Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Dès 2008, les Syriens se préparaient à affronter une vague terroriste

La "révolte populaire" de 2011 est un mensonge

L’article daté de 2008, que nous vous présentons ci-dessous, montre bien que les Syriens savaient depuis 2008, ce que nous savions également. Quant à ceux qui ne le savent toujours pas, c’est parce qu’ils s’obstinent à suivre et à croire ce que les journalistes de « grand chemin » leur racontent. Cet article démontre s’il en était encore besoin, que la guerre contre la Syrie était en préparation bien avant 2011, et que ce n’était pas une « révolte populaire », mais une guerre d’agression terroriste contre l’État syrien.

[...]

Jeudi soir [novembre 2008, ndlr], la télévision syrienne a diffusé les interviews très attendues de la cellule terroriste responsable de l’attaque à Damas en septembre dernier, qui a fait 14 morts et 65 blessés.

La télévision d’État a montré ce qu’elle a présenté comme étant les 12 membres du groupe islamiste partisan de la force armée, le Fatah al-Islam, et qui ont avoué avoir aidé à planifier l’attentat suicide à la voiture piégée.

Cette interview a glacé le dos de la plupart des Syriens, horrifiés d’apprendre qu’il y avait quelque chose que l’on appelle une « branche syrienne » d’al-Qaïda. Ces personnes ressemblaient à des Syriens ordinaires. Ils venaient d’endroits comme Alep, Homs et Damas. L’un d’eux était un trafiquant de 24 ans, qui faisait la contrebande d’essence entre la Syrie et le Liban. Un autre était un spécialiste dentaire, tandis qu’un troisième était un spécialiste en technologie de l’information. Un quatrième étudiait dans l’une des écoles privées qui a récemment vu le jour en Syrie. Certains d’entre eux ont dit qu’ils avaient des enfants en bas âge.

Au départ, on pensait que le terroriste qui avait conduit l’auto à l’intérieur des prémisses d’un bâtiment de sécurité, sur la route qui mène à l’aéroport international de Damas, venait d’Irak. La plaque minéralogique était irakienne et la plupart des activistes [terroristes, ndlr] qui avaient mené des attaques en Syrie depuis 2003 venaient des zones désolées d’Irak.

Il était impossible pour les Syriens de croire que leurs concitoyens pouvaient fomenter un crime aussi sanglant contre leurs compatriotes syriens innocents. L’émission de jeudi dernier leur a prouvé qu’ils avaient tort. Cette nouvelle information confirme que ces terroristes étaient un mélange de Syriens, de Libanais et de Palestiniens, n’opérant pas directement avec al-Qaïda, mais avec une organisation sœur appelée Fatah al-Islam, basée dans les environs de Tripoli, au Liban.

Le kamikaze qui s’est fait sauter dans cet attentat était un Saoudien nommé « Abou Aysha », dont la photo a également été diffusée à la télévision syrienne. Ce groupe voulait « nuire au régime syrien » et avait plusieurs cibles sur sa liste, dont la banque centrale syrienne. Ils avaient aussi une liste de cibles qui incluait un diplomate italien et un diplomate britannique, tous deux basés à Damas.

Lire l’intégralité de l’article sur arretsurinfo.ch

À ne pas manquer, sur E&R :

 

Toutes les sphères du pouvoir occidental mobilisées contre la Syrie :

La destruction du Proche-Orient par l’Occident sioniste,
à lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.