Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Confessions d’une escort girl

Sociologie des rapports hommes-femmes

Stéphane Édouard, sociologue français spécialisé dans les relations hommes-femmes, s’entretient avec Lou, 28 ans, qui a fait le choix de vendre son corps.

 

Partie 1 :

 

Partie 2 :

 

Partie 3 :

 

Partie 4 :

 

Partie 5 :

 

Partie 6 :

 

En complément, quelques statistiques

 

Sur les rapports hommes-femmes et la prostitution, chez Kontre Kulture

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

66 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1546056
    Le 31 août à 12:10 par Rousseau
    Confessions d’une escort girl

    Rien de très original dans ce long reportage mais en même temps on mesure bien les difficultés des rapports homme femme. Côté femme il y a cette ambivalence : je jouis de mon pouvoir de séduction et en même temps je finis par me sentir salie. Maudites ambiguités qui finissent toujours par gâcher les relations.

     

    Répondre à ce message

  • #1546153
    Le 31 août à 15:01 par Descente de mouvement
    Confessions d’une escort girl

    Les critères qui font craquer la fille : Homme grand, beau, intelligent, viril,..... friqué.
    Et dans le sondage : Pas de chauve (Soral appréciera).
    En clair, si t’es petit, moche, con et pauvre, tu peux repartir avec la bite sous le bras.
    Tout le contraire de ce que la doxa nous distille dans les médias. (Beauté intérieure et autres stupidités du même acabit).
    En conclusion : Rien de nouveau sous le soleil.

     

    Répondre à ce message

    • #1546557
      Le 1er septembre à 00:21 par Anonyme
      Confessions d’une escort girl

      Ce que tu dis me rappelle un peu un sketch de Coluche, dans lequel il dit :

      "Dieu a dit qu’il y aurait des hommes blancs, qu’il y aurait des hommes noirs ; qu’il y aurait des hommes grands, qu’il y aurait des hommes petits ; qu’il y aurait des hommes beaux, qu’il y aurait des hommes moches ; et que tous seront égaux... mais ce sera pas facile. Il a même dit qu’il y aurait des hommes noirs, petits et moches... et pour eux ce sera très dur."

       
  • #1546167
    Le 31 août à 15:25 par Abdelsouma
    Confessions d’une escort girl

    ça fait plaisir de voir Stéphane Edward sur ER !
    Il va faire une deuxième partie plus court à cette interview, vous pouvez poser vos questions sur son facebook

     

    Répondre à ce message

  • #1546207
    Le 31 août à 16:06 par H.
    Confessions d’une escort girl

    Réalité glauque au possible, réification de l’être humain qui sacrifie sa dignité et son amour propre dans le cadre de prestations surtariffées. Une interview consensuelle à entre Mademoizelle et le préambule des films pornos amateurs crades. Lamentable ...

    Entre le sentiment de honte et le dégoût de soi, seuls les cotés pervers et lucratifs ont été mis en exergue là où la dépression quasi-systématique liée à ce genre de métiers a été totalement éludée. On est en présence d’une pauvre jeune fille sexuellement détraquée (dans son rapport à la sexualité comme dans son rapport à elle-même) qui regrette à demi-mot les immondices que l’argent facile l’a poussée à faire ...

     

    Répondre à ce message

  • #1546404
    Le 31 août à 20:44 par alunissons
    Confessions d’une escort girl

    ER a relayé il y a quelques temps de cela les méfaits d’un psychopathe (j’ai oublié son nom ?) encensé aux USA qui avait bidonné une enquête statistique laissant croire à la populace que les jeunes enfants avaient des désirs sexuels et que la majorité des américaines trompaient leur conjoint. Cela remonte à plusieurs décennies et ces "révélations" sociologiques ont impactée une société honteuse de sa normalité. Ce type d’enquête est forcément à prendre avec des pincettes.

     

    Répondre à ce message

    • #1546408
      Le 31 août à 20:50 par Titus
      Confessions d’une escort girl

      Tu n’oserais tout de même pas comparer Alfred Kinsey à Stéphane Édouard tout de même !?

       
  • #1546645
    Le 1er septembre à 08:50 par Philippe
    Confessions d’une escort girl

    C’est très bon ça ! La call girl est très bien je trouve, très agréable à écouter et assez structurée dans son discours.

    Concernant les statistiques, c’est important de lire comment elles ont été réalisées : sur 108 personnes (donc vraiment pas beaucoup et peu représentatif) et sur la base du déclaratif donc là à prendre vraiment avec de grosses pincettes

     

    Répondre à ce message

  • #1547215
    Le 2 septembre à 00:36 par jmo
    Confessions d’une escort girl

    TERRIBLE interview...

    - "C’est un jeu" (au début peut être mais qui termine mal... dégout de soi, souillée quand même de façon indélébile sans compter les risques inconsidérés qui ont été pris quant à la possibilité de tomber sur un psychopathe).

    - "J’avais pas la possibilité de faire autrement" (déni total ! cette phrase est surréaliste).

    - 100 à 200 relations à 200-500€ (on oublie la journée à 1000€ en considérant que c’est marginal) ca doit faire dans les 40 à 70k€ sur 2 ans... pour quelques heures par semaine... C’est de l’argent très rapidement gagné... TERRIBLE... car vicieux...

    Super d’être dans le superficiel, le non jugement, le factuel, on normalise toujours ce qui est terrible en réalité... Je suis ingénieur, mais j’aurais pas posé des questions sur les chiffres mais plutôt les questions suivantes :
    - "Est-ce que tu imagines une seconde la tristesse que ressentiraient ton père, ta mère, ou les gens qui t’aiment réellement au fond d’eux même s’ils apprenaient que tu as vendu ton corps pendant des mois ?"
    - "A supposer que tes parents ne soient pas des monstres... Penses-tu que tes parents, ceux qui t’on vu naitre, grandir, innocente et fragile, ceux qui t’ont éduqué, soutenu vu rire et pleurer... penses tu qu’ils s’en remettraient d’apprendre un truc pareil ?"
    - "As-tu eu à un moment l’impression de perdre l’estime de toi ?"
    - "Tu inversais la situation en disant que les personnes te payaient et que tu contrôlais la situation, en réalité elles payaient pour te baiser, et c’est bel et bien de la prostitution, elles achetaient le droit d’abuser de ton corps, non ?".

    - Le libre arbitre est nécessairement accompagné d’un code de conduite, d’une morale sans quoi il n’a par définition aucune limite... Poussé à l’extrême, le concept du libre-arbitre amène inévitablement sur le terrain diabolique. A partir du moment ou tu revendiques pouvoir faire absolument tout ce que tu veux, alors tu accèdes aussi au pire des possibles...

    Cette banalisation m’a fait pleurer...

     

    Répondre à ce message

    • #1547383
      Le 2 septembre à 12:06 par petit_poney
      Confessions d’une escort girl

      Ah bon ... On va peut-être éviter de te parler des réseaux pédophiles alors, si la prostitution d’une adulte consentante te choque tant.

       
  • #1547237
    Le 2 septembre à 02:02 par Renarde
    Confessions d’une escort girl

    J’ai écouté tout l’entretien, j’ai trouvé en effet le ton, la voix et les explications de cette LOU plutôt claires, même si le format est quand même très long. Stéphane Edouard a posé des questions très intéressantes, même des petits détails auxquels je n’aurais pas pensé : le temps passé à trier, les coups de fil. Et encore elle ne parle pas de sa préparation physique car un RDV amoureux pour une femme, ça doit comprendre de la préparation déjà donc là je pense que ça doit se valoir...
    La typologie des hommes rencontrés était à la fois fascinante et inquiétante...Des hommes jeunes et "mignons" (selon ses dire) ; mariés et mignons mais délaissés par leurs femmes et là en effet je pense à des personnes, des hommes de mon entourage qui, une fois le gosse né ont l’impression d’avoir servi de géniteur et de devoir maintenant laisser madame s’occuper du gamin et faire ceinture parce qu’il faut "être compréhensif tu comprends mon chéri j’ai autre chose à faire"...Qu’elles sont stupides ! Les hommes sont souvent de plus grands romantiques que les femmes. Bref ça m’a laissé un goût particulier cette entrevue, à la fois fascinante, dégoutante mais quand même intéressante. En effet, tentant de se laisser aller à recommencer avec un ancien client agréable pour une vie plus confortable...Sauf qu’elle aura beau envelopper ses activités sous un enrobage technique et pro "femme de compagnie", "je ne vends pas de services sexuels" ça reste une prostituée et ça ça doit pas être facile à encaisser pour son ego. Quant à avoir eu besoin de cette expérience pour se rendre compte qu’un homme qui t’appelle à 23h parce qu’il a envie de baiser c’est du manque de respect, un vrai connard ou encore de savoir qu’il faut faire passer son plaisir et pas avoir à se sentir obligée de se donner pour n’importe quel mec vaguement intéressé qui passe....Ben je crois qu’elle avait en effet besoin d’une psychothérapie pour cela. Tant mieux si cela lui a été bénéfique pour cela, mais c’est quand même inquiétant pour ce qui est de son éducation et son image. Son profil d’homme idéal est illusoire, sérieusement, et je ne crains que ce passé somme toute récent d’escort girl va la hanter dans ses relations avec les hommes et pas seulement de manière positive, si ça n’est pas déjà le cas. Dommage que la partie "je me sens sale" n’ait pas été plus fouillée.

     

    Répondre à ce message

  • #1547291
    Le 2 septembre à 08:19 par georges H
    Confessions d’une escort girl

    J’ai trouvé l’analyse du psy un peu bidon... La femme Légo, elle est pas mal celle là.
    On dirait un scientifique excité parce qu’il a trouvé un oiseau rare et au lieu de l’observer pour ce qu’il est, il se met à le diséquer en petits morceaux sous prétexte que c’est pour la "science", sa science à lui, pour nourir son égo, ses "conférences", et son compte en banque (youtube rémunère au nombre de visions non ?)
    C’est consensuel, du coup ça ne parle pas des vraies questions qui fâchent :
    - n’y a-t-il pas risque de banaliser ce genre de situation en la présentant sous un jour acceptable ? Alors qu’en réalité la fille est quand même dans un déni de réalité ultime. Elle aurait pu tomber sur des détraqués (genre le dernier qui n’a pas payé et qui a changé les règles du jeu sans la prévenir), des situations ou elle doit "jouer un rôle" parce que ça ne lui plait pas (eh oui ca reste de la prostitution et des tas de gens ont le niveau de vie pour lâcher 150€ ou 200€).
    - pour l’histoire des mecs sales, on entend les cris d’orfraie du "psy", comme s’il faisait la leçon "enfin on est en 2016 ! Quand on appelle une escorte on se lave !" ca a un aspect presque sur-réaliste, tout comme son jugement abject des gens qui sont à la dèche le 5 du mois.
    - le jeu, le contrôle, ne sont-ils pas des chimères dans une situation ou cette femme décide de se transformer en objet sexuel consentant ?
    - la question morale n’est pas abordée par le "psy" qui est trop content de diséquer pour nourrir son égo. ni la question sur la reconstruction de cette femme ? Est-elle seulement possible ? N’a-t-elle rien compris quand un de ses ex a décidé d’arrêter sa relation avec elle même quand elle avait arrêté son activité (il a eu une bonne réaction de se barrer !)...
    - qu’on soit ou non croyant, j’ai cette image d’une personne naïve qui se fait avoir par le diable qui lui promet monts et merveilles mais au moment du pacte lui pompe intégralement son âme...

    Le psy a super envie de la juger (on voit qu’il est cablé pour ça) mais c’est son oiseau rare, il la met à l’aise du coup... son attitude à lui a bien quelques chose de pervers... il ne l’aide pas, il n’aide pas les personnes qui ont fait ce choix de vendre leur corps ni celles qui décideront de le faire. Il est dans une logique "marchande" acceptée dans laquelle il fait son business avec l’histoire de cette pauvre fille. Ce monde est tordu quand même...

     

    Répondre à ce message

    • #1547317
      Le 2 septembre à 09:28 par Renarde
      Confessions d’une escort girl

      Votre analyse est intéressante et je suis d’accord avec ce que vous dites sur la banalisation. D’ailleurs depuis plusieurs années on voit pas mal de reportages, articles concernant les femmes qui se prostituent, mais pas les droguées marginales, non, non, les petites étudiantes qui arrivent à Paris et se rendent compte que vivre dans la capitale c’est cher et bon se prostituer ça a l’air plus sympa, plus rémunérateur et moins fatiguant que d’être caissière. Etant une femme du même âge que cette "Lou", lorsque que j’ai vu ces reportages et aussi la série dont elle et son psy parlent, j’ai ressenti moins de dégoût que ce que j’aurais pu ressentir auparavant. Le fait de montrer que "non elles ont pas toutes été violées dans l’enfance", "ce sont des femmes normales et leurs clients sont mignons" a très certainement poussé plus d’une à tenter "l’expérience", ça dédramatise la chose, ça la rend abordable et ça c’est dangereux. En effet, c’est de la grande naïveté, comment on peut se dire "aller je ferai l’amour et j’aurai plein d’argent". sérieusement ?!
      Moi je me fais un peu de souci pour sa vie amoureuse actuelle et future (en effet à la place d’un mec je me barrerais aussi !) surtout lorsqu’elle décrit son homme idéal, on sent encore presque la petite fille qui décrit son prince charmant....Encore une qui va finir seule avec son chat parce que les hommes dans la "vraie vie" ne lui conviendront pas autant que certains clients...

       
    • #1547381
      Le 2 septembre à 12:03 par petit_poney
      Confessions d’une escort girl

      De quel psy tu parles ? Il n’y a aucun psy dans la vidéo. Il n’y a pas d’analyse non plus.

       
    • #1547882
      Le 3 septembre à 08:56 par georges H
      Confessions d’une escort girl

      @Renarde

      Merci pour votre analyse complémentaire, je n’avais pas pensé à cet aspect de présentation "jolie" contrairement à la réalité de la prostitution conventionnelle qui est très violente (réseaux, macs, drogue, esclavage humain parfois).

      J’ai remarqué comme vous cette hausse sur la médiatisation de jeunes filles équilibrées qui d’un seul coup trouvent logique de vendre leur corps, comme si les gros riches gras avaient envie que les jeunes étudiantes fassent massivement le tapin pour eux...

       
    • #1547892
      Le 3 septembre à 09:34 par georges H
      Confessions d’une escort girl

      @ petit_poney

      Le sociologue adopte une attitude psy dans son interview. Il fait parler la personne, il parle de Freud, de psychologie masculine/féminine etc... Qu’il soit sociologue, sexologue, psychologue ça n’est pas le point important d’ailleurs.

      L’interview n’est pas neutre. La nature des questions posées et la façon de conduire l’entretien sont loin d’être neutre/factuels. Certaines questions non posées manquent à l’appel. Et elles tombent sous le sens... Qu’est-ce que tu dirais à une femme qui s’apprêterait à rentrer dans ce "jeu" (selon les terme de la fille elle même) ? Parler du cercle vicieux de l’argent facile aurait été sympa aussi non ? Du processus d’auto-destruction sous couvert de libre arbitre ? De l’avenir... Comment cette fille va-t-elle retrouver un équilibre, peut elle se reconstruire, et à quelle échéance ? Il faudrait prendre un rendez vous dans 20 ans avec elle... et analyser tout ça...

      Mais non, le "psy" parle des gérants de boites de nuit qui se tapent les filles en leur offrant de la coke (il érige en référence un monde décadent qui existe certainement mais n’est pas la norme), il s’offusque des gens qui ne se lavent pas avant un RDV d’escort (on se demande bien ou sont les limites dans ce genre de rapports tarifés, puisqu’elles sont à géométrie variable en fonction du client, une fois s’assoir sur son visage ca passera, une fois ca sera autre chose de tout aussi tordu, est-ce que des trucs plus dégradants sont tarifés plus cher ? on ne sait pas et on voit mal cette fille nous donner des détails la dessus elle reste très évasive sur ce qu’elle accepte ou non de faire d’ailleurs).

       
  • #1556278
    Le 13 septembre à 21:17 par Dogma Elfico
    Confessions d’une escort girl

    Félicitation à toutes les Lou de France, pour avoir su s’arrêter à temps et avoir transformer l’essaie !
    Elle témoigne d’avoir été une fois maltraitée et à la limite violentée, sur un total de 100 à 200 clients… mais si ça peut la consoler, c’est arriver à toutes les filles « de se faire traiter au moins une fois comme une pute » même à titre gratuit ! Et sur 1000 clients, elle aurait risqué de tomber au moins une fois sur un vrai psychopathe !... Et elle a su faire un bon usage de l’argent gagné, pour financer ses études et passer à un emploi plus stimulant intellectuellement. Bravo ! J’en profite d’ailleurs pour pousser un double coup de gueule : contre tous les connards qui insultent ou parlent mal des filles qui choisissent cette pratique à titre professionnel, occasionnel ou exceptionnel… et contre le féminisme victimaire, parce que l’exemple Lou montre que les filles pourront toujours faire de l’escort pour payer leurs études. Elles ont là un privilège incroyable ! Alors que nous, les garçons, on devra galérer avec des emplois sous-payés et des cours du soir qui durent des années. Ceci expliquant qu’en moyenne les femmes gagnent plus que les hommes (jusqu’à 30 ans)… Et en plus nous, il faut qu’on paye, ce qui nous appauvrit encore plus ! A ce point, la plus élémentaire des justices serait que chaque garçon, entre 15 et 25 ans reçoive des sortent de chèques vacances, ou sport et culture !...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents