Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Dieudonné : "Nous sommes à l’automne d’un monde moribond"

Et à l’aube de la e-république !

Dieudonné annonce l’arrivée d’un nouveau monde, porté par l’émergence d’Internet :

 

Dieudonné sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1500254

    L’emprisonnement de Dieudonné va ouvrir la voix … à l’emprisonnement des "élites" qui sont coupables de faits autrement plus graves !


  • #1500277

    Dieudonné, un tsunami, un typhon céleste, un menhir géant dans une foret de galets !

     

    • ils ne vont jamais accepter qu’un camerounais a largement contribué à briser tous ces criminels , vendeurs d’armes , récidivistes , cumulards ( comme disait Marchais ) , crapules , fumiers , branleurs , etc....
      il y a beaucoup de monde qui a participé avec lui , et on les remercie tous !!!!!


  • Le clown part en prison. En espérant que la France retrouve la croissance, la sécurité et le plein emploi.

    Tout est dit. “Allez tous vous faire encuver !

     

    • Ce qui est amusant avec l’injonction "allez tous vous faire enculer", c’est qu’elle ne peut plus être qualifiée d’injure puisque le plaignant pourrait alors légitimement être considéré comme homophobe.

      Ainsi, leur dire d’aller se faire enculer, c’est tout simplement leur conseiller de s’ouvrir à la diversité.

      Dans tous les sens du terme.


  • La dictature de la transparence. Super, Dieudo...
    Je le soutiens sur tout sauf sur ce coté messianique de l’ère internet.
    Progrès technologique obligatoire pour tous !
    Une question : qui est à l’origine de cet outil ? L’oligarchie.
    Et croire que l’outil dépasse les créateur c’est être bien naïf.
    Dieudonné risque vraiment de devenir l’idiot utile du système. Et c’est parce que je l’aime bien que je dis ça.

     

    • Je partage ton avis, même si je comprends que dieudo voit la technologie "d’un bon oeil", il reste qu’il veux devenir dépendant de la technologie ce qui n’est pas forcément une bonne chose.

      En espérant que ce ne soit que temporaire, le temps de se "libérer" de la bête pour repasser à autre chose.


    • Parfaitement d’accord.

      Exalter le caractère "messianique" d’internet c’est remplacer les vieilles utopies par une autre encore plus vicieuse.


    • L’ère d’Internet, c’est à dire de l’intercommunication numérique à vaste échelle, est une ère nouvelle à l’échelle de l’humanité, qui impacte si puissamment les usages et les comportements qu’elle est porteuse d’une révolution d’une ampleur inégalée. L’écriture advint, puis l’imprimerie advint, puis les réseaux numériques interconnectés (Internet) advinrent.

      Dans cette situation nouvelle, au-delà de toutes les problématiques de sécurité et de surveillance liées à l’usage de logiciels non libres et non audités, programmés par des entreprises privées soumises au contrôle oligarchique (comme aux Etats-Unis d’Amérique), nous sommes susceptibles de perdre le contrôle du fait des portes dérobées présentes au sein du matériel informatique. Par exemple, il est avéré aujourd’hui que de telles portes dérobées sont implantées au coeur des microprocesseurs Intel depuis plus d’une décennie.

      Dans cette situation, un des enjeux majeurs pour garantir la perpétuation de l’usage des outils numériques est l’enjeu de la conformité de la fabrication par rapport à des spécifications ouvertes.

      Cet enjeu est pris très au sérieux par les hackers (le mot hacker est un mot référençant une noble activité, cf. ici pour s’en convaincre).

      A terme, dans la fédération de démocraties authentiques cybernétiques en cours de formation (!), nous aurons l’impératif du multiplier les centres de production industrielle de matériel numérique, à des échelles nationales voire régionales (et à long terme, à des échelles micro-locales, par l’usage de robots du type "makerbot") pour tendre à garantir cette conformité sus-mentionnée. On peut parler de relocalisation de la fabrication opérée sous surveillance communautaire, selon des processus authentiquement démocratiques (tirage au sort d’assesseurs techniques opérant la surveillance, rotation des charges, etc.).

      Fabrication relocalisée, conforme à des spécifications ouvertes et sous licences libres, auditées, voilà une voie majeure de la perpétuation des usages que nous avons et même de l’accroissement drastique de la confiance que nous pourrons avoir dans les traitement de l’information que nous confions aux machines.

      Signé : un hacker profond de la voie Nyingma Dzogchen.


    • Et on dialogue ici grâce à quoi ?

      A savoir que le pendant de l’Ananassurance et autres Ananacrédit en informatique s’appelle le logiciel libre GNU/Linux (et d’autres), animé par des milliers de personnes qui n’ont aucune envie d’avoir une puce là où on pense.

      Au lieu d’acheter du Windows tout emballé de chez Darty, soyez consomacteurs.
      Se satisfaire du "OK ou Annuler".pour pigner que tout est sous contrôle...


    • @gto penses-tu que le fait d’accéder sur le Net via GNU Linux, ça fait de toi un mec qui échappe au mondialisme, au Grand Capital ?

      Pour les évangélisés des logiciels du monde dit libre, je vous invite juste à jeter un œil un peu critique sur les sujets du dernier Devoxx 2016 en France, « La conférence pour les Développeurs Passionnés » :
      http://labs.viaxoft.com/retours-sur...

      « - ANALYZING IMAGES WITH GOOGLE’S CLOUD VISION API Speaker Deck : ... L’API peut également détecter les visages et l’humeur des personnes. »
      Sûrement pour identifier les “grincheux” de manière prédictive et renseigner la matrice des humeurs nécessaire au pilotage des salariés dans l’entreprise,… Ce dialogue social 3.0 est en cours de déploiement de manière urgente mais non informatisée pour l’instant...

      Sinon je m‘attendais à des conférences techniques :
      « L’ENTREPRENEURIAT AU FÉMININ : ... Elle nous a parlé ensuite de l’association qu’elle a créée, Girl Power 3.0 qui est composée d’entrepreneuses et innovatrices… Dans l’ensemble, elle nous a parlé de la place des femmes dans le milieu informatique, de la nécessité de les intégrer dans les projets, organisations et débats… »
      C’est étrange mais j’ai l’impression que ce petit monde “libre” a parfait bien intégré la 1ère armée de réserve !

      A quand le prochain thème « Dans l’ensemble, ça nous a parlé de la place des gays, trans, bi,... dans le milieu informatique, de la nécessité de les intégrer dans les projets, organisations et débats. » ? Essentiel pour bien programmer non ?

      Sinon pour les travailleurs détachés c’est fait, le chantage aux papiers tout ça marche à fond, pas besoin d’incister, chuuuttt !

      Des conférences coutant pas moins de 500 euros HT !
      https://reg.devoxx.fr/

      Au fait GNU GPL signifie de licence libre, c’est-à-dire non payante… Comme c’est drôle tout ça.


    • François Desvignes :
      L’innovation technologique est neutre, mais l’Humanité ne l’est pas et même lorsqu’elle n’a aucun avis, elle n’est jamais indifférente.
      Non, toute innovation technologique contient en elle-même tous les usages possibles et imaginables qu’elle est susceptible d’engendrer, ce qui en fait son caractère ambivalent et autonome ; on ne choisit pas qu’une technique aille dans un sens bien précis, d’où l’apparition de toujours plus d’entropie et de problèmes alors qu’on pensait casser un verrou (dépollutions polluantes, médicaments à effets secondaires, inertie des normes de sécurité, etc.).

      Au lieu d’acheter du Windows tout emballé de chez Darty, soyez consomacteurs.
      Facile à dire.
      Donc la condition d’accès à la magnifique e-république, c’est passer ses week-ends à apprendre à coder les pages web, les bases de données et les machines locales, dans des langages susceptibles d’évoluer tous les 6 mois ?
      Peut-on sérieusement concevoir qu’un travailleur manuel qui ne sait même pas calculer le volume d’un cylindre puisse se mettre au C++ rapidement ? Et qui effectue les tâches utiles à la communauté pendant que tous les autres s’évertuent péniblement à tenter de dompter l’indomptable réseau informatique ?
      C’est comme pour les bagnoles : il faudrait que chacun puisse se former garagiste pour être vraiment autonome, ou presque (car le carburant et le matos ne tombent pas du ciel).
      Ça me rappelle le Site du Zéro (Openclassroom), encensé par le gouvernement socialiste pour sa vision néo-libérale (bien que ses fondateurs n’en aient pas conscience, les technolâtres étant toujours les idiots utiles des technocrates) d’extrême individualisation des compétences et des possibilités (avec tous les effets culpabilisants que cela engendre, « tu veux te former dans la programmation des iPads parce que ça recrute vachement et que ça relance l’économie de la croissance du progrès de l’avenir de la science de l’industrie ? Alors prend-toi’z’en main et rejoins nos MOOCs ! Pas de profs, pas d’humanité, pas de signifiance dans les tâches et les méthodes apprises, pas belle la vie ? »).

      C’est pourquoi l’e-république est bien une utopie.


    • @Pamfli

      I) discussion à propos de la prétendue gratuité systématique des logiciels libres

      Tu écris « Au fait GNU GPL signifie de licence libre, c’est-à-dire non payante… Comme c’est drôle tout ça ». Non, la licence GPL n’implique pas nécessairement la gratuité de l’accès au logiciel. Je t’invite à lire la page Vendre des logiciels libres sur gnu.org.

      Sur cette page, tu pourras lire (ce sont des extraits) :

      - « Beaucoup de gens croient que l’esprit du projet GNU est de ne pas faire payer la distribution de copies de logiciels, ou alors le moins possible : juste assez pour couvrir les frais. C’est un malentendu ».

      - « En fait, nous encourageons ceux qui redistribuent des logiciels libres à les faire payer le prix qu’ils veulent ou peuvent. Si une licence ne permet pas aux utilisateurs de faire des copies et de les vendre, c’est une licence non libre. Si cela vous semble surprenant, continuez à lire ».

      - «  Puisque la liberté du logiciel n’a rien à voir avec son prix, ce n’est pas un prix bas qui rend un logiciel libre, ni plus libre. Ainsi, si vous redistribuez des copies de logiciels libres, vous pouvez aussi bien fixer un prix élevé et faire un peu de bénéfice. La redistribution de logiciels libres est une activité honorable et totalement légale ; si vous l’exercez, vous pouvez très bien en tirer profit ».

      - « Le logiciel libre est le projet de toute une communauté, et tous ceux qui en dépendent devraient chercher à soutenir la communauté. Pour un distributeur, la manière d’y contribuer est de donner une part de ses bénéfices à des projets de développement de logiciels libres, ou bien à la Free Software Foundation. Ainsi, vous faites avancer le logiciel libre ».

      Voilà... même si :

      - « Avec le logiciel libre, les utilisateurs n’ont pas besoin de payer la distribution pour utiliser le logiciel. Ils peuvent copier le programme à partir de la copie d’un ami, ou avec son aide s’il a accès au réseau ».

      II) Conclusion et rappels

      Ainsi, licence libre ne signifie pas nécessairement gratuité. C’est en effet gratuit pour beaucoup d’usagers et c’est un bonheur que de partager le bonheur. Rappelons au passage que la caractéristique majeure de la licence libre GPL est le respect de l’utilisateur et vise a le protéger (en lui garantissant des libertés fondamentales, celles d’utiliser un programme, d’étudier son code source, de le modifier et de le redistribuer, avec ou sans modification).


    • @ François Devigne :

      Ta dernière phrase est plus lisible en plaçant quelques virgules (j’ai mis un moment à la comprendre...). De plus, il manquait un mot ; j’en rajoute deux (« l’avantage »). Voici

      « L’oligarchie finit toujours par perdre : l’Humanité, qui est plus nombreuse qu’elle, a l’avantage sur l’oligarchie d’avoir Dieu pour elle ».


    • I) neutralité (ou pas) de la technologie

      @ Steve Zobs
      @ François Desvignes

      Concernant la "neutralité" de la technologie que prétend François Desvignes : le contexte de son propos (son premier paragraphe) renvoie à la neutralité de la technologie relativement au contrôle oligarchique.

      Ce point peut être discuté, puisque c’est radicalement faux dans certains cas... étant donné par exemple la possibilité d’insertion de portes dérobées au niveau du matériel numérique, donnant la possibilité à ceux qui ont conçu le matériel d’opérer eux-même (ou par délégation aux services secrets de la mafia oligarchique) une surveillance et/ou une falsification de l’information à distance.

      C’est une question très importante qui mène des hackers à viser de façon très déterminée la conception et la fabrication de matériel authentiquement "libre". J’entends par libre : dont les spécifications sont publiques et sous licence libre, jusque dans le moindre détail (jusqu’au processeur), visant la résorption de tout risque de malveillance. Cela implique aussi un contrôle remarquable sur la fabrication et un certain contrôle sur la distribution du matériel (pour éviter toute substitution du matériel légitime par du matériel malveillant).

      Par ailleurs, sous bien des aspects, la technologie n’est pas neutre. S’il est par exemple question de l’impact écologique, aucune technologie n’est neutre. Il y a toujours un impact. L’impact peut tendre vers zéro ou être totalement nul sur un aspect de l’écologie, mais nécessairement la transformation, la manufacture, implique la mobilisation de matière première, l’utilisation d’énergie, la production de déchets.

      A tous les contributeurs en commentaires : merci de spécifier vos propos, de lever les ambiguïtés, ce qui vous aidera à réfléchir sainement (en limitant le risque d’erreur) et à être reçu clairement. Tenir des propos pertinents est le produit d’un travail attentionné...

      II) sur l’invitation à la cosomm-action

      @ Steve Zobs

      Sur le point d’être consomm-acteurs, tu reprends là une phrase de "gto" (merci de créditer les bonne personnes). Gto nous invite à utiliser des logiciels libres, mais il n’a pas spécifié le principe de participer à les programmer...


    • @ barnatigue

      Au-delà des questions de sécurité et de surveillance liées à l’usage de logiciels non libres et non audités, nous risquons une perte de pouvoir et de liberté du fait des portes dérobées présentes au sein du matériel informatique. Par exemple, il est avéré aujourd’hui que de telles portes dérobées sont implantées au coeur de tous les microprocesseurs Intel (et historiquement, depuis de nombreuses années, au coeur du circuit intégré dit "Northbridge", qui est désormais intégré dans les processeurs Intel).

      Dans cette situation, un des enjeux majeurs est d’obtenir la conformité de la fabrication par rapport à des spécifications ouvertes.

      Cet enjeu est pris très au sérieux par des hackers très déterminés (le mot hacker est un mot référençant une noble activité, cf. ce commentaire pour s’en convaincre). Je renvoie par exemple aux articles (techniques) disponibles dans la page du mot-clé "RuggedPOD" sur Linuxfr.org.

      En visant loin, je souhaite l’émergence d’une fédération de démocraties authentiques cybernétiques. Que ce soit pour obtenir ce résultat ou des modes de gouvernance moins démocratiques mais respectueux des peuples, nous aurons l’impératif du multiplier les centres de production industrielle de matériel numérique, à des échelles nationales voire régionales (et à long terme, à des échelles micro-locales, par l’usage de robots du type "makerbot") pour tendre à garantir cette conformité que j’ai mentionnée. On peut parler de relocalisation de la fabrication opérée sous surveillance communautaire, selon des processus authentiquement démocratiques (tirage au sort d’assesseurs techniques opérant la surveillance, rotation des charges, etc.).

      Fabrication relocalisée, conforme à des spécifications ouvertes et sous licences libres, auditées, voilà une voie majeure de la perpétuation des usages que nous avons et même de l’accroissement drastique de la confiance que nous pourrons avoir dans les traitement de l’information que nous confions aux machines.


    • gto > justement, ce que tu dis n’a pas de sens, tu viens nous dire qu’il faut s’affranchir de du mondialisme et de l’autre tu nous ventes quand même les mérites de l’internet, des ordinateurs et autres produits qui enrichissent toujours les mêmes gros depuis leur création...

      Evidemment je ne dis pas qu’il faut tout bazarder mais si tu étais logique tu prônerais plutôt un frein au tout technologique au lieu de l’encenser parce que ce sont toujours les mêmes qui en profiteront.

      Tu dis ne pas vouloir de puce à l’oreille mais en allant dans le sens de dieudo qui nous invite à aller de plus en plus vers "un monde connecté", c’est exactement le chemin qui nous mène aux puces rfid et autres joyeusetés technologique. Une révolution qui change la donne ne se fait pas sur le net, elle est soit économique soit physique, sur le terrain et par la principe même sur internet, tu ne pèses rien économiquement (t’en rapportes pour EUX même) et t’es certainement pas présent physiquement et j’imagine que l’oligarchie tremble à l’idée de devoir affronter une horde de fourches et de machettes virtuelles...


    • Samwang : comment s’assurer qu’un système sociétal basé sur une technologie particulière reste équitable pour tous, et puisse être dénommée "démocratie" cybernétique ? N’avons-nous pas plutôt là une formidable esquisse d’une future technocratie, dans laquelle le pourcentage toujours plus réduit de membres de la population maîtrisant ces objets (hackers, programmeurs...) prennent naturellement le pouvoir par la connaissance toute relative, mais tellement avancée par rapport aux profanes, de la complexité informatique ? Dès lors, il ne s’agira plus de contrôle communautaire mais d’une néo-oligarchie humaine, donc corruptible, et sources d’erreurs (techniques et morales).
      Et puis vous parlez de relocalisation... à condition d’avoir les matières premières, la matière grise et l’énergie pour produire ce matériel informatique, ce qui est loin d’être le cas partout.


    • @ noname

      L’oligarchie tremble à l’idée de devoir affronter des êtres conscients et à l’esprit critique aiguisé, spirituellement développés donc solidaires, quel que soit le terrain de l’affrontement.

      Crois-tu que les principes du "tittytainment" seraient si développés, sinon ? « Du pain et des jeux » — autrement dit du RSA et de l’industrie vidéo-ludique et pornographique — est-ce là une expression inconnue ?

      La société Intel (et d’autres) ferait-elle un tel effort de conception en conservant si longtemps le secret si l’enjeu de la prise de contrôle à distance des informations (pour une surveillance et/ou falsification) n’était pas majeur ?

      La connaissance est un enjeu majeur. La capacité d’accès à la connaissance, la production de synthèse adaptée à la demande (ce que permet le dialogue avec un expert), la confiance dans les sources, les prises de décisions éclairées, tout cela constitue un enjeu radicalement majeur.

      @ Steve Zobs

      j’ai déjà exposé les éléments de réponse à de telles questions. Viendra un temps où le noeud du problème sera résolu. Le coeur de l’approche, je l’appelle The Node, alias Zin[o|d], ou Zino/Zind et le projet englobant peut être nommé TEN (The Exented Node), projet incluant notamment le contrôle démocratique de la conception/fabrication/diffusion du matériel et la résilience à la coupure de l’Internet officiel. Tu trouveras des pistes — quelques unes te paraîtront probablement cryptiques et la plupart très explicites — dans ce commentaire sur Linuxfr.org et tu pourras approfondir par les commentaires suivants du même fil de discussion ainsi que par les liens fournis.

      Pour te donner un aperçu, Zind promet un accès à chacun de façon condensée et avec une confiance maximisée à la connaissance validée par des communautés authentiquement démocratiques, notamment pour faire des choix éclairés à l’occasion des votes.

      Un jour, poussé par l’ambition d’être reçu par l’ensemble du peuple, je rassemblerai (en un site web ou un ouvrage papier, voire les deux) cette décennie de réflexions pour l’instant éparpillée en une myriade de commentaires (tous reliés en un graphe orienté), en veillant à la pédagogie du propos. Et si je ne le fais pas, un autre le fera ; nombreux sont aujourd’hui les hackers initiés aux concepts du noeud étendu :)


    • @pamfi
      Le monde libre est vaste et il est effectivement que l’on retrouve de la pensée unique dans cette communauté du libre (dédicace au forum français de Linux Mint et à nanard, grand pourfendeur de Vérités sur Reopen911 à la sauce Soros). Cependant peut-on dire que TOUT ceux qui pratique la permaculture sont sur la ligne ER ?
      De plus ton site de conférence à la TED http://labs.viaxoft.com n’est pas , je trouve, très représentatif du logiciel libre. Ceux-ci me paraissent plus "sympa :
      http://lea-linux.org/
      http://www.agendadulibre.org/

      Y’a quelque chose dans l’extension des adresses...

      @noname
      Evidemment je ne dis pas qu’il faut tout bazarder mais si tu étais logique tu prônerais plutôt un frein au tout technologique au lieu de l’encenser parce que ce sont toujours les mêmes qui en profiteront.
      Si Dieudonné se permet 2 millions de vues dans un système qui le tricart et a pu jouer au Canada, ce n’est pas grace à un appareil à diapo dans son Dieudo Bus.

      tu ne pèses rien économiquement (t’en rapportes pour EUX même) : la première est vraie, la seconde : très, très peu... J’attends mon virement le 5 du mois si je ne suis pas radié...

      t’es certainement pas présent physiquement : Tu es de quelle section ? Car après ma formation qui LEUR coute cher, je compte bien revenir en "physique".

      j’imagine que l’oligarchie tremble à l’idée de devoir affronter une horde de fourches et de machettes virtuelles... : Effectivement, on a bien vu ces 40 dernières années, l’oligarchie trembler face aux "physiquement" présents devant Arlette Chabot et Alain Duhamel et un "Canard enchainé" dans la poche pour aller au boulot.


    • … Ainsi, si vous utilisez une fonctionnalité ou une bibliothèque que le logiciel libre ne supporte pas encore, vous vous en rendrez compte immédiatement, et vous pourrez réécrire ce code tout de suite. »
      Il est bien question d’une guerre technologique à visée économique, entretenue entre des éditeurs payants et ceux du monde dit libre qui tirent profit non pas en vendant des licences mais en laissant déployer leurs solutions plus ou moins libres. Ces logiciels développés par des "mécènes" et de nombreux idiots utiles du high-tech péjorés geek, donc par une élite technologique triée sur le tas qui forme un club à visée économique, facturé très cher pour son expertise, ses missions de conseils en intégration, d’audit, et de développement des fonctionnalités incomplètes ceci afin que « le compilateur GNU pour Java (GCJ) et GNU Classpath, » qui ne gèrent pas encore toutes les fonctionnalités puissent rattraper leur retard… bref la mise sous tension nécessaire au capitalisme en mouvement.
      Ainsi concernant l’organisation du travail et la visée sociale, le manque de recul est déconcertant, c’est l’abus de confiance en permanence : pilotés par un Scrum master, sorte de psychologue qui usurpe la chefferie de projet (forcément nous sommes dans un monde libre donc sans chef), le découpage d’un projet est réalisé en boîtes de temps nommées sprints, avec au sein de ces sprints, les tâches mésestimées et choisies par le développeur junior lui-même, permettent de simuler l’aspect participatif à la production du logiciel effectuée sur des plateforme à intégration continue adressant des mails tous azimuts des alertes destinées au développeur coupable du bogue.
      L’objectif principal étant de supprimer un découpage en unité de production, estimée en tâche jour.homme par un expérimenté, trop rigide car trop organisée pourtant nécessaire à la négociation sociale entre le producteur et la chefferie.
      C’est une véritable usine logicielle aggravant le standard du fordisme. La démarche est agile allant à l’Extreme Programming, bref c’est le capitalisme en mouvement continu qui demande aux développeurs une adaptation, réactivité, souplesse, agilité… bref une aliénation totale masquant une auto-organisation dans un chaos organisationnel perpétuel, un fonctionnement en mode d’autocontrôle que Lucien Cerise nous explique en long en large et en travers.
      L’objectif étant sans surprise, je cite
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Scrum...)


    • … de former un « cadre de travail permettant de répondre à des problèmes complexes et changeants, tout en livrant de manière productive et créative des produits de la plus grande valeur possible » et cela pour le plus grand bonheur du Grand Capital.
      Ah oui le geek le plus agile, le plus extrême dans sa programmation, le plus aliéné est gratifié de bonbons « Harib… c’est beau la vie ! » assurant par le même biais une prise de poids et donc à terme une obésité qui le contraindra à se maintenir à son poste de travail « pour travailler plus non pas pour gagner plus mais pour manger plus de bonbons ! ».
      Drolatiquement drôle.


    • SamWang > Mouais, en ce moment même l’oligarchie tremble de notre discussion sur le net...et je pense personnellement qu’internet n’a joué qu’une partie infime dans la connaissance que les gens ont des agissements des élites pourris.

      Pour intel, justement tu me donnes un argument, c’est parce qu’ils ont des ambitions mais surtout des moyens que tu n’auras jamais qu’il faut éviter d’aller vers le tout technologique. Quelqu’un à dit ici que la technologie est neutre et que l’humain la change en bon ou en mauvais, les gens qui ont la main mise dans ce domaine sont pas gentil du tout et ont pas le même objectif que toi. Dieudo veut aller sur ce terrain pour peut être le gagner...mais ça se fera pas sur internet, l’histoire l’a déjà largement prouvé...

      gto > Dieudonné était connu avant l’ère d’internet, les 2 millions de vues il les doit a sa popularité, son talent et surtout à l’acharnement du système contre lui et aussi un peu grâce à son bus puisqu’il ne pouvait pas jouer ailleurs à l’époque...Internet l’a aidé mais c’est pas comme si c’était un inconnu. Accessoirement, je regardais sa page FB quand elle n’avait même pas 125 000 abonnés, après VALLS & co il est progressivement arrivé à plus d’un million.

      Je ne sais pas quelle présence physique tu comptes ramener mais m’est d’avis que tu seras seul sur le terrain, prends quand même des fruits pour la balade. Quand à tourner en dérision mon propos en mettant des noms de gens corrompus c’est drôle. T’aurais carrément pu mettre le NPA, ils sont toujours sur le terrain...

      Cite moi un seul mouvement qui soit aller prendre d’assaut le parlement ou le sénat en 40 ans ?


  • Après toutes ces années, je ne trouve plus de qualifiquatifs pour exprimer mon admiration et mon soutien infaillibles, mon Dieudo ...
    Tu es vraiment exceptionnel, mec ...
    À chaque vidéo, tu leur mets Quenelles sur Quenelles, avec intelligence et brio ...
    Ananassurance, Ananacrédit, Ananabanque et Ananavoyage !
    Que dire de plus ?
    Soral et Toi, vous êtes des vrais bonhommes !
    Prends soins de Toi et de ta Tribu ...
    Mo’Truckin’.


  • Merci Dieudo, ça m’a fait du bien d’avoir des mauvaises nouvelles de la caisse qui pique mes noisettes, la mienne, 1 an et demi que j’essaie de partir ! Je n’y arrive pas et pourtant j’ai tout essayé, bon, là je crois que je vois le bout du tunnel.
    Quelle rage il a valsou contre toi, c’est grotesque, je le savais, mais à chaque fois je trouve cela démesuré. L’ananassvoyage, ça m’intéresse, j’ai une famille nombreuse moi aussi enfin pas autant que toi. C’est super !.
    La prison, courage Dieudo, de tout coeur avec toi. Soit béni ainsi que les tiens.


  • Étalon travail et or contre étalon rien , il n’y a pas photo .Valls ferme la , merci .


  • La banque ennemi des peuples , pas des dirigeants corrompus .Au chiottes les bankers le plus vite possible .


  • Dieudo, L’oiseau de bonne Augure .


  • J’espère qu’il a raison Dieudonné, seulement l’oligarchie veut le censurer l’Internet avec le projet PHEME. Pas sûr que ça reste un espace de liberté.


  • Internet, ça me fait penser au passeport numérique que les "élites" veulent mettre en place, sans lequel connexions ou achats en ligne deviendraient impossibles. Le dernier article concernant le Bilderberg publié sur E&R fait mention de ce sujet abordé lors de leur réunion 2016. L’anonymat, la liberté de penser, de s’exprimer, ... tout ça les répugne, ça commence à faire trop d’émules. Aussi était présent l’incontournable Google, propriétaire de YT, entre autres.

    Si cette "loi" est mise en oeuvre et appliquée (le réseau TOR pourrait-il passer outre ?) nous saurons par conséquent quelle en est la source. Et c’est peut-être déjà dans les tuyaux. Qui sait vont-ils nous pondre des opérations sous faux drapeau, comme ils savent si bien (ou mal) les organiser, drames en chaîne et en lien avec les réseaux sociaux ou internet globalement, pour faire passer la pilule, de plus en plus amère et indigeste.

    Et puis quoi à l’arrivée ? Des jugements, des condamnations ? Des blocages de ligne ? Pour quels motifs ? Des propos "déplacés" ou, par hasard, des propos à tendance anti-bidule ? Comme pour les quenelliers, dont certains ont perdu leur emploi etc, leurs noms et adresses piratés et mis en ligne, et les appels au lynchage voire au meurtre (JSS etc) mettant des vies, des familles en danger (tiens sur ce coup-là était absent Walls "Führer" roi des décibels, pas d’amalgame hein comme dirait l’autre).

    Ou alors in fine ce pourrait être une bonne chose (?) si chacun est obligé de se mettre à nu pour avoir quand même le droit de s’exprimer, aux côtés des "pionniers" Soral, Dieudo, etc qui ont commencé à tracer les sillons, l’indifférence par le nombre, ça peut libérer le débat et la parole. Un effet de masse et un effet boomerang. Puis les RG&co (certains plus zélés que d’autres) peuvent savoir qui nous sommes, l’espionnage dans la digne lignée d’un certain Fouché. Et de nouvelles lois, suite à une série d’attentats, leur ont facilité la tâche (la même cartouche depuis 2001, la ficelle est usée à un point).

    Pour les poursuites/procès dans la catégorie absurde, pour des dizaines, centaines de milliers, accusés d’un mot de travers, un discours, une attitude non conforme à la pensée unique, ce n’est pas à la portée de l’ennemi. Le problème n’est pas tant le fait de s’exposer ou non, le problème récurrent se manifeste dans cette anomalie liée à la crainte/méfiance d’un peuple envers ses représentants (et vice versa). Et le ravin s’élargit chaque jour un peu plus.

     

    • tout est dit !!.....la question demeure...que faire ???.... j’ai 67 ans, dans ma jeunesse..nous étions
      plus impulsifs...et les pavés volaient bas...aujourd’hui la nouvelle génération me semble moins
      beaucoup moins concernée....il m’arrive de discuter avec certains...et je m’aperçois ..qu’il n’ont
      rien ds le crâne...pas de colonne vertébrale...à par les jeux vidéo !!!!! en clair ce sont des morts vivants !!! donc pour moi ce monde est FOUTU !!!


    • C’est vrai que se mettre à nu est quelque chose de pas très courant dans l’air du temps. Michel ici nous dit que dans sa jeunesse les gens ne pouvaient se cacher comme maintenant et que la jeunesse actuelle est tellement décevante, vrai aussi. Pourtant ce qui m’interpelle c’est que nous sommes bien plus nombreux qu’avant et que ce n’est pas impossible quand même de faire chavirer les choses si on s’y met en grand nombre (des millions) et tous EN MEME TEMPS. N’attendons pas qu’ils nous ferment internet, servons en nous tant qu’il est encore temps.


  • #1500593

    Soral claivoyant ; Dieudonné visionnaire

     

  • Vous n’avez pas la haine vous ??? moi SI !!!!!
    je regarde la vidéo de Dieudo...valls parle...le système se lève et applaudit...... là
    je vomis !!!!! .....je suis sur une autre planète.....la planète des singes.....un monde
    qui s’acharne sur un clown.....BEURKKK ....à tout jamais !!!!!!!


  • D’après Manuelito et ses sbires, Dieudonné ne faisait plus rire personne, ben manifestement Manuelito, il fait se huer, siffler copieusement par tout le monde quand même !!!
    https://www.youtube.com/watch?v=pdz...

    Il finit par faire coucou à tous ces gens qui le sifflent ?
    http://www.francetvinfo.fr/economie...

    Perte totale de contact avec la réalité, en plein épisode psychotique le mec comme lorsqu’il voit des antisémites, des terroristes,… partout que personne d’autre ne voit ! Ou quand il se met soudainement tout rouge de colère à taper sur son pupitre pour déclarer la guerre à Dieudonné et à Alain Soral en pleine période de chômage masse !? Ou encore lorsqu’il se sent en grande insécurité dans l’hémicycle et que sa main se met à trembler toute seule,… Il est fou ce mec, il doit entendre tout le temps la voix de Cukierman dans sa tête ou quoi ?!


  • Bjr tlm,
    J’ai contracté un crédit professionnel, qui porte sur l’équipement, sur 7 ans d’environ 110 000 euros, est-ce que vous croyez que ces erreurs de TEG peuvent s’appliquer à mon cas ?
    y a-t-il des gens qui ont essayés déjà ? pouvez vous nous donner votre avis merci


  • @ Dieudonné :

    tous les francophones sérieux te regardent avec respect, rigolent de tes bon mots, souffrent de ta souffrance quand ils en prennent connaissance, sont peinés de ce qu’ils voient comme des égarements de ta part.

    Cela est aussi vrai pour tous les francophones les plus sérieux relativement à tous les francophones (et au-delà) qui puissent être considérés — au fond il n’est question que de valeurs humaines et de compassion —, mais probablement un peu moins à Manuel Valls, quand même, merde... Ou bien particulièrement à Valls, car après tout, n’avons-nous pas besoin d’une compassion exceptionnelle pour les plus méchants, les plus manipulateurs, les plus pervers d’entre nous... ou du moins, en l’espèce, le plus fidèle servant des plus méchants, manipulateurs et pervers d’entre nous ?

    Je passerai cet été dans la solitude, le silence et l’étude (pour cette dernière, autant que je le peux), comme depuis des années que je participe à mener le combat contre l’oligarchie putassière. Je te dédie cet été de réclusion non criminelle et non perpétuelle, particulièrement pour ta réclusion non criminelle et non perpétuelle à venir, comme je dédie mon engagement à tous ceux qui souffrent, sans limitation, donc à tous ceux qui sont (hormis les parfaits éveillés, ceux qui sont au-delà de toute souffrance, les bienheureux, si de tels êtres existent), car tel est mon engagement de boddhisatva non bouddhiste, de méditant débutant.

    En attendant la libération,

    amen.


  • @ Dieudonné :

    tous les francophones sérieux te regardent avec respect, rigolent de tes bons mots, compatissent à ta souffrance quand ils en prennent connaissance, sont parfois peinés de ce qu’ils voient comme des égarements de ta part.

    Cela est aussi vrai pour tous les francophones les plus sérieux relativement à tous les francophones (et au-delà) qui puissent être considérés — au fond il n’est question que de valeurs humaines et de compassion —, mais probablement un peu moins relativement à Manuel Valls, quand même (merde)... Ou bien — dans un paradoxe apparent — particulièrement à celui-là, car après tout, n’avons-nous pas besoin d’une compassion exceptionnelle pour les plus méchants, les plus manipulateurs, les plus pervers d’entre nous... et ici de l’un des plus fidèles servants des plus méchants, manipulateurs et pervers d’entre nous ?

    La compassion ne veut pas dire nécessairement courber l’échine pour se laisser avilir... Les peuples écraserons ce nouvel ordre mondial oligarchique par la force de la vérité car les peuples se le doivent, le doivent à leur descendance et finalement le doivent à l’Esprit.

    D’ici à la libération, nous continuons à oeuvrer pour réveiller nos semblables, aiguiser nos esprits critiques et nous développer spirituellement pour manifester les plus hautes qualités de l’esprit.

    Hommage à toi, Dieudo, pour la puissance de ton engagement, pour ta résistance au nouvel ordre mondial oligarchique. Nous sommes témoins. Amen.


  • #1501189

    Je ne partage pas du tout cet optimisme, pour plusieurs raisons :
    Un outil que le consommateur juge instrument de liberté au départ, se transforme souvent un instrument d’asservissement et de contrôle, voire de surveillance (par exemple, le Telephone mobile).
    Internet révèle un monde d’une telle complexité que les choix deviennent très difficiles pour les individus, et plus encore pour les peuples.
    Internet altère la confiance que les peuples ont pour leurs gouvernants, mais place au même niveau ce qui représente une information majeure et ce qui relève de l’anecdote. Et le sens critique ? me direz-vous.
    Il est fragilisé et altère, manipulable à volonté, faute de culture commune.
    Bref, internet est un instrument de confusion

     

    • Je prends tes raisons d’être pessimiste une à une et les analyse en témoignant de mon expérience.

      [1/4]

      1) tu considères le téléphone mobile comme un exemple d’outil que le consommateur juge instrument de liberté au départ...

      J’ai observé l’arrivée du téléphone satellite et une décennie plus tard du téléphone portable et je confirme ce point.

      1 bis) ...se transformant (comme souvent) en un instrument d’asservissement et de contrôle, voire de surveillance.

      Pour ce qui est de l’asservissement, le téléphone a changé de nature tellement ses capacités ont été décuplées, servant désormais aussi de console de jeu et d’accès à internet presque au même titre qu’un ordinateur de bureau (les usages diffèrent un peu, les interfaces d’entrée étant pour l’instant moins ergonomiques, la puissance inférieure étant parfois limitante, l’écran étant de petite taille). Dans ces nouvelles conditions, on peut comprendre son côté addictif.

      L’évolution en cours amènera une convergence accrue avec l’informatique pratiquée devant un ordinateur classique, du fait de l’évolution des interfaces d’entrée (captation des gestes et des attitudes par analyse d’image, analyse sémantique profonde de la voix amenant une adaptation accrue du comportement du téléphone et des services sur le réseau).

      L’innovation est pour partie l’assemblage de fonctions préalablement séparées. Les croisements de technologie, la convergence sus-mentionnée, cela se retrouve dans tous les domaines et tu pourras demain considérer un fauteuil d’handicapé standard comme étant devenu asservissant et instrument de surveillance, du fait de l’intégration de technologies de communication et de divertissement...

      Pour ce qui est de la surveillance, qui sait à quand remonte l’implantation de technologies permettant la géolocalisation ou l’utilisation du micro ou de la caméra à l’insu du propriétaire du téléphone ? Il me semble probable que les oligarches aient très tôt décelé le potentiel de surveillance associé à ces terminaux mobiles, comme il est probable que la perspective de mise en réseau d’automates programmables (des ordinateurs) ait suscité dès l’origine des ambitions de contrôle accru...

      Ainsi, oui, dans le monde que nous expérimentons et subissons pour une part croissante (pour l’instant), les outils technologiques de communication peuvent être jugés comme instruments de liberté au départ, puis se transformer en instruments d’asservissement et même de surveillance.

      ../..


    • [2/4]

      Observe bien que ce processus est fondamentalement lié à l’absence de contrôle de la conception/fabrication des instruments par le peuple, au contrôle accru d’une oligarchie par l’entremise de la concentration capitaliste et des réseaux de pouvoirs et d’influence liés à l’outil financier. Cela est notre actualité sur la terre. C’est dans ces conditions qu’apparaît l’impératif de libérer le matériel, au sens que j’ai décrit quelques commentaires plus haut.

      Avec l’expérience, la sensibilité à ce type de dérive s’accroit et le regard critique est aiguisé (moins soumis à l’illusion, plus apte à l’anticipation) lors de l’émergence d’un nouvel instrument lié à une nouvelle convergence de technologies. Mieux que ça, avec l’expérience et l’analyse apparaît l’impératif d’opérer une mutation de la société pour se libérer des entraves du capitalisme et du risque d’asservissement et de surveillance parfaitement généralisée.

      Nous sommes à ce tournant. De plus en plus, des opérations de financement participatif vont émerger pour amener à des productions d’outils numériques contrôlées par des représentants bien plus légitimes du peuple. Nous allons libérer le matériel des contraintes mafieuses d’insertion de portes dérobées, par l’entremise de spécifications ouvertes, sous licence libre, auditées avec signatures cryptographiques (résistantes y compris aux attaques par ordinateur quantique). Nous allons amener de la diversité dans les schémas de conception, rendant encore plus difficile la généralisation de la surveillance. Nous allons prendre le contrôle d’usines de fabrication de façon contractualisée et superviser la fabrication et la distribution. Parallèlement, il va y avoir relocalisation de la production à des échelles nationales voire régionales, voire à terme micro-locales, avec dans les cahiers des charges des contraintes écologiques, holistiques, de respect des générations futures et de l’harmonie sur la terre. Le travail est amorcé depuis longtemps et le basculement général de la société va arriver. Certains le voient de loin et témoignent.

      ../..


    • [3/4]

      Pour ce qui est du caractère addictif et asservissant des instruments numériques, la maturation des usages va venir : elle est liée au retour du concret et à l’impératif de renouer avec le sens de la vie — le bonheur de partager le bonheur, la recherche de l’harmonie —, elle est donc liée à l’émancipation spirituelle et la guérison des profondes névroses et d’un certain nombre de psychoses, elles-même particulièrement liées aux dérives oligarchiques (et aux projets de conquête, aux guerres, à la corruption induite).

      2) Internet révèle un monde d’une telle complexité que les choix deviennent très difficiles pour les individus, et plus encore pour les peuples.

      La difficulté de choix vient de la corruption généralisée, y compris de la science, sous l’emprise des dérives oligarchiques et capitalistes. Pendant ce temps, des tribus de citoyens ayant développé une expertise sur un quelconque sujet témoignent et transmettent des informations qui sont accessibles sur des sites dédiés ou via des portails de ré-information comme E&R.

      3) Internet altère la confiance que les peuples ont pour leurs gouvernants, mais place au même niveau ce qui représente une information majeure et ce qui relève de l’anecdote. Et le sens critique ? me direz-vous. Il est fragilisé et altère, manipulable à volonté, faute de culture commune. Bref, internet est un instrument de confusion

      La confusion, l’ingénierie sociale promouvant des mensonges, entre autres par de la désinformation amplifiante (profusion de messages faux au milieu de messages valides) est un problème majeur qui est partiellement traité par E&R. Partiellement car il n’y a pas de comité éthique et scientifique parfaitement démocratique dans E&R d’une part, et d’autre part parce que E&R n’est pas représentatif de l’ensemble du peuple de France.

      ../..


    • [4/4]

      Lorsque nous aurons mis sur pied un instrument nous permettant :

      - d’obtenir facilement l’expertise des différentes communautés (E&R, mais aussi toutes les autres) sur un quelconque sujet par une simple requête dans un langage proche du langage naturel ;
      - d’obtenir le plus grand commun dénominateur entre toutes les expertises d’un panel de communautés ;
      - d’accéder techniquement à ces expertises avec une confiance accrue (logiciel libre / matériel libre) ;
      - d’accéder à des expertises produites par des communautés authentiquement démocratiques, avec des protocoles d’élaboration du corpus de connaissance au maximum transparents / avec signatures cryptographiques des transactions / cohérence intrinsèque du corpus de connaissance validée algorithmiquement (toutes les assertions étant toute cohérentes) ;
      - d’accéder à des réponses à la profondeur adaptative (adaptée à la requête qui comprendra une durée souhaitée de prise de connaissance de la réponse) ;
      - d’obtenir la résilience à la coupure physique du réseau Internet officiel (via le Lifi micro-local, le Wifi maillé proximal de secours — jusqu’à quelques dizaines de kilomètres —, des échanges par laser en voie aérienne sur de grands axes, et d’autres technologies alternatives ne nécessitant par d’infrastructure matérielle de transport, mais uniquement des infrastructures d’émission et de réception)...

      ...lorsque nous aurons mis sur pied un tel instrument, alors nous aurons optimisé le potentiel de convergence entre les consciences et de réduction de la confusion, alors nous aurons optimisé la densification des échanges informationnels, alors nous aurons drastiquement accru notre résilience au nouvel ordre mondial oligarchique et mieux : nous aurons alors l’outil majeur pour faire fonctionner une fédération de démocraties authentiques à la surface de la terre, selon le sain principe de subsidiarité, donnant à chacun le potentiel d’accès à l’état de l’art de la connaissance pour une participation éclairée à la vie de la civilisation, notamment à l’occasion des votes.

      Un tel instrument est pensable. Pour ma part, je l’ai appelé TEN et son coeur informationnel est Zin[o|d] (cf. quelques messages de ma part plus haut pour d’autres détails).


    • #1501813

      Merci @SamWang... pour tout ça.

      Tu pourrais en une phrase nous en faire une synthèse. Histoire de clarifier ta pensée pour nous autres.

      Avec tout ça, si dense, j’en avais oublié de quoi traitait l’article à l’origine.



    • Aux modérateurs :



      la dernière "salve" de 3 messages (postée vers 0h38 ce jour), en réponse à Le québécois, n’a pas été publiée. En la relisant, je la trouve assez laborieuse à lire. Je reformule, notamment en élaguant, dans une courte série de messages à suivre.

      Cordialement,

      SamWang


    • [1/3]

      @ Le québécois

      Je réponds à ta sollicitation : une phrase pour chacun des deux concepts clé Zino et Zind. Je m’autorise un plus long développement derrière deux renvois numérotés en bas de page, pour que tu puisse comprendre plus en profondeur, à ta guise.

      Zino est du montage vidéo en ligne simplifié (1).

      Zind est une version automatisée, que j’appelle la télévision interactive — produisant des réponses synthétiques à des questions posée dans une langue proche de la langue naturelle (j’appelle LNC cette langue) —, construite collaborativement — c’est à dire par les membres d’une communauté qui alimentent le système d’information par des sources mutlimédias (vidéo, audios, textes) et leur expertise exprimée en LNC (2).




      (1) Cas d’usage simplifié :

      - tu cliques deux fois pour identifier le début et la fin d’un extrait de vidéo qui te parle. Tu recommences avec autant d’extraits qu’il te plait. Tu enchaines les extraits dans l’ordre qui te convient et finalement si ça te branche, tu insères un discours personnel faisant la liaison entre les extraits, pour produire ton point de vue citoyen sur les fonds multimédias. Bref, c’est du montage vidéo, mais il est fait en ligne, rapidement, éventuellement collaborativement avec des amis.
      - tu partages le résultat via une simple URL. L’utilisateur qui consulte ta production accède au contenu livré par les grosses plateformes hébergeant le contenu et réassemblé en quasi temps réel sur ta machine. Si les vidéos sources sont censurées, la livraison est faite depuis un nuage de machines en "peer to peer" (de pair à pair) et si vraiment la censure est répercutée sur ce nuage parce que le système met la grosse pression, le contenu est livré depuis un réseau incensurable comme Freenet.

      ../..


    • [2/2]

      (2) Zind est Zino en version "automatisée", c’est l’automatisation du montage à base d’extraits, en réponse à une question posée par l’internaute. Par extension, Zind traitant du texte, on pourra lui faire produire des réponses textuelles sans support multimédia.

      Zind est en fait un acronyme qui signifie "Zino is not dead" (Zino n’est pas mort), comme un rappel à la version manuelle, toujours utile, un appel à la vigilence avec l’automatisation...

      La question est formulée en Langage Naturel Contrôlé, dit LNC, un sous-ensemble du langage naturel, permettant le traitement automatisé, par levée maximisée des ambiguïtés. Il y a une assistance à la formulation normalisée par une interface de saisie prédictive (prédictive, c’est à dire un peu comme sur un téléphone portable). C’est une langue proche de ta langue maternelle naturelle, comprendre maternelle pour chacun dans sa propre langue, car la traduction automatique est assurée (par conception) entre toutes les LNC.

      J’ai écrit version "automatisée" avec des guillemets, car il y a bien sûr un travail en amont : c’est la communauté qui le réalise, chaque membre ayant vocation à participer à alimenter le système d’information (on parle en langue savante du modèle (ou ontologie) et des règles, c’est une forme de programmation dite déclarative) en écrivant en LNC.

      Parce que ce n’est pas encore dans l’état de l’art de l’intelligence artificielle d’obtenir une transcription fiable d’une source vidéo automatiquement, ça devra être fait par des humains. Parce que le traitement automatique du langage naturel est une sinécure (c’est parfois chaud d’identifier si tel propos est du second degré, t’as vu ?), il devra y a avoir une transcription également en LNC. Ensuite, il sera bien utile d’identifier des extraits pertinents au sein des sources multimédia pour aider Zind à produire facilement des réponses intelligentes. Dans le même esprit, on l’aidera en attachant des informations formalisées à ces extraits, comme le nom des intervenants, les sujets abordés, les thèses défendues, une description de ce qui est montré... Bref. Le reste du modèle et des règles sera comme la définition de la ligne éditoriale de la tribu : comment elle voit le "monde" des sources multimédias, et au-delà, autant que nécessaire, comment elle voit le monde tout court. Je passe certains détails...

      ../..


    • [3/3]

      Voilà ce qu’il y aura en entrée du moteur d’inférence du système expert Zind d’une communauté donnée. Un moteur d’inférence (du verbe « inférer » qui signifie « déduire ») est un logiciel correspondant à un algorithme de simulation des raisonnements déductifs.

      Enfin, pour faciliter et accélérer les traitements par Zind, il faudra sans doute programmer (j’emploie ce terme, mais il s’agit toujours de programmation déclarative, consistant à écrire dans ta langue naturelle contrôlée) des heuristiques très contraintes de parcours de l’espace des solutions. J’entends par là qu’il faudra décrire des parcours pertinents de l’espace des solutions possibles en terme de montage vidéo pour répondre à telle ou telle question.. On pourrait dire qu’il faudra parfois "coder en dur", en quelque sorte, des enchainements spécifiques d’extraits qui traitent pertinemment de tel ou tel sujet.

      J’ai fait long, désolé, mais accessible, sauf à la marge. C’est rare qu’on me demande des explications et j’aime en donner.


Commentaires suivants