Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Clause de conscience : l’Ordre des pharmaciens renonce à son débat

Des pressions, peut-être ?

Machine arrière. L’Ordre des pharmaciens a décidé de suspendre la consultation de la profession sur l’éventuelle introduction d’une clause de conscience dans son code de déontologie, devant « l’émoi et l’incompréhension » suscités par cette initiative, a-t-il annoncé jeudi.

Le bureau de l’Ordre demandera au conseil national, lors de sa réunion du 6 septembre, de « ne pas maintenir en l’état le projet de clause de conscience », a ajouté l’Ordre dans un communiqué, regrettant les « instrumentalisations qui ont été faites ».

Dans un communiqué mardi, la ministre des Droits des Femmes Laurence Rossignol s’était étonnée de cette consultation, affirmant que si elle était « suivie d’effet, elle ouvrirait clairement la possibilité pour des pharmaciens de refuser de délivrer la contraception d’urgence (pilule du lendemain), la pilule, le stérilet ou même le préservatif ».

[...] Dans le cadre de la rédaction d’un nouveau code de déontologie, l’Ordre avait organisé au dernier trimestre 2015 une consultation des 75.000 pharmaciens. « Sur quelque 3.000 pharmaciens ayant répondu début 2016, 85 % voulaient une clause de conscience » , sujet qui n’est « pas du tout lié à la contraception mais à la fin de vie, question qui fait énormément débat dans la profession », avait précisé Isabelle Adenot.

Lire l’intégralité de l’article sur 20minutes.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.