Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Des officiers de l’OTAN encadrant des djihadistes ont-ils été arrêtés par l’armée syrienne à Alep ?

Les jihadistes présents à Alep-Est ont été autorisés à rejoindre, selon leur choix, Idleb (Al-Qaïda) ou Rakka (Daech), ou à se constituer prisonniers. Ils y ont été acheminés par autobus sous la responsabilité de la Syrie et de la Russie et en présence de représentants de l’ONU.

 

Certains d’entre eux ont tenté de fuir en se mêlant à la population civile. Les services de Renseignement sont parvenus à en identifier et à en arrêter plus de 1 500 lors de l’enregistrement des 120 000 habitants.

Le député et président de la Chambre de commerce d’Alep, Farès Shehabi, a publié une première liste non-exhaustive de 14 officiers étrangers faits prisonniers dans le bunker de l’OTAN. Il s’agit de :

- Mutaz Kanoğlu — Turquie
- David Scott Winer — États-Unis
- David Shlomo Aram — Israël
- Muhamad Tamimi — Qatar
- Muhamad Ahmad Assabian — Arabie saoudite
- Abd-el-Menham Fahd al Harij — Arabie saoudite
- Islam Salam Ezzahran Al Hajlan — Arabie saoudite
- Ahmed Ben Naoufel Al Darij — Arabie saoudite
- Muhamad Hassan Al Sabihi — Arabie saoudite
- Hamad Fahad Al Dousri — Arabie saoudite
- Amjad Qassem Al Tiraoui — Jordanie
- Qassem Saad Al Shamry — Arabie saoudite
- Ayman Qassem Al Thahalbi — Arabie saoudite
- Mohamed Ech-Chafihi El Idrissi — Maroc

Cette liste ne comporte les noms que des officiers ayant décliné leur identité. À l’évidence, d’autres prisonniers représentent d’autres États impliqués dans cette guerre contre la République arabe syrienne. Conformément à la Convention de Genève aucune image ne sera publiée.

En février 2012, une quarantaine d’officiers turcs et une vingtaine d’officiers français avaient été restitués à leur armée d’origine, soit par l’intermédiaire de Mikhaïl Fradkov (directeur des services de Renseignement russe), soit directement à l’amiral Edouard Guillaud (chef d’état-major français) à la frontière libanaise.

 


 

Crise à l’OTAN ?

 

Dimanche 18 décembre 2016, le Conseil de sécurité des Nations unies examinera la proposition de résolution française demandant le déploiement d’observateurs de l’Organisation et de ses « partenaires » (sic) [§3 de la proposition] à Alep-Est pour superviser l’évacuation aussi bien des civils que des « combattants de l’opposition » (re-sic) [§1 de la proposition].

 

Lundi 19 décembre 2016, se tiendra un sommet OTAN-Russie alors que des officiers de l’Alliance viennent d’être faits prisonniers à Alep-Est où ils encadraient les jihadistes. Comme lors de la prise de Tripoli, en août 2011, et contrairement à l’article 9 des statuts de l’OTAN, le Conseil atlantique n’avait pas été consulté sur cette opération secrète.

Mardi 20 décembre 2016, la Russie et l’Iran recevront à Moscou une délégation turque alors que des officiers turcs ont été faits prisonniers à Alep-Est dans le bunker de l’OTAN et que l’Alliance a tenté par quatre fois d’assassiner le président Erdoğan.

Analyser en profondeur la guerre impériale en Syrie avec Kontre Kulture

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.