Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Colombie : rejet surprise par référendum de l’accord de paix

Le coût d’une réforme agraire qui n’a jamais eu lieu

Le rejet surprise, dimanche par référendum, de l’accord de paix avec la guérilla des Farc, vient anéantir ce texte qui devait mettre fin à un conflit armé déchirant la Colombie depuis 52 ans et articulé autour de six chapitres principaux.

 

Ce texte encadrait le désarmement des 5 765 combattants des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) et la transformation de la rébellion en mouvement politique légal.

[...]

Conclu au bout de presque quatre ans de pourparlers, sous l’égide de Cuba et de la Norvège, pays garants, ainsi que du Venezuela et du Chili, accompagnateurs, l’accord de paix comprenait six volets :

 

Fin des hostilités

[...]

La fin des affrontements incluait le désarmement des guérilleros sous supervision d’une mission de l’ONU, des garanties de sécurité pour les démobilisés et l’engagement des autorités à combattre les gangs issus des milices paramilitaires, qui pouvaient prendre le contrôle des bastions des Farc.

[...]

Dédommager les victimes

Des tribunaux spéciaux, composés de 48 magistrats, dont 10 étrangers, devaient être créés pour juger les guérilleros, les agents de l’État et les particuliers impliqués dans des exactions telles qu’enlèvements, viols, déplacements forcés ou recrutement de mineurs.

[...]

Narcotrafic

[...]

Les autorités prévoyaient de maintenir leur lutte contre le narcotrafic, mais devaient proposer des sources alternatives de revenus aux paysans et un programme de santé publique.

 

Politique sans armes

[...]

Les candidats du futur parti des Farc devaient bénéficier de garanties de sécurité pour éviter la répétition des épisodes sanglants de la fin des années 1980 lorsqu’ont été assassinés quelque 3000 militants de l’Union patriotique (UP), leur vitrine politique issue d’une précédente tentative de paix.

 

Réforme agraire

La défense des paysans pauvres, ainsi que des victimes de la violence des forces de l’ordre, est à la racine de la naissance des Farc en 1964.

L’accord prévoyait une réforme agraire pour la répartition des terres, l’accès au crédit et l’installation de services basiques en zones de conflit. Des millions de dollars d’investissements devaient être nécessaires sur le long terme.

Lire l’article entier sur fr.canoe.ca

 

Le coût de la résistance à l’Empire, lire chez Kontre Kulture

Colombie, ou les conséquences d’un État faible, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Effrayant.
    Des politiciens ont joué avec le feu.
    Le risque est une rupture totale de la confiance et un déchaînement guerrier.
    Les colombiens sont dingues.


  • Ils leur ont dit : "Farc you !".


  • Bien connaître l’Histoire ne donne jamais envie de déposer les armes ! :)

     

  • Les bourgeois colombiens veulent continuer à jouer au football avec les têtes des paysans. Durant ces 52 années de conflit bien plus de paysans et de pauvres que de bourgeois ont été tués. De plus, ces premiers ne faisaient que venger leurs proches.


  • #1571226

    Les Syriens serait il prêts a amnistier les mercenaires d’ISIS ? Si une faction de ISIS décidaient de ne plus vendre le pétrole et déposer les armes, le vide cree ne serait il pas rempli par un autre gang ? Toute cette industrie de la coca(ine) bénéficient principalement le gouvernement et les US. Peut être certains colombiens refusent l’amnistie aux mercenaires(forces pour certains) de l"empire..


  • Bonjour,
    1 - Seul 12 des 32 millions de votants se sont déplacés.
    2 - Le dépouillement s´effectue à porte close, donc triche il y a eu. Je connais la Colombie, il n´y a pas de démocratie, la population était presque toute pour le si-oui.
    Donc, la question est de savoir pourquoi on a choisi le non.
    3 - Je pensais que le oui obligatoire allait l´emporter car, tous le pays étant vendu aux multinationales, il faut la paix pour pouvoir exploiter officiellement les terres, plus rentables que la vente d´arme et le trafic de cocaïne si besoin avec appui de l´ONU,venant aider la sainte démocratie et les droits de certains hommes.
    4 - Mais, c´est une caste qui dirige le pays, Santos, Uribe ou d´autres sont quelques familles dominants le pays depuis 150-200 ans. Le non leur permet d avoir le beau rôle de sauveur de la paix,... et d´échapper à la prison.
    Ce plébiscite était donc une farce destiner à renforcer le pouvoir de la " démocratie ". Une vidéo de Uribe, qui avait soutenu le non circule, elle montre le bulletin sur lequel il aurait voté oui. Pour quiconque sait qui est Alvaro Uribe...

    Il n´y a pas démocratie dans ce pays sous totale influence américaine. Critiquer Uribe publiquement, c´est recevoir une claire menace de mort.

    Très difficile de juger plus avant sans avoir une connaissance profonde du pays. Pas sûr que le oui soit mieux que le non. Pas mal de terres sont vendus à des pays pas très sympathiques. Le oui aurait fait venir Monsanto, etc.

    De toutes facons, rien est fait au nom du peuple. Oui ou non, l´éducation, la santé, l insécurité restent inquiétantes.