Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Comprendre la crise financière – Entretien avec Marc Chesney

Analyse de la "finance-casino"

Marc Chesney, professeur de Finance à l’université de Zurich est l’invité de ce numéro du Monde Moderne. Il revient sur les excès de la « finance-casino », le rôle des banques et les liens entre dette des États, crise financière et guerre permanente.

Dans son dernier ouvrage De la Grande Guerre à la crise permanente (Presses polytechniques universitaires romandes), Marc Chesney dresse un parallèle entre la Première Guerre mondiale et la crise financière de 2008.

Aujourd’hui, une aristocratie financière a pris le pouvoir au détriment du reste de la population, dénonce-t-il, tout en proposant des solutions innovantes comme une taxe sur les transactions financières.

 

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pendant que les médias majeurs AMALGAMENT

    - les business de produits et services légaux avec les business du trafic de drogue, d’armes, du proxénétisme,...
    - les montages fiscaux légaux et la fraude fiscale

    pour dresser les épargnants ruinés et les innombrables demandeurs d’emploi contre des boucs émissaires ( des entrepreneurs qui essayent de survivre à l’esclavage économique, administratif et fiscal impérial ),

    il y a pas mal d’entrepreneurs qui se gavent en créant des sociétés dans des juridictions qui ne taxent pas les bénéfices offshore ou / et les revenus offfshore mais dont les médias majeurs ne parlent jamais : aux Emirats Arabes Unis, à Hong Kong, à Labuan ( Malaisie ), au Delaware ( Etats-Unis ), Chypre, Malte, Bulgarie, Montenegro, Singapour, Andorre, Gibraltar, Nicaragua, Guatemala, Botswana, Malawi, Zambie, Somalie, Soudan du sud, Liban, Djibouti, République Démocratique du Congo, Gambie ( eh oui ! ), Mauritanie, Maroc, Thailande, etc


  • Résumé et complément

    - Les mecs qui nous racontent que "la finance est a-morale" ( ni bien, ni mal ) font semblant de ne pas comprendre que PARIER n’est pas INVESTIR.

    - Actuellement, dans le monde, on voit apparaitre des taux d’intérêt négatifs dans de nombreux pays.

    C’est comme si vous alliez au restaurant puis, à la fin, vous receviez une note négative. Donc, dans ce cas, vous mangez puis un chef de rang ( et pourquoi pas un maître d’hôtel ) vient vous apporter de l’argent sur un plateau doré en chuchotant : "avec les remerciements du restaurant gastronomique X."

    Bien entendu, si c’était le cas, vous savez que cela ne pourrait pas durer très longtemps car les restaurants feraient faillites en cascade.

    - Nous avons donc encore la preuve que nous sommes dirigés par des dingues qui INVERSENT les valeurs réelles. Chez eux, le Bien devient le Mal, le Beau devient le Laid, le Vrai devient le Faux, et réciproquement ; les hommes deviennent des femmes, et réciproquement ; les bébés naissent dans des utérus artificiels ; et les taux d’intérêts deviennent négatifs.


  • #1437273

    Partagé, comme d’hab, sur les opinions d’un de mes anciens profs.
    Le problème, c’est de dissocier l’effet d’annonce associée à sa proposition, de sa faisabilité.
    J’ai pris pour habitude de laisser les grandes idées au placard.
    Une limite immédiate de sa proposition : un produit de la vie quotidienne, de la récupération des matières premières, à la transformation de celles-ci, à son stockage, puis à sa consommation, se fera taxer 100 fois, ce qui fait qu’on finit avec un produit hyper taxé, un système qui privilégiera les mastodontes de l’économie comme les multinationales.
    Autant dire que si vous êtes une petite boite qui est un petit maillon de la chaine, vous serez éjécté du circuit ou avalé par une grosse structure.
    C’est irréalisable comme proposition.
    Sur le constat général je suis d’accord, comme pratiquement tout le monde, mais sur le plan d’action à mener, c’est d’un vrai changement de paradigme qu’il faut réflechir. Pas d’une réglette fiscale qui produira d’autres niches fiscales.
    La logique de taxe, c’est toujours une rustine, pas une solution, et taxer toujours plus, mène à la destruction de pays comme la France.
    Les vrais questions ne sont pas financières, mais notre mode de vie. Est-ce qu’une vie basée sur le dictat du tout-fric fait sens ?
    Est-ce qu’on a besoin de changer d’ordinateur tous les 2 ans pour pouvoir profiter de loisirs insipides qui, finalement lassent, et détruisent leurs consommateurs ?
    Est-ce qu’il ne serait pas de bon sens de réintroduire des cours de diététique, d’hygiène de base, de règle de vie en société, et donner un peu de temps aux parents, pour pouvoir assurer les bases de la pyramide de Maslow ?
    La finance d’aujourd’hui est à l’image d’un modèle de société qui foire. Pointer le focus sur la finance, c’est simplement désigner des têtes de turcs qui sont du mauvais coté de la barrière et subissent eux-même le système.
    Je trouve dès lors, la naïveté de Mr Chesney, réelle ou non, un peu problématique.
    Car il n’a pas fallu attendre la fin des accords de Glass Steagal pour voir cette logique du tout-fric vider et détruire les campagnes, et mettre à genou les paysans.
    A un moment, il faut avoir l’honnêteté intellectuelle d’admettre que ce sont nos maîtres à penser physiocrates, ces fameuses "Lumières", qui ont voulu monétiser le temps et partir dans cette course folle au "progrès", qui sont à remettre en cause.
    Les opérateurs financiers, tout comme les profs d’économie et de finance, ne sont qu’un rouage du système.


  • pas mal, , entre autres intéressant de savoir qu’en taxant toutes les opérations financières (déjà taxées par les banques pour les particuliers)) on n’aurait plus besoin de payer d’impots. mais le problème n’est pas tant la finance au service de l’économie, mais le principe même de la finance fondée sur la dette. il parle de Draghi mais pas de l’essence même des banques centrales et de la BRI. le problème est la création de la monnaie. tant qu’on ne s’attaquera pas à ce problème de monnaie privée, toute réforme sera vouée à l’échec.


  • J’aimerais nous pousser à ces réflexions suivantes : Et si nous les 99% rejetons l’argent ? Le travail lié à l’argent nous rend esclave et l’argent ne devient-il pas en ce moment une religion ? La croyance de cette religion dite l’argent n’est-il pas le travail ?

    Cordialement.


  • Ben alors je paye en espèces pour éviter toute taxe.

     

  • #1437420

    Le problème : c’est que si quelqu’un se mêle de cela, "on" lui éteint sa planète du jour au lendemain.



  • taxe sur les transactions financières



    La fausse solution par excellence ! C’est comme si on proposait une taxe au cambriolage dont devrait s’acquitter les cambrioleurs pour régler le problème du vol par effraction ! Or la première chose à faire c’est bien entendu d’interdire le cambriolage, faire en sorte que l’exercice de cette activité est une contre-partie particulièrement désagréable et dissuasive pour ceux souhaitant s’y adonner !
    On ne réglera pas la problème de la "finance-casino" avec des mesures "couilles molles" qui ne s’attaquent pas aux problèmes de fond.


  • Taxer l’intérêt (l’usure) c’est le justifier. L’argent ne fait pas de petits. Il faut interdire l’usure pas la taxer.


  • Les paradis fiscaux n’ont aucune leçon à recevoir de la France.

    PREUVE

    Action au porteur d’une société offshore

    Il ne s’agit pas d’un titre anonyme. Ce terme signifie simplement que l’identité du propriétaire n’est pas communiquée à la société.

    En France, la majorité des actions circulant en Bourse sont dites « au porteur ». Le propriétaire n’est connu que des intermédiaires financiers qui prennent en charge la gestion administrative des titres.

    Source

    http://www.tradingsat.com/lexique-b...


  • Clemenceau a sans doute fait assassiner Jaurés alors qu’il sortait de chez Ferry.


  • en fait ce prof à l’air d’abord conventionnel et controuvé mais en fait c’est une bête

    ce n’est pas parce que c’est simplement dit que c’est nul,
    c’est précisement le contraire c’est parfaitement dit & sans chichi

    "Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement"

    Vous pouvez me croire sur parole : j’ai un autographe de Carter Glass, qui se trouve dans mon dos je ne peux vous le montrer sur ce forum malheureusement, je l’ai acheté en 2005 alors que personne n’en avait rien à f**tre :
    j’avais 3ans d’avance : cela vous donne une idée de mes capacités dans ce sujet hihihi

    Ce mec est une bête car il est pro actif(je deteste ce terme mais...) , pro actif vis à vis du blockchain et vis à vis du rôle à venir des banques
    Actuellement et ceteris paribus et si nous ne retournons pas à l’étalon or (avec des banques pour stocker l’or) les banques valent 0 à cause ou grace au blockchain et l’emission monetaire est incertaine

    Ici il règle ce probleme grace à l’idee de taxation des billets d’avion chirac (MAIS il supprime le cash ce qui est une atteinte à la democratie)

    de TVA fraude
    de la disparition des banques qui avec le blockchain ne servent à rien : elles collectent la taxe et continuent à emettre de la monnaie
    remet en place la vélocité de la monnaie
    et lutte contre l’évasion fiscale et les prix de transfert (assiette de l’impot très claire) et les DELOCALISATIONS : c’est mieux que la tva sociale

    notes : cette idée à de l’avenir car les tyrans veulent supprimer le cash or cette solution implique sa suppression : cette idée sera soutenue par les tyrans


Commentaires suivants