Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Donald Trump nomme un ancien de Goldman Sachs à la tête de l’économie américaine

Donald Trump a annoncé la nomination de Steven Mnuchin au Trésor ce mercredi.

 

Donald Trump a été élu sur la promesse de gouverner autrement, en tenant à l’écart les lobbies « qui polluent Washington ». Comme Bill Clinton et George W. Bush, il fait pourtant le choix de confier l’économie américaine à un ancien de Goldman Sachs. Après Robert Rubin (1995-1998) et Henry Paulson (2006-2009), Steven Mnuchin devient ainsi le troisième banquier de « Government Sachs » – comme on l’appelle aussi – à prendre la tête du secrétariat au Trésor.

C’est un retournement à 180 degrés pour Donald Trump, qui présentait la banque comme la pire incarnation de Wall Street, de l’establishment et des lobbies. « Je les connais, les banquiers de Goldman Sachs ! Ils exercent un contrôle total sur Hillary Clinton », avait-il lancé au printemps.

Mais Steven Mnuchin a d’autres atouts pour lui : il fait partie des rares financiers à avoir soutenu Donald Trump, dès le début de la campagne. Issus de riches familles new-yorkaises, les deux hommes se fréquentent depuis une quinzaine d’années, au tournoi de l’US Open en septembre, au gala du Metropolitan Museum en mai... Un monde assez éloigné de celui qu’incarnait Donald Trump avant son élection.

 

Dix-sept ans chez Goldman

À 53 ans, Steve Mnuchin représente un pur produit de l’élite américaine – de ceux que Donald Trump a constamment raillés pendant sa campagne.

 

Lire la suite de l’article sur lesechos.fr

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

58 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1613416

    A voir certaines réactions hystériques et jubilatoires du genre "Ah ! Ah ! Bande de naïfs ! Vous y aviez cru à Trump ! Ah ! Ah ! On vous l’avait dit... !" je constate que le niveau de compréhension de la politique est chez certains pas plus développé que chez un arracheur de dent...
    Il est trop prématuré pour tirer des conclusions définitives sur cette nomination qui si peut effectivement être le signe d’un ralliement ou d’une compromission peut tout aussi être exactement l’inverse et s’inscrire dans une habile stratégie politique...
    Soit dit en passant certains "anciens de chez..." sont des repentis dont l’expérience passée au sein même de certaines institutions sont un atout extrêmement précieux...
    Trump est loin d’être stupide, laissez le au moins une année à la présidentielle avant d’émettre un avis catégorique ! Le mec n’est pas encore en fonction que vous hurlez déjà à la trahison !

     

    Répondre à ce message

  • #1613422

    Trump ne peut pas faire autrement , à un certain niveau de la gouvernance des USA il n’a plus la main , c’est le cartel bancaire qui a tout vérouillé depuis des lustres , attendez vous à une attaque encore plus forte sur les métaux précieux dans le but de préserver le torche cul pétro/dollar .

     

    Répondre à ce message

    • #1613708

      A propos du " passage de main ... , relisons les déclarations de Président Wilson en 1916 , et dites vous qu’après ça , on sait qui dirige depuis cette date cette nation ! ; d’autant qu’aucun depuis lors , n’a remis en cause cette gouvernance ! IL faut donc peut être cessé de se bercer d’illusions , quand cela change de président ?!

       
  • D’abord Trump élu mais encore en fonction.

    Ensuite, un ancien de Sachs ne veut pas dire cheval de Troie au sein du futur gouvernement Trump. Car c’est comme si on disait que les fonctionnaires sous Vichy étaient tous pétainistes. La loyauté à son nouvel employeur ça doit bien exister tout de même.

    Enfin, si Steven Mnuchin trahi la confiance de Trump, ce dernier pourra toujours le virer et twetter "je vous l’avais bien dit, on ne peut pas faire confiance aux banquiers de Godman Sachs".

     

    Répondre à ce message

  • Depuis JFK tous les présidents américains savent a quoi s’en tenir

     

    Répondre à ce message

  • #1613439
    Le 1er décembre à 02:27 par Francois Desvignes
    Donald Trump nomme un ancien de Goldman Sachs à la tête de l’économie (...)

    - Tout système électoral consiste à choisir entre deux candidats
    - L’électorat ne peut choisir qu’entre les candidats qu’on lui présente
    - Celui qui contrôle le choix des candidats contrôle l’électorat
    - Contrôler le choix des candidats revient à contrôler le candidat
    - Le meilleur moyen de contrôler le candidat est de lui signifier qu’il est libre de proposer ce qu’il veut à condition d’y avoir été autorisé
    - Et il n’est pas de moyen plus sûr d’y parvenir que de le persuader qu’il n’a pas le choix : l’obéissance relative, ou la mort.

    Lincoln et Kennedy l’ont appris à leurs dépens.

    Et M.L.P n’aura pas plus de liberté que Trump ou Hollande (modèle d’obéissance)

    Ne croyons jamais à l’élection, ce leurre.
    Mais ne désespérons pas non plus car Ponce Pilate était meilleur qu’Hérode.

    Et en dernier ressort, aucun de ceux qui nous tyrannisent et nous trahissent n’aurait de pouvoir que notre Père Qui est aux Cieux ne l’ait voulu ou permis.

    Aussi, nous perdrons peut-être toutes les batailles (puisqu’ils trichent) sauf la dernière (puisque nous sommes avec et pour Dieu).

    Thanks to God.

    Or, nous savons depuis Waterloo que celui qui gagne la dernière bataille gagne la guerre.

     

    Répondre à ce message

    • Dieu (je dirais le diable) a peut-être voulu l’URSS et ses tortionnaires bolcheviques affameurs, mais les Européens, non. Oh non, parce qu’on sait maintenant.
      Trumperie contre tromperie, voilà le choix. Poutine aussi a eu bien du mal avec les criminels pillards de son pays quand le mur a implosé, et n’a pu qu’en neutraliser progressivement une partie. Les Etats-Unis sont dans une situation intérieure assez ravagée, mais au moins ils ont une armée puissante et leur président peut avec les moyens (importants) du bord aider à l’assainissement général du "globalisme" glouton.
      L’Europe, puissance économique majeure et puissance militaire en grosse perte de vitesse, est en situation d’être pillée morceau après morceau, par les uns, par les autres, étrangers à l’Europe sur tous les plans. La torture continue.
      Le 21e siècle ne doit pas être celui des bolchos et Dieu y mettra peut-être du sien, pour changer.

       
    • #1613701

      Très sages paroles.
      Au-delà de ce que Trump fera ou ne fera pas, retenons qu’il a quand même balancé certaines choses. C’est toujours mieux que rien, même si certains s’attendaient à une révolution. Rappelez-vous que la révolution est un truc de messianistes. De plus, être trop gourmand revient à devenir comme les gens qui nous oppriment.

       

  • Donald Trump nomme un ancien de Goldman Sachs à la tête de l’économie américaine



    Ben ce sont quand même les plus expérimentés en matière de finance parasitaire, ce qu’est la finance bancaire US...

     

    Répondre à ce message

  • Le Trésor US appartient depuis toujours aux "Elus", comme chacun sait, et Trump est de mèche ... L’argent appelle l’argent, ne jamais oublier cela !

     

    Répondre à ce message

  • #1613554

    Et voila le début du commencement de la fin des illusions, de ceux qui voyait en Trump un adversaire de l’establishment, un défenseur des masses populaires et des classes moyennes..Il n’est rien de plus qu’un vendeur de reves pour nationalistes et autres identitaires mal dans leur peau. Tout comme les autres vendeurs de reves qu’on a en France (fillon mélanchon le Pen) les politiques peu importe leur provenance sont des EMPLOYES...tant qu’on aura pas compris ca on aura rien compris.

    Le temps est un bon conseiller, il parle sans qu’on lui demande son avis..

     

    Répondre à ce message

  • #1614340

    La clarté dans la confusion...c’est un choix tactique respectable. Et puis reprendre le navire au moment où il coule implique de prendre des infos sur les avaries et donc interroger les saboteurs. Pour trouver le mikado à bouger sans tout faire s’écrouler.
    Ce qui est marrant avec Trump, c’est qu’on parle sionisme et banques et jamais des wasp qui ont taclé dsk. Trump subit différentes forces dont quelques unes sont dénoncées (très bien) et d’autres qui sont laissées dans l’ombre. dur d’avoir un avis définitif.
    Pensée cocasse : les télés sont au moins en façade anti-Trump, ce qui contraint à la création du chaine d’état pour que leur président puisse s’exprimer...
    Trump oscille entre différentes forces : je regarderai celles qu’il essaye d’amortir et celles qu’il essaye d’amplifier. S’étonner qu’il y ait des bumpers dans un flipper, c’est con mais on est toujours surpris par les réglages et les trajectoires d’un nouveau flipper. Un temps d’adaptation est nécessaire, ne serait ce que pour repérer le multi-bille et la rampe Jackpot.
    Un scénario possible : les rotschilds font les cartons pour déménager et Trump est de corvée. Sûr qu’il va les aider à tout emballer, mais l’important est:de savoir si le déménagement se passera bien pour les rotschilds ou pour le peuple.des USA. Les choper au moment de l’état des lieux, si le peuple a encore des billes en jeu. J’ai le sentiment que la bille Trump rapportera des points.

     

    Répondre à ce message

  • Trump et le lascar se connaissent depuis un baille. Si ça se trouve le banquier l’était par opportunisme mais n’en pensais pas moins et ne rêvais que d’une choses c’est de renverser la haute finance dont il est issu.
    Peut être qu’au lieux de voir le verre à moitié vide on peut plutôt se dire que Trump est stupéfiant d’avoir dégotté un banquier de ce genre pour sont gouvernement mais qu’avec un peut de chance cela peut être un atout..

    Pour l’instant Trump suit une bonne ligne hein, il fait reculer la théorie de l’évolution (qui n’a jamais été plus qu’une théorie en l’absence de preuves hein, la théorie de l’évolution c’est un dogme. Comme les avions du 11 septembres ou la fameuses atmosphère conditionnée dont les allemands avaient soit disant le secret) et se lance dans un tas de trucs logique et correcte selon moi.

    C’est à prendre comme ça viens quand ça viens d’E&R ou d’un autre site un minimum crédible, cette article lui viens du journal les Echos qui est ultra subventionné par l’état. Donc considérons que c’est David Rockfeller lui même qui à rédigé les lignes qui vous divisent un peut.
    Une boussole qui indique le sud, rien de plus.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents