Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Drones : la France veut combler son retard

Vers la fin des avions de chasse ?

Avec plusieurs décennies de retard sur les Américains, la France se dote d’un programme de fabrication de drones militaires. En attendant, elle se résout à acheter des appareils à l’Oncle Sam, au prix de 20 millions de dollars l’unité. Ce qui est quand même moins cher qu’un Rafale (110 millions d’euros, sans les armements, à l’export).

 

Dassault, justement, prépare le drone de combat français. On peut alors légitimement se poser la question du poids de cette grande société dans la décision tardive d’entamer un programme de construction de drones français armés.

Quand on écoute le reportage de France Inter diffusé le 4 mars 2016 sur le sujet, on comprend le pourquoi d’un tel retard, qui a mené, entre autres, au drame d’Uzbin (10 morts et 21 blessés) en Afghanistan : avec une couverture aérienne assurée par un drone, nos soldats n’auraient pas été surpris. C’est cet événement qui a provoqué une prise de conscience dans l’état-major français.

Le reportage vidéo de l’émission est ici :

 

 

 

Pendant le début du mois de juillet 2015, le 20 Heures de France 2 a proposé une série de sujets sur l’armée française et ses composantes, dont celui-là, qui pointait le retard national en matière de drones, et le frein mis par la hiérarchie de l’Armée de l’Air :

 

 

Les drones de l’Armée de l’Air française

 

Base aérienne de Cognac, février 2016. C’est ici que se trouve l’escadron 1/33 Belfort, le seul escadron de drones de l’Armée de l’Air. À côté des pistes d’atterrissage, se trouve un enclos très sécurisé avec une grande parabole satellite et juste à côté, une sorte de préfabriqué. À l’intérieur, on découvre un poste de pilotage. Si l’endroit peut faire penser à un cockpit d’avion traditionnel, l’équipage pilote un drone. L’engin commandé d’ici survole actuellement le Mali, à plus de 4 000 kilomètres de Cognac.

Le lieutenant Philippe, officier de renseignement, décrit le poste du pilote, qui tient une sorte de joystick entre ses mains :

« Le pilote est responsable de la sécurité de l’appareil au même titre qu’un avion avec un équipage à bord. Il est non seulement en charge du pilotage de l’avion mais également du pilotage des caméras. »

Ce que filme le drone est ensuite transféré directement à la spécialiste de l’image qui se trouve à côté du pilote. Cette dernière scanne et compare, grâce à des cartes et des photos satellites, le terrain observé par le drone, pour détecter s’il y a eu des changements, par rapport aux autres jours, par exemple. Elle peut effectuer un arrêt sur image, si besoin, et faire ressortir des détails intéressants.

Derrière se trouve l’officier de renseignement, aussi appelé le "coordinateur tactique". C’est le chef d’orchestre de la mission :

« Ce poste est surnommé "Huston" car il y a des écrans un peu partout. Le coordinateur tactique reçoit le flux vidéo, ce qui est filmé par le drone. Il peut enrichir ces images de données, et communique en temps réel avec les structures de commandement. »

Ce dispositif permet de survoler à distance des zones de conflits. Depuis qu’on les utilise, les drones ont considérablement changé la nature même de la guerre sur le terrain. Autant les raids aériens sont épisodiques et donnent des moments de répit aux djihadistes. Autant avec ces engins au-dessus de leur tête, les mêmes djihadistes vivent sous une pression permanente...

Lire la suite du reportage sur social.shorthand.com

Les drones, ces gadget devenus les yeux des armées, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1412742

    À la surprise générale, la France refuse le drone israélien http://www.bdsfrance.org/a-la-surpr...
    e-drone-israelien/

    l’armée française a quand même préféré acheter français, qu’israélien........yes we can !


  • #1412779
    le 06/03/2016 par katapugon
    Drones : la France veut combler son retard

    ’Base aérienne de Cognac’
    voilà un programme bien parti pour éviter les dommages collatéraux ....


  • #1412822

    Est-ce bien intelligent de se lancer dans le dévellopment du tout-électronique à l’heure même ou les russes ont montré qu’ils disposent d’une technologie incapacitante redoutablement efficace ?

     

    • #1412931

      Malheureusement, un des adages qui a souvent qualifié les décisionnaires de l’armée française est "Toujours en retard d’une guerre".
      C’est comme avec nos politiques, le changement dans la continuité.
      Celui qui ne prend aucune initiative réellement innovante ne risque pas de se faire taper sur les doigts s’il se loupe.


    • #1413554
      le 07/03/2016 par Jean-Marie de Bretagne
      Drones : la France veut combler son retard

      L’avenir est aux pirates informatique ou à une éruption solaire !


  • #1412861

    Je serais même plus tranquille quand je fais mes besoins dans mon jardin...quelle époque !


  • #1412920
    le 06/03/2016 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Drones : la France veut combler son retard

    "Ben" n’est pas lieutenant mais lieutenant-colonel... pas très catholique ce reportage !


  • #1413064
    le 06/03/2016 par Raouldevesoul
    Drones : la France veut combler son retard

    Il serait intéressant, de savoir ce que pensent les veuves et les orphelins des soldats tués à Uzbin, parce que l’état major n’avait pas encore saisi l’importance de la couverture préventive en drones, qui étaient déjà en service dans d’autres armées.

    A la décharge des généraux de l’état-major, ils y avaient peut-être pensé pour être informés de leur existence, mais il n’est pas à exclure, que "Bercy" qui décide de tout, se soit fait tirer l’oreille, pour débloquer les crédits nécessaires. Le Chef d’état-major des armées à dit à un soldat dans un reportage, qu’il était obligé de faire avec le budget mis à sa disposition.


  • #1413572

    Qu’est ce que c’était que ce blocage au niveau de l’armée de l’air, ce pays est désespérant.
    Ce n’est pas Soral qui disait récemment que les français aimaient prendre du retard ?