Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Des pirates informatiques dérobent 81 millions de dollars au Bangladesh

Des banques se sont-elles volées elles-mêmes ?

Comment 81 millions de dollars (71,5 millions d’euros) ont-ils pu être dérobés sur un compte de la Réserve fédérale américaine appartenant à la banque centrale du Bangladesh ? C’est la question étonnante posée depuis que ce « casse » d’un nouveau genre a été découvert en mars.

 

Au début de février, la banque sri-lankaise Pan Asia reçoit via la Deutsche Bank un ordre de virement de 20 millions de dollars en provenance d’un compte domicilié dans la filiale new-yorkaise de la Réserve fédérale américaine et appartenant à la banque centrale bangladaise. Selon un cadre de la banque sri-lankaise, le montant, inhabituellement élevé, incite Pan Asia à demander de plus amples vérifications à la banque allemande.

Cette dernière note que le virement est adressé à la Fondation Shalika, une organisation non gouvernementale qui semble être domiciliée au Sri Lanka. Or, le mot anglais « foundation » est mal orthographié sur l’ordre de virement, ce qui sème le doute à la Deutsche Bank. Renseignement pris, la banque centrale bangladaise est totalement étrangère à cette demande de virement, pourtant passée en son nom.

 

L’argent perdu de vue aux Philippines

Des dizaines d’ordres de virement, pour un montant cumulé d’environ 800 millions de dollars (706,2 millions d’euros), passés au nom de la banque centrale bangladaise entre le 4 et le 5 février ont pu être bloqués à la suite de cette découverte. Mais quatre autres, pour un total de 81 millions de dollars, ont été honorés. La trace de l’argent ainsi détourné se perd dans des casinos philippins.

Il a fallu attendre un mois pour que des détails sur le mode opératoire de ce vol à grande échelle apparaissent. Lundi 25 avril, des chercheurs de la division cybersécurité du géant britannique de la défense BAE Systems ont révélé avoir retrouvé et étudié des outils qu’ils pensent avoir été utilisés pour commettre le forfait.

 

Piratage d’un accès au système Swift

Pour ces chercheurs, les virements frauduleux ont été passés grâce à un piratage informatique sophistiqué du réseau bancaire Swift (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication), qui relie entre elles des milliers de banques dans le monde entier. Des pirates sont parvenus à pénétrer dans le logiciel Swift Alliance Access, qui fait l’interface entre les banques – comme la banque centrale du Bangladesh – et le réseau Swift. Il est utilisé par des institutions financières du monde entier pour passer, notamment, des ordres de virement.

Lire la suite de l’article sur lemonde.fr

Où finit l’utilisation de la finance, où commence l’escroquerie internationale, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • En voilà qui vont donner de bonnes idées, ça devrait pas tarder à se faire chez nous ! Le voleur volé est une très bonne méthode pour ceux qui l’utilisent ! Quand au peuple qu’on utilise avec du faux depuis 40 ans, demander des comptes à des voleurs, ils nieront jusqu’à la mort !


  • Merci de relayer cet article qui montre un peu les coulisses informatiques de l’argent.
    Un point intéressant est ce monopole informatique de l’argent détenu par le système swift, déjà mentionné dans des articles précédents. Cela ressemble aux autres réseaux internationaux (pétrole, électricité, navigation), les instigateurs sont sûrement les mêmes.
    "les experts du système swift", encore des gens non élus, inconnus du grand public mais qui sont hyperimportants (mais moins que leur patron) pour le système (des rotschilds, pas le nôtre).
    Dans le cas du système swift décrit dans l’article ci-dessus, la version officielle est que les gars (les experts de swift) contrôlent les virements et que la sécurité est quasi totale et, dans l’autre cas, l’histoire des panama papers, il existe des comptes secrets et on ne parle pas du système swift. Si on rajoute les opérations boursières pratiquées à haute fréquence (peut-être gérées dans un autre serveur mais forcément en connection avec le système swift ), le pékin moyen est vraiment pris pour un idiot : y a t il des gens qui contrôlent tout ou l’argent circule t il librement et anarchiquement sans contrôle ? Comment est organisé l’informatique de l’argent ? swift, c’est que pour les opérations entre banques ? Où sont les serveurs des opérations boursières et comment ils sont reliés ? Y a t il un organigramme de swift, qu’on sache qui nous dirige ? Que font les rotschild , rockfeller et morgan avec swift ?
    Droit au but : la complexité de l’informatique, c’est du pipeau. La banque fait ce qu’elle veut avec l’argent et elle veut nous dépouiller. Toute technologie que tu ne comprends pas sera utilisée et retournée contre toi.