Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Courrier des lecteurs

Petite leçon d’histoire de France à l’intention de Bernard-Henri Lévy

Bonjour,

On a entendu il y a peu une émission à laquelle participait Bernard-Henri Lévy, émission dans laquelle il s’efforçait d’expliquer tout ce que la France doit aux juifs, et la dette est, d’après lui, immense. Le sujet semble souffrir d’une sorte de délire ethnocentriste à la manière d’un monomaniaque qui rapporte tout à un seul et même thème.

Il prononce, au cours de cette émission (à 2’30), une phrase à propos de la langue française qui, à elle seule, montre bien la monomanie du sujet :

« La langue française qui est peut-être l’une des choses les plus précieuses dans ce pays, c’est à un juif, et quel juif, Rachi, que revient le mérite de l’avoir, quasiment, inventée. »

Cette phrase contient un certain nombre d’anachronismes et de contre-vérités qu’il convient ici de rectifier.

La période des IXe-XIVe siècles est celle dite de l’ancien français. Par convention le terme « ancien français » recouvre l’ensemble des dialectes, et patois d’oïl, c’est-à-dire les parlers romans parlés au nord de la Loire.

Le premier texte ancien français est Le Serment de Strasbourg et date de 842, c’est bien sûr un texte écrit en patois puisqu’il n’y a pas de langue néo-latine normée et standardisée à l’époque et à laquelle les auteurs se réfèrent. La langue étant très archaïque, il est difficile de localiser le texte, certains philologues ont cru y voir une forme archaïque de picard, d’autres de lorrain, d’angevin etc. Le texte comprend un peu plus de quarante mots.

La littérature en ancien français commence avec La Cantilène de sainte Eulalie, datée de circa 880, vingt-neuf vers de dix syllabes, le texte semble être du patois picard. Le second texte est La Vie de saint Léger, datée de la fin du Xe siècle, il comprend deux cent quarante vers de huit syllabes. Les philologues hésitent sur sa localisation, certaines formes font penser à du patois de bourgogne, d’autres à du patois poitevin, etc.

Nous avons ensuite La Vie de saint Alexis, le texte est daté de 1040 et comprend trois cent vingt-cinq vers, et est probablement normand.

On aura beau chercher dans les manuels d’ancien français, on aura du mal à trouver le nom de Rachi, à n’en pas douter Bernard-Henri Lévy, mais lui seul, y trouverait malice.

Rachi, de son vrai nom Salomon Ben Isaac (1040-1105) est né à Troyes en Champagne, il est devenu un grand auteur réputé et étudié jusqu’à nos jours, son œuvre est immense, elle est constituée de commentaires sur la Bible et sur le Talmud. Bernard-Henri Lévy a parfaitement raison de signaler l’importance de cet auteur, mais c’est un écrivain de langue hébraïque, son œuvre est entièrement et exclusivement écrite en hébreu. Ses commentaires étaient probablement la matière première des cours qu’il dispensait à ses disciples ; aussi, comme ils n’étaient certainement pas aussi érudits que lui et que leur connaissance de l’hébreu était moindre, Rachi notait parfois des gloses en patois champenois en marge de ses commentaires. Ainsi pouvait-il indiquer le mot en langue vulgaire, qui était la langue maternelle et usuelle de Rachi et de ses étudiants, lorsque la poursuite du commentaire arrivait sur un terme difficile pour ses élèves.

Rachi n’est pas le premier à avoir glosé des textes en patois romans, il faut signaler les Gloses de Cassel qui datent du VIIIe siècle, d’interprétation très délicate, il s’agit d’une sorte de proto-ancien français avec des mots qui, semble t-il, sont de patois très variés. Les gloses de Rachi contenues dans ses commentaires sur la Bible représentent neuf cents mots différents, celles sur le commentaire du Talmud représentent mille cents mots différents. Les gloses sont constituées de mots isolés.

Ceci étant dit, l’importance de Rachi est certaine pour l’histoire de l’ancien français, et ces gloses constituent un témoignage unique sur l’état du patois champenois de la seconde moitié du XIe siècle. Les philologues ne se sont penchés que tardivement sur leur existence afin de les analyser, ce pour la simple raison qu’elles ont été pendant des siècles pratiquement inconnues en dehors des cercles de talmudistes ; imaginons que le simple relevé de ces gloses impose la lecture de plusieurs dizaines de milliers de pages de commentaires en hébreu sur le Talmud et la Bible, Rachi conservait le même système graphique pour noter ces gloses, c’est-à-dire l’alphabet hébraïque. En l’absence d’imprimerie les commentaires de Rachi circulaient sous la forme de copies manuscrites : de ce fait, les gloses romanes de Rachi ont été copiées par des copistes qui, bien souvent ne les comprenaient pas ou plus : soit la langue usuelle des copistes était un autre patois roman, soit les copistes étaient de langue germanique ou autre. Le patois champenois évoluant au fil du temps, les gloses sont devenues incompréhensibles et furent recopiées avec de nombreuses erreurs. Faire le relevé de ces gloses fut donc une entreprise très longue nécessitant de consulter et de comparer les plus anciens manuscrits se trouvant, de plus, dans les bibliothèques éloignées les unes des autres.

En réalité l’importance de Rachi pour l’histoire de la langue d’oïl est apparue au cours du XXe siècle suite à la publication de ses gloses, et ce consécutivement à l’essor des sciences philologiques, du comparatisme et à l’invention de la romanistique ; pendant des siècles ses gloses ont été lues sans être comprises, et tant qu’on ne se préoccupait pas de l’histoire de la langue, elles étaient sans intérêt. On ne voit pas bien dans quel contexte les créateurs de la littérature française (Chrétien de Troyes, Adam de la Halle, Marie de France, etc.) auraient pu avoir eu connaissance des gloses de Rachi.

Si l’importance de Rachi est certaine pour l’histoire philologique de la langue d’oïl, en faire pour autant le père de la langue française relève donc de l’escroquerie, mais peut-être plus probablement d’une pathologie monomaniaque. Si le nom de Rachi n’apparaît pas dans les grammaires, syntaxes, anthologies de l’ancien français etc., c’est précisément parce que sa contribution à l’histoire littéraire du français est nulle. Pendant des siècles seuls les hébraïsants, juifs ou chrétiens ont connu, sans les comprendre, ces gloses. Leur préoccupations n’étant pas la philologie romane, les gloses ne les ont pas intéressés, de plus des gloses ne sont pas de la littérature. Les premières œuvres littéraires en ancien français citées plus haut sont antérieures à Rachi. Au cours du XIIe siècle sera écrite la chanson de Roland (de 1068 selon Holmes), texte de quatre mille deux vers, première œuvre importante en ancien français, les manuscrits des Xe-XIe ont été perdus. On peut effectivement dire que l’auteur présumé de ce texte invente la langue française, pour reprendre la terminologie approximative de Bernard-Henri Lévy. Il est plus que probable qu’il n’a jamais entendu parler de Rachi.

M. Bernard-Henri Lévy est un garçon qui a de grandes qualités, il travaille beaucoup, a des idées, il est très dynamique. Mais, titulaire d’une agrégation de philosophie, il a donc une formation de professeur de lycée ; il n’a pas préparé de doctorat et n’a pas acquis, de ce fait, les réflexes fondamentaux du chercheur (i.e. vérifier dans les ouvrages spécialisés la moindre des affirmations), d’où des erreurs que ne ferait pas un étudiant en lettres modernes de première année. Titulaire d’une maîtrise, M. Bernard-Henri Lévy pourrait s’inscrire en doctorat dans une université, il pourrait travailler sous la direction d’un directeur de thèse et ainsi acquérir la rigueur intellectuelle qui lui fait tant défaut.

Wojtek

 

Bibliographie :

Darmesteter, Arsène, Les Gloses françaises de Raschi dans la Bible, Paris, 1909
Dufournet, Jean, ed., La Chanson de Rolland, Paris, 1993
Holmes, Urban T., A History of Old French Literature from the Origins to 1300, New York, F.S, 1938
Paris, Gaston, ed., La Vie de saint Alexis, poème du XIe siècle, Paris, 1872
Sirat, René-Samuel, ed., Héritages de Rachi, Paris, 2006
Schwarzfuchs, Simon, Rachi de Troyes, Paris, 1991
Von Wartburg, Walther, La Fragmentation linguistique de la romania, Paris, 1967

 

À ne pas manquer, sur le cas BHL :

Voir aussi :

24 septembre
Courrier des lecteurs
"On ne peut cacher le soleil avec un tamis"
16
17 septembre
Courrier des lecteurs
Réponse à Éric Zemmour sur l’islam
133
14 septembre
Courrier des lecteurs
Le démantèlement de La Poste vu de l’intérieur
57
12 septembre
Courrier des lecteurs
La vie d’un vaurien qui en valait plus...
20
8 septembre
Courrier des lecteurs
Soutien d’un chauffeur routier musulman et patriote
37
12 août
Courrier des lecteurs
Un Algérien parle aux Français
55
6 août
Courrier des lecteurs
"Malgré tout, il semble bien que vous êtes la seule voix d’unité et de vérité"
33
30 juillet
Courrier des lecteurs
"Je me suis engagée en devenant adhérente de E&R"
18
9 juillet
Courrier des lecteurs
"La peur doit changer de camp"
5
29 juin
Courrier des lecteurs
L’espoir renaît
11
26 juin
Courrier des lecteurs
Lettre sur le courage et la détermination
4
21 juin
Courrier des lecteurs
Soutien suisse à Dieudonné et Alain Soral
10
16 juin
Courrier des lecteurs
Faut-il émigrer ?
41
14 juin
Courrier des lecteurs
Réflexions sur la conférence d’Alain Soral à Moscou
8
12 juin
Courrier des lecteurs
Soutien d’un Franco-algérien scandinave
6
8 juin
Courrier des lecteurs
Lettre d’un juif du quotidien, inquiet
50
4 juin
Courrier des lecteurs
La cérémonie "politique" de Verdun vue de l’intérieur
44
2 juin
Courrier des lecteurs
"Je ne sais plus quoi penser de mon propre pays"
53
29 mai
Courrier des lecteurs
Lettre d’un jeune Rennais contre la "couardise" et la "rêverie" des antifas
24
26 mai
Courrier des lecteurs
Des juifs orthodoxes antisionistes d’Israël s’adressent aux Français juifs
43
24 mai
Courrier des lecteurs
Étudiants, résistez à la pensée unique
37
12 mai
Courrier des lecteurs
Où sont les autres intellectuels français ?
5
1er mai
Courrier des lecteurs
Lettre d’un futur ex-militaire
27
29 avril
Courrier des lecteurs
Face au déchaînement judiciaire, les soutiens nombreux et fidèles
4
27 avril
Courrier des lecteurs
"Cette certitude exaspérante de se faire prendre pour des cons"
15
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1421102
    le 16/03/2016 par fabien
    Courrier des lecteurs

    ouh la belle épaulée !


  • #1421114
    le 16/03/2016 par yabiss
    Courrier des lecteurs

    Bien articulé sauf le dernier paragraphe, confus et brouillon, dont on ne devine que trop bien la nécessité. Surtout ne pas vexer M.Levy.
    Si ce dernier possède une maitrise, il est automatiquement passé par une première année. Rien à voir avec la préparation d’un doctorat ou pas.
    On est rigoureux ou on est biaisé.
    M.Levy est toujours biaisé quelle que soit la position affichée et nous autres, baisés et toujours dans la même position.

     

    • #1421295
      le 16/03/2016 par Nassim
      Courrier des lecteurs

      L’auteur entend première année de doctorat, ce qui est plutôt clair dans le contexte de ce paragraphe. Par ailleurs, je ne suis pas d’accord avec vous. Je trouve que ce dernier paragraphe constitue un rappel salutaire du ridicule du monde médiatique actuel. Un philosophe qui fait la pluie et le beau temps médiatiquement a en réalité une formation de prof de lycée et fais des erreur qui vaudrait le non-renouvellement de son inscription à n’importe quel thésard en sciencess humaines.


    • #1421343
      le 16/03/2016 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Courrier des lecteurs

      Ah, @ yabiss ?

      Perso, j’ai lu ce texte et ses paragraphes comme de langoureux préliminaires destinés à envoyer la saillie du dernier paragraphe, feu d’artifice final.

      Ça le change des attaques pâtissières...
      Merci, Wojtek !


    • #1422006
      le 17/03/2016 par yabiss
      Courrier des lecteurs

      @ Nassim

      Je ne crois pas qu’il fasse allusion à un doctorant de première année : "d’où des erreurs que ne ferait pas un étudiant en lettres modernes de première année"
      Vous extrapolez.
      Ou alors, c’est mal dit. Je persiste et signe. Il aurait dû dire : "un doctorant de première année"

      @ Palm Beach Post

      Comme conclusions, ça ressemble plutôt à de vraies précautions qu’à de l’ironie et cela met, à mon sens, un bémol à tout ce qui précède... Vous aussi, interprétez ce que dit l’auteur du billet.

      Dans l’ensemble, les propos sont justes mais la fin est moyenne. Je constate. Je ne fais pas ,comme Nassim, des procès d’intentions et ne veut pas voir de paroxysme jubilatoire comme Pal m Beach Post


  • #1421116
    le 16/03/2016 par Paul
    Courrier des lecteurs

    Bravo pour cette mise au point sans appel d’un spécialiste.


  • #1421151
    le 16/03/2016 par tonio ferdine
    Courrier des lecteurs

    Merci pour ce formable article !


  • #1421159
    le 16/03/2016 par Clara Imbert
    Courrier des lecteurs

    Excellent courrier !

    Une seule réponse à donner à Mr Bernard-Henry Levy : Laissons les historiens français authentiques nous donner des leçons d’histoire... Nous éclairer sur l’origine de notre langue ! Nous n’avons pas besoin d’un Sayanim (agent des services secrets israéliens et de surcroit : originaire de Béni Saf en Algérie (en plus d’être un pitre et la risée des français) .... nous guider vers la lumière !


  • #1421168
    le 16/03/2016 par Gibis
    Courrier des lecteurs

    L’arrogance de ce guignolo de Bhl est absolument ahurissante ..... Heureusement qu’il y a des gens - réellement cultivés - qui le recadrent, comme c’est le cas ici !!!


  • #1421175
    le 16/03/2016 par padrepio
    Courrier des lecteurs

    bhl va être content d’avoir toute la panoplie pour l’hiver prochain !


  • #1421178
    le 16/03/2016 par Spec Ops : the line
    Courrier des lecteurs

    On jette souvent la pierre à BHL, mais il faut lui reconnaître une chose : il met l’extrémisme et les tactiques des dirigeants du sionisme (par maladresse, perversion ou honnêteté, c’est selon) au grand jour. C’est en cela qu’il ne faut pas le sous-estimer. Même quand il participe au procès d’un alcoolique qui a tué un maghrébin pour s’assurer qu’il prendra perpétuité, même là, même pas ce délire, il montre à quel point ils peuvent aller loin dans l’arrogance et l’inhumanité. Quand il va pousser de façon aussi visible les libyens & les ukrainiens à la guerre et qu’il va dire ensuite que c’est bon pour israël, grâce à lui, il est impossible de dire que toute cela est de la paranoïa et du complotisme. Au contraire même, les anti-complotistes pathologiques, les fans des thèses officielles, ont plus tendance à minorer voir à détester BHL qu’à en dire du bien ou à reprendre ses allégations, précisément parce qu’il donne raison à ceux qui dénoncent les magouilles du système. Non seulement il ne faut pas minorer BHL mais il faut reprendre ses dires et les répéter.

    Pour faire un parallèle pictural : les opérations secrètes ou les coups tordus menés sous faux drapeaux par des services secrets sont pratiqués par ceux que les américains nomment les "Black Ops" ou encore les "hommes en noirs" : ceux qui agissent dans l’ombre.
    BHL, lui, parle habillé d’une chemise blanche, immaculée, clairement visible.

    Quand V. Nuland reconnait au téléphone que les services secrets américains ont été parti-prenantes dans la déstabilisation de l’Ukraine, on nous dit que ce sont des sottises, de la paranoïa complotiste, que ses propos ont été tirés hors de leur contexte. Qu’ils sont "baignés dans l’ombre".
    Or, quand BHL va soutenir, au nom de l’occident, les putschistes ukrainiens, néo-nazis pour un grand nombre d’entre eux : il le fait en pleine lumière sous l’œil des caméras (qu’il recherche) de France 2. Il fait sortir ces vérités cachées au grand jour.

    Encore une fois, je sais que je vais à contre-courant de certains sur E&R en disant ça mais tant pis, le fait que ce monsieur soit détesté par certains supporters du système prouve que quelque part, il dit des choses qui dérangent.

    Là, il met au grand jour l’ethnocentrisme pratiqué par certaines personnes de confession juive. Quand il défendait DSK sur un plateau TV, il a mis au grand jour les solidarités existant en haut lieu pouvant sauver même un violeur.


  • #1421191
    le 16/03/2016 par Karim
    Courrier des lecteurs

    Merci pour ce panorama érudit de la naissance du francais, et pour la petite histoire de Rachi.
    La dominance s’affaiblit d’heure en heure avec quelqu’un comme Levy...


  • #1421204
    le 16/03/2016 par stef1304
    Courrier des lecteurs

    merci pour cette explication.
    c’est une mise au point utile et bienvenue.


  • #1421222
    le 16/03/2016 par Erbé
    Courrier des lecteurs

    Remarquable article. Un monument de données et connaissances à analyser et déguster à petites goulées. Limpide et vrai. A lire et à relire avec gourmandise. En langage actuel : trop bien !


  • #1421230
    le 16/03/2016 par Pouet
    Courrier des lecteurs

    Notre si cher bernard a oublié de nous parler de l’influence fondamentale de Botul sur la langue et la pensée modernes dans ce pays.

    J’espère qu’il y remédiera bien vite pour nous montrer encore la puissance de son raisonnement.


  • #1421243
    le 16/03/2016 par jsd
    Courrier des lecteurs

    Y’a du niveau chez les lecteurs d’E&R !!!


  • #1421250
    le 16/03/2016 par Nassim
    Courrier des lecteurs

    Quenelle académique !


  • #1421258
    le 16/03/2016 par Rachid
    Courrier des lecteurs
  • #1421271
    le 16/03/2016 par ici la monnaie
    Courrier des lecteurs

    Texte on ne peut plus clair.
    On oublie en effet l’histoire et l’importance de la langue d’oïl de nos jours (nous parlons le patois de la région parisienne, en un sens !)

    Après, la chanson de Roland fut peut-être écrite par un juif, si on en croit bhl ....


  • #1421274
    le 16/03/2016 par karreg an tan
    Courrier des lecteurs

    A propos, monsieur BHL, on vous doit combien pour le français ??

     

    • #1421530
      le 16/03/2016 par Snoey76
      Courrier des lecteurs

      Si je peux me permettre, la bonne question ce n’est pas combien, mais jusqu’à quand ? Encore 100 ans peut-être ?... Qu’est-ce que ça veut dire... C’est l’entretien de la ... etc


  • #1421309
    le 16/03/2016 par A+
    Courrier des lecteurs

    Pour BHL la Vérité na pas de valeur. Ce qui importe c’est de maintenir des mythes, de developer des affabulations, de poursuivre l’emberlificotante mascarade d’un discours narcissique. Si quelques idiots s’y laissent prendre c’est déjà cela de gagné. Il n’y a pas de petits profits.

     

    • #1421772
      le 17/03/2016 par ajax
      Courrier des lecteurs

      Effectivement, et si on compare le nombre de personnes ayant écouté Botul Henri Levi mentir à la TV au nombre de personnes ayant lu cette brillante remise ne place du pseudo-philosophe...
      mentir lui suffit à répandre ses fausses vérités.


  • #1421320
    le 16/03/2016 par dissonance51
    Courrier des lecteurs

    Article remarquable, vraie érudition, merci. Botul, c’est de la roupie de sansonnet.


  • #1421348
    le 16/03/2016 par Paul82
    Courrier des lecteurs

    Explication remarquable, très érudite (puis-je ajouter 1000 ans de langue française, 2e partie, d’Alain Rey ? très intéressant là aussi).

    Mais au fond, il faut BHL dégage définitivement du monde médiatique. Ou que quelqu’un lui rentre dedans (au sens figuré hein) sans craindre l’accusation "antisémite".


  • #1421382
    le 16/03/2016 par Grosbill
    Courrier des lecteurs

    Cette lettre démontre que l’on peut à bon droit qualifier BHL de cuistre : « Pédant qui étale avec vanité des connaissances souvent mal assimilées » (dictionnaire Larousse).

     

    • #1421680
      le 16/03/2016 par spirit
      Courrier des lecteurs

      C’était la définition, en un seul mot ,qu’avait donné Desproges de Botul...un cuistre,sans plus !


  • #1421543
    le 16/03/2016 par Ledoyen
    Courrier des lecteurs

    Merci pour ce cours d’histoire de la langue remarquable en tous points. Et, merci encore d’avoir remis les pendules à l’heure tout simplement, quant aux circonlocutions intellectuelles du Sieur Levy. Ce dernier aimerait sans doute beaucoup ressembler à Raymond Aron, mais Raymond était une sacrée pointure, et ce pauvre Bernard-Henri ne lui arrive pas à la cheville.


  • #1421559
    le 16/03/2016 par Cphilippe74
    Courrier des lecteurs

    Quenelle sur un plateau... ne touchez pas l’assiette elle est très chaude lui dit en plus le "serveur".
    Je croyais que la base de la philosophie était le doute, or BHL ne doute pas : il affirme, il sait, il détient la vérité, c’est un doctrinaire sans plus.

    Merci Wojtek, votre article est instructif, excellemment bien écrit, et votre dernier paragraphe une dentelle d’humour au travers laquelle on ne distingue aucune agressivité mais l’amical sermon du professeur bienveillant à un élève turbulent.


  • #1421713
    le 16/03/2016 par révi-sioniste
    Courrier des lecteurs

    Merci de partager votre éruditon ;superbe quenelle épaulée de 360mm tout en douceur et en finesse


  • #1421903
    le 17/03/2016 par TeddyTed
    Courrier des lecteurs

    Merci pour ce texte Monsieur Wojtek !
    C’est toute la nocivité de la télévision et de ces émissions "d’infotainment", dans lesquelles les invités peuvent raconter et affirmer ce que bon leur semble, personne sur le plateau n’étant capable de les contredire, ou simplement remettre les choses en perspective...


  • #1422224
    le 17/03/2016 par Keiwan
    Courrier des lecteurs

    Wojtek.... Un résistant franco-polonais du 95 ayant (très brillamment) participé au rap contenders ??

    Si c’est toi, je te respectais déjà, maintenant j’admire ton érudition.

    Si c’est pas toi... J’admire quand même. :)


  • #1422231
    le 17/03/2016 par Jasmin Indien
    Courrier des lecteurs

    Monsieur Levy voulait surement parler de l’Importance de rabbin Rachi pour le Judaïsme et la langue hébreu. Sa malhonnêteté notoire le rend inapte à la continuation d’études plus avancées. C’est un obsolescent programmé.


  • #1427491
    le 24/03/2016 par Jean-Marie MATHIEU
    Courrier des lecteurs

    Très bon article, bravo à Wojtek ! J’ajouterais ceci : ce ne fut pas pour les beaux yeux de B-H Lévy que Rachi employa des mots français (en tout, plus de 3 000 expressions appelées "laazim" en hébreu) dans ses commentaires de la Thorah. Non ! Mais ce fut pour tout autre chose. Écoutons le rabbin Simon Langer : "Afin de rendre ses explications aussi claires que possible, Rachi utilise fréquemment une expression française pour interpréter un mot difficile ou en donner l’équivalent." (in Rachi, Commentaire sur le Pentateuque , t. 2d, Paris, Comptoir du Livre,1957, page 10). En réalité, la renommée de l’œuvre de Rachi, claire et simple et précise, évitant toute phraséologie, tout mot superflu, doit beaucoup à la langue française, au génie français épris d’ordre et de clarté. Mais cela, BHL ne pouvait pas le dire.


Commentaires suivants