée de myosotis baignée de soleil.
      Je sais que c’est pas le genre de truc qui fait fantasmer aujourd’hui mais chacun le sien (de truc).


  • Passant habituellement mes vacances dans le Béarn, je vis un jour qu’une parcelle voisine de ma location était vendue : quelle ne fut pas ma surprise quand je constatais que les propriétaires allaient faire construire une maison dans une dépression qui se transformait en mare en cas de fortes pluies : or personne ne les prévint de la chose et moi même je me tins coi pour ne pas rompre l’omerta paysanne - ce que je me reproche aujourd’hui .

     

  • Les Bourguignon ont de quoi être dépité...
    Une goutte d’eau dans l’info...
    http://www.europalestine.com/spip.p...


  • c’est un extrait qui date d ’un entretien d’il y a quelque tempss deja, meme ER fait de la recup lol


Commentaires suivants