Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

La robotisation va-t-elle tuer ou relancer le travail ?

En déplacement jeudi, Manuel Valls a affirmé avoir « inversé la tendance » de la désindustrialisation de la France. Faut-il y croire ?

 

 

« La désindustrialisation n’est pas une fatalité.  » En visite jeudi dans l’usine de semi-conducteurs X-Fab (ex-Altis, ex-IBM), Manuel Valls a tenu un discours résolument optimiste après le coup de tonnerre de l’élection de Donald Trump aux États-Unis.

[...]

Si la tendance sur l’emploi est encore mauvaise, la compétitivité de l’industrie française se redresse pourtant, en tout cas lorsqu’on regarde la compétitivité par les coûts. En 2015, le coût horaire de la main-d’œuvre dans l’industrie est repassé sous la barre du coût allemand (37,6 euros contre 38 euros). Ce n’était plus arrivé depuis 2004 et la période d’austérité salariale assumée outre-Rhin.

[...]

Des marges qui commencent à se redresser

Autre indicateur positif, le redressement des taux de marge des entreprises. En d’autres termes, elles sont redevenues plus profitables et peuvent se permettre d’investir, notamment pour améliorer leur compétitivité hors coût, si elles le jugent nécessaire.

[...]

Incertitudes

Mais, pour l’heure, l’investissement des entreprises françaises n’est pas au rendez-vous. Après un fort rebond en début d’année, le soufflé est retombé, probablement à cause d’un climat d’incertitude économique marqué (attentats, inondations, Brexit, élection de Donald Trump, etc.)

[...]

Un manque de robots

Pour le directeur de la recherche économique chez Natixis, « le problème essentiel de l’économie française est l’inadaptation croissante de l’appareil productif à la nature de la demande  » et « la baisse du niveau de gamme de la production ». «  La France est, en dehors du Royaume-Uni, le grand pays de l’OCDE où la modernisation du capital industriel est la plus lente.  » Un constat dressé à partir de la faible robotisation des usines françaises.

Lire l’article entier sur lepoint.fr

 

Petite métaphore japonaise sur la robotique carnassière et l’emploi humain :

 

 


 

Revenu universel : une solution pour contrer les robots
et la destruction du travail ?

 

Le consensus autour d’une « allocation à vie » sans contrepartie traverse les clivages politiques. Car tous sont d’accord sur la nécessité de revoir notre rapport au travail – face à l’automatisation et à l’IA. Les robots nous voleront-ils nos jobs ? Selon l’Institute for Information Technology, 50 % de la population mondiale sera mise au chômage par la robotisation.

 

Utopie devenue réalité

C’est l’idée que nourrissent nombre de personnalités de la Silicon Valley, comme Larry Page, fondateur de Google, qui pense que les robots nous délivreront du travail, nous « libérant du temps » pour « vivre mieux ». Idem chez Elon Musk, de SpaceX, qui estime que « l’automatisation de la société » nécessitera un « revenu universel », pour « nous libérer » des tâches pénibles : « les gens auront plus de temps pour faire d’autres choses, des choses plus complexes et intéressantes ».

Utopie ? Plus vraiment : les expérimentations se multiplient. En 2017, en Finlande, 2 000 chômeurs bénéficieront d’un revenu de base. Idem aux Pays-Bas, où 19 villes créeront un « revenu universel ». En France, nous n’y sommes pas, mais un rapport du Sénat préconise d’expérimenter le revenu de base à la place des minima sociaux. En Aquitaine, un « RSA inconditionnel » devrait bientôt être testé.

Lire la suite de l’article sur cnetfrance.fr

Demain, chômage pour tous ? Lire sur Kontre Kulture

 

Robotique et emploi, sur E&R :

 






Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1600400
    Le 13 novembre à 11:49 par Albert
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    En 1811-1812 des artisans tisserands GB brisèrent des métiers à tisser mécaniques qui leur volaient leur gagne pain : on a appelé ce mouvement le Luddisme . Nihil novi... Aujourd’hui la très haute technologie cohabite avec l’artisanat manuel : LVMH est la 4ème capitalisation boursière des entreprises françaises, or les sacs Vuitton sont fabriqués à la main par des artisans maroquiniers .

     

    Répondre à ce message

  • #1600405
    Le 13 novembre à 11:54 par Fernand
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    Ce qui est fabriqué par les machines n’aura jamais beaucoup de valeur : le Luxe est fabriqué à la main, que ce soit les sacs Vuitton, les sacs Hermès, la haute couture, les bijoux de la place Vendôme, et la France est le n°1 mondial pour le luxe, un de ses atouts maîtres .

     

    Répondre à ce message

  • #1600409
    Le 13 novembre à 12:00 par Eric
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    Toutes les personnes qui sont hostiles au revenu de base ou au salaire à vie (qui est beaucoup plus révolutionnaire puisque son instauration mettrait fin au capitalisme ; le revenu de base peut être considéré comme une étape vers le salaire à vie) arguent que les bénéficiaires deviendront des oisifs. Par contre, lorsqu’on leur demande si, pour leur part, elles continueront de travailler, elles répondent "oui".

     

    Répondre à ce message

    • #1600560
      Le 13 novembre à 14:33 par Snoey76
      Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

      Personnellement, je ne suis pas hostile mais je me pose des questions :
      1 : Qui va distribuer le revenu de base ? L’État ? Des caisses indépendantes ? Et la corruption ?
      2 : Ce revenu ou ce salaire, c’est pour les nationaux ? Il faut donc instaurer une préférence nationale avant, non ?
      3 : Dans le cadre d’une monnaie dématérialisée, le système ne nous tient-il pas par les couilles ?
      4 : Quid de la théorie de l’emploi du temps > Politique malthusienne et contrôle des naissances ?
      Etc.
      Plus on tire le fil, plus on rencontre une liste interminable de problèmes à résoudre...
      Pour l’instant, je pense que c’est une énième recomposition du système qui cherche un débouché..
      Tout ça ressemble fort à une imposture. La fin du capitalisme par le revenu universel semble être, en réalité, sont accomplissement suprême : un contrôle total des individus, bien plus efficace que le salariat généralisé !

       
  • #1600480
    Le 13 novembre à 13:04 par Uto pique
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    Un employé est obligé de cotiser pour soit et pour le reste de la société, alors qu’un robot/machine ne le fait pas si ce n’est que la taxe lors de son achat.
    Obligatoirement les machines remplaceront les humains dans de plus en plus de postes, alors sans répartitions des gains de productivités et avec la mentalité que sans travail on est rien/personne, nombreux ceux qui seront considérés comme inutile si on reste sur ce schéma de pensée.

     

    Répondre à ce message

  • #1600524
    Le 13 novembre à 13:46 par Aglaïos
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    C’est vrai, ça serait cool, ça permettrait par exemple, à des pauvres aujourd’hui astreints à des tâches répétitives, de pouvoir s’instruire, se retrouver pour discuter, faire du sport, parler politique, comment recréer du "liant social" etc.

    Par exemple, dans la police, ça pourrait libérer des tas de gens de cette tâche ingrate d’arrêter des criminels, si c’était des robots qui le faisaient. Y’aurait plus de grèves en plus.

    Tout serait centralisé et ne nécessiterait que peu de gens pour le faire fonctionner, d’ailleurs on nous annonce cette ère nouvelle depuis longtemps au cinéma, Robocop, terminator etc.

    On parlait plus aisément de cyborgs d’ailleurs, l’ancêtre de l’humanité augmentée. C’est génial, à la télé on verrait des robots et tout... à la télé que dis-je... dans nos casques intégrés quoi ou mieux encore, à partir d’une puce gréfée dans le cerveau.

    Fini la dictature. Le panard total quoi.

     

    Répondre à ce message

  • #1600618
    Le 13 novembre à 15:32 par Skidmark
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    Monsieur Valls démontre qu’il mène bel et bien une politique de défense de l’emploi. Le sien, en l’occurence.

     

    Répondre à ce message

  • #1600625
    Le 13 novembre à 15:37 par Rahan Abitbol
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    Le Revenu Universel ?
    Ça me fait penser à cet aphorisme “commercial” plein de bon sens :
    "Quand c’est gratuit, c’est toi le produit !"

     

    Répondre à ce message

  • #1600926

    Quelle naïveté !
    On va demander aux riches de lâcher la monnaie et leur pouvoir, et il vont peut-être dire oui. Ben voyons.
    Les machines leur appartiendrons, et il écraserons le peuple, qui crèvera ou se révoltera pour anéantir ses êtres malfaisants.
    There is no alternative !

     

    Répondre à ce message

    • #1601313
      Le 14 novembre à 13:09 par TR3B51
      Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

      C’est une des possibilité , mais ont peu aussi se rebeller et leur faire tellement peur qu’ils pourrait se mettre à imposer le revenu universelle ,
      je pense qu’ils rêve d’écrasé et de genocider une bonne partie de la population mondial mais ils n’y arriverons pas , trop compliqué à mettre en place à mon avis pour réussir à tuer les 85 % de la population mondial qui ne servirai plus à rien

       
  • #1601767
    Le 14 novembre à 22:00 par lermite
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    Il y a vraiment des gens qui rêvent de devenir des larves alors.

     

    Répondre à ce message

  • #1603820
    Le 17 novembre à 23:08 par Astral
    Dés-industrialisation, robotique et revenu universel

    C’est clairement l’avenir.

    Si une nation entière se focalisait sur une industrie à 80% robotisée alors les prédateurs quitteraient le viet nam (indonésie,chine.. ce que vous voulez) pour délocaliser la bas et viendraient ensuite nous vendre leurs merdes. Et alors là même bosser 90h par semaine ne suffira pas pour y faire face.

    Notre rapport avec le travail aujourd’hui est clairement à revoir mais la plupart des gens sont trop déconnecté pour le comprendre.
    On nous répète que c’est jamais assez, qu’il faut bosser davantage d’heures par semaine, qu’il faut rallonger le départ à la retraite, blablabla.. Alors que c’est précisément dans la direction inverse qu’il faudrait s’orienter.

    Déjà simplement parce que, à un certain niveau, la production devient mortifère pour notre environnement et pour nous même. Les ressources mondiales à l’heure actuelle se font piller plus vite qu’elles ne se régénèrent. (Pour celles qui le peuvent bien sûr) Et qu’est ce que le travail ? Quasiment juste de la production qui crame de la ressource.
    Et tout cela dans l’unique but de satisfaire notre dépendance de consommateur compulsif qui devient malheureusement de plus en plus gourmande en terme de ressource. (Et "rassurer" le marché, les actionnaires, bref appelez le qui vous voulez ; sur le fait que tout va bien il continu à s’engraisser)
    Si encore nous produisions seulement du matériel de très haute qualité mais au lieu de ça la précieuse ressource est globalement transformée en daubes qu’il faut sans cesse racheter.
    Mais apparemment pour beaucoup de gens mieux vaut faire de la merde que du durable car au moins ça leur fait du taf !

    Alors on peut penser que les gens comme moi qui remettent en cause la notion de travail dans le contexte actuel sont des branleurs et bien je préfère passer pour un branleur qu’un pov’ con !

    Y’a bien des gens qui gagnent des sommes monstrueuses sans rien faire en vivant sur leurs placements. Sont-ils devenus des larves ? Des parasites exploitant le système j’en suis convaincu mais surtout pas des larves. Ils vivent leur vie comme ils l’entendent sans se faire chier le matin dans les bouchons pour être à l’heure au bureau. Ils vivent et font un tas de trucs que la plupart des gens n’auront jamais le temps de faire avec leurs 5 pauvres semaines de vacances sur les 52 de l’année.

    Le revenu de base est bon dans sa quintessence mais pas forcément dans ce qu’il pourrait devenir dans les mains de l’oligarchie.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents