Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Drahi prêt à vendre Libération, L’Express, L’Expansion à... SFR

La dure fin de Libération, qui finit en opération promo pour des forfaits

D’après nos informations, le patron d’Altice (SFR) pourrait revendre Altice Media Group (Libération, L’Express, Stratégie...), qu’il détient via sa holding personnelle, à l’opérateur au carré rouge. Une manière de jouer la convergence entre les médias et les télécoms. Mais aussi, au passage, de récupérer de l’argent.

 

Le chevalier blanc ? Vraiment ? En s’emparant de Libération en 2014 puis des titres du groupe belge Roularta en 2015, dont L’Express est la tête de gondole, Patrick Drahi, le patron d’Altice, maison-mère de SFR, s’est présenté en grand sauveur de la presse tricolore.

« Mon aventure dans la presse, elle est totalement anecdotique. Je vous raconte l’anecdote parce qu’elle est drôle : lors d’un entretien avec une journaliste de Libération, la demoiselle me dit : “Mais monsieur Drahi, vous allez dépenser 14 milliards pour acheter SFR, nous chez Libération, on a besoin que de 14 millions pour nous sauver.” Ça m’a laissé perplexe, je dois vous l’avouer. Et à l’issue de l’entretien, j’ai dit “prenons le dossier”, parce que si nous pouvions effectivement sauver un titre sans aucune conviction ni médiatique, ni politique, pour un millième de l’argent investi dans SFR, je pense qu’on faisait quelque chose de bien », expliquait l’homme d’affaires le 27 mai 2015 lors de son audition par la commission des Affaire économiques de l’Assemblée nationale.

 

Ne pas perdre d’argent

Faire le bien. C’est si rare dans le monde des affaires que l’arrivée de Patrick Drahi ne peut être que saluée, non ? Bien évidemment, Patrick Drahi n’est pas un mécène. Il n’a pas construit son empire et sa fortune en multipliant les actes de philanthropie. Il a bien l’intention que ces investissements dans la presse, regroupés au sein d’Altice Media Group (L’Express, Libération, Stratégie, la chaîne i24News, Coiffure de Paris ou encore Cosmétique Mag) qu’il détient presque intégralement via sa holding personnelle, soient rentables. Ou du moins ne lui fassent pas perdre d’argent.

« À partir du moment où je commence à investir dans cette activité de presse écrite, qui est une activité très difficile, en chute de vitesse, et pas qu’en France, il y a forcément nécessité de prévoir le long terme. Il ne s’agit pas de mettre 14 millions [dans Libération, Ndlr] puis de s’apercevoir deux ans plus tard que le journal est de nouveau au bord du gouffre. La seule façon de créer une entreprise pérenne, c’est de la développer », précisait Patrick Drahi devant les députés.

 

Des investissements « au compte-goutte »

Bref, tout sauf l’immobilisme... Mais pour l’heure, ce sont plutôt les restructurations qui vont bon train à Libé, L’Express ou à L’Expansion où les rédactions fondent à vue d’oeil. «  Il est devient difficile de se concentrer sur notre travail quand les journées sont rythmées par les pots de départ  », explique une journaliste de L’Express. Et côté investissements ? « Ils se font au compte-goutte, explique un journaliste à Libération. Il n’y a pas de grand plan de développement du titre ou de modernisation des outils rédactionnels. C’est préoccupant : sur le numérique par exemple, on a déjà du retard vis-à-vis du Monde ou du Figaro, et on craint que le fossé se creuse... »

En attendant que la stratégie d’Altice Media Group devienne rentable, Patrick Drahi ne semble pas prêt à prendre trop de risques sur le plan personnel. Selon nos informations, Patrick Drahi envisage sérieusement de vendre ces titres de presse à... SFR, son opérateur en France. À quel prix ? Difficile encore de le savoir. Interrogé par La Tribune, Altice ne fait aucun commentaire. En homme d’affaires avisé, on peut raisonnablement penser que Patrick Drahi réalise une plus-value en se séparant de ses titres. Pour mémoire, il a investi plus de 30 millions d’euros dans Libération. Quant au coût du rachat des titres de Roularta, il n’a pas dépassé les 10 millions d’euros.

Lire la suite de l’article sur latribune.fr

L’israélisation de la presse française, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Remarquez qu’en même temps ils sont fin prêts depuis longtemps à Libé. Ca fait un bail que c’est le forfait connerie illimitée ! :-)


  • " Il faut dire que récemment, SFR a versé 2,5 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires. L’opération, notamment financée par un emprunt de 1,6 milliard d’euros"...

    Pourquoi n’avoir pas emprunté 160 milliards pour en servir 250 de ’dividendes’ ? Servir des ’dividendes’ d’une entreprise cotée en bourse en empruntant sur la-dite entreprise, puis ’conforter’ sa situation en y faisant entrer des ’’actifs’ venant d’une ’presse’ en faillite perpétuelle, c’est de la ’haute stratégie’. Ou : comment se remplir les poches en additionnant les déficits. Au bout du bout, quand tout s’est effondré ; reste une dette impayée, des débiteurs enrichis qui disparaissent aux yeux de leurs créanciers, et un énième scandale. Rendez-vous en 2020...

     

    • tu as dû te tromper de quelques zéros ! Cà m’étonnerait bien que SFR ait distribué 2.5 milliards de dividende . Si c’est vraiment 2.5 milliards, cela ne peut être qu’une soulte pour le rachat de SFR à Vivendi .
      Pour moi, cette aventure Drahi finira comme avec jean marie Messier .


    • @agri

      " Il faut dire que récemment, SFR a versé 2,5 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires. L’opération, notamment financée par un emprunt de 1,6 milliard d’euros"...

      Ami, voyez cela comme moi dans l’article de la tribune et voyez où se trouverai l’erreur éventuelle...bien le bonjour chez vous.


  • dans la liste des panamas papers il n’a fait qu’une apparition ultra discrète dans les commentaires de presse, il a bien créée une société off shore mais lui, comme par hasard, ça n’est pas pareil que tous les autres, c’est une off shore honnête ; ben oui ... ! C’est magique !


  • Je suis client SFR et j’ai reçu ce mail :

    SFR PRESS :
    « SFR innove avec sa nouvelle application SFR Presse (3) , qui sera bientôt incluse dans votre abonnement, pour consulter en illimité vos magazines préférés »
    SFR SPORT & SFR NEWS :
    « Faites le plein d’adrénaline avec le rugby anglais, des sports extrêmes, du basket, du foot et en exclusivité française la "Premier League". Les accros de l’actu ne sont pas oubliés avec SFR News. »

    SFR vous réserve d’autres nouveautés,
    mais pour cela il faudra attendre encore quelques semaines...

    Pour vous permettre de continuer à bénéficier d’un service toujours plus performant, nous sommes amenés à faire évoluer le tarif mensuel de votre abonnement, qui augmentera de trois euros à partir du 09/05/2016.

    Nous sommes plus que jamais déterminés à vous faire vivre le meilleur de la technologie.

    Merci de votre confiance et de votre fidélité.

    Cordialement,
    Votre équipe SFR


  • Une confidence : j’ ai recemment contacte l’auteure ( vraiment je ne sais plus comment dire, l’auteuse ?) d’ un article de libe qui vit aux USA, comme moi.
    Son article n’avait aucun sens, ni aucune syntaxe, ni aucune logique.
    La pauvre est une comedienne au chomage qui fait des remplas dans une ecole maternelle. Elle se decrit comme actrice et productrice, lol.
    quand j’ ai compris a qui j’ avais affaire j’ ai laisse tombe : le journal n’ est meme plus ecrit par des pros mais par des " blogueurs" et pigistes. C’ est triste.

     

  • En gros, il vend la jambe du pantalon qui n’existe pas.


  • La logique d’un milliardaire n’est pas très difficile à comprendre.

    Il emprunte 50 à une banque pour acheter une structure de bien de production qu’on appelle holding.
    La banque va gagner 8 dans les 10 ans.
    Le milliardaire va emprunter 10 à cette même banque pour se payer de 5 et mettre 5 dans la holding. La banque va gagner 2 dans les 3 ans.

    Résultat :
    Le milliardaire gagne 5
    La banque va gagner 10
    La holding va gagner une jolie embellie temporaire de 5 mais qui va lui en couter 20.

    Le milliardaire sera parti, la banque se paiera sur les actifs, les cadres dirigeants les parachutes dorés...

     

    • C’est tout à fait cela et c’est en france parce que la france est au main de la maffia et de ses gangsters en cols blancs. C’est l’art et la manière de transformer une entreprise qui ne fonctionera jamais en quelque chose de juteux, ’quand même’, pour ceux qui n’hésitent pas un seul instant à vivrent d’arnaques, avec la complicité active de leurs mandataires grassement rémunérés qui eux ; ne reculent devant aucunes trahisons. Les drahis sont juste des marqueurs de l’escroquerie qui fait le fond de la réalité dans ce triste endroit du monde.


    • drahi, c’est al capone revu et corrigé, qui tue sans tirer sur personne (pour l’instant) et utilise et instrumentalise un système fait sur mesure pour les gens comme lui par des gens comme lui.


  • C’est une opération de bonneteau assez classique.
    Il rachète de la presse française pour rien en se servant de son aura.
    En deux ans, il redresse à la hache de manière formelle en sortant le maximum de masse salariale. Cela fait, il peut afficher une situation positive de redressement.
    Il revend en faisant fois 2 ou fois 3 sur son investissement.
    Au passage il refile la dette de l’ensemble.
    Et il évite d’avoir à payer le plus dur, les investissements pour relancer des titres amaigris, qui sont bien plus lourd, difficiles, risqués, que de couper dans des coûts, ce que n’importe quel gogo résolu peut faire pourvu qu’il ait du cash.

    SFR paye, c’est à dire le marché pour partie et d’autres actionnaires.
    Le tout est habillé "convergence de contenus" - décidée maintenant, et pour quoi il y a deux ans à l’origines de l’opération ?
    Et puis il fait X dizaines de millions de plus value. Sans impôts probables.
    Bref, Monsieur Draghi s’enrichit a peu de frais.
    Et ce qu’en pense ses actionnaires ? Le marché ?
    Rien. M. Draghi s’en moque. Au pire, il ira dire, et ce sont les faits, qu’aller dépenser 50 ou 100 ME pour SFR ce n’est rien vu sa taille et le bénéfice "convergence de contenus".
    Personne n’ira lui dire "SFR aurait pu faire l’opération au départ, financer ce qui va devoir l’être, le développement", en évitant d’avoir à payer la plus value que Draghi prend.
    La vie capitalistique en résumé.


  • Pute ET chômeur !

     

  • Drahi a 43 milliards d’euros de dette : il pourra rembourser si la conjoncture économique se maintient tant bien que mal, mais si une crise sévère survient il perdra tout .