Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

Le chanteur et immense guitariste est mort samedi à son domicile du Missouri à l’âge de 90 ans. Il était l’auteur de tubes tels que « Johnny B.Goode », repris à de nombreuses reprises et considéré comme le morceau fondateur de la musique rock.

 

Chuck Berry – « Johnny B. Goode » (Live 1958)

 

Chuck Berry, l’une des plus grandes figures du rock’n’roll, est mort aujourd’hui dans sa maison du Missouri, a annoncé la police locale, dans le comté de St Charles. Charles Edward Anderson Berry Sr a été trouvé inanimé par les secouristes et son décès a été prononcé à 13h26 locales, a précisé la police sur son compte Facebook. Le chanteur guitariste était âgé de 90 ans.

Désigné comme « le père du rock’n’roll » par de nombreux admirateurs, il a influencé de nombreux artistes et a vu son répertoire souvent repris. C’est grâce à ses parents, choristes pendant l’office dans une petite église du Missouri, que le jeune homme découvre la musique. Avec comme idole Nat King Cole, il commence à apprendre la guitare pour jouer les titres qui passent à la radio, tout en accumulant les petits boulots et en flirtant avec la délinquance. Devenu coiffeur, marié et père de famille, il arrondit ses fins de mois en jouant de la guitare dans des clubs, lorsqu’il est remarqué par le bluesman Muddy Waters.

Sous l’égide d’Ira Harris, son ami et professeur, Chuck Berry s’invente alors un style musical qui lui est propre. Il se nourrit de différentes influences allant du blues à la country. À partir de 1952, il joue de la guitare, chante avec plusieurs groupes éphémères et apprend le métier de la scène en se forgeant une gestuelle particulière. On se souvient de son duckwalk, qui consiste à jouer de la guitare en imitant une danseuse de french cancan souffrant d’arthrose. En 1955, le chanteur signe avec le label Chess Records et son premier titre « Maybellene » se place à la cinquième position dans les charts.

 

Chuck Berry – « Maybellene » (Live 1958)

 

Chuck Berry – « Roll Over Beethoven » (Live 1956)

 

Chuck Berry – « Sweet Little Sixteen » (Live 1958)

 

Chuck Berry – « C’est la vie » (Live 1972)

 

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

Plus de musique avec Kontre Kulture Musique :

Retrouvez d’autres artistes de talent
chez Kontre Kulture Musique

À découvrir, sur E&R :

 






Alerter

81 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1686655

    Bravo Alain pour cette publication !!

    Je suis en deuil, Chuck Berry est sûrement l’un des meilleurs pionniers du rock’n roll, ne serait-ce que par le rythme vraiment parfait, tout est tenu, les rebonds, les arrêts... toute la signature du rock’n roll.

    Je l’avais vu en concert au Zenith de Paris il y a 7 ans.

    Le rock’n roll incarne aussi le romantisme de l’époque, les filles des années 60, respectueuses envers l’homme et pas encore féministes. La drague était alors facile.

    En effet lorsqu’on écoute les paroles, ce ne sont que des histoires d’amours, du romantisme, des chagrins de coeur....
    Bref une époque où les hommes étaient des hommes romantiques, et les femmes des femmes à leur place.

    Ils feraient bien de balancer une ou deux musiques de ce style dans les boîtes, plutôt que passer du pseudo rock’n roll du style Goldman "J’irai ou tu iras", même si c’est un grand compositeur.. Ca permettrait de danser sur du vrai rock.

     

    Répondre à ce message

    • #1687339
      Le 20 mars à 19:26 par Philip Moris
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      Bref une époque où les hommes étaient des hommes romantiques, et les femmes des femmes à leur place

      Chers monsieur Coca-Cola...Nous n’avons pas les mêmes frises historiques...

       
  • #1686661

    Il nous reste encore Little Richard. Incroyable, ces Black ont pratiquement tout inventé. Mais en art, on ne parle, à raison, jamais d’origine.

    Du côté français, il y a aussi du bon. Interpellant. François de Roubaix est mort trop tôt... Le château d’Hérouville a fait avancer les choses, jusqu’à la perfection, mais on connait sa fin. Jacno, qui avait tout, a joué de 1000 malchances avec toutes ces niaiseries parisiennes. Les autres, tombant dans l’héroïne et, ironie, entourés de stimulants aussi plats qu’une limande. Soral a tout vu, il doit mieux savoir.

    https://www.youtube.com/watch?v=7eL...

     

    Répondre à ce message

  • #1686681

    Chuck Berry = rythme and blues

     

    Répondre à ce message

  • #1686693

    Beaucoup d’hommages mais personne pour s’interroger sur l’émergence du rock&roll puis de la pop-music comme simples avatars de la stratégie de subversion libérale-libertaire mise en place en Occident après WW2 en remplacement du communisme finissant (avec les mêmes recettes et les mêmes cibles) ?

     

    Répondre à ce message

    • #1686911
      Le 20 mars à 04:02 par Ignatus
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      Parce que cet angle a été abordé maintes fois ici, en articles et en commentaires. Visiblement vous débarquez...
      Voir notamment la conférence ER sur l’institut Tavistock, ou plus simplement lire Clouscard, recommandé par Soral dans chaque vidéo.
      Au bout d’un moment, si on ne peut plus apprécier de la bonne musique sans qu’on nous bassine avec une lecture historico critico complotisto de lettré, c’est juste pénible...
      Et quoi après ? Mozart franc maçon donc à jeter au trou avec les satanistes ?

       
    • #1687100

      Ouf merci @Ignatus. Le caractère systématique de cette grille de lecture est en effet particulièrement pénible. Sans même parler du fait qu’elle nivelle les choses comme si les interdits étaient les mêmes de tout temps, ce qui amène à d’inévitables et grossiers contresens.

       
  • #1686732
    Le 19 mars à 21:32 par Mojo Risin
    Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

    Chuck Berry avait compris beaucoup de chose depuis longtemps. Il savait comment marche le capital, la promotion, la politique et où était sa place.
    Du coup au lieu d’être la star attendue, il usait de stratégies de filou (qui lui ont permis de vivre jusqu’à hier... pas comme tous ces petits cons du rock qui tenaient quatre ans en selle avant de crever) Pas de groupe, pas de séjours prolongés en studio, pas de démarche artistique. Il jouait spontanément quand c’était le moment, avec des groupes de fortunes. Les gars étaient censés connaître le truc : one, two, tree, four... Ce qui donne des interprétations fraiches et bizarres comme ce C’est la Vie de 72 avec une équipe de teutons dont un avec une gratte sèche et l’autre avec un piano à queue. Ce qui est curieux pour accompagner le "pionnier du rock’n’roll". Mais visiblement Chuck qui ne cherchait pas l’avant-garde mais la vraie vie y a trouvé son compte. Et puis parfois c’est carrément immonde. Tout particulièrement ce passage télé avec l’ignoble Lennon seventies et sa naine jaune : une profanation de chef d’oeuvre par des milliardaires hippies répugnants et lourdingues, swingant comme des poissons morts Et le Chuck se prète à la mascarade de ces guignols : les blancs payent... De toute façon Berry savait qu’on l’avait figé à tout jamais dans cette posture. On le voulait en pionnier, et en pionnier et toujours en pionnier. Mais lui, il en avait rien à foutre. Rapidement avec le succès et quelques galipettes avec des blanches, on lui avait monté un chantier. Direction la taule. Alors les puristes blancs qui le branchaient blues... Berry lisait et écrivait de la poésie mais tout le monde s’en tamponnait. C’était un pionner de l’âge d’or du rock’n’roll.
    Formidable songwriter issu de la tradition. Designer de chanson maîtrisant un style hyper-peaufiné, poète, parolier redoutable, regard malicieux sur son temps... ah, oui toutes ces intros à la gratte...
    Souvent je roule... with no particular place to go. Toujours sympa de cramer du fuel pour rien avec Chuck à fond.

     

    Répondre à ce message

    • #1687216
      Le 20 mars à 16:47 par Rémi O. Lobry
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      @ Mojo Risin

      Merci pour ces infos camarade.

      Je subodorais des trucs comme ça. Je suis content.

      Il vient de m’arriver un truc rigolo. Une sorte de jeune tube digestif décérébré à sexualité variable me reprochait mon côté "C’était mieux avant" (je suis de 52) à propos de la disparition de Chuck Berry. Le genre de crétin fan de Quentin Tarantino. C’est là que je lui ai appris que "C’est la vie" dans sa scène culte du concours de twist dans Pulp Fiction était de Chuck Berry. Là je lui ai mis une quenelle de 4807 m ! On peut détester l’enfileur de vidéo-clips Tarantino, mais il faut lui reconnaître ses choix musicaux efficaces pour enfumer du crétin.

       
    • #1687226
      Le 20 mars à 17:04 par Daggets
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      Superbe commentaire !!! On ne saurait faire plus bel hommage, en tirant le jus d’une époque et d’une philosophie..
      le rock n roll, ce n’était pas juste des types qui se trémoussent..
      il fallait savoir decoder

       
    • #1687461

      Merci Mojo Risin pour ce plus qu’agréable commentaire qui fait honneur à l’artiste, et qui détonne qualitativement d’autant plus qu’il en côtoie de navrants. Merci également à Rémi O. Lobry pour son humour, à ceci près que je ne partage pas sa sévérité concernant Tarantino. Ne caricaturons pas le présent comme d’autres le font du passé, ce serait dommage.

       
  • #1686779

    Ce n’est pas une question de technique de ceci de cela, que tu fasses une baraque un château ou la construction que tu veux il faut toujours des fondations et Chuck Berry fait parti des fondations ; personne n’a jamais dit qu’il était le roi du shred.

     

    Répondre à ce message

  • #1686846

    Désolé Messieurs Dames, mais le 1er morceau de rock n’ roll fut "Rocket 88", par Ike Turner (oui, de Ike & Tina), sorti en 1951 :
    https://www.youtube.com/watch?v=Gbf...

     

    Répondre à ce message

    • #1687012
      Le 20 mars à 10:17 par TeddyTed
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      A la même époque Bill Haley et ses Comets sortaient Rock This joint ! Ecoute ça :
      https://www.youtube.com/watch?v=76M...

      Et la version black de Rock the Joint date de 1949 (Jimmy Preston)...
      Et toujours vers la fin des années 40 - donc avant Ike Turner et Jackie Brenston - tu as des swing, des boogie et des jump qui préfigurent ce que va devenir le rock n’roll, style musical que l’on peut d’ailleurs diviser en multiples sous-catégories : rockabilly, Hillbilly rock, jump n’jive, boogie-woogie, rhythm n’blues...

       
    • #1687017
      Le 20 mars à 10:34 par Licencex
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      Enregistré avec Jackie Brenston, dont le nom comme interprète de cette chanson est resté davantage que celui de Ike Turner... Une session enregistrée dans les Studios Sun de Sam Phillips, qui reste lui LE producteur (blanc) qui aura le plus contribué à la création du rock’n’roll !

       
  • #1686880

    Il reste également Fats Domino, toujours en vie.

    Il est l’un des premiers à avoir jouer ce que l’on peut appeler du rock’n roll, c’est à dire à la fois les accords du blues et le rythme binaire rebondi.. et ce dès 1940 avec "Aint that a shame" basé sur les mêmes accords que "Blue Berry hill" joué par Poutine sur You tube !

    Donc on pourrait à priori affirmer que le rock’n roll a été inventé par des blacks :
    Fats Domino, Little Richard, Chuck Berry...

    Après, ma théorie est que le rock’n roll est le mélange entre le blues et le country.
    Le rythme ternaire du blues, s’est lié avec le rythme totalement binaire du country.

    Ca a donné ce rythme binaire rebondi qui caractérise le rock’n roll, mais toujours avec les accords du blues (fa do sol), après c’est le rythme qui signe la musique, pas les accords, on peut faire du rock’n roll avec d’autres accords.

    Jerry Lee Lewis, avant de jouer du rock’n roll, jouait du country.
    Dans le film "Great Balls of fire" qui retrace la vie de Jerry Lee Lewis, il y a une scène mémorable au début du film, ou on le voit jouer au piano, s’inspirer du blues pour créer du rock"n roll.
    Le country des blancs + le blues des noirs ==> rock’n roll

    Donc affirmer que ce sont les noirs qui ont inventé le rock’n roll n’est pas forcément vrai. La musique se créé et se transforme.

    Fats Domino lui-même a pu être influencé par du country... on n’en sait rien.

    Et petite remarque, aucun métissage biologique ici, c’est une rencontre entre deux culture de deux peuples différents, qui a donné une 3eme culture commune.

    Enfin, n’oubliez pas que pour nombre de blancs, le rock’n roll était considéré comme la musique du diable, considéré comme une musique obscène.... le déhanché d’Elvis était très mal vu par les conservateurs de l’époque... C’est une musique subversive. Il y avait des bagarres à chaque concert...

     

    Répondre à ce message

  • #1686970
    Le 20 mars à 08:40 par Walk and wall
    Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

    Le Rock de Chuck Berry c’était d’abord un truc d’aventuriers, de beatniks « sur la route » à la Kérouac...
    Rest In Peace.

     

    Répondre à ce message

  • #1686971

    Merci encore mon ami pour ce médicament de l’âme qui fonctionne à merveille. En plus, on peut en abuser à souhaits ! Longue vie à ta Galaté. Chuck Berry est la seule star qui sera décédée avec des mains d’agriculteur. Jouez un seul morceau à lui avec une Gibson ES-335 et vous allez comprendre...

    Allez, à toute, je t’appelle en arrivant. ;)

     

    Répondre à ce message

    • #1687032
      Le 20 mars à 11:06 par sa majesté
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      "la seule star qui sera décédée avec des mains d’agriculteur."

      Ce sera aussi la seule star à avoir été inculpé pour avoir mis une caméra cachée dans les toilettes des dames et pour lequel il dû payer une somme astronomique en dédommagement pour les victimes.

       
Afficher les commentaires précédents