Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Demain, le film de Cyril Dion et Mélanie Laurent, dépasse le million d’entrées

Sorti en décembre dernier, le long-métrage qui revient sur les initiatives positives pour sauver la planète a réussi son pari sur la longueur. Encore à l’affiche, le César du meilleur documentaire 2016 comptabilise désormais plus d’un million d’entrées en France.

Les débuts ne furent pas faciles. Il a fallu boucler le projet à l’aide d’une campagne de financement participatif, lorsque les professionnels fermaient les cordons de leurs bourses. Et pourtant, les réalisateurs Cyril Dion et Mélanie Laurent affichent aujourd’hui une mine heureuse. Demain, leur long-métrage sorti le 2 décembre 2015, vient de dépasser le million d’entrées.

Un nombre impressionnant pour un documentaire et un véritable exploit pour leur équipée. Ensemble, Cyril Dion et Mélanie Laurent sont allés filmer aux quatre coins du monde les initiatives positives en faveur de l’environnement et d’une société nouvelle.

Un moyen de montrer les solutions plutôt que les problèmes, qui à force d’être pointés peuvent décourager. Tel est le parti pris des réalisateurs, qui a contribué largement au succès de Demain, grâce à un bouche-à-oreille grandissant.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

 

La bande-annonce du documentaire :

 

Dans Le Monde , le militant écologiste Cyril Dion répond à la question du politique :

Plutôt que de montrer une nouvelle fois les conséquences dramatiques du changement climatique et d’un mode de développement axé sur le tout-consommation, le film avait pris le pari de s’intéresser à toutes les solutions développées par des citoyens dans plusieurs domaines (agriculture, énergie, déchets, etc.). « Le propos du film est de dire qu’il faut arrêter d’attendre que les élus réalisent les changements majeurs dans la société, déclarait en février Cyril Dion, par ailleurs cofondateur en 2007 du mouvement Colibris avec Pierre Rabhi, lors d’un chat avec les lecteurs du Monde.fr. Pour que la démocratie fonctionne bien, elle a besoin que les citoyens coopèrent davantage avec leurs élus. (…) Pour changer vraiment les choses, il faut à la fois que la population se mobilise et mette la pression sur les élus, et que de nouveaux élus émergent pour porter ces idées nouvelles. »

Retour sur Pierre Rabhi, à l’origine de ce mouvement écologiste, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

70 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pas trop d’idéologie mondialiste dans la bande annonce, mais ça dégouline qu’en même. La liberté et l’écologie demande des sacrifices qui ont l’air d’être éludés par l’auteur. Il y a quatre saisons dans une année... Il s’agit plus d’un film pour faire rêver les ados et les bonnes femmes que d’un documentaire.

     

    • Cyril Dion avait été invité par Ruffin à Nuit Debout pour faire une projection de Demain... donc oui çà répond à une demande des citadins qui se posent des questions, c’est déjà bien.
      Si le film fait autant d’entrées çà montre quand même un peu plus de conscience qu’il n’en faut que pour aller voir un navet américain, c’est plutôt bon signe.


    • C’est toujours mieux de regarder ça qu’une vieille daube américaine comme on compte par milliers sur les sites de streaming. Ceci étant dit, je n’ai vu que la bande-annonce de Demain, et on y retrouve tous les codes des films amerloques tendance bobo : musique folk récente, grands sourires de partout, poncifs, manière de filmer... C’est peut-être ça en fait le plus horripilant, le fond ne vient pas d’une mauvaise intention mais l’enrobage est dégueulasse. Force est de constater néanmoins que ça séduit les gens mais probablement juste pour du divertissement et non pour agir.


  • Planter des légumes et les récolter pour nourrir plusieurs êtres humains, c’est plus utile que de faire un film et de se balader en avion...

     

  • Gandhi disait aussi : "Hitler, mon cher ami" !
    Hein, Mélanie ?
    Toi qui disait rêver de tuer toi-même le führer...


  • Encore un attrape-couillon pour les gogos de gauche... comment changer le monde ? commence par ne pas aller claquer ton petit capital au cinéma !

    Vu de ma campagne, où je vis avec très peu, je détecte en un coup d’œil les gros consommateurs : voiture récente et brillante, vêtements à la mode, accessoires en masse (iphone, colliers, bagues, bracelets, ...), chaussures de basse qualité mais avec la marque, ... c’est souvent les mêmes qui pleurnichent à l’écologie...
    Encore une fois, par chez moi, tout le monde est écolo, on n’a pas le choix, on n’a pas beaucoup d’argent alors c’est pas pour le gâcher, on ne part pas en vacances à l’autre bout du monde, on achète juste le minimum et on privilégie le solide et le durable, quand on peut faire soit-même c’est encore mieux ; on se déplace peu car l’essence coûte cher, on fait du jardinage, on préfère le théâtre au cinéma et les tours en vélo plutôt que la salle de sport...

    En réalité, ces histoires d’écologie, c’est des histoires de riches, des riches qui font produire à l’étranger en dégueulassant tout et qui font assumer au monde entier le poids de leur train de vie indécent !

     

    • oupssss....

      Ce commentaire est tellement ’’dans le mille’’ ...

      Rien à ajouter...tout est dit...


    • Et c’est où cet endroit qui pour moi semble s’apparenter au paradis ? Je ne suis pas sure cependant que tous ceux que vous décrivez soient des "riches" mais des gens qui vivent au dessus de leurs moyens certainement. L’Empire les adore et les encourage même.


    • Tout à fait d’accord avec vous John... et des films dans cette veine, chaque année, on a une ou deux starlettes qui nous les servent. Montrer ce que font les autres ça permet de se mettre dans le rôle du porte parole... on continue à faire dans le glam’écolo-simple.

      Mélanie et son cadreur devraient lâcher la cam, oublier le tapis rouge de Cannes et les festivals pour bobos en manquent de sens dans leur vie pour se mettre au binage, à la culture de patates, de salade et faire pousser des arbres fruitiers. Ce serait déjà beaucoup...


    • Tout à fait d’accord , rien à rajouter... Le n’importe quoi avec une jolie guimauve musicale ... Et visuelle... On continue de courir vers le précipices ... En chantant ...
      Honteux , navrant , débile ...


    • Mélanie Laurent... c’est pas elle qui début 2015 est partie avec la Cotillard, la Royale, le Fabius et d’autres de la cour dans les basques du Hollande, se balader aux frais de la Princesse et aux Philippines en vue de la "préparation" de la COP21... ?


    • Et vous monsieur, vous avez tout compris à la vie et vous venez donner des leçons aux autres qui vivent différemment de vous. Vous votre vie "propre", "modérée" et tout en "raison" est LE modèle à suivre. Pourquoi ne vous contentez pas de vivre votre vie sans critiquer celle des autres ? ça sent le gros frustré de la vie. Vivre en ermite ou en "Zarathoustra" n’est pas donné à tout le monde...certainement pas à vous. Vous ne faites que vous frustrer davantage pour devenir le grincheux que vous êtes. Laissez les gens vivre leur vie et vivez la vôtre bon sang.


    • Peut etre que tu as raison,je ne sais pas,je n’ai pas vu ce documentaire donc j’ai pas tes aprioris.Surement qu’il doit y avoir dans ce film des sujets sur la demerde de gens qui vivent avec moins que toi qui ont un critique encore plus radicale que la tienne,qui n’ont ni voiture,ni connexion internet comme toi.D’apres l’article c’est un reportage sur ceux qui oeuvrent concretement pas juste en blablas et critiques steriles.C’est dingues tous les commentaires de personnes qui ne l’ont pas vu et qui en parlent en se bouchant le nez.En les lisant on jurerait qu’ ils sont de l’aristocratie de la dissidence.


    • à Aeio
      Il est une ingénierie sociale qui est de faire crouler le quidam sous un tsunami d’informations, sollicitations et de mises en demeure de prendre parti sur un sujet. Or toute cette agitation est financée par les méchants et ceux qui ne pensent pas comme eux ne peuvent produire et distribuer un film. par contraposée, ceux qui réussissent à sortir un film sont donc suspects de collaboration avec les forces de l’empire et c’est tout à fait normal.
      D’accord pour laisser une petite chance à ce film et essayer d’en retirer le positif mais pas d’accord sur l’injonction de neutralité : ce film, par ces instigateurs, ses financements, sa médiatisation et sa réalisation, présente toutes les caractéristiques de l’entourloupe de la chialerie culpabilisatrice et de la fausse opposition contrôlée, chargée de canaliser les survivalistes et de neutraliser dans la parlotte le bobo qui a un peu de sous pour faire par soi-même.
      C’est indécent de demander à un poisson d’accorder une chance à l’énième asticot pendu à l’hameçon : ça le mène à la mort, comme l’ont prouvé tous les asticots qu’il a rencontrés auparavant. Et lui demander d’examiner chaque hameçon de la planète tendu par le cinéma, c’est impossible matériellement. Vu le temps requis, cela revient à un suicide temporel ou gâchis de vie.
      L’obligation d’écouter la propagande des riches ? Non. Mais oui à la nécessité de trier vite les choses de valeur pour éviter de se faire voler son temps de vie.
      Au risque de me tromper : ce film est une daube nocive. Si 2-3 séquences me donnent tort et qu’elles offrent du savoir faire pratique dans le sens de l’autonomie, j’en serais ravi.

      Questions : dans ce film, donnent-ils le nom de ceux qui ont mal fait (écologie, guerre, maladie, mensonge pharma, etc...) ? Cite-t-il rotschild, rockfeller etc et toutes leurs réalisations ?
      Est ce que les auteurs du film disent que les solutions pour vivre autrement existaient et ont été détruites ? Est ce qu’ils disent qui a imposé le cauchemar actuel ? Est ce qu’ils disent pourquoi ces solutions qui existent depuis longtemps ne sont pas appliquées ? Qui empêche les bonnes solutions ? Es tu sûr que les auteurs du film sont bienveillants ? Peux tu le démontrer ?
      Pas besoin de répondre à ces questions (dont les réponses sont connues) : c’était une illustration de comment faire perdre du temps en imposant à l’autre, une obligation de réponse sur des sujets chronophages.


    • mille fois d’accord avec toi John, le reste c’est de l’hypocrisie enrobée de blabla !


    • Tout à fait d’accord avec John !


  • Il y a de bonnes idées à prendre chez les écologistes et les décroissants, mais il faut faire attention, je pense, à l’"agenda vert" qui pourrait être l’une des cartes du mondialisme pour l’avenir. En gros, ils pourraient pousser les peuples à un mode de vie plus simple, en insistant sur les désastres écologiques, afin de se réserver les ressources énergétiques - pour faire tourner leur petit monde transhumanisme, etc. La société serait alors définitivement divisée en deux camps : les maîtres dotés d’une technologie incroyable, et les autres, qui n’auront que leurs pelles pour se défendre... Les colibris de Pierre Rabhi sont promus par le Club de Budapest, un think tank créé par Ervin Lazslo du Club de Rome... Certes, il ne faut pas diaboliser ces mouvements, mais il faut rester vigilant quant à leur rôle réel, et leur subversion possible à des fins mondialistes...

     

    • très bonne analyse


    • Merci Florian ! La dissidence francophone pourrait regarder de plus près l’implication mondialiste dans le secteur du développement durable, secteur comprenant aussi bien les aspects technocratiques que spirituels (Gaïa et la mystique New Age sur fond de gnose). Je vous copie un extrait d’un livre de feu Willis Harman, chercheur au Stanford Research Institute International - le principal think tank de la Silicon Valley-, et directeur de l’Institute of Noetic Sciences, institut qui collabore avec l’ONU et la Google Foundation lors de recherches sur le paranormal, institut dont fit partie Maurice Strong, un agent des Rockefeller largement impliqué dans le mouvement écolo...

      La forme qu’empruntera le nouvel ordre mondial est encore difficile à discerner, bien que l’on puisse détecter certains éléments précurseurs qui se concrétisent dans une multitude d’initiatives : nouvelles formes d’organisation communautaire, nouveaux types d’entreprise, économies alternatives et autres innovations sociales qui intègrent les valeurs et les principes propres à ce nouveau paradigme. (Willis Harman, Une nouvelle vision de la conscience transforme le monde, Editions Ariane, 2014, p. 1999.)


  • "le long-métrage qui revient sur les initiatives positives pour sauver la planète"
    Si vous saviez comme la planète se débrouille très bien sans nous...

     

    • Exactement, d’ailleurs je vais commencer par me sauver moi-même comme devrait faire tout honnête homme.


    • @jacques attila.........oui, il suffirait de commencer à lui ficher la paix !...tout le monde aurait à y gagner, surtout en terme de qualité de vie et de sens retrouvé...mais les profiteurs du paradigme mortifère actuel n’entendent pas réformer le Monde en ce sens, donc toute initiative visant " à aider " la planète - quand c’est elle qui peut nous sauver - part d’un postulat foireux, indexé sur un manque d’humilité qui pourrait être la première chose à analyser sérieusement, à condition d’appliquer un peu plus et un peu plus souvent les principes de la seule loi qui vaille : ceux de la Loi Naturelle .


  • #1460595

    Je l’ai vu, c’est pas mal fichu et assez pertinent ; surtout, il y a presque une heure de volet purement économique (monnaies alternatives, critiques de la dette toxique, etc...) que n’aurait pas renié Jovanovic.
    Ca donne quelques pistes pour l’avenir, c’est déjà ça ......


  • Qu’attendre de plus de quelqu’un "qui rêvait à 5 ans qu’elle tuait Hitler"...Toujours la même soupe mondialiste et tiers-mondiste de mes deux avec musique de circonstance à la noix. Demain, ce sera Soleil Vert, la Route, Mad Max et/ou le Livre d’Eli.

     

    • Faut Il tout voir comme une contamination systématique ...
      Qui n’a pas trouvé Hitler mauvais étant jeune
      Et moins jeune ... C’est aussi une émanation du mal incarné le Nazisme et le Communisme d’alors .

      si l’on se plain de notre epoque , il faudrait realiser Malgré Tout ! Ce qu’était cette période pour les peuples ... Tout les peuples ...

      J’ai entendu que ce film etait pas si mauvais .
      l’intention est bonne .. En tout cas l’avais vous vu ? Le film ?

      De l’avis de beaucoup (de moi meme aussi aidé par des prises de consciences ) les solutions viendront de la base et ce Pierre Rabi n’a RIEN d’un mondialiste ... mais peu importe ... Cette demarche n’a rien de mauvais ! (Je n’ai pas vu le film )


    • je veux pas dire que ce film est génial je ne l’ai pas vu..

      mais dire que tout est faux parce que l’on (les journalistes) vont choisir de relever cette phrase de Mélanie Laurent , cela donne bien du pouvoir aux médiats ... Griller une actrice par ce qui peut lui échapper ... Ou un autre acteur social ... Bref jugeons avec arguments ( je me dis aussi cela a moi meme j’entend.)

      Et puis je ne juge pas ce Pierre Rabi car c’est pas bhl. Il a un discours assez clair.. Qui ne porte pas vers Israël arrêtons ou devenons tous fou ...

      J’atyendrais une critique plus éclairée pour ma part avant un avis tranché . Et de l’avoir vu éventuellement ...

      cordialement


  • J’ai toujours été plutôt méfiante à propos du mouvement des "Colibris", dont Cyril Dion est l’un des créateurs. Pierre Rabhi est peut-être une personne intègre et qui veut réellement faire avancer les choses, mais sans trop savoir pourquoi, la grosse machine qui s’organise derrière lui depuis quelques années me semble un peu fumeuse.
    Idem pour "Demain" : message "tendance" et prometteur, emballage séduisant, marketing proche du rouleau compresseur, nombre sans cesse croissant de spectateurs hyper bluffant... ben voilà, je n’ai pas pu me résigner à aller le voir malgré tout le bien qu’on m’en a dit... hum, trop parfait pour être honnête, ou trop propret pour être engagé.
    En bonne "citadine-employée-du-tertiaire-et-peut-être-un-peu-bobo-
    qui-s’ignore-mais-qui-rêve-depuis-toujours-de-finir-un-jour-à-la-campagne" (un cliché à moi toute seule !!!), j’avais trop peur de me laisser embarquer dans un truc sirupeux et au final totalement adulescent, qui m’aurait brouillé l’esprit et nourrie de fantasmes à côté de la plaque.
    Et puis, Mélanie Laurent, elle est certainement très mignonne, mais quand même !
    Bref, sur ce coup-là, je me suis fiée à mon instinct, sans aucun regret.
    Après, si le film peut éveiller des consciences ou donner envie à certains de s’intéresser au sujet et de s’y coller, pourquoi pas, c’est toujours ça de gagné...

     

    • Le mouvement des Colibri est promu par le Club de Budapest, think tank mondialiste New Age créé par Ervin Laszlo du Club de Rome. Le mouvement des Colibri fait partie - même si c’est involontaire - de La conspiration du Verseau décrite par Marylin Ferguson dans l’ouvrage du même nom, ouvrage qui vulgarisait les recherches menées par l’équipe du Standford Research Institute International, dont faisait partie un certain Willis Harman, décédé aujourd’hui, mais toujours membre d’honneur du Club de Budapest...


    • @ alexis
      Merci pour ces pistes, je vais maintenant pouvoir approfondir le sujet.


  • Toujours les grands mots, la prétention infinie.
    La planète n’a pas besoin d’être sauvée, elle s’occupe très bien d’elle-même, merci.

    C’est comme si les poux sur la tête prétendaient sauver le crâne.

     

  • ça dégouline bien merdique ce film en bois.
    Je suis sorti très tôt de la salle et directos chez moi, j’ai regardé chez moi un film de vampires : "génération perdue" (the lost boys) 1987 pour me détendre.

     

  • Un film de pédés, avec de la musique de pédés, sur des pédés, pour d’autres pėdés dans un monde de pédés... Demain tous pédés !
    C’est signé. Merci au revoir

     

  • Fumisterie !! J avais écris à ER mon sentiment sur l arnaques des théories et pensés écologistes actuelles. Des initiatives utiles et intéressantes sur les questions agronomiques (on parle de jardinage et non pas d agriculture). Mais pas adaptable dans nos sociétés à 96% urbaines, les gens ne peuvent être nourris que par de la nourriture industrielle. 75 % des paysans sont des "petits" paysans qui ne polluent pas, mais 75 % de la population mondiale est rurale. Elle se prend elle même en charge... C est une agriculture de type vivrière jardinage. Là est la vrai solution... Se subvenir seul.
    Tout y est mélangé concernant les pollutions CO2 et agricoles... De plus, toutes les initiatives politiques intéressante se font dans des contextes hors union européenne et sur des thèmatiques et réthorique très nationalistes sans jamais les citer. Le consommer locale, les éco communautés (notion de frontière et de protectionnisme) Suisse et ses monnaies alternatives, modèle islandais qui a quitté l union...). On ne peut pas être pro européen et environnementaliste dans cette UE actuelle.
    Bref passons notre chemin.
    Film pour bobos incultes.
    X.

     


    • dans nos sociétés à 96% urbaines, les gens ne peuvent être nourris que par de la nourriture industrielle.




      et oui, mais cette évidence est passée sous silence alors que l’urbanisation exponentielle des populations est le marqueur ultime de la mort de la vie sociale. quittez la ville au plus vite car la ville c’est l’état et la banque, la ville c’est la politique,
      la campagne c’est la coopérative, c’est avoir les pieds sur terre. c’est aller à l’essentiel.
      Fuyez les villes


    • #1460785

      D’accord avec toi.
      Mais que faire quand on a pas le budget pour avoir un lopin de terre ?
      Cordialement


    • @QQN qui veut etre paysan

      Personnellement j’ai quitté la ville pour un petit village, et il y a énormément de villages à repeupler, dont les 3/4 des maisons de ne sont plus habitées.

      Alors je n’ai pas encore ma terre, mais la terre agricole ne coûte pas si cher. De plus je ne pense pas qu’il soit obligatoire de posséder la terre en question.

      Je bosse en tant qu’ouvrier agricole chez un maraicher bio, nous produisons, et nous vendons par nous mêmes, sans intermédiaire.

      L’exploitation doit faire grosso modo 10 Ha, et mon patron en loue une bonne partie.
      Bien sûr avec 10 Ha, il y a beaucoup plus que simplement de quoi nourrir une famille.

      Nous sommes 4 à bosser ( avec un trou l’hiver ), et je n’ai pas en tête les chiffres exact de la production, mais ça se chiffre en tonnes chaque mois, pour ce qui pèse bien sûr, je ne parle pas des exceptions évidentes comme les fraises, pois, herbes, tomates cerises etc.


    • @QQN qui veut etre paysan

      Il est exact de dire que le ticket d’entrée est important et qu’il n’est pas à la portée de tout le monde, encore plus dans une société où le chômage est massif.
      Oui, il est compliqué d’acquérir un terrain de taille respectable pour commencer un brin d’autonomie. Mais c’est faisable, je l’ai fait !
      En partant avec un capital de 10 000€ début 2015, j’ai fait un crédit de 70 000€ sur 30 ans, ça me revient dans les 330€ par mois. Avec ça j’ai acheté une maison de 75 m² en Bretagne (c’est les maisons les moins chères de France je pense actuellement) avec 2,2 hectares de terrain. Ensuite, comme j’habitais et travaillais à Bordeaux, j’ai négocié une rupture conventionnelle de contrat, pour pouvoir toucher le chômage pendant 23 mois qui vont financer intégralement mes travaux, puis j’ai procédé au déménagement en septembre 2015.
      Depuis je fais des travaux chez moi, y a déjà une bonne partie d’habitable et les beaux jours arrivant je vais avoir du boulot dans le jardin.
      Aussi dans les 20km autour de chez moi, y a au moins 3 ou 4 endroits où je peux trouver du boulot (au SMIC) quand j’aurai fini : abattage de canards, manutention, ouvriers agricoles, ...
      Enfin bref, tout ça pour dire que c’est possible avec un minimum (un petit capital - entre 10 et 20% du tout - et un CDI avec des droits pleins pour pouvoir faire le crédit et bénéficier du chômage pendant le maximum de temps).

      Si j’étais resté à Bordeaux, j’aurais certes pu bénéficier d’un salaire plus important, mais je n’aurais jamais pu me payer une quelconque maison et encore moins un terrain sympa, j’étais donc condamné à vivre en location ou à acheter un appartement minuscule à un prix prohibitif...

      Il faut faire des choix, j’ai 32 ans, je suis encore fort et adaptable, il faut en profiter ! Me manque plus qu’une compagne et ce sera le pied !


    • #1461166

      @troglodyte :
      C’est une question difficile à répondre mais comment trouver le village qui convient à cette remigration vers la terre ?
      Dans mes livres d’histoire, certes je suis encore jeune, on me disait que les paysans étaient fatigués de travailler la terre, à cause des mauvaises récoltes ou de la pénibilité physique du travail, et qu’ils migraient vers les zones urbaines pour avoir une vie plus facile. Bien sûr, j’y ai cru au début car je vivais en ville et tout semblait parfait... L’enfance est naïve, et on peut lui faire croire beaucoup de choses... Arrivé à maturité suffisante (si on y arrive) on se rend compte que l’on s’est bien fait avoir, malgré toutes les richesses que l’on semble avoir.

      @johan485 :
      Je vous félicite pour votre courage, vous avez su forcer le destin malgré les doutes que peuvent engendrer une rupture si brutale avec notre société aliénante. Je n’ai pas encore travaillé, et malgré l’obtention prochaine de mon diplôme (après des années d’études posé le cul sur une chaise) qui devrait me permettre de travailler sans trop de pénibilité avec un salaire d’entrée de "riche" (2.5k), j’envisage aussi de vous rejoindre dans votre démarche. Même question qu’a troglodyte, comment avez vous su votre destination ? La Bretagne est une des plus belles régions de France, avec les plus belles femmes également. Je vous souhaite de trouver celle qui vous convient.


  • Sur l’idée de "changer le monde" à écouter la conférence de Fabrice Hadjadj, un bon vaccin contre ce "culte de la transformation du monde" :
    https://www.youtube.com/watch?v=wNowfgGj5WA


  • Tant que les catastrophes annoncées ne seront pas arrivées , l’homme continuera à surproduire et à surconsommer . C’est comme un enfant qui n’a pas encore pris conscience de " où est la limite " , et la nature lui fera comprendre en temps voulu .


  • Ca frémit, ça bouge tout doucement, cela s’organise lentement mais sérieusement, dans toute la france à la suite de l’extractivisme (extraction minière) à outrance de Macron, Variscan et consort, rien que de petites gens de la france profonde , qui sont en train de théoriser la vie de demain qui doit répondre à la simple question : que voulons nous pour la vie de nos enfants ? qu’ils puissent avoir la même vie que nous ou qu’ils puissent avoir 4 voitures, une maison pour chaque membre de la famille et pouvoir aller embêter les manchots à l’autre bout de la planète, et comble de la bétise extraire de l’or avec toutes les pollutions que cela entraine pour ensuite pouvoir spéculer dessus alors que l’on pourrait spéculer sans l’extraire.


  • Malheureusement, on ne pourra pas se contenter de belles paroles, d’incantations moralisatrices et émotionnelles, qui masquent en fait la réalité qui est que l’être humain au centre de tout l’univers, dominateur, prolifique et conquérant, exploite tout ce qui vit au-delà de tout ce qui est permis et pour son seul intérêt, trop intelligent ? Il est le seul à produire des déchets dont personne ne veut, dans la nature, les déchets n’existent pas, si beaucoup ont compris tout cela, je ne pense pas que l’Homme cesse pour autant hélas d’exploiter la nature au lieu de vivre en harmonie avec elle, car il devrait accepter de rendre des territoires, des espaces de terre et de mers à la nature et de maîtriser sa fécondité, sa consommation, ce qui est incompatible avec le business et les marchés économiques, le plus difficile et tabou est de se remettre en question en tant qu’Homme, super prédateur, le reste c’est du blabla, de la politique, voire de nouveaux profits à tirer.


  • Très bien ce film, un début d’alternative, des bonnes idées et ça change du pessimisme ambiant.

     

    • Ce film répond au besoin de réenchantement du monde, et c’est là sa force principale. Critiquer Demain est dès lors très mal vu, car c’est considéré comme une démarche "négative", alors que le film se veut "positif". Il faut lire les réactions des spectateurs sur différents sites pour comprendre la portée presque religieuse de ce film, un film convertissant un tas de "belles âmes" à cette nouvelle cause, cause devenant dès lors un nouveau but dans la vie... Un but qu’il ne faut pas remettre en question, en critiquant le film "saint", sous peine de créer de l’angoisse existentielle, ce qui provoque des réactions parfois violentes...


    • bien sûr que c’est une religion, mais plutôt genre opium du peuple
      Le seul problème est d’ignorer la nécessité ontologique du moment T ou le passage entre l’enfer et le paradis. ( soit le chaos , soit la révolution)


  • Dion est allé présenter ce film à l’ONU... (prototype de gouvernement mondial)... Ca en dit long sur la dimension "ingénieurie sociale" du film.

    Sur le fond :
    - une introduction complètement nulle et empreinte du mensonge culpabilisateur qu’on se mange de façon journalière (on va tous mourir à cause du réchauffement climatique et des saloperies que font les homme) -totalement faux !
    - un début de critique du système de la dette mais ils s’arrêtent en route ! Donc la dette c’est mal mais on explique pas dans le détail que tout l’argent en circulation est adossé à de la dette et donc à des intérêts qui vont dans quelques mains... On parle pas des systèmes de réserves fédérales, de l’évasion fiscale des multinationales et de leurs conséquences, nan on change rien sur ces aspects sur lesquels "personne n’a de prise" (discours de base d’une personne ignare).
    - de la propagande pure sur l’éolien et solaire électrique (qui peuvent être des bonnes choses mais certainement pas LA solution car ultra polluants, énergivores à fabriquer et demandant beaucoup de ressources/matières premières et entretien).
    - des passages sympas sur l’école dans les pays nordiques (ou il y a des belles écoles et un taux d’instituteurs par gamin très élevé, des enfants épanouis non crétinisés/frustrés comme chez nous par notre système et les lumières de notre sinistre de l’éducation).

    Documentaire à observer. Pour moi c’est une démarche de récupération du lobby "vert" type éco-tartuffes (financements du film issu de multinationales dans la même lignée que HOME) qui veulent repeindre les industries en vert et dire "tout a changé" et surtout se focaliser sur le CO2 plutot que sur les polluants industriels (chimiques, OGM, electromagnétiques) environnementaux qui nous détruisent à petit feu.

     

    • Sur cette écologie comme capitalisme repeint en vert, lire pour ceux que cela intéresse " Les deux âmes de l’écologie - Une critique du développement durable " de Romain Felli.


    • Merci Eric, je vais voir pour trouver ce livre. J’ai compris très tot que le "rechauffement climatique" était une arnaque mais je ne savais pas expliquer pourquoi et aujourd’hui je pense que c’est un instrument du New World Order.

      j’avais suivi il y a quelques années déjà les critiques par les décroissants qu’ils appelaient les "écotartuffes" type Nicolas Hulot, Yann Arthus Bertrand, et des grosses multinationales du type Schneider Electric qui ne sont pas en reste dans l’adoption totale de cette idéologie "on repeint tout en vert" tout en ne changeant rien sur le fond -pollution monstre de cette industrie"...
      Hulot et Bertrand ont passé leur vie dans des hélicos et nous font la morale sur la planète qui se meurt à cause du CO2 (soit disant)... en filmant de très loin (on ne voit plus les humains)... Alors que la vraie catastrophe c’est que notre mode de vie nous tue à petit feu, nous ne nous respectons plus et ne respectons plus les principes de vie (respect des animaux, végétaux). Les élites déforment cela, pour continuer à nous faire consommer... Mais bon nombre de personnes ici ont compris l’arnaque et changent petit à petit de paradigme...


  • Si la terre a survécu pendant des milliards d’années, et les espèces aussi, c’est pas pour voir une petite bande de branleurs post pubères prendre leur défense. Elle se débrouille très bien sans l’homme et le fera encore et encore, il suffit qu’il fasse l’effort de se casser c’est tout.
    Certaines zones maritimes qui ont été déclarées mortes et abandonnées par les activités de pêche ont vu leur faune et flore renaitre de nulle part, idem pour des zones terrestres sinistrées telles que Pripiat. Les exemples sont légion mais il n’est pas question d’en parler dans les merdias.
    De toutes façons, si c’est vanté par le figaro, tu fermes ta gueule et tu avales.


  • Je suis allé voir ce bon film documentaire. J’ai notamment apprécié le chapitre consacré à la vraie démocratie. Mais j’oublie que chez E&R on trouve beaucoup plus intelligent de voter pour le FN, autrement dit pour la République, régime oligarchique.

     

  • Je suis surpris par la négativité des commentaires ... ce film est une lumière qui s’allume dans cette obscurité, il a le mérite de proposer des pistes, probablement imparfaites, mais il propose. Qui croit encore que ce système ne va pas s’effondrer ? ... un effondrement de nature biblique nous attend ... alors soyons le changement que nous voulons voir dans le monde comme le disait Gandhi. Avons nous un autre choix ?

     

    • Pensez-vous que les élites qui ont créé ce système vont laisser celui-ci s’effondrer de façon incontrôlée ? Ne risqueraient-elles pas, dans ce cas, de chuter avec lui ? Cet effondrement ne serait-il pas totalement contrôlé, pour transformer la société, à leur avantage ? Vous citez Gandhi. Celui-ci était manipulé par la société théosophique. Les Colibri de Pierre Rabhi, dont est membre Cyril Dion, sont promus par Le Club de Budapest, une organisation New Age influencée, semble-t-il, par la société théosophique elle aussi, société théosophique qui se trouve à la base du mouvement New Age... (Ervin Lazslo a écrit plusieurs bouquins sur le "champ akashique", comme Rudolf Steiner de l’anthroposophie - une branche dissidente de la théosophie. Steiner qui est également l’une des références de Pierre Rabhi, qui faisait la promotion de la biodynamie dans l’un de ses ouvrages, et fréquente des personnalités proche du milieu de l’anthroposophie...). Certes, il ne faut pas tout voir en blanc et noir, mais il faut quand même rester vigilant... Mais je sais que c’est difficile, car beaucoup de gens ont besoin de cultiver une sorte d’espoir... Attention quand même à la fausse lumière... Il y a de sacrés "Illuminés" chez ceux qui nous gouvernent !


    • Je ne suis pas d’une nature optimiste, mais on peut souvent s’apercevoir que les bons sentiments et surtout celui de l’injustice sont récupérés et donc financés par ceux qui créent les catastrophes. Paix pour ceci, lutte pour cela...Toujours dans le but d’infantiliser en faisant croire aux gentils et aux méchants. Dans le domaine public le bien sert d’apparence au mauvais, sans lui il ne peut exister. Bien sur, il y a souvent des gens honnêtes à la base, mais ils aiment aussi la reconnaissance et là les vautours arrivent.


    • "Je ne suis pas d’une nature optimiste, mais on peut souvent s’apercevoir que les bons sentiments et surtout celui de l’injustice sont récupérés et donc financés par ceux qui créent les catastrophes."

      OK mais dans ce cas autant baisser les bras et ne plus rien tenter. A qui profite cette posture ?


    • "Pensez-vous que les élites qui ont créé ce système vont laisser celui-ci s’effondrer de façon incontrôlée ? Ne risqueraient-elles pas, dans ce cas, de chuter avec lui ? Cet effondrement ne serait-il pas totalement contrôlé, pour transformer la société, à leur avantage ?"

      — > J’ai également raisonné comme cela. Mais, c’est donner beaucoup d’importance aux élites que de penser qu’ils sont à l’origine de ce "système". Non, chacun de nous sommes responsables de ce système. Chaque personne qui continue à consommer à l’excès, à s’abrutir devant la télévision, à manger mal, à s’informer sur BFM TV. Voilà également les responsables de ce "système". Pourtant, la somme des changements individuels peuvent provoquer de grands changements.
      Finalement, penser que l’on est totalement victime d’un système qui nous opprime... n’est-ce pas là une attitude victimaire ? A qui profite cette croyance ?


    • Oui, les gens sont conditionnés pour devenir des rouages parfaits du système. Nous portons tous une part de responsabilité, vous avez entièrement raison. Mais pensez-vous réellement que bien manger, et ne plus regarder BFM TV va réellement changer les choses ? Ça ne changera que votre mode de vie, pas le système. Tant que des millions de gens ne vont pas vivre dans la forêt, sans eau courante, sans électricité, ils ne changeront rien… Voilà pourquoi les gens doivent prendre possession des infrastructures existantes, pour mieux les répartir, pour mieux organiser la société. Ça fait un peu communiste, mais bon… Croire que le monde va changer parce que les gens changent leur mode de vie un par un, est une chimère, une illusion savamment entretenue par ceux qui nous dirigent. Quoi de plus inoffensifs qu’une masse de personnes s’occupant avant tout de leur mode de vie, en déconnexion les uns des autres, ou dans une multitude de petits groupes ?

      Ce changement de société, cet "après-capitalisme", est déjà pensé depuis les années 60 par les élites. Pendant que les Occidentaux profitaient d’une économie florissante, les dirigeants pensaient déjà à l’étape suivante, car ils ont toujours eu quelques coups d’avance, pour ne pas perdre le contrôle, pour ne pas être en situation de faiblesse. En être conscient n’est pas se poser en victime impuissante. Cela permet de faire un constat lucide, pour agir de la meilleure façon. Il faut faire comme ces élites, je pense, se réunir autour d’un objectif commun, malgré les dissensions… C’est l’action collective, solidaire, et organisée qui peut provoquer de grands changements, pas la somme des changements individuels, même si c’est sans doute l’une des étapes…. Il faut d’abord comprendre pour pouvoir ensuite agir. Et cela passe par un déconditionnement. Mais il faut être conscient également des voies sans issue, vers lesquelles les gens "déconditionnés" sont poussés. Le film Demain en fait partie, je pense. D’où l’immense propagande faite autour de ce documentaire, qui est vivement critiqué dans les milieux décroissants.

      À titre personnel, j’attends que les élites - et je parle des vraies élites - montrent l’exemple, en abandonnant leur jet privé pour se déplacer à vélo, en délaissant les restaurants de luxe pour cultiver eux-mêmes leurs aliments en permaculture, en oubliant le transhumanisme énergivore pour un mode de vie naturel, etc.... Alors là, je pourrai peut-être croire à leur propagande...


    • @Alexis : "Mais pensez-vous réellement que bien manger, et ne plus regarder BFM TV va réellement changer les choses ?"

      Oui, j’en suis persuadé.

      C’est logique et dialectique.


    • « Quand j’étais jeune, libre et doté d’une imagination sans frein,
      je rêvais de changer le monde.
      Devenu plus sage avec les années,
      je compris que le monde ne changerait pas,
      alors je réduisis quelques peu mes visées
      et décidai de ne changer que mon pays.

      Mais lui aussi semblait immuable.

      En approchant de la vieillesse,
      suprême et désespérée tentative,
      je décidais de ne changer que ma famille,
      ceux dont j’étais le plus proche.

      Hélas ! Ils ne voulaient rien entendre.

      Et maintenant, étendu sur mon lit de mort, je comprends soudain :
      Si seulement je m’étais changé moi-même,
      alors, à mon exemple, ma famille aurait aussi changé.
      De leur inspiration et de leur encouragement,
      j’aurais tiré la force d’amélioré mon pays et, qui sait,
      j’aurais peut-être même changé le monde. »

      Anonyme, ce texte est inscrit sur la tombe d’un évêque anglican (1100 ap. J.C.)
      dans une crypte de l’abbaye de westminster.

      Voilà qui résume ma pensée :-)


  • 96% De la nourriture produite à Cuba fût produite sur 8% du territoires,en périphérie de ville.
    les fermes "HD" produisent 500 tonnes de nourriture des la deuxième année.
    c’est une forme de Permaculture que je surnomme "cyborg",mais de la Permaculture quand même.


  • Toutes initiatives prises allant dans le sens de la nature sont bienvenues mais... qu’en est-il du blocage de l’humain dans sa base ?

    Ce dernier par son inconscience pollue la planète depuis des millénaires, y compris et surtout psychiquement, et cela n’interroge pas plus que ça l’opinion publique... ?

    Malgré la beauté d’une Terre qui affiche en permanence la direction à prendre, celle de la Conscience, c’est bien la preuve que cet humain est coupé dans son état des éléments (Ciel, Terre), qu’il est bancal, parce que le cas contraire jamais il n’aurait laissé faire autant de destruction sur cette planète.

    Il serait peut être temps de prendre comme réelle priorité l’état de Santé (Shanti=sans déchet). Et non plus l’inverse, cautériser la dégénérescence de cet humain, en s’apercevant par la maladie ou le drame de sa pourriture. Sinon, sans cela, rien ne changera jamais vraiment...

     

    • ’’Montrer l’exemple n’est pas la seule meilleure façon de convaincre, c’est la seule.’’, par ses mots Gandhi fait honneur à sa Conscience, qu’il réussit par la force de son Esprit à intégrer. Cet enraciné put ainsi manifester l’état réel de l’Homme aux yeux du monde et montrer le chemin à emprunter : celui de la Paix, à commencer avec soi-même bien sûr...


  • Vandana Shiva... Je pense que "demain" on dira d’elle qu’elle était une des plus grandes femmes de son temps. Au delà de son combat en première ligne contre les Monsanto, Coca Cola et autres classes dirigeantes corrompues d’un pays célèbre pour sa misère humaine, ce qui m’a marqué chez elle c’est sa joie rayonnante.

    Pour moi elle incarne le droit au bonheur et à la liberté (au sens de l’état d’être) au delà de tout ce qu’il peut y avoir de plus dégueulasse dans ce monde. Les éternels fatalistes qui se complaisent dans leur dégoût de l’homme gnagnagna... feraient bien de s’en inspirer, car c’est leur mentalité prétentieuse et toxique qui nous empoisonne le plus au niveau collectif !


Commentaires suivants