Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Damas et l’opposition lancent leur première opération conjointe contre Daech

Dans le sillage des pourparlers de paix parrainés par Moscou, Téhéran et Ankara qui se sont tenus à Astana, l’armée gouvernementale syrienne et les forces de l’opposition armée ont réussi à repousser conjointement une attaque de Daech dans l’est de la province syrienne de Qalamoun. Un tournant dans le conflit qui ravage le pays depuis mars 2011 ?

 

Les forces gouvernementales et les groupes de l’opposition modérée ont réalisé leur première campagne conjointe et repoussé une attaque de Daech dans l’est de la province syrienne de Qalamoun, a rapporté le général Sergueï Roudskoï, chef du Commandement opérationnel principal de l’État-major russe.

« C’est un tournant décisif dans tout le conflit syrien, car désormais l’armée syrienne et les unités armées de l’opposition modérée commencent à coordonner leurs actions contre les terroristes de Daech, d’al-Nosra et d’autres groupements qui les avaient rejoints », a déclaré à RT Andreï Manoïlo, professeur à l’Université d’État Lomonossov de Moscou, docteur en sciences politiques et membre du Conseil scientifique auprès du Conseil de sécurité de Russie.

L’expert estime également que l’opération conjointe montre que les chefs de l’opposition syrienne modérée prennent au sérieux le plan de paix adopté à Astana, ce qui pourrait inciter d’autres groupements d’opposition à suivre cet exemple. Et ce d’autant plus que le nombre de localités syriennes où le cessez-le-feu est observé a encore augmenté et se chiffre actuellement à 1 203, selon les informations du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

Dans une interview à l’agence Sana, le chef d’État syrien a évalué les résultats du premier round des discussions qui ont réuni fin janvier Damas et l’opposition à Astana et a espéré que les parties continueraient à rechercher une solution à la table des négociations. Les pourparlers de paix sur la Syrie « au format d’Astana » doivent être poursuivis, a estimé Bachar el-Assad.

Le premier tour des négociations consacrées à la situation en Syrie a eu lieu le 23 janvier 2017 à Astana, au Kazakhstan. À huis clos, les parties en conflit ont cherché à renforcer la fragile trêve en vigueur depuis la fin décembre sous le parrainage de la Russie, qui représente les intérêts de Damas, et de la Turquie, garante de l’opposition. La rencontre, qui s’est déroulée en totale coordination avec les efforts des Nations unies, a accueilli 27 des 31 groupes de l’opposition syrienne qui ont convenu de former une délégation unique.

Comprendre le conflit en Syrie avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ah ok, à partir de maintenant il y avait une opposition modérée, qui n’existait pas il y a peu, et qui la semaine dernière ou pas loin ne se distinguait en rien de Daesh...

     

    • Hahaha, effectivement les groupes jihadistes ayant décidé de respecter le cessez-le-feu, et de tenter des négociations avec le Gouvernement Syrien, deviennent de facto des opposants modérés (jusqu’à nouvel ordre). Ceux qui l’ont refusé (Ahrar al-Sham par exemple) restent des groupes jihadistes qui se mangeront des bombes sur la gueule et des balles dans l’arrière-train. Rien de bien compliqué, il me semble...


  • [mode candide activé]

    Mais ! C’est à n’y plus rien comprendre, l’AAS attaque ISIS alors qu’il me semblait que ISIS était une créature d’Assad tout comme les rebelles étaient soutenus par /censuré/.

    Ça alors, donc ce que nous serinent les journalistes depuis des années sur le fait que Bachar Al-Assad serait derrière le terrorisme, finalement, ce serait un mensonge ?

    On m’aurait menti à l’insu de mon plein gré !?

    Je pensai que les journalistes avaient un devoir de probité, d’honnêteté intellectuelle et de neutralité...bon, ok, j’arrête les sarcasmes. ^^


  • Ben, sont combien, les "unités armées de l’opposition modérée" ? Sont armées comment, par qui ? Modérées et armées : ben qu’est-ce que ça peut être pour les autres, y’a des gros mots en plus ?


  • Formidable , c’était ce qui fallait faire......cette entente a été organisée
    conjointement par Assad et Poutine , contrairement aux occidentaux
    et en particulier la France , invectiver les rebelles contre leur chef et
    leur pays , voila toute la différence .

    Eux font des accusations bidons pour mieux faire la morale comme-ci
    ils en étaient digne .

    Vous avez vu sur ART la 7 toute cette propagande qu’ils ont fait
    avec l’appuis d’Amnistie Internationale , quand ont sais par qui
    elle est pilotée , il y a de quoi craindre.... ?

    Les mafieux mondiaux doivent en rager de voir que les Russes et
    Assad s"entendent et avance vers la paix....sans eux , bien-sûr...