Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Côtes d’Armor : une famille dans l’urgence appelle à la mobilisation

Le paradoxe français : migrants dans des châteaux, nationaux dans la mouise

À Plouvara, la famille Schwartz doit finir de rénover sa maison avant cet hiver, sous peine de voir ses enfants placés dans un gîte d’accueil. Elle lance un appel à la générosité.

[...]

Ophélie et Didier se sont rencontrés il y a deux ans et demi. Jusqu’au mois d’avril dernier, ils vivaient dans un appartement, à Châtelaudren, avec leurs sept enfants. Pour plus de confort, ils ont décidé de retaper la maison de Didier, à Plouvara. Mais, rapidement, les finances ne suivent plus.

La famille n’a d’autre choix que de quitter l’appartement et venir s’installer sur le terrain de la maison. Le couple et un bébé vivent dans une caravane aménagée, les autres enfants, dans un chalet installé dans le jardin.

Didier décide d’arrêter de travailler pour consacrer tout son temps à la rénovation. Mais les travaux n’avancent pas comme prévu. Et à l’angoisse des travaux qui n’en finissent pas s’est ajoutée une nouvelle inquiétude, il y a deux semaines : celle de voir les enfants placés dans un gîte d’accueil « si la sécurité et le confort de la maison ne s’améliorent pas d’ici l’hiver ».

Cet ultimatum a été lancé par l’éducatrice du Centre social départemental (CSD) de Guingamp (qui suit régulièrement Ophélie et quatre de ses cinq enfants depuis le décès de son premier mari) et une représentante de la Protection maternelle infantile (PMI), venues prendre le pouls de l’avancée de la maison.

Lire l’article entier sur ouest-france.fr

 

Sur l’immigration organisée par les « élites », lire chez Kontre Kulture :

Paradoxe français ou injonction oligarchique ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Mazette ! 7 enfants...et dans la mouise jusqu’au cou ! La précarité comme horizon indépassable...faire des enfants, c’est bien, mais point trop n’en faut, au risque de ne pouvoir assumer leur charge. Je ne veux pas leur jeter la pierre, mais lorsqu’on ne peut assurer un minimum décent à sa progéniture, on essaie de limiter les naissances, non ?

     

    • Bien d’accord avec vous mais il y en a d’autres qui font 10 mioches et à qui on donne tout :

      - AME
      - Logement
      - CAF
      - Regroupement familial et j’en passe.

      Pondez, oui ! mais évitez d’être français caucasien, cela vaudra mieux.


    • Si vous lisez l’article, vous comprendrez qu’il s’agit d’une famille recomposée. Ce n’est pas en deux ans et demi qu’ils ont pu avoir 7 enfants ! Il est fréquent que les familles recomposées soient des familles nombreuses, voire très nombreuses. De plus comment faire pour prévoir que la précarité va vous tomber dessus et que vous n’aurez plus la possibilité matérielle de subvenir aux besoins de votre famille ? Estimez vous heureux que des Français, même modestes, soient encore assez généreux pour avoir des enfants. Si l’on comptait sur les classes moyennes, on en serait au stade des autres pays européens, c’est à dire le suicide démographique à court terme. Faut-il rappeler que la fécondité est inférieure à 1,65 enfants dans la plupart des pays de l’Union européenne (7 sur 26) ? Dans l’Europe méditerranéenne ainsi qu’en Pologne, on descend même à moins de 1,4 enfants par femme soit une diminution de plus du tiers des effectifs à chaque génération.


    • @La Pythie, Une vue d’ensemble t’indiquera que les lois votées par tes représentants à la chambre des représentants (députés et sénateurs) ont permis sur plusieurs années et à travers plusieurs lois de redistribuer l’énorme richesse de la France au profit des plus riches à travers les lois de l’impôt et autres de sorte que les plus pauvres , de plus en plus pauvres ne peuvent plus subvenir aux besoins élémentaires de leurs familles. Comment expliquer qu’il y’a à peine 60 ans un père de famille seul pouvait subvenir aux besoins d’une famille de 15 enfants avec sa femme au foyer et qu’aujourd’hui, la majeur partie des couples (Parents) tout deux à l’emplois réussissent difficilement à subvenir aux besoins de 3 enfants ?? Si on doit pousser ta logique plus loin, les plus riches finançant nos représentants à la chambre et leur dictant les lois qui les rendent encore plus riche, réussissent à vous rendre plus pauvre et vous imposent le "minimum décent de progéniture" A ce rythme et pour très bientôt, seul les riches auront le droit d’avoir des enfants.......(Sur l’échelle du "minimum décent de progéniture)


    • à Africa...
      je maintiens qu’avant de faire des gosses et de former des familles recomposées, on essaie de réfléchir aux conséquences. Moi, je n’ai pas d’enfants. En aurais-je un jour ? Je ne sais pas mais je me pose la question de cette responsabilité lourde de mettre au monde des enfants dans un environnement hostile en diable. Autoir de moi, les gens réfléchissent moins et font des enfants pour se réchauffer l’âme, moins pour les élever comme il faut : ils s’en remettent à l’éducation nationale, aux programmes télé et aux allocs. Désolé, mais je n’ai aucune pitié pour les gens qui font 4 ou 5 gosses et viennent ensuite chialer quand le réel les rattrape. Et oui, faire pondre des gosses, cela a un coût , étonnant, non ?


  • On n’enlève pas des enfants à leurs parents pour cause d’inconfort. S’ils ont froid, il y a la solution vêtements chauds et couvertures. Et on peut toujours faire un feu de bois.
    Les enfants de fermiers ne vivaient pas dans le confort.
    En revanche, il serait élégant que cette dame propose d’héberger un des enfants non loin de là pour l’hiver et que ses amies en fassent autant pour les autres.
    La caravane n’a jamais fait peur aux gitans. Pour eux, c’est la tolérance, voire l’hôtel pour toute la famille.
    Placer des enfants ? On ne sait quand on les reverra, et l’expérience risque de les marquer à vie.

     

    • C’est ce que je pensais. Ce totalitarisme devient de plus en plus invasif. Plein le cul de ces bouffons qui viennent se mêler des affaires des gens avec toujours cette attitude condescendante mêlée d’arrogance. Le plus ironique c’est que ces petits fonctionnaires seraient bien incapables de subvenir à leurs propres besoins s’ils devaient se voir priver de leur salaire. Ce sont des bons rien complets, ils ne maîtrisent aucune compétence ayant une signification dans le monde réelle de la production mais cela vient donner des leçons de vie !


    • Complètement d’accord avec sixtize et goy pride.
      Les gamins sont à l’abri de la pluie et du vent, ont de quoi manger et se vêtir, de quoi se mêlent les services sociaux !?
      Rien ne vaut l’amour et l’attention de ses parents.
      J’ai vécu plus d’un an avec mes parents dans une caravane le temps que la maison soit terminée, j’en garde un très bon souvenir même s’il faisait parfois frisquet et qu’il fallait se laver à l’ancienne.
      Je n’ose imaginer la colère et l’angoisse de cette famille.
      L’attitude de ces services sociaux est à gerber !
      Confort moderne obligatoire sous peine de se faire voler ses enfants, on est obligé de regarder la télé aussi ?


  • Je leur propose de se grimer en noir avec le cheveux crépus ,et d’essayer d’avoir des papiers Syrien ,afin d’aller voir les associations bobos ,et la ça devrait aller très vite et dans peu de temps la vie de château ,avec carte bleue et nourriture .
    Surtout pas dire qu’ils sont Français .

     

  • #1576589

    Gare à l’enquète sociale. Ces gens de la PMI sont à l’affut de la moindre défaillance pour placer les enfants des autres.


  • Dieu garde ces enfants d’un placement en MECS ! Mieux vaut pour eux souffrir le froid et l’humidité que de se voir imposer la compagnie de petits délinquants toxicomanes et de petits camarades qui relèveraient de la psychiatrie . Sans parler des sorties éducatives au MacDo du coin et de la proximité des quartiers chauds .


  • Par la force des choses, c’est l’entraide nationale facilitée par les réseaux en ligne qui sauvera le pays.
    Faut plus rien attendre de cet État en lambeaux et de cette Justice politique.


  • N’ont-ils pas un oncle éloigné, perdu de vue qui s’appelle aujourd’hui G.Soros ?


  • Le droit à l’enfant, quelle supercherie, le droit le plus égoiste qui soit ( c’est un droit pour les parents, qui ne tient absolument pas compte des enfants) ! Avant de commencer à en faire il faudrait déjà étre capable intellectuelement et financierement de les assumer ! Je bosse dans un service social ou des personnes qui n’arrivent pas à s’assumer elles-même pondent des marmailles de marmots qui vont, comme leurs parents, finir au social !
    Si vous n’avez pas les moyens (pas seulement financier, mais aussi dans la transmission des valeurs) d’offrir une vie épanouissante à vos rejetons, mettez des préservatifs !
    Tous le monde est capable de tirer un coup, mais pas d’élever des enfants !

     

    • Je serais peut être plus philosophe (comme la poule)............ prenez plutôt le petit chemin boueux pour assouvir vos érections et suivez attentivement ce précepte de Lao Tseu.....


    • Désolée , mais j’ai vu des familles ’’pauvres ’’dans des maisons où les courants d’air passaient sous les portes, où la lumière était vacillante , où l’on faisait ses devoirs sur la table de la cuisine , près de la cheminée ... et où les enfants étaient épanouis et remarquablement cultivés grâce aux livres de la bibliothèque communale et aux riches discussions familiales . En sus , ces enfants avaient un savoir étonnant en matière d’arbres , de soins aux animaux , de potager et de ...bon sens pratique !


    • @petiteisa,
      Je ne parle pas que d’argent, et j’ai assez voyagé, notament au Népal, pour comprendre et approuver votre message. En plus personne n’est à l’abri de perdre son emploi.
      Je parle de ce que j’appelle les "pros du social" qui ne travaille pas par vocation. Ce sont souvent des "dynasties" (père, mère, fils, oncle,etc...) et il y en plus que l’on croit !
      Je parle aussi d’alcolos, de toxs, de gens diminués mentalement sans être diagnostiqués,etc..
      Et je critique aussi ceux qui ont les moyens financiers mais qui ne transmette, en terme de valeur, rien à leur enfant, qui ne comporte plus comme des parents mais veulent être "pote" de leur progéniture. Je me serais mal vu parler à mon père comme à mes copainsl et tant mieux !


    • Faire des enfants n’est pas une question de fric ou de confort, mais d’amour et de sens de la vie. Et de quelle transmission des valeurs parlez-vous ? Celles des esclaves ?


  • Il faudra un jour que le peuple Français face le ménage dans les services sociaux car ce sont des lieux de discriminations dites positives qui sont négatives pour le peuple Français.


  • Mais où sont les grandes associations humanitaires ?

    Celles qui ont le coeur sur la main quand il s’agit d’aider les autres mais détournent allègrement leur regard quand il s’agit des nôtres.
    Parce que, sincèrement, des Français dans la misère, il y en a beaucoup, il suffit de prendre le RER ou de se rendre à Paris pour le constater...


  • Aucun relais dans les journaux mainstream ou à la télé pour cette famille en difficulté de logement avec sept enfants ! Par contre pour nous faire pleurnicher toute l’année sur les clandestins et la Shoa c’est tout le paysage audiovisuel qui fait du zèle !Les associations subventionnées avec l’argent du contribuable viennent au secours que des sans papiers entrés illégalement sur le territoire ,ceux qui ont cotisés n’y ont pas droit !


  • Je ne suis pas un migr... pardon clandestin, je suis dans le 22, dans un château et j’ai pas d’enfant.

    Chacun choisit sa vie, c’est un voyage, pour ma part je préfère voyager léger.

    Les clandestins aussi, après, d’autres préfèrent s’encombrer, faut assumer.


Commentaires suivants