Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Démission du Premier ministre ukrainien : placé par les États-Unis, déchu par le FMI

Le premier ministre ukrainien Arseniy Yastenyouk a donné dimanche sa démission après deux ans de pouvoir. Incapable de gérer l’austérité imposée par le FMI, accusé d’encourager la corruption, il a essuyé un vote de défiance en février.

Arseniy Yastenyouk était le chouchou de l’Occident. Ce crâne d’œuf au physique aseptisé et à l’anglais parfait avait été mis au pouvoir en février 2014 pendant les émeutes de Maïdan organisées par les services américains contre l’ancien président Yanoukovitch. Ses deux principaux atouts étaient alors son opposition aux Russes, qui soutiennent les sécessionnistes de l’est ukrainien, et sa capacité supposée à gérer le plan de sauvetage de l’économie lancé par le FMI et le prêt de 17,5 milliards de dollars assorti.

 

Le pouvoir fragilisé du premier ministre ukrainien

Mais depuis longtemps déjà la lune de miel entre Yastenyouk et l’Occident était finie. L’austérité imposée par le FMI ayant fait tomber son taux de popularité à 2 % (mieux que François Hollande !), ses adversaires l’ont accusé de plus en plus fréquemment de « plier » devant les oligarques « y compris de la période prérévolutionnaire », et de ne pas savoir lutter contre « la corruption et la magouille ». En février de cette année, il a subi un vote de défiance du parlement ukrainien, et depuis son pouvoir ne tenait plus qu’à un fil. Le président milliardaire Porochenko avait dit récemment que « pour rétablir la confiance, la thérapie ne suffirait pas, il faudrait la chirurgie ».

En annonçant sa démission, Yastenyouk a apporté son soutien à Vladimir Groysman, le président de l’assemblée, un proche de Porochenko, capable à son avis de porter les réformes préconisées par le FMI et de lutter contre la fameuse corruption (la lutte contre la corruption est un des éléments de langage caractéristiques de la propagande des institutions supranationales). Mais le ministre des finances Natalie Jaresko, une ancienne banquière née à Chicago dans la communauté des immigrés ukrainiens, est aussi sur les rangs. Elle a la faveur des investisseurs étrangers, et vient de déclarer que seul « un gouvernement de technocrates indépendants des oligarques et des amitiés politiques » pourrait mener une politique conforme au bien commun du pays, et non pas celle qui convient à certains groupes d’intérêts privés.

 

La démission d’Yastenyouk imposée par le FMI

Voilà clairement posé le problème actuel : d’un côté les oligarques et les patrons du marigot ukrainien, de l’autre les technocrates mondialistes du FMI déterminés à imposer leurs réformes au peuple ukrainien, et à tous les peuples

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.