Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

École : "L’idéologie socialiste a fait beaucoup de dégâts"

Brighelli interviewe la spécialiste LR de l’éducation

Annie Genevard, députée du Doubs et maire de Morteau, est déléguée à l’éducation pour Les Républicains. Elle a à ce titre puissamment contribué au projet élaboré par le parti et dont je faisais ici même la semaine dernière la recension critique. Elle a bien voulu répondre aux questions de Jean-Paul Brighelli.

 

 

Jean-Paul Brighelli : En quoi ce projet est-il original ?

Annie Genevard  : Ce document d’orientation propose un projet global en trois points : l’importance du savoir et du maître ; l’organisation d’un système qui privilégie la proximité et la responsabilité ; une pédagogie qui vise à amener l’élève au meilleur de lui-même. Ce sont des changements importants qui réorientent fondamentalement la politique éducative de notre pays.

 

Avez-vous fait appel à des experts pour l’élaboration de ce projet ? Et qui ?

Nous avons travaillé plusieurs mois avec des enseignants, agrégés de lettres et d’histoire notamment, des parlementaires spécialistes de ces questions, des chefs d’établissement, des hauts fonctionnaires, différentes fondations comme la Fondation Concorde... Nous avons également auditionné des spécialistes, particulièrement sur la question de l’apprentissage de la lecture et des sciences cognitives. Par ailleurs, j’ai reçu un très grand nombre de contributions spontanées de praticiens de l’enseignement, souvent de grande qualité, atterrés par la situation actuelle et qui, tout comme Les Républicains, ne se résignent pas au déclin de notre système éducatif.

 

Effacer les erreurs de quatre ans d’idéologie scolaire peut-il suffire à constituer un projet ? Par exemple, abolir la réforme du collège, c’est certainement nécessaire – mais à condition de proposer une autre réforme, le collège fonctionnant mal de l’avis général. N’avez-vous pas l’impression d’avoir élaboré un catalogue d’intentions plutôt qu’un vrai programme ?

Il faut sortir de l’idéologie socialiste qui a fait beaucoup de dégâts. C’est la première étape avant la reconstruction. Notre projet se fonde sur un changement de paradigme quant aux missions de l’école : l’entrée se fait par le savoir et donc par les maîtres. C’est un point majeur qui signifie que l’on rend au maître sa mission première de transmission. Le cœur de l’école est la pédagogie, et non la réparation de tous les maux que la société est impuissante à guérir. C’est une rupture assumée avec des décennies de politique éducative dont les quatre années qui viennent de s’écouler constituent une caricature tragique. L’école doit éradiquer l’échec scolaire, et non l’échec social. Il n’y a pas de progrès social si les enfants n’accèdent pas au savoir.

Lire la suite de l’entretien sur lepoint.fr

Les dernières interventions de Brighelli sur l’école, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il leur en a fallut du temps ! Que les LR n’oublient pas leur rôle dans la destruction de cet outil d’intégration. Elle ne s’est pas faite en 4 ans...

     

    • #1446812

      On est d’accord ; 30 ans de laxisme pour découvrir que la gauche à détruit méthodiquement l’école en lui déléguant une fonction "utilitariste", au lieu de lui laisser un rôle de transmission du savoir et de l’éducation, ... cette brave dame a un peu de retard à l’allumage ...


  • #1446423

    La fanfare des joueurs de pipeau nous rejouent encore le même refrain. Depuis 40 ans, la droite n’a jamais touché plus d’un cheveu des politiques "socialistes".
    C’est terminé. Fini le laxisme en politique. Fini les deuxième, troisième, quatrième chances Du vent !


  • Dans les manuels d’Histoire de sixième on parle encore un peu de César . Mais pour illustrer le cours on ne cite plus une page de Plutarque, on reproduit une vignette du sioniste Goscinny et du dessinateur Uderzo, les auteurs d’Astérix . Cette caricature montre toujours un César grotesque et odieux . Voilà comment l’Education Nationale traite un des personnages les plus extraordinaires de l’Histoire . Il est vrai que ce n’était qu’un goy .


  • École : "l’idéologie socialiste a fait beaucoup de dégâts"
    on va mettre du temps pour expliquer aux enfants que chateaubriand, Balzac, Baudelaire ou Musset n’étaient pas des remplaçants d’une équipe de foot - ou que les vendeurs d’armes ne sont pas forcément dans une filière mafieuse !!!!!!!!


  • L’éducation sous l’ère d’UMP n’est pas mieux et le PS ne fait que continuer ce que l’UMP n’avait pas fini à savoir sa destruction. Pauvre députée d’UMP.


  • "En fait, on sent trop, à la lecture du document, le poids des politiques et des « experts » – et l’absence des praticiens."

    On sent surtout l’absence de consultation du peuple. Les programmes scolaires doivent être votés par le peuple lors d’une votation nationale. Mais j’oublie que M. Brighelli, comme tous les républicains, déteste la démocratie.


  • #1446544

    Monsieur Brighelli devrait s’informer sur le rôle fondamental de la franc-maçonnerie concernant l’éducation (chasse gardée des francs-mac), les conférences de Bernard Fäy devraient lui ouvrir les yeux (merci encore à l’internaute d’E&R qui me les a recommandées).

     

    • J.P. Brighelli perdrait peut-être sa place de chroniqueur au Point. Et serait obligé de retourner sur l´estrade. La plupart des profs n´ont aucune idée de cela et se contente de ne pas faire de bruit. Il suffit pourtant de voir la proportion d´Élus parmi les policiers de l´EN, Proviseur et Inspecteur pour s´en convaincre.
      Merci pour le nom de Bernard Faÿ. Ca semble bien intéressant. Je conseille également une extraordinaie émission de Serge de Beketch sur le sujet.


  • #1446593

    L’école depuis 1968 est passé de lieu d’instruction à un lieu de formatage idéologique

    Elle me fait rigoler la donzelle : ça ne date pas d’hier.

    Tout parent devrait se poser cette question :

    Son enfant doit-il devenir automate idéologique ignare dans l’école publique ou cultivé proscrit pour avoir été formé par l’école qui n’est pas sous contrat ?

    De toute façon, dans les deux cas, il crèvera la faim.

    Alors ? Mourir les yeux fermés ou les yeux ouverts ?

    Ce n’est pas des partis ni des forums que nous devrions monter mais nos écoles.

    En aucun cas, il ne faudrait laisser nos enfants aux mains de fous maniaques que sont les politiques....et ceux qui les contrôlent.


  • "L’idéologie socialiste a fait beaucoup de dégâts". Tandis que la suppression de plus de 20000 postes d’enseignants et d’une demi-journée de classe entre 2007 et 2012 était une bonne solution...