Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Deux milliards de dollars : ce que coûte l’éclatement d’un seul fût de déchets nucléaires

Dans son numéro du dimanche 25 septembre 2016, le Los Angeles Times fait le point sur les coûts associés à un accident dans le centre de stockage géologique de déchets nucléaires de Carlsbad, dans l’État du Nouveau-Mexique, aux États-Unis. En 2014, un fût de déchets y a éclaté. Un seul. Et la remise en état du site coûtera plus de 2 milliards de dollars tandis que les opérations d’enfouissement ne pourront pas reprendre avant 2021.

 

Le Waste Isolation Pilot Plant, ou Wipp, est un centre destiné à l’enfouissement définitif de déchets nucléaires à vie longue issus du programme d’armement nucléaire étasunien. Plusieurs centaines de milliers de fûts peuvent y être stockés dans des cavernes de sel à 640 mètres de profondeur. C’est le seul centre de stockage de ce type aux États-Unis après que la construction d’un autre centre, celui de Yucca Mountain, au Nevada, a été stoppée par l’administration Obama en 2011.

 

JPEG - 197.6 ko
Le Waste Isolation Pilot Plant (Wipp), le centre de stockage de déchets radioactifs installé dans la commune de Carlsbad dans le sud-est du Nouveau-Mexique

 

Le Wipp, présenté jusqu’en 2014 comme une réussite exemplaire par le ministère étasunien de l’Énergie, avait été prévu pour recevoir des déchets nucléaires pendant 35 ans et préserver l’environnement de toute fuite pendant des dizaines de milliers d’années. Son coût : 19 milliards de dollars.

« Tout ce qui n’aurait jamais dû se produire se produisit »

Lire la suite de l’article sur reporterre.net

 

Le futur de l’Homme en question lire chez Kontre Kulture

La sécurité nucléaire en question, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pour le complexe militaro-industriel US, la décontamination nucléaire est évidemment une rente à entretenir, un fromage à bien laisser fermenter, une aubaine à ne jamais laisser s’évanouir.
    Au cas où la CIA viendrait à cafouiller, et à manquer à sa seule mission véritable, qui est la quête et la fabrication constante d’ennemis présentables, acceptables, pour justifier l’existence d’une armée US, ridiculement et colossalement surdimensionnée, il y aurait alors la DECONTAMINATION.
    Comme personne parmi les journalistes n’y connaît vraiment quelque chose, comme la propreté parfaite (contamination zéro) est inatteignable, quel que soit le nombre de milliards dépensés, comme tout le monde à peur du cancer, même si le risque est faible ou très faible, ou très très faible, la décontamination sera toujours une magnifique poire pour la soif, un repli stratégique formidable en cas de vaches maigres, quand aucun ennemi suffisamment photogénique ne permet de faire une guerre aussi inutile que coûteuse.
    S’arranger pour que l’impensable arrive, comme le percement d’un fût de déchets (une chance en 200 000 ans) est un jeu d’enfant, alors que « former » un ennemi comme Usama ou Saddam, ou Qaddafi prend des décennies d’efforts sophistiqués. Il importe peu que les Russes (Tchernobyl) ou les Japonais (Fuku Jima) traitent les pires pollutions nucléaires imaginables par le mépris. Le célèbre complexe militaro-industriel US excellera toujours dans le racket du contribuable mondial.


  • Ouaip, je me demande qui a réalisé cette estimation. La société qui va remettre tout en état peut-être. Cela me paraît très exagéré. Il est probable que cette opération va contribuer à alimenter quelques caisses occultes dont les hommes "d’affaires" Américains ont le secret.


  • Bonjour, cher modo, pourquoi aucun article sur la deutchbank ?
    Juste pour lire des points de vues dans les commentaires.

    Merci.


  • Des solutions alternatives existent, le nucléaire n’est pas une fatalité.

    - La fusion bore-hydrogène. Couplée au principe de la Z-Machine, pour maintenir le milliard° Kelvin nécessaire, que la fusion opère. Fusion "aneutronique" produisant peu de neutrons, relativement à d’autres fusions (par ex le principe d’ITER qui est une ineptie). La Z-Machine ou équivalent permet d’atteindre plusieurs milliards°K (record officiel proche de 4 milliards). Les tokamaks en mode fusion permanente via impulsions régulières, durant d’extrêmement courts laps de temps (J-P Petit a consacré des papiers là-dessus).

    - La géothermie. En France le gradient géothermal moyen est de l’ordre de 3,3°C tous les 100 m, à grosso modo 3000 m de profondeur les 100°C sont atteints. Et des sols sont plus favorables que d’autres. Le cycle des turbines se répète sans fin grâce à la gravité et l’état de l’élément (100% renouvelable) qu’il soit liquide ou vapeur par périodes. Alors oui ça coûte cher de creuser à 3 km ou plus, descendre et installer tout le matos etc. Combien de centrales géothermiques pour le coût d’une seule centrale nucléaire (l’entretien, celui des déchets, stockage, ...) ?

    ça fonctionne toute l’année 24/24 et sur tout le territoire. Pas besoin de soleil ni de vent. Ni bruit ni pollution visuelle, même pas la vapeur d’eau, qui reste en profondeur. De plus, toute proportion gardée, il n’y a pas vraiment de limites quant à la taille des turbines, et donc de l’énergie fournie. En comparaison la taille des instruments du LHC, même si l’accélérateur est bien moins profond j’en conviens. En se basant sur le coût d’une centrale nucléaire, les conséquences, sur la balance, la géothermie devrait l’emporter haut la main. Mais comment Areva&co pourrait générer des bénéfices avec de l’eau recyclable à l’infini ?

    - S’agissant de technologies dites "atypiques" comme a pu en produire Tesla parmi d’autres, il y a là aussi des solutions, des perles inavouables. Gary Vesperman, membre du New Energy Congress, chiffre à près de 4000 le nombre d’inventions censurées par le Bureau US des brevets qui examine les dépôts en regard de la sécurité nationale. Il y a rétention dès lors que cela concerne des inventions pouvant menacer les monopoles des énergies fossiles ou nucléaires. Quand un inventeur voit son brevet classifié, il risque 20 ans de prison s’il continue de travailler sur son projet ou tente de l’exploiter (par ex la persécution du gouvernement canadien contre John Hutchison).

     

  • Tu rends compte...
    Si y’ avait plus d’ nucléaire, on s’ rait obligé d’ se j’ ter des cailloux sul’ a gueule...


  • Article commandé et financé par le lobby des éoliennes ?...


  • Les américains vont sentir le coup de fouet passer. :)


  • Je suis étonné qu’aucun physiciens de notre époque aient pensé à les évacuer loin dans l’univers histoire de bien dégouter quiconque de s’approcher de notre planète.
    Cela serait-il faisable ? avis aux connaisseurs je suis curieux.


  • Ça coûte moins chère que la guerre en Syrie et il n’y a même pas de mort.