Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Corruption : comment le fonds d’investissement américain Och-Ziff a fait main basse sur l’Afrique

Entre 2007 et 2011, le fonds américain Och-Ziff a laissé ses intermédiaires soudoyer de hauts dirigeants pour s’emparer des matières premières du continent. Une enquête dévoile, avec une rare clarté, ces circuits occultes.

L’un des fonds d’investissement les plus puissants de la Bourse de New York, des intermédiaires troubles, des transactions opaques et des dizaines de millions de dollars de pots-de-vin qui arrivent, parfois en cash, jusque dans certains palais présidentiels d’Afrique.

L’affaire Och-Ziff a tous les ingrédients d’un polar du XXIe siècle, où les requins de la finance occidentale rencontrent un continent plein de promesses pour les spéculateurs.

 

Les confessions d’Och Ziff

L’histoire commence en 2007, en plein boom des matières premières, une période propice à toutes les dérives. Elle prend fin le 29 septembre 2016. Ce jour-là, après cinq années d’enquête, la Securities and Exchange Commission (SEC, le gendarme des marchés financiers américains) annonce avoir conclu un accord avec Och-Ziff.

Le fonds d’investissement, spécialisé dans la gestion et la vente d’actifs, reconnaît avoir enfreint la législation américaine anticorruption, admettant notamment être à l’origine du versement de quelque 100 millions de dollars (environ 77 millions d’euros) de dessous-de-table sur le continent entre 2007 et 2011. Il s’engage à payer 413 millions de dollars d’amende et de pénalités, dont plus de 2,2 millions à titre personnel par son fondateur, Daniel Och.

Surtout, Och-Ziff accepte de faire la lumière sur ses manquements. C’est ce qui donne tout son poids aux deux comptes rendus de l’enquête publiés par la SEC et la cour fédérale du district est de New York. Leur lecture est une plongée dans l’univers trouble des transactions autour des matières premières africaines. Cet univers, tous les observateurs avertis du continent l’imaginent.

 

« Jeu de piste  »

Mais rarement une photographie de ce milieu a été aussi détaillée  : on y trouve des dates, des montants, la nature des montages financiers… Il ne manque qu’une chose  : les noms des acteurs de cette histoire. L’affaire devient ainsi un véritable jeu de piste pour deviner qui se cache derrière les descriptions. Mais, parfois, le pedigree est si précis qu’il ne laisse guère de doute.

C’est le cas de l’un des personnages centraux de cette affaire, le « partenaire RD Congo » d’Och-Ziff, décrit comme un « homme d’affaires israélien tristement célèbre », qui dispose de « liens étroits avec les responsables gouvernementaux du plus haut niveau en RD Congo » et détient « des intérêts significatifs dans le diamant et l’industrie minière dans ce pays ».

D’après l’enquête américaine, une partie des fonds (des centaines de millions de dollars) qu’Och-Ziff a reconnu avoir prêtés à ses sociétés a servi à corrompre des officiels congolais. Notamment afin de mettre la main sur des actifs miniers alléchants détenus par la société canadienne Africo Resources.

Alors que la propriété de ces actifs est contestée devant les tribunaux congolais, en 2008, un associé de l’Israélien tente, toujours selon l’enquête, d’influer sur le cours de la justice par l’intermédiaire d’un avocat. « Il doit s’arranger avec la Cour suprême, le procureur général et des magistrats, il veut 500 000 [dollars] pour donner à tous les officiels », écrit-il à l’Israélien.

« On ne peut accepter un résultat mitigé, répond celui-ci. Africo doit être baisé et achevé totalement  ! [sic] ». La veille du jugement, les Canadiens, sous pression, acceptent de revendre leurs parts à une société contrôlée par Och-Ziff et le « partenaire RD Congo  ».

 

Identifications

Ce dernier ne s’arrête pas là. Au total, il serait à l’origine du versement de 10,7 millions de dollars au « responsable RDC 1 », une personne « haut placée capable d’agir et d’influencer officiellement sur les dossiers miniers  ». À cela s’ajoutent 23,5 millions de dollars pour son plus proche conseiller, le «  responsable RDC 2 ».

Ce conseiller est décrit comme un « ancien gouverneur du Katanga », « ambassadeur itinérant et parlementaire  » jusqu’à sa mort, le «  12 février » 2012. En tout, ce réseau actif entre 2007 et 2011 aurait permis à Och-Ziff de réaliser 91 millions de dollars de profit sur les actifs congolais.

Selon l’agence financière américaine Bloomberg, le « partenaire RD Congo » a été identifié comme étant Dan Gertler, le « responsable RDC 1 » comme le président Joseph Kabila lui-même, et le numéro deux comme son plus proche conseiller d’alors, Augustin Katumba Mwanke.

Le porte-parole du groupe Fleurette de Gertler, cité par l’agence, « conteste vigoureusement toutes les accusations de méfaits dans n’importe laquelle de ses relations en RDC, y compris celles avec Och-Ziff ». Pour Barnabé Kikaya Bin Karubi, le conseiller diplomatique du président congolais, l’identification de Bloomberg est une « déduction malveillante »  : « Les noms cités dans la presse n’apparaissent à aucun moment dans les documents. »

Lire la suite de l’article sur jeuneafrique.com

 

 

L’Afrique de tous les appétits sur Kontre Kulture

Och-Ziff et Dan Gertler, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ma question n’est pas nouvelle mais, qui nous débarrassera de l’amérique et de son peuple ? Ah oui, je sais, le peuple américain n’est pas responsable. Mais qui a massacré la moitié de la terre ? Qui avait le doigt sur la détente ? Qui pilotait les avions ? Les présidents américains ? Soros ? Rockefeller ?

     

    • Toujours les mêmes israélites sionistes qui pillent la terre, leurs ressources, volent, détournent des sommes colossales avec une impunité totale avec la complicité des dirigeants ou un maillon de la chaîne de commandement qui acceptent de menus services contre notoriété, pouvoir et forte rémunération. Seulement, dès l’instant où vous acceptez de trahir, vous êtes tenus en laisse comme un chien par ladite communauté qui tirent les ficelles car l’humain est vil, malhonnête, un prédateur qui pour obtenir des faveurs, un pouvoir sera prêt à sacrifier son peuple pour une place au soleil et une reconnaissance de leurs maîtres qui les manipulent avec avidité, cupidité et sans aucune compassion.


  • Ce système unipolaire s’achèvera quand TOUS les états nationaliseront les actifs situés sur leurs territoires.
    Alors, tous ces rapaces seront ruinés, comme tous ceux qui vivent de dividendes et non plus de leur travail.
    Depuis 20 ans, les dividendes mondiaux ont été multipliés par 30, alors que les revenus du travail sont passés de 65% à 55 %.


  • On sait
    Pas un gouvernement d’Afrique qui ne soit pas 100% corrompu (Â Madagascar les gars prennent 30 â 40% de tous les marchés publics).
    l’afrique est dans cet état, il y a une raison


  • Il serait intéressant de comparer avec la Chine.


  • La Bourse fait grise mine. "La raison ? Le Brexit", commente Anthony Attia. "C’est un vrai point d’interrogation" estime Franck Sebag.
    http://www.challenges.fr/economie/l...

     

  • Dans ce genre d,escroquerie,il apparait toujours les membres de cette communauté que qualifiait M.Valls d,avant gardiste



  • des dizaines de millions de dollars de pots-de-vin qui arrivent, parfois en cash, jusque dans certains palais présidentiels d’Afrique.



    Et alors quoi on nous aurait donc menti en nous vendant le mythe du pauvre africain toujours innocent et toujours exploité ...Pour corrompre il faut être deux


  • Franchement cet article ne m’apprend pas grand chose au fond. On sait que depuis Mobutu jusqu’à Kabila fils aujourd’hui en passant par le père, ces dirigeants de la République Démocratique du Congo ont toujours tout fait pour brader les ressources naturelles de leur pays à leur profit, au détriment du reste de la population. Les premiers acheteurs de ces matières premières ont toujours été des multinationales occidentales, financées principalement par la grande finance internationale. Que ce soit les États Unis, l’Union européenne, l’ONU, la Banque mondiale ou le FMI, toutes ces entités n’ont jamais ignoré ce qui se tramait dans ce pays.
    Donc la question à se poser ici c’est pourquoi ces révélations arrivent seulement maintenant ? La réponse, elle est claire : l’élection présidentielle. L’oligarchie mondialisée pour une raison que j’ignore ne veut plus de Kabila comme président de la RDC, alors elle (l’oligarchie) se met à fabriquer des opposants tel le propriétaire du club de foot TP Mazembe ancien gouverneur du Katanga, qui comme Kabila et les autres tordus du gouvernement de ce pays s’est enrichi de manière insolente grâce à la liquidation des ressources minières de la RDC, gardant les habitants de cette dernière dans une pauvreté absolue, alors que le pays est immense, gâtée par la nature grâce à ses potentiels immenses et une population nombreuse et dynamique (plus de 70 millions d’habitants pays francophone d’Afrique le plus peuplé). Si je devais donner un conseil à la population congolaise ce serait ceci : laissez les régler leurs comptes entre eux ; il y a des fortes chances qu’une guerre ouverte soit en préparation entre votre gouvernement et ses anciens alliés ayant rejoint l’opposition. Surtout n’y participez pas, protégez vos femmes et vos enfants par tous les moyens, organisez des groupes d’auto défenses, car que ce soit l’armée ou les rebelles qui arrivent ils se ficheront pas mal de votre sécurité ; au terme de l’élection présidentielle si un camp comme l’autre vous appelle à manifester contre les résultats n’y allez pas restez chez vous, les deux camps qui s’opposent sont les mêmes prévaricateurs de la fortune publique, les mêmes à l’origine de votre misère aujourd’hui ; ne vous occupez pas de cette farce organisée par les médias dominants autour de l’élection présidentielle à venir, cultiver plutôt vos champs pour pouvoir nourrir vos familles ; et puis c’est tout !