Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Disparition de Gato Barbieri, pionnier du "latin jazz"

La musique du film Le dernier tango à Paris, c’était lui. On a appris la disparition samedi 2 avril 2016, à l’âge de 83 ans, du musicien et compositeur argentin Leandro « Gato » Barbieri. Il est décédé à New York, où il vivait depuis une cinquantaine d’années, d’une pneumonie.

Musicien prolifique et touche-à-tout, Gato Barbieri avait à son actif une trentaine de disques et un Grammy, récompense obtenue pour le film de Bernardo Bertolucci, Le dernier tango à Paris (1972), dont il avait écrit la musique.

Il a joué avec les grands noms du jazz, de Don Cherry à Charlie Haden en passant par Cecil Taylor ou Carla Bley. Il s’est aussi illustré avec son saxophone sur scène avec Carlos Santana - il collabore à l’album Europa - ou en revisitant la célèbre composition de son compatriote Atahualpa Yupanqui, El arriero.

Gato Barbieri, né à Rosario, capitale des plaines à blé argentines, a commencé par jouer de la clarinette avant de s’essayer au saxophone alto, puis ténor, sur les scènes de Buenos Aires.

Lire la suite de l’article sur rfi.fr

 

 

 

 

 

Voir aussi, sur E&R :

Retrouvez le saxophone de Gilad Atzmon chez Kontre Kulture :

Découvrez les artistes Kontre Kulture Musique :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Merci à E&R de parler de la dispariton de Gato....
    De plus en plus ( est ce bien nécessaire ? ) je suis en symbiose avec vos articles ainsi que le message que vous répandez....


  • "La musique du film Le dernier tango à Paris, c’était lui"

    Ah bon ! Je suis sûr qu’il a dû apprécier cette scène d’anthologie dans laquelle on voit Marlon mettre du beurre (de ferme !) entre les...Que des souvenirs ! Quel grand moment de cinéma. Encore heureux qu’il lui a pas mis le saxophone le Marlon, lui dont la marque de fabrique était l’improvisation. Dommage que l’histoire nous pas dit si c’était la musique qui incita Marlon à mettre du beurre entre les...ou si c’était cette scène qui inspira le compositeur.


  • C’est un des derniers piliers du jazz et un musicien hors pair qui nous quitte...

    Son jeu était flamboyant...


  • #1435016

    Un très grand musicien, Dieu ait son Âme.
    Cependant comme bien indiqué dans l’article, il est de la génération "60’s" (Cherry, Haden, Dollar Brand, Cecil Taylor...) et n’est en aucun cas responsable de l’existence (bien antérieure) du latin jazz. le titre de l’article est bien mal choisi.

     

    • #1435181

      Assez d’accord ... y a eu Stan Getz (un exempe connu) avant Gato qui serait plutôt alors le précusreur du smoothjazz. Ceci dit, le sirupeux c’est pas trop ma came.


    • #1435312

      Stan Getz est un des plus grand musicien de jazz de tous les temps.
      Il a enregistré un nombre incroyables de disques avec tous les meilleurs musiciens de son temps (Jimmy Rainey, Sonny Stitt, Dizzy, Kenny Barron, Bill Evans, Jobim...).
      C’est un musicien tout terrain et un personnage haut en couleur.
      Il n’y a absolument rien de sirupeux chez lui, juste ce sens mélodique incroyable et ce son doux et suave hérité du grand Lester Young.
      "smoothjazz" "latin jazz" sont des termes journalistiques qui n’ont absolument aucun sens et qui n’ont rien à voir avec "the sound" (surnom que lui a donné Coltrane)...

      En bref laissons le grand Stan tranquille et repose en paix Gato Barbieri...


    • #1435854

      @coltrane
      "Sirupeux" s’adressait à Gato Barbieri, pas à Stan Getz (qui n’est pas l’objet de l’article mais me permettait d’illustrer l’antériorité à Gato).

      Ceci dit, par définition le Latin-Jazz désigne, en allant vite, le Jazz se basant sur les accords de types hispanisants (c’est pas du tout enraciné dans les accords blues par exemple) et les rythmes dit latino (caribean,brésilien) (c’est ni le swing, ni le groove).

      Et puis dans un esprit taquin concernant Gâteau, je dirais que d’une certaine façon c’est le précurseur de Kenny G.


    • #1435913

      Je cherche pas la polémique, mais honnêtement je comprends rien à ce que tu racontes...
      "Latin jazz" c’est juste un terme à la noix de journaliste qui va de Dizzy à Michel Camilo en passant par Miguel Zennon et Stan Getz (qui lui a enregistré de la bossa nova au passage).
      Accords hispanisants ? Tu veux parler d’un G7b9 ou d’un A7sus4b9 (A phrygien), ce ne sont que des accords de V degré avec une fonction tonale, rien de plus pas la peine d’inventer un nom.
      Quand au blues c’est aussi un enchainement de cadence V7, et si on met derrière une clave et des congas y’aura toujours un journaliste pour appeler ça du "Latin Jazz"...
      Laissons tomber ces qualificatifs foireux qui ne servent qu’a mettre la musique dans des cases.

      Je voulais juste faire cette précision car la musique à contrario du logos, n’est pas un enchainement de concept, c’est juste de la musique, pas besoin d’en faire une expertise...

      Amicalement


    • #1436021

      @coltrane
      En fait si tu comprend très bien, toi l’initié au logos de la musique, que j’évoquais entre autres le mode phrygien... et pour les non-initiés "hispanisante" reste plus accessible (si, si).
      Concernant Latino... c’est pas par raport aux journalistes (ca fait bien longtemps qu’il ne font plus partie de mon monde, ils peuent dire ce qu’ils veulent ca ne m’interesse pas), c’est par rapport à la réalité culturelle .... le Jazz-Latin est joué, inventé par des latino américains (c’est ni des canadiens, ni des étasuniens, ni des Ouzbek)...

      Quand au blues, le coeur c’est la penta (je parle de la gamme balafon de l’Afrique de l’Ouest), t’as pas compris ça, t’as rien compris !

      "La musique c’est juste de la musique".... c’est du très haut vol... t’as bien raison finalement d’éviter (quand tu peux) de te méler de "logos".
      Ceci étant dit, la musique est une production culturelle alors pourquoi ne pas expertiser, analyser cette production au même titre que d’autres (littérature, architecture, etc).

      Mais je cherche pas la polémique non plus...


    • #1436127

      Mouais... On pourrait en discuter des heures, notamment de ta vision du blues qui est un peu caricaturale, mais j’ai pas envie de faire un débat d’harmonie sur ER...
      Je comprend ta manière analytique de voir les choses mais, étant musicien professionnel, j’ai une manière de voir tout ça plus simplement, sans faire de "cases" voila tout.
      Au plaisir de se croiser dans une JAM session, finalement pas besoin de parler en musique, il suffit de jouer !!!


    • #1436390

      Un peu de sparing pour maintenir la forme... merci pour l’échange...
      Une vision radicale du blues, plus que caricaturale, je dirais ... Au plaisir de te croiser virtuellement ou réellement !


  • #1435057

    Europa, le générique remixé de "Pollen", toute une époque... Le matin jazz, la mélodie mineure.


  • Triste nouvelle qui me fait me remémorer ma découverte du jazz il y a 20 ans, découverte qui devint rapidement une passion chronophage, je me souviens de la première fois que j’ai écouté son album "under fire", quel uppercut pour mes pavillons, ce son inimittable qui pouvait être paroxystique et sauvage, puissant et rugueux, et dans d’autres albums se montrer voluptueux, sensuel et entêtant comme dans le dernier tango à Paris, (à ce propos je trouve le commentaire de gelindo qui dénote certainement un refoulement pour le moins déplacé)...

    Oui, je suis triste comme une " milonga triste " !

    milonga triste
    https://www.youtube.com/watch?v=suG...

    under fire
    https://www.youtube.com/watch?v=scK...


  • #1435115

    Des articles de haut niveau, du courage , un respect pour notre Seigneur Jésus-Christ . Et par-dessus le marché deux musiciens dont mon maître Carlos Santana et ses notes pleines de nectar . Merci à ER !


  • Triste nouvelle j’venais de compléter sa disco tout récemment en plus.
    Comme tous les plus grands strictement aucun déchet produit durant sa longue carrière, que d’la folie folle furieuse.
    "I want You" de Caliente ! ca faisait longtemps... Quelle perle.

    Encuentros...
    https://www.youtube.com/watch?v=ERp...


  • Merci je ne connaissais pas. Pour partager, je vous invite à vous écouter l’album "Voice of Chunk" du groupe The Lounge Lizards.

     

  • Incontestablement un musicien de grand talent. Souhaitons lui un bon voyage dans l’au delà, jusqu’aux confins des galaxies.


  • #1435458

    Le vibraphoniste Cal Tjader a été pour moi l’un des meilleurs représentants du "latin jazz". Je recommande vivement son album "Latin Kick" (1956) avec Brew Moore au saxophone ténor. Gato Barbieri est trop kitsch pour moi.


  • #1435687

    Pas mal mais musicalement je préfère les brigandes


  • #1436303

    barbieri n’a rien d’un "pionnier" du "latin jazz" tout au plus un suiveur mediocre de ce courant,seulement peut etre alors un des pionnier du "smooth jazz" ringard à la kenny g,à la croisée de la musique de supermarché et d’ascenceur.
    il faut quand meme rappeler que son 1er album solo date de 1967
    pour citer les possibles createurs du "latin jazz"
    art blakey (jazz messengers) notamment holiday for skins 1958 mais des le 1er album de 1956 avec ecaroh ou au birdland en 1954 etc..,
    sonny rollins,horace silver,sambalanco trio,airto moreira,jobim et bien evidemment charlie parker un poquito de tu amor ;my little suede shoes fin des années 40,wes montgomery lolita et bien d’autres.
    revisez un peu vos fiches car au dela d’etre mauvais GB n’est en rien pionnier de quoi que ce soit si ce n’est du smooth desormais unique style affilié au jazz dés qu’on allume la radio.


  • La rencontre entre le jazz (du Be-Bop plus précisément) et la musique latino américaine (cubaine plus exactement) s’est concrétisé à la fin des années 40 à New York grace à la rencontre entre Dizzy Gillespie et Mario Bauza trompetiste cubain, puis peu après de Dizzy avec Chano Pozzo percussioniste cubain.
    A écouter : Cubana Bop, Manteca...


Commentaires suivants