Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

La robotisation va-t-elle tuer ou relancer le travail ?

En déplacement jeudi, Manuel Valls a affirmé avoir « inversé la tendance » de la désindustrialisation de la France. Faut-il y croire ?

 

 

« La désindustrialisation n’est pas une fatalité.  » En visite jeudi dans l’usine de semi-conducteurs X-Fab (ex-Altis, ex-IBM), Manuel Valls a tenu un discours résolument optimiste après le coup de tonnerre de l’élection de Donald Trump aux États-Unis.

[...]

Si la tendance sur l’emploi est encore mauvaise, la compétitivité de l’industrie française se redresse pourtant, en tout cas lorsqu’on regarde la compétitivité par les coûts. En 2015, le coût horaire de la main-d’œuvre dans l’industrie est repassé sous la barre du coût allemand (37,6 euros contre 38 euros). Ce n’était plus arrivé depuis 2004 et la période d’austérité salariale assumée outre-Rhin.

[...]

Des marges qui commencent à se redresser

Autre indicateur positif, le redressement des taux de marge des entreprises. En d’autres termes, elles sont redevenues plus profitables et peuvent se permettre d’investir, notamment pour améliorer leur compétitivité hors coût, si elles le jugent nécessaire.

[...]

Incertitudes

Mais, pour l’heure, l’investissement des entreprises françaises n’est pas au rendez-vous. Après un fort rebond en début d’année, le soufflé est retombé, probablement à cause d’un climat d’incertitude économique marqué (attentats, inondations, Brexit, élection de Donald Trump, etc.)

[...]

Un manque de robots

Pour le directeur de la recherche économique chez Natixis, « le problème essentiel de l’économie française est l’inadaptation croissante de l’appareil productif à la nature de la demande  » et « la baisse du niveau de gamme de la production ». «  La France est, en dehors du Royaume-Uni, le grand pays de l’OCDE où la modernisation du capital industriel est la plus lente.  » Un constat dressé à partir de la faible robotisation des usines françaises.

Lire l’article entier sur lepoint.fr

 

Petite métaphore japonaise sur la robotique carnassière et l’emploi humain :

 

 


 

Revenu universel : une solution pour contrer les robots
et la destruction du travail ?

 

Le consensus autour d’une « allocation à vie » sans contrepartie traverse les clivages politiques. Car tous sont d’accord sur la nécessité de revoir notre rapport au travail – face à l’automatisation et à l’IA. Les robots nous voleront-ils nos jobs ? Selon l’Institute for Information Technology, 50 % de la population mondiale sera mise au chômage par la robotisation.

 

Utopie devenue réalité

C’est l’idée que nourrissent nombre de personnalités de la Silicon Valley, comme Larry Page, fondateur de Google, qui pense que les robots nous délivreront du travail, nous « libérant du temps » pour « vivre mieux ». Idem chez Elon Musk, de SpaceX, qui estime que « l’automatisation de la société » nécessitera un « revenu universel », pour « nous libérer » des tâches pénibles : « les gens auront plus de temps pour faire d’autres choses, des choses plus complexes et intéressantes ».

Utopie ? Plus vraiment : les expérimentations se multiplient. En 2017, en Finlande, 2 000 chômeurs bénéficieront d’un revenu de base. Idem aux Pays-Bas, où 19 villes créeront un « revenu universel ». En France, nous n’y sommes pas, mais un rapport du Sénat préconise d’expérimenter le revenu de base à la place des minima sociaux. En Aquitaine, un « RSA inconditionnel » devrait bientôt être testé.

Lire la suite de l’article sur cnetfrance.fr

Demain, chômage pour tous ? Lire sur Kontre Kulture

 

Robotique et emploi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1599947

    L’oisiveté est mère de tous les vices !

     

  • #1599950
    le 12/11/2016 par insoumis de la dissidence
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    A quoi sert de fabriquer des robots si ce n’est pour entretenir le productivisme et le consumérisme à outrance ?

    A quoi sert de fabriquer des robots si ce n’est pour réduire le coûts de fabrication et baisser les salaires et jeter le plus grand nombre de nos semblables dans les mâchoires de l’esclavage et de la pauvreté ?

    Je ne peux intuitivement pas séparer cette démarche pro-robots du mode de fonctionnement du système, ce système même que nous voulons éradiquer et du malthusianisme qui s’y greffe.
    Simplement et peut-être de manière simpliste on pourrait dire : "plus de système toxique donc pas de robots".

     

    • #1600011

      Les robots remplaceront de plus en plus les humains. La question est :
      Mais !? Que faire de tout ces humains qui copulent et copuleront de plus en plus, vue qu’ils auront plus de temps pour eux ? Et que faire lorsque la planète craquera sous le poid de tout ces humains ?

      Je pense que certains humains voudront dégraisser en masse leur congénère !
      Un salaire Universel, pourquoi faire ? Peut-être nous faire rêver d’un avenir meilleur ou nous endormir en attendant le grand remplacement.


    • #1600020

      L’idée developpé dans l’article est plutot moins de travail humain (fait par les robot) sans perte de pouvoir d’achat pour les dits humains, afin qu’ils aient du temps libre pour les loisirs, la culture, les voyages, etc....
      Est ce un futur possible ou juste un écran de fumée, là est le debat !


    • #1600248

      à insoumis de la dissidence

      Le productivisme et le consumérisme à outrance ne sont pas liés à l’utilisation des robots mais à la définition de la valeur économique du travail : "n’a de valeur économique que le travail au service de l’intérêt d’un investisseur privé".

      Cette définition fait que la valeur économique du travail est donnée par la valeur économique du poste de travail sur le quel un employé n’a pas plus de pouvoir de décision qu’un robot.

      L’alternative est de payer non pas un poste de travail mais une qualification humaine. C’est le principe des fonctionnaires. Dans ce cas c’est l’homme qui décide de la valeur économique de son travail. Encore faut-il, pour que ce soit possible, arrêter de vouloir imposer un rendement aux fonctionnaires (idée qui s’applique à des robots sur un poste de travail et pas à la qualification) ou considérer que la valeur économique du travail des médecins, enseignants, chercheurs, policiers, etc, n’est crée que par les postes de production de voitures ou de déguisement d’Halloween qu’il faut ponctionner par l’impôt. Cela revient à penser que l’on ne peut payer des fonctionnaires que si on consomme à outrance.

      Sortir de la contrainte du productivisme et du consumérisme forcé implique qu’il faut changer de consensus sur la définition de la valeur économique du travail.Cela imlique aussi que l’intérêt d’un investisseur privé n’est plus indispensable au fonctionnement de l’économie.

      Lisez ou regardez les nanlyses de Bernard Friot à ce sujet


  • #1599992

    Et enfin, en priorité, des élus robots, programmés pour ne pas faire et dire de conneries... Autrement, une question me taraude, le revenu universel, alors ce sera vraiment pour "tout" le monde ? (Je déconne).


  • #1599997

    Payer des gens à ne rien faire c’est les encourager à ne penser qu’à eux. Pourquoi offriraient t-ils des services aux autres, ils préfèreront s’occuper de leur petite personne.

    Les robots c’est bien pour produire des objets. On aura effectivement de moins en moins de travail humain pour fabriquer des objets, et si les objets construits étaient inaltérables on aurait même pas besoin des robots ! Cela c’est parfait.

    Mais il reste tous les services que les humains doivent se rendre entre eux.

    On manque de médecins
    On manque de cuisiniers
    On manque d’infirmiers
    On manque de plombiers
    On manque de .....

    Et il faudrait que tout le monde arrête de travailler ?

    Certains diront que les robots pourraient rendre ces services aux humains. Ceux qui disent cela ce sont les oligarques évidemment.

    Lorsque les robots pourront occuper ces emploi de service de la même façon avec la même qualité de rapport, alors cela voudra dire que les robots pourront remplacer l’humanité.

    A ce moment là Je ne donnerais pas cher de la peau du petit peuple.

    Et si les robots remplacent ces emplois sans en avoir les qualités humaine, comme par exemple un distributeur de boissons automatique qui remplace le petit bar avec son patron, alors la vie deviendra un enfer pour les humains qui devront se mettre au niveau des robots et non l’inverse.

    Cela n’est pas une fiction, tout cela est déjà en cours dans les entreprise avec la mise en place des "Processus" qui demande aux employés de réagir suivant des règles précises et immuables : exactement comme des robots.


  • #1600002

    Vu que c’est le projet, je crois pas qu’on pourra y couper. Est ce bien, pas bien ? Je crois que cela vaut bien des discutions. Cependant, faudrait aussi penser à revaloriser de manière significative toutes les professions manuelles et difficiles que ne peuvent pas ( encore) effectuer les robots.

     

    • #1600088

      Même le ramassage des poubelles commence à être informatisé, alors travail manuel ou pas, on devra naturellement trouver à remplacer le fameux "je bosse donc je suis" post-soixante-huitard...


  • #1600006

    Dans mon dessin animé préféré ’’Cobra ’’ années 80 , y a un épisode comme ça, dinos robotisés..LOL
    Voir par exemple aussi ’’La faim du travail’’ dans Datagueule..
    (3.06) ’’D’après une Etude de l’université d’Oford, d’ici 20 ans l’automatisation pourrait faire disparaitre presque 80% (77%) des emplois en Chine...’’
    De toute manière c’est logique, le Progrès n’est pas synonyme d’emploi...Et le fameux N.O.M le sait bien, mon Dieu, qu’est ce qu’ils nous réservent ????

     

    • #1600350

      @ Stan59

      Dans quel épisode de Cobra ?

      Merci.


    • #1600577

      @ anon...

      Celui où Cobra rentre dans un musée plein d’ oeuvres d’art issues de plein de planètes, musée protégé de nuit par des énormes dinosaures robots hurlants super flippants ...Je crois qu’en partant il sauve après son pote argenté ailé qui n’a plus que quelques jours à vivre...Cobra c’est le transhumanisme, la mafia, l’espace, les esclaves sexuelles, l’engrais avec les cadavres, les prisons bien pourries dégueulasses, les sports pires que le MMA etc... Un bon condensé...


  • #1600012
    le 12/11/2016 par yéti déporté au Benêtland
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    Un communiste interdit l’oisiveté et oblige les entreprises à embaucher.

    Un libéral flatte la dépendance libidineuse du troupeau au système qui, ainsi, est blindé contre les révoltes.

    Marx disait que le capitalisme essayerait de faire une société de prostitués .... on y est. Le travail essence de l’homme est loin, c’est la pâtée consumériste qui doit imprégner l’âme humaine.

    Il n’y a de vraie liberté que dans la contingence, la contrainte, sinon c’est la liberté de choix du cochon devant des auges.


  • #1600029

    ça va être soit le revenue universelle pour tous , soit l’anarchie , en va subir plusieurs révolution industriel et technologique en même temps , ca va tout changer , la nano technologie, l’impression 3d y compris pour les bâtiments , les véhicules drones ou sans pilote , l’informatique et l’informatique quantique , la robotique y compris pour le bâtiments, la bio technologie , et toute autre technologie comme la réception d’électricité sans fils etc
    bref ca va foutre des millions de français au chômage , dans le batiments, l’industrie et surtout le transport , et meme dans le tertiaire( hotline)


  • "Les gens auront plus de temps pour faire d’autres choses, des choses plus complexes et plus intéressantes"

    Je ne serais pas si prompt à associer "complexe" et "intéressant"

    Un être humain, un groupe d’humains, ou même l’humanité ont generalement tendance à résoudre les problèmes simples avant de s’attaquer aux problèmes compliqués.
    En consequence, chaque découverte scientifique ou avancée technologique faite par une génération, prive toutes les générations suivantes de la possibilité de refaire ces découvertes. Les futurs humains auront certainement toujours des choses à découvrir, mais il est probable que ces choses seront toujours plus complexes, nécessitant des gens de plus en plus specialises, équipés d’outils de plus en plus puissants, dont l’IA fait partie.

    Il me semble donc que les humains du futur seront privés du plaisir de résoudre des petits problèmes. Par exemple, le plaisir de retrouver son chemin apres s’etre perdu (et avoir cafouillé un quart d’heure en demandant son chemin à des passants) devient un concept obsolète à l’époque du smartphone avec GPS.

    Maintenant la perspective d’une vie au cours de laquelle vous n’aurez résolu que cinq problèmes, chacun impliquant 10 ans de réflexion, ne m’apparait pas comme quelque chose de réjouissant.


  • #1600043

    La capacité à produire n’est rien d’autre que le résultat des connaissances accumulées depuis le début de l’humanité. Cette richesse doit donc être partagée équitablement. Et si les 85 ne sont pas d’accord... et bien il faut se passer de leur accord !


  • << on crée des boulots à la con pour que les hommes ne soient pas des chômeurs>> il me semble que la France fait ceci à outrance (une partie de sa dette) administratif de dingue (aucun autre pays n’a autant d’administratifs) pour générer des postes de fonctionnaires
    totalement inutiles à l’heur de l’outil informatique.
    Emplois-jeunes = Emploi à la con (agent d’ambiance, parcomètre ambulant, etc.)
    La France est le pays au monde ou on a le plus haut % de fonctionnaire dans la population (plus que les pays communistes)
    Pour quel résultat ??Taxation à mort pour un service public de merde !!! pire qu’au Thier Monde.

     

    • #1600238

      Un fonctionnaire est une personne payée pour sa qualification.
      Dans le cas d’un employé et à la différence du fonctionnaire c’est le poste de travail qui est payé.

      Je préfère une société où des hommes plutôt que le productivisme aveugle prennent des décisions.


  • #1600066
    le 12/11/2016 par Bernard Lapotre
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    Je n’arrive pas à comprendre les "anti-robots".
    Diminuer les coûts et gagner du temps ? Mais si ce n’est pas vous qui le faites, ce sera votre voisin, votre concurrent, et c’est vous qui mourrez ! On parvient à créer des machines qui font plein de boulot, jamais grève, jamais malades (à part les pannes, mais elles sont statistiquement prévisibles), et il faudrait s’en priver parce que : blasphème !! rendez-vous compte !! on détruit du Travail !!!
    Allons bon ! C’est notre rapport au travail et au temps libre et à l’argent qu’il faut repenser. Non, travailler 80 heures par semaines n’est pas une vertu en soi, et oui, il est absolument stupide et masochiste de se passer d’une machine (qui osera prétendre qu’il trace des tableaux de calcul à la main pour préserver son effort de travail alors qu’un tableur Excel fait tout automatiquement ?). Ce n’est pas le travail qui pose problème, c’est la répartition des richesses. Et depuis Marx, rien n’a changé : ce sont toujours les propriétaires des robots qui tirent leur épingle du jeu.

     

    • Parce qu’une société entretenue artificiellement par un monde capitaliste pour qu’elle consomme, ça donne des humains. Plus abrutis que jamais par la consommation. Et même dans un monde non capitaliste, à partir du moment où il ne faut plus aucun effort pour gagner son pain, on est content au début, on s’amuse, puis lentement on s’amollit... Vous imaginez un pays entier de rentiers ?


    • #1600222

      Je pense qu’avec une simple question, vous arriverez à comprendre :
      Lorsque les humains productifs seront remplacés par les robots, que va faire l’oligarchie des humains obsolètes selon vous ? Partager la jouissance du temps qui passe ? Une piste : Malthus


  • #1600072

    Ils sont capables de faire croire jusqu’au bout......mais en ne changeant
    pas radicalement de politique , cela est impossible , le jour où ils arrêterons
    leurs internationalisme ou le mot moderne le mondialisme n’est pas possible
    car ils ont tout miser dans ce projet qu’ils ne peuvent même plus maîtriser
    entr’autre , ils sont tous trop illuminés par leur projet mondialiste.

    Avec eux rien ne changera , sinon , ils ne seraient plus
    socialo-communiste , alors , il ne faut pas trop en demander , ni trop rêver .


  • #1600074

    Que les maîtres du monde en viennent à confier la gestion des populations à des machines qui détermineront, via des algorithmes, qui doit vivre ou mourir, à quel âge et selon l’ethnie ou le quotient intellectuel etc...là est le vrai danger car contre la dictature des chiffres et des probabilités, la notion meme de peuple, de nation et de démocratie s’évapore...

     

    • C’est bien la pythie, tu commences à comprendre. Il s’agit pour eux de se prendre des dieux à la place de Dieu.
      Ce qui me fait de plus en plus dire que, et les croyants pieux et pratiquants me vitupèreront, Dieu est hasard, car seul le hasard n’est pas manipulable (sinon ce n’est plus du hasard), seul les conséquences le sont. Si le monde était déterministe, alors il n’y aurait aucun espoir et n’importe qui concentrant tout le savoir (d’où le symbole de la pyramide Illuminati) pourra jouer aux dieux à la place de Dieu. Seul un événement réellement imprévisible pourra nous sauver D’ailleurs ne dit-on pas que les Voix du Seigneur sont impénétrables ?


  • En fait, un robot, c’est un concentré d’ouvriers qui ne se plaint pas.
    Partant de là, c’est simple d’imaginer la suite.


  • #1600097

    Les patrons n’accepteront pas de financer le salaire universel. Il faudrait donc que les usines appartiennent à l’état, mais voilà quand on entend Jacques Attali dire qu’à 60/65 ans, l’homme n’est plus rentable et que le parti socialiste devrait étudier la sédation.
    On peut s’interroger...


  • Les robots seront pour servir les riches au mieux, les autres pourront crever.

    Il dit à l’homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point ! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie (Genèse 3,17)

     

  • #1600240
    le 13/11/2016 par Machine XW42-874-FLCH
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    Je pense que nous, les humains, qui sommes sensés, de bon sens et raisonnés, utilisons les machines, les différentes technologies (robotique, informatique, mécanique...) à ce qui nous semble être, leur « juste » utilisation.

    Par contre, eux, les zombies et autres possédés, qui sont délirants, utilisent ces matériels pour leurs propres intérêts malsains.

    Dans le premier cas, tout se passe pour le mieux, la vraie vie quoi avec ses hauts et ses bas, normal !

    Par contre dans le deuxième, c’est l’apocalypse qui arrive à coup sûr, et donc inévitablement la mort.

    Bref, tout dépend de comment chacun utilise les outils qui leur sont à disposition sur cette planète !

    En tous les cas, pour que le système économique puisse perdurer, il faudra bien que ceux qui ne travaillent et travailleront plus, du fait de toujours plus d’émergences d’outils, puissent continuer d’alimenter ce système.
    Et pour cela, le revenu universel, ou d’autres natures devront émerger pour permettre cette alimentation .

    Sinon, on change encore une fois de système !!!




    Une petite note sur un système en général et le système capitaliste :

    Un système n’est ni bon ni mauvais (ou du moins seulement de l’ordre du petit jugement personnel de valeur que chacun de nous peut avoir).
    Un système par défaut, fonctionne, tourne. Au cas où il ne fonctionnerait pas, cela veut dire qu’il ne pourra jamais répondre au besoin pour lequel il a été conçu.
    Le système capitaliste s’est instauré de manière autonome à la suite d’actions/réactions. Les actions engendrés par l’humain depuis l’homme de pierre (et même du big bang) ont produit tout un tas de réactions. À ce jour nous avons comme résultat, ce système.

    Si aujourd’hui, le système capitaliste ne fonctionne pas comme il devrait fonctionner, à savoir (je le dis grandement) la prospérité pour tous, c’est parce qu’il est composé de bug (élément non prévu au système venant le corrompre, le biaiser). À mon sens, un des principaux bugs est la mauvaise répartition des richesses dans le monde (rémunération délirante des patrons français http://www.egaliteetreconciliation....)

    Il est évident qu’il n’y a pas de groupuscule qui a mis en place ce système pour l’utiliser dans leurs propres intérêts. Par contre, il y a bien, comme nous le démontre tous les jours E&R, groupuscule pour influencer le système dans leurs intérêts. La nuance est de taille.


  • #1600255

    Il y a longtemps que j’ai compris ca.
    J’ai arrette de bosser en 89 (26 ans deja).
    J’ai toujours vecu avec le RSA, RMI, etc.
    Un peu de boulot au noir de temps en temps (in peu seulement)
    J’ai pu voyage de part le monde durant de longues periodes sans etre tresse par le retour et la reprise du boulot (je suis actuellement en Russie).
    J’ai pu me retaper une maison, petie fermette, y apprendre tous les métiers du batiment etc.
    J’ai pu me consacrer a la politique (sans craindre perdre mon boulot).
    Avoir des enfants, pouvoir m’en occuper

    Oui le travail n’est pas indispensable ...

    Dans quelques annees la retraite.
    Je n’aurai pas beaucoup plus qu’un artisan qui aura cotise toute sa vie.

    Tout ca je n’ai rien vole.
    Simplement c’est deja dans les faits.
    Mais on en parle peu parce que ce n’est pas encore dans l’esprit des gens qu’on peut vivre sans travailler.

    C’est vrai c’est plus facile d’avoir une situation sociale aux yeux de notre entourage meme si on galere

    Quand on vous demande "Vous faites quoi comme travail ?" . Euh !!!!

     

    • #1602025

      Visiblement tu ne vis pas sans travailler..
      Pour moi c’est pareil, je travaille mais ne suis pas salarié, c’est ce putain de salariat qui est devenu la norme. Ce sujet est d’une telle importance qu’il nous faudrait un vrai article de la rédaction de ER, et enfin poser les vrais bases d’un débat, non pas se traiter les uns les autres de feignants !! on est sur E&R les gars...


  • #1600362

    Céline disait il y a deux sortes d’individus les travailleurs et les maquereaux dans quelle
    catégorie te situes tu Pinette.


  • #1600365

    A mon avis , la bulle immobiliere mondial va eclaté apres la generalisation des imprimantes 3D pour imprimer des maison ou immeuble , grace à cet nouvel outils les maison vonts ce construire seul et en seulement quelque heures alors qu’avant il fallait plusieurs mois , ca va tout changer les logement vonts passer de 300000€ à 30000€ donc les prix vont etre divisé par 10,
    ca va etre un massacre
    et ca va se passait comme ca dans pratiquement tous les domaine d’activité , tous sera tellement facile et rapide à fabriquer et transporter , je crois que vous ne vous en rendez pas compte , ca va tous changer


  • #1600388
    le 13/11/2016 par Jean-Michel 50K
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    Un revenu de base, oui, mais en dessous de 1500€, ce serait grotesque.
    Quant à la robotisation, c’est pas demain la veille ! En France il n’y a plus que des restaus et des fastfood PARTOUT. Ce ne sont pas des robots pakistanais qui vont faire cuire les burgers des bobos dans le Marais par exemple. Mais c’est un autre sujet.
    Le revenu de base, universel, est LARGEMENT dû par les possédants, depuis 50 ans, voire plus, on a fait des gains de productivité faramineux, qui n’ont jamais été compensés du côté des travailleurs. En gros la morale de ces gens, c’est : on va tout robotiser... et... on aura plus de cash ! Et les pauvres iront crever. D’ailleurs on parle toujours de productivité mais il faut savoir que c’est les gains de productivité qui engendre le chômage, notamment.
    J’espère vivre assez longtemps pour voir une révolution en manière d’économie et de travail. Ca pourrait aller vite, si on virait tout ce qui a plus de 50 ans des institutions...


  • vidéo Jorion
    pour le coup , Karl Marx va se retourner dans sa tombe ! ce serait la fin du capialisme et c’est inimaginable
    ce qui serait interressant , c’est le point de vue de mr Francis Cousin

     

    • #1600532

      Francis Cousin te dirait que c’est du discours produit par le crétinisme universitaire, dans la phase terminale du capital. Il pourrait aussi bien rentrer dans des comparaisons d’ordre scatologiques, mais je préfère ne pas trop m’avancer.


  • #1600400

    En 1811-1812 des artisans tisserands GB brisèrent des métiers à tisser mécaniques qui leur volaient leur gagne pain : on a appelé ce mouvement le Luddisme . Nihil novi... Aujourd’hui la très haute technologie cohabite avec l’artisanat manuel : LVMH est la 4ème capitalisation boursière des entreprises françaises, or les sacs Vuitton sont fabriqués à la main par des artisans maroquiniers .


  • #1600405

    Ce qui est fabriqué par les machines n’aura jamais beaucoup de valeur : le Luxe est fabriqué à la main, que ce soit les sacs Vuitton, les sacs Hermès, la haute couture, les bijoux de la place Vendôme, et la France est le n°1 mondial pour le luxe, un de ses atouts maîtres .


  • Toutes les personnes qui sont hostiles au revenu de base ou au salaire à vie (qui est beaucoup plus révolutionnaire puisque son instauration mettrait fin au capitalisme ; le revenu de base peut être considéré comme une étape vers le salaire à vie) arguent que les bénéficiaires deviendront des oisifs. Par contre, lorsqu’on leur demande si, pour leur part, elles continueront de travailler, elles répondent "oui".

     

    • #1600560

      Personnellement, je ne suis pas hostile mais je me pose des questions :
      1 : Qui va distribuer le revenu de base ? L’État ? Des caisses indépendantes ? Et la corruption ?
      2 : Ce revenu ou ce salaire, c’est pour les nationaux ? Il faut donc instaurer une préférence nationale avant, non ?
      3 : Dans le cadre d’une monnaie dématérialisée, le système ne nous tient-il pas par les couilles ?
      4 : Quid de la théorie de l’emploi du temps > Politique malthusienne et contrôle des naissances ?
      Etc.
      Plus on tire le fil, plus on rencontre une liste interminable de problèmes à résoudre...
      Pour l’instant, je pense que c’est une énième recomposition du système qui cherche un débouché..
      Tout ça ressemble fort à une imposture. La fin du capitalisme par le revenu universel semble être, en réalité, sont accomplissement suprême : un contrôle total des individus, bien plus efficace que le salariat généralisé !


  • #1600480

    Un employé est obligé de cotiser pour soit et pour le reste de la société, alors qu’un robot/machine ne le fait pas si ce n’est que la taxe lors de son achat.
    Obligatoirement les machines remplaceront les humains dans de plus en plus de postes, alors sans répartitions des gains de productivités et avec la mentalité que sans travail on est rien/personne, nombreux ceux qui seront considérés comme inutile si on reste sur ce schéma de pensée.


  • #1600524

    C’est vrai, ça serait cool, ça permettrait par exemple, à des pauvres aujourd’hui astreints à des tâches répétitives, de pouvoir s’instruire, se retrouver pour discuter, faire du sport, parler politique, comment recréer du "liant social" etc.

    Par exemple, dans la police, ça pourrait libérer des tas de gens de cette tâche ingrate d’arrêter des criminels, si c’était des robots qui le faisaient. Y’aurait plus de grèves en plus.

    Tout serait centralisé et ne nécessiterait que peu de gens pour le faire fonctionner, d’ailleurs on nous annonce cette ère nouvelle depuis longtemps au cinéma, Robocop, terminator etc.

    On parlait plus aisément de cyborgs d’ailleurs, l’ancêtre de l’humanité augmentée. C’est génial, à la télé on verrait des robots et tout... à la télé que dis-je... dans nos casques intégrés quoi ou mieux encore, à partir d’une puce gréfée dans le cerveau.

    Fini la dictature. Le panard total quoi.


  • #1600618

    Monsieur Valls démontre qu’il mène bel et bien une politique de défense de l’emploi. Le sien, en l’occurence.


  • #1600625

    Le Revenu Universel ?
    Ça me fait penser à cet aphorisme “commercial” plein de bon sens :
    "Quand c’est gratuit, c’est toi le produit !"


  • Quelle naïveté !
    On va demander aux riches de lâcher la monnaie et leur pouvoir, et il vont peut-être dire oui. Ben voyons.
    Les machines leur appartiendrons, et il écraserons le peuple, qui crèvera ou se révoltera pour anéantir ses êtres malfaisants.
    There is no alternative !

     

    • #1601313

      C’est une des possibilité , mais ont peu aussi se rebeller et leur faire tellement peur qu’ils pourrait se mettre à imposer le revenu universelle ,
      je pense qu’ils rêve d’écrasé et de genocider une bonne partie de la population mondial mais ils n’y arriverons pas , trop compliqué à mettre en place à mon avis pour réussir à tuer les 85 % de la population mondial qui ne servirai plus à rien


  • #1601767

    Il y a vraiment des gens qui rêvent de devenir des larves alors.


  • #1603820

    C’est clairement l’avenir.

    Si une nation entière se focalisait sur une industrie à 80% robotisée alors les prédateurs quitteraient le viet nam (indonésie,chine.. ce que vous voulez) pour délocaliser la bas et viendraient ensuite nous vendre leurs merdes. Et alors là même bosser 90h par semaine ne suffira pas pour y faire face.

    Notre rapport avec le travail aujourd’hui est clairement à revoir mais la plupart des gens sont trop déconnecté pour le comprendre.
    On nous répète que c’est jamais assez, qu’il faut bosser davantage d’heures par semaine, qu’il faut rallonger le départ à la retraite, blablabla.. Alors que c’est précisément dans la direction inverse qu’il faudrait s’orienter.

    Déjà simplement parce que, à un certain niveau, la production devient mortifère pour notre environnement et pour nous même. Les ressources mondiales à l’heure actuelle se font piller plus vite qu’elles ne se régénèrent. (Pour celles qui le peuvent bien sûr) Et qu’est ce que le travail ? Quasiment juste de la production qui crame de la ressource.
    Et tout cela dans l’unique but de satisfaire notre dépendance de consommateur compulsif qui devient malheureusement de plus en plus gourmande en terme de ressource. (Et "rassurer" le marché, les actionnaires, bref appelez le qui vous voulez ; sur le fait que tout va bien il continu à s’engraisser)
    Si encore nous produisions seulement du matériel de très haute qualité mais au lieu de ça la précieuse ressource est globalement transformée en daubes qu’il faut sans cesse racheter.
    Mais apparemment pour beaucoup de gens mieux vaut faire de la merde que du durable car au moins ça leur fait du taf !

    Alors on peut penser que les gens comme moi qui remettent en cause la notion de travail dans le contexte actuel sont des branleurs et bien je préfère passer pour un branleur qu’un pov’ con !

    Y’a bien des gens qui gagnent des sommes monstrueuses sans rien faire en vivant sur leurs placements. Sont-ils devenus des larves ? Des parasites exploitant le système j’en suis convaincu mais surtout pas des larves. Ils vivent leur vie comme ils l’entendent sans se faire chier le matin dans les bouchons pour être à l’heure au bureau. Ils vivent et font un tas de trucs que la plupart des gens n’auront jamais le temps de faire avec leurs 5 pauvres semaines de vacances sur les 52 de l’année.

    Le revenu de base est bon dans sa quintessence mais pas forcément dans ce qu’il pourrait devenir dans les mains de l’oligarchie.


Commentaires suivants