Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Dépakine, CDG Express : en France, la taxe est la réponse ultime à tous les problèmes

En France, à chaque fois qu’un problème apparaît, une solution unique, pratique et simple est appliquée : celle de la taxe. Cette solution, généralement proposée par un élu d’un bord ou l’autre, permet alors de montrer qu’on agit, de ponctionner les Français, d’amasser du pognon qu’on dépensera en agitation périphérique à la résolution du problème. Ensuite, on constatera que ça ne marche pas et on pourra augmenter la taxe.

C’est simple, ne trouvez-vous pas ?

Évidemment, pour que l’affaire prenne un tour encore plus rocambolesque, il faut et il suffit que le problème soit lui-même créé de toute pièce par l’État, ce qui permet à la taxe créée non seulement de ne pas résoudre le problème, mais — encore mieux — de l’aggraver.

Je prendrai deux exemples de l’actualité récente pour illustrer cette odieuse mécanique traditionnelle en France.

Pour le premier exemple, je vous propose de regarder, rapidement, ce qui va se passer à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Le problème est ainsi posé : il faut absolument une ligne ferroviaire reliant l’aéroport à la capitale afin d’amener le flot de touristes de la plate-forme aérienne vers tous ces commerçants et tous ces beaux musées, pour que de touristes ils se transforment en consommateurs et rapportent plein de bons gros euros à une municipalité par ailleurs exsangue. Et puis, au moins, cette belle ligne de transport représente un gros investissement, avec beaucoup de partenaires, d’entreprises plus ou moins privées et plus ou moins acoquinées avec l’État, pleines de petits copains des politiciens locaux qui ont besoin de travailler. Tout ceci sent la bonne opportunité d’autant qu’ainsi, on ne pourra plus dire que la ville et la région ne font rien pour améliorer la situation touristique.

Or, pour financer tout ça, on se rend compte que le ticket de transport (prévu autour de 24€) ne suffira pas. Le problème est posé, le manque de financement est évident, la solution s’impose d’elle-même : taxons les billets d’avions pour financer cette ligne, pardi !

Les plus aguerris d’entre vous comprennent tout de suite le piège : tout se met en place pour faire comprendre à tout le monde que cette nouvelle ligne est la réponse au problème de transport, et que la taxe est la réponse au problème de financement.

Il ne semble pas venir à l’esprit de nos élites que si l’on veut vraiment financer cette nouvelle ligne, peut-être le faire au travers de tickets plus chers serait logique : payent alors ceux qui s’en servent, et non les passagers de Roissy qui paieront plein pot pour un train que beaucoup ne verront jamais. Bien sûr, le prix du ticket aura, dans cette configuration, tendance à exploser, rendant le projet économiquement périlleux. Qui pourra en effet se permettre un ticket à 48€ pour faire 30 km après un vol low-cost à 10€ pour en faire 1000 ? Dans ce cas, on est en droit de se poser la question de la viabilité de cette nouvelle lubie. Le problème n’est plus de savoir comment financer cette ligne, mais surtout, pourquoi.

Lire la suite de l’article sur h16free.com

 

Les services publics et la vie quotidienne broyés par le capital,
à lire chez Kontre Kulture

Services publics et intérêts privés, sur E&R :

 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Quel est le probleme ?
    La fiscalite est precisement un outil de repartition pour redistribuer la richesse et orienter la politique d un pays. A part dans les consideration ultra libertarienne, c est un fait qui n est pas discute.

     

    Répondre à ce message

    • Quand le patron paie 150€, le salarié reçoit, en brut 100€. En net il n’a plus que 75€ euros réels. L’impôt sur le revenu puis la TVA lui piquent une moitié de tout cela. Il doit bien lui rester 40 euros. Alors les taxes...
      Oui, y a un probloque.

       

    • ....outil de repartition pour redistribuer la richesse....



      J’appartiens à ce que l’on appelle la "classe intermédiaire". Ce qui est curieux, c’est que lorsque l’on me ponctionne pour "redistribuer" la richesse, je constate que je m’appauvrit. C’est un fait que je constate, et malheureusement, à revenu constant, mon pouvoir d’achat s’érode depuis des années....

      Par contre, j’observe que lorsque l’on est censé ponctionner les plus aisés... la classe dominante, l’élite....celle-ci ne fait que prospérer et s’enrichir ...plus elle est soumise à des taxes ( ISF...) plus elle s’enrichit....il y a là quelque chose qui m’échappe dans cette philosophie de redistribution des richesses ????

      Nos lois fiscales sont , dit-on, des lois maçonniques....nique, nique, nique....

       
    • "La fiscalité est précisément un outil de répartition pour redistribuer la richesse et orienter la politique d un pays"
      C’est la nouvelle définition pour justifier le vol légal de + de 50% des revenus de la population ?
      L’impôt est à l’origine un prélèvement sur les revenus destinés à financer les fonctions régaliennes de l’Etat et plus généralement les services d’utilité publique.

      Si maintenant, c’est devenu un outil de répartition de la richesse, autant verser salaires et dividendes directement à l’Etat, qui se chargera de nous verser notre revenu mensuel.
      Mais je doute fort qu’il reste beaucoup de crédules pour continuer à travailler, s’ils ne doivent pas en toucher plus que ceux qui ne travaillent pas.

       
    • Effectivement, le problème n’est pas la taxe. C’est un système qui a fait ses preuves, depuis bien longtemps.

      En revanche il y a bien un problème avec la fiscalité, c’est d’une son paiement ( les plus riches ne paient rien ), de deux son utilisation ( tout retourne dans les poches des plus riches, ils gagnent donc sur tout les front).

       
    • Je suis tout a fait d accord que la non proggressivite des taxes pour les hauts salaire est le probleme (cf les travaux de Piketty). Mais les taxes en elles memes ne me choquent pas.

       

    • Mais les taxes en elles memes ne me choquent pas.




      Même quand elles servent d’abord à payer les banques privées ?

       
  • Durant des dizaines d’années, SANOFI a accumulé de super-profits avec la DEPAKINE sans aucun respect pour les malades. Il ne faudrait donc pas entacher ces brillants résultats et écorner le bilan social par le règlement d’indemnités aux victimes ; frais annexes bien inutiles !!!.....quand même !...éructerait notre 1er Ministre très prompt à venir au secours de SANOFI !!!!!

    Il est donc normal de racketter encore le citoyen !..et bien évidement, parmi ces citoyens se trouvent, en toute logique, les victimes qui seront donc ponctionnées et appelées à cracher au bassinet pour s’auto-indemniser à la place de SANOFI !...MDR !!!

     

    Répondre à ce message

  • Que voulez-vous ! Les Franchouilles sont de si bons payeurs ! Ils courbent l’échine, râlent un peu, de temps en temps défilent en troupeaux dans les rues en poussant des gueulantes...mais finissent toujours par payer !

     

    Répondre à ce message

  • Dans les années 50 la Thalidomide eu aussi des effets tératogènes sur les fœtus (la France ne l’avait pas distribué) . La Dépakine rapportait 400 millions d’euros à Sanofi en 2012, Sanofi étant la deuxième capitalisation des valeurs boursières françaises... Empoisonner rapporte, Marie Besnard en savait quelque chose . Marie Besnard a été acquittée, Sanofi, infiniment plus puissante, le sera également .

     

    Répondre à ce message

  • je suis indépendant depuis des années et donc je paye des cotisations sociales (pour les c****** du pape parce que je ne toucherai jamais de retraite et que je ne suis jamais malade !)

    je viens de créer une nouvelle société avec mon associée (elle même indépendante depuis des années) mais nous gardons notre activité d’indépendant personne physique (et donc continuons à payer des cotis)

    et bien même dans ce cas je me prend 450€ de cotisations à payer pour la société ... des cotisations sociales pour une personne morale !? pour sa retraite ? pour son hospitalisation ???!!!

    ajoutez à ca toutes ces taxes à la con, tva, trucs écolos de merde, contraintes fiscales, paperasses idiotes et le compte est bon !

    j’ai lancé un super produit, il démarre du tonnerre ... mais j’ai peur que tout mes efforts soient inutiles, cette sangsue d’état et ces cloportes de fonctionnaires me prendront tout le fruit de mon travail ...

     

    Répondre à ce message